De la charité à la bientraitance

Les métamorphoses de la vulnérabilité en France, XIXe – XXIe siècles.

Problèmes et questions

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "De la charité à la bientraitance," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 05/07/2021, https://metavulnera.hypotheses.org/886.

La crise sanitaire que nous vivons encore aujourd’hui avec la pandémie de la Covid 19 débutée le 1er décembre 2019 a mis en avant la grande vulnérabilité sanitaire d’un monde ouvert et interconnecté où les échanges mondiaux véhiculent non seulement les hommes et les biens, mais aussi les virus. Si la situation sanitaire semble en voie d’être maîtrisée dans les pays développés de l’Europe, de l’Amérique du Nord, ou de l’Asie1, elle reste très préoccupante pour la majorité de la population mondiale dans des pays où les systèmes de santé et le contexte politique sont moins favorables, en particulier en Amérique du Sud, en Inde ou sur le continent africain. La pandémie aura sans aucun doute augmenté les inégalités entre les pays pauvres et les pays riches et au sein des pays, entre classes aisées et personnes défavorisées. Les systèmes d’aide et de compensation mis en place notamment en France par le gouvernement ont permis de soutenir une économie et une société malmenées par les contraintes sanitaires. Pour autant, la crise sanitaire a également révélé au grand jour les angles morts d’une société qui laisse sur le côté de la route bon nombre de ses membres. La maladie et la mort ont touché très inégalement les personnes, les catégories de population, les régions2. Les médias ont plus souvent parlé des catégories aisées, des salariés du tertiaire, qui ont pu se protéger en télétravaillant ou en se réfugiant dans une résidence secondaire moins exposée, que des personnes vivant dans des appartements surpeuplés, n’ayant aucune possibilité de travailler à distance soit parce que leur travail ne le permettait pas, soit aussi parce que l’équipement informatique et numérique faisait défaut, ou des étudiants sans ressources, souvent étrangers, livrés à eux-mêmes dans des cités universitaires désertées par les services d’accompagnement. La pandémie a mis de nouveau au devant de la scène, en les amplifiant, les fractures sociale, économique, numérique, qui traversent notre société depuis plusieurs années.

Autre convulsion, cette fois sociale, la mobilisation hors norme des “gilets jaunes” depuis “l’acte 1” du 17 novembre, qualifiée, selon les cas, de crise, de révolte, de jacquerie des temps modernes, ou bien d’insurrection, a déjà fait l’objet de nombreux commentaires. Si le mouvement a été déclenché par des appels à manifester contre l’augmentation des taxes sur les carburants automobiles, il a rapidement aggloméré un ensemble de revendications et de demandes sociales et politiques. Quel que soit le prisme de l’analyse, un élément permanent semble se détacher, celui de l’expression de formes diverses de vulnérabilités. Le gilet jaune réglementaire de nos voitures, symboles de mobilité et d’autonomie, attire l’attention sur notre vulnérabilité, lorsque nous sommes amenés à l’endosser au bord de la route en cas de panne. Il est le moyen d’accroître notre visibilité au regard des risques d’une circulation qui se poursuit, comme un danger permanent, alors que nous sommes contraints à l’immobilité, à l’instar de tous les “laissés pour compte” d’une société productrice d’exclusion.  Il permet de rendre visible ce qui est vulnérable, aux yeux des classes supérieures et dirigeantes surprises par l’ampleur et la durée du mouvement, convaincues encore  de l’efficacité de la supposée “théorie du ruissellement” pourtant elle-même critiquée par un grand nombre d’économistes, en lieu et place de l’action sociale d’un état providence en perte de vitesse. Le “peuple des ronds points3” s’il a aujourd’hui déserté nos routes pour cause de pandémie, et ne fait plus l’actualité médiatique, continue cependant d’exister. Il est d’ailleurs probable qu’une fois les contraintes sanitaires levées, autorisant de nouveau les rassemblements, les gilets jaunes, les mêmes ou d’autres catégories, se retrouvent de nouveau sur les ronds points ou engagent d’autres formes de revendications.

Continuer la lecture de « De la charité à la bientraitance »
  1. Sous réserve de l’impact que pourrait avoir un nouveau variant, comme actuellement le variant “delta” qui pourrait faire craindre une quatrième vague de contamination dès la fin du mois de juillet. []
  2. BRUNNER Anne, Rapport sur les inégalités en France 2021, Introduction p. 3. []
  3. RICHARD Hélène (coord.)Le peuple des ronds points, Manière de voir, n° 168, décembre 2019 – janvier 2020. []

Compter les pauvres, du Moyen-Âge à nos jours – Episode 4

Les vulnérabilités, au risque du dénombrement

Du “comptage” des pauvres à la mesure de la pauvreté: la statistique mondialisée au détriment d’une approche plus humaniste1?

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Compter les pauvres, du Moyen-Âge à nos jours – Episode 4," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 19/05/2021, https://metavulnera.hypotheses.org/865.

Après les luttes politiques de la fin du XIXe siècle, la France du début du XXe siècle apparaît comme solidement ancrée dans une culture politique républicaine largement admise par la majorité de ses citoyens : liberté, égalité, droits de l’homme constituent les fondements de l’organisation de l’État et de la société dans une République porteuse des valeurs de progrès2. La solidarité entre les hommes,  théorisée par Léon Bourgeois dans le solidarisme, veut être une alternative laïque à la charité chrétienne en substituant à la « dette d’amour envers Dieu et le Christ», la dette sociale dont chaque membre de la société est débiteur selon sa position sociale :

L’homme vivant dans la société, et ne pouvant vivre sans elle, est à toute heure un débiteur envers elle. Là est la base de ses devoirs, la charge de sa liberté. L’obéissance au devoir social n’est que l’acceptation d’une charge en échange d’un profit. C’est la reconnaissance d’une dette

Léon BOURGEOIS, Solidarité, Paris, Colin, 1902, p. 101.

La construction de l’État social se réalise dans un réajustement des trois éléments que sont le « collectif de producteurs pour qu’il fasse société, le droit pour qu’il puisse réguler autre chose que des contrats personnels, et la propriété pour qu’elle assure des protections publiques sans contredire aux intérêts privés3». Dans la perspective de ce solidarisme, l’État, garant de la justice sociale, est le gestionnaire de l’intérêt collectif: il donne à ceux qui sont créanciers et fait payer ceux qui sont débiteurs4.

Continuer la lecture de « Compter les pauvres, du Moyen-Âge à nos jours – Episode 4 »
  1. Cette série d’articles a été rédigée dans le cadre de la réflexion animée par le CNAHES Grand Est et l’AREHSS Lorraine Champagne Ardennes « Les pauvretés, hier, aujourd’hui et demain? ». Ils sont également disponible sur le site du CNAHES: https://www.cnahes.org/le-cnahes-en-regions/grand-est/la-delegation-regionale/travaux-en-cours/les-pauvretes-dhier-daujourdhui-et-demain/ []
  2. Serge BERSTEIN, Pierre MILZA, Histoire de la France au XXe siècle, Perrin,2009  tome 1, p. 24. []
  3. Robert CASTEL, Les métamorphoses de la question sociale, Une critique du salariat, Fayard 1995, p. 273. []
  4. Léon BOUGEOIS, op.cit. p. 94. []

Compter les pauvres, du Moyen-Âge à nos jours – Episode 3

Les vulnérabilités, au risque du dénombrement

Du second Empire à la troisième République: les pauvres en tant que classe sociale et l’enjeu de solidarité1

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Compter les pauvres, du Moyen-Âge à nos jours – Episode 3," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 23/04/2021, https://metavulnera.hypotheses.org/837.

Quel regard porter sur la pauvreté dans la France au XIXe siècle ?

Si en ce début de siècle, la France reste, après la Russie, la deuxième puissance d’Europe par son nombre d’habitants malgré les saignées des guerres de la République et de l’Empire2, elle est, après la défaite de Waterloo et la seconde abdication de Napoléon Ier, considérablement affaiblie sur le plan économique. Pour autant, le bilan au tournant du siècle est en demi-teinte. La France présente plusieurs visages : l’industrialisation progresse de façon inégale selon les secteurs, et permet le développement d’une bourgeoisie industrielle. Mais la société reste jusqu’à la moitié du siècle, une société fondamentalement agricole. La propriété foncière continue à être un marqueur essentiel de la richesse. Au début du siècle, le pays est peuplé et peu urbanisé. Il faut attendre les années 1820 pour constater un démarrage tardif, mais encore modeste de l’urbanisation : entre 1821 et 1846, la population des villes augmente de 31%, contre seulement 16,2% pour la population totale, avec un fort déséquilibre entre Paris, dont la population augmente de 47,6%, et les autres villes3. Par comparaison, les campagnes sont surpeuplées, mêlant activités agricoles et activités manufacturières, réalisées souvent à domicile. Il faut attendre les crises de 1846-18514 pour constater une diminution de l’accroissement naturel de la population et une baisse importante de la population rurale au profit des villes : pour plus de la moitié des départements, la population a diminué, et pour les deux-tiers d’entre eux le solde migratoire est négatif5. L’industrialisation croissante entraîne une massification de la pauvreté : le concept de paupérisme est créé à cette époque. Des écrits de penseurs et d’hommes politiques aussi divers que Tocqueville, Marx, le Prince Napoléon Bonaparte, des syndicalistes, examinent les conditions de son extinction.

Dans ce contexte, la condition du pauvre a-t-elle évoluée ? La pauvreté est-elle comparable aux époques précédentes ? L’industrialisation croissante en modifie-t-elle ses caractéristiques ?

Continuer la lecture de « Compter les pauvres, du Moyen-Âge à nos jours – Episode 3 »
  1. Cette série d’articles a été rédigée dans le cadre de la réflexion animée par le CNAHES Grand Est et l’AREHSS Lorraine Champagne Ardennes “Les pauvretés, hier, aujourd’hui et demain?”. Ils sont également disponible sur le site du CNAHES: https://www.cnahes.org/le-cnahes-en-regions/grand-est/la-delegation-regionale/travaux-en-cours/les-pauvretes-dhier-daujourdhui-et-demain/ []
  2. La France, dans ses frontières du Congrès de Vienne, comprend 29,4 millions d’habitants, loin derrière la Russie qui en compte 46,8 millions. []
  3. Dominique BARJOT, Jean-Pierre CHALINE, André ENCREVE, La France au XIX° siècle, PUF Quadriges, 2014, p. 57. []
  4. Crise agricole de 1846-1847, crises financière, industrielle et commerciale de 1847, troubles révolutionnaires de 1848 et dépression économique des années 1848-1851. []
  5. Ibid. p. 61-62. []

Compter les pauvres, du Moyen Âge à nos jours – Episode 2

Les vulnérabilités au risque du dénombrement, communication en quatre épisodes1

Les Lumières et la pauvreté: les débuts d’une clarification?

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Compter les pauvres, du Moyen Âge à nos jours – Episode 2," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 28/03/2021, https://metavulnera.hypotheses.org/787.

Quelle place occupe les pauvres dans la population française après les mesures d’assistance et d’exclusion mises en œuvre tout au long du « grand siècle »? Peut-on distinguer effectivement les pauvres, des vagabonds et des mendiants? Les dernières années du XVII° siècle et le début du XVIII° sont des années marquées par la famine, la désolation. et les épidémies (grande famine des années 1693 – 1694, grande famine de 1709). Les populations sont jetées sur les routes, la mendicité se développe, les miséreux meurent au hasard de leur errance ou affluent dans les villes pour chercher du secours. En 1700, une nouvelle déclaration royale2 « contre les mendians et les vagabonds », constatant que « la plupart ont trouvé tant de douceur à gagner par la mandicité dans une vie libertine et fainéante, beaucoup plus que par le travail le plus rude et le plus continu qu’ils ne pouvaient faire » ordonne de nouveau à toute personne âgée de quinze ans ou plus de travailler aux ouvrages dont ils peuvent être capables, dans les lieux de leur naissance ou dans ceux où ils demeurent depuis plusieurs années, sous peine d’être considérés comme vagabonds et sanctionnés comme tels. Des amendes sont également prévues pour ceux qui secourent les mendiants et vagabonds. Ceux-ci sont classés en deux catégories : ceux qui peuvent travailler, et doivent être affectés aux travaux agricoles ou aux ateliers créés à cet effet, ceux qui ne sont pas en état de travailler, qui doivent rejoindre les hôpitaux généraux pour y être traités comme les pauvres malades, les vieux et les invalides. La situation des enfants mendiants et vagabonds qui ne sont pas en âge de travailler est précisée : ceux-ci doivent être enfermés dans les hôpitaux généraux pour recevoir une instruction jusqu’à ce qu’ils soient en état de gagner leur vie. Des mesures de police et de justices, graduées, selon qu’il y ait récidive ou non, sont prévues.

Continuer la lecture de « Compter les pauvres, du Moyen Âge à nos jours – Episode 2 »
  1. Cette série d’articles a été rédigée dans le cadre de la réflexion animée par le CNAHES Grand Est et l’AREHSS Lorraine Champagne Ardennes “Les pauvretés, hier, aujourd’hui et demain?”. Ils sont également disponible sur le site du CNAHES: https://www.cnahes.org/le-cnahes-en-regions/grand-est/la-delegation-regionale/travaux-en-cours/les-pauvretes-dhier-daujourdhui-et-demain/ []
  2. Déclaration du Roy contre les mandians et les vagabonds, donnée à Versailles le 25 juillet 1700, Paris, François Muguet, 1700. []

Compter les pauvres, du Moyen-Âge à nos jours – Episode 1

Les vulnérabilités, au risque du dénombrement, une “série” en quatre épisodes1

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Compter les pauvres, du Moyen-Âge à nos jours – Episode 1," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 09/03/2021, https://metavulnera.hypotheses.org/763.

L’impossible comptabilité à l’époque moderne: pauvres, mendiants et autres vagabonds

Le mot « démographie » serait apparu pour la première fois sous la plume d’Achille GUILLARD lors de la parution de son ouvrage « Éléments de statistique humaine, ou démographie comparée ». Il la définit comme « l’histoire naturelle et sociale de l’espèce humaine ». Plus loin, il la compare à une « géographie mathématique du genre humain »2. La démographie s’appuie sur plusieurs méthodes statistiques dont celle du recensement. Achille GUILLARD cite dans son ouvrage, le « plus ancien document trouvé sur la population française », un manuscrit du XIV° siècle, faisant le décompte des « paroisses et des feux des baillies et des sénéchaussées de France »3 . Le recensement par feux (réunion des habitants d’une même maison, vivant sous le même toit), plus aisé que le dénombrement individuel permettait l’établissement de la fiscalité dans chaque paroisse et diocèse, le fouage, remplacé par la taille à la fin du XIV° siècle. Il permettait également d’opérer les levées d’hommes nécessaires pour les campagnes militaires4. Ce mode de recensement par feux est ancien. Le «polyptique d’Irminon»5 utilise la même méthode. Organisé sur la base d’un décompte des foyers, ceux qui n’avaient pas de feu, qu’ils soient mendiants, fixés sur un territoire, ou vagabonds sans aveu (sans feu, ni lieu), étaient par construction, exclus de ce type de recensement: « Les vrais pauvres, on ne les mentionne parfois pas ; et c’est logique, puisque, dépourvus de tout, ils ne doivent rien »6 .

Continuer la lecture de « Compter les pauvres, du Moyen-Âge à nos jours – Episode 1 »
  1. Cette série d’articles a été rédigée dans le cadre de la réflexion animée par le CNAHES Grand Est et l’AREHSS Lorraine Champagne Ardennes “Les pauvretés, hier, aujourd’hui et demain?”. Ils sont également disponible sur le site du CNAHES: https://www.cnahes.org/le-cnahes-en-regions/grand-est/la-delegation-regionale/travaux-en-cours/les-pauvretes-dhier-daujourdhui-et-demain/ []
  2. Achille GUILLARD, Éléments de statistique humaine ou démographie comparée, Guillaumin, Paris, 1855, p. XXVI, cité par Jean-Claude CHESNAIS, La démographie, Collection Que sais-je, Presses Universitaires de France, 2010, p 3. []
  3. Achille GUILLARD, op.cit. p 26. []
  4. Émile LEVASSEUR, La population française : histoire de la population française avant 1789 et démographie de la France comparée à celle des autres nations au XIXe siècle, Paris, 1889 – 1892, Livre premier p 156. []
  5. Inventaire de biens rédigé à plusieurs mains vers 823 / 828 sous l’autorité de l’abbé Irminon, abbé de Saint-Germain-des-Prés. []
  6. Michel MOLLAT, La notion de pauvreté au Moyen Âge: position des problèmes, Revue d’histoire de l’Église de France, tome 52, n°149, 1966, p.7. []