Sobriété, le nouveau mantra du néolibéralisme?

Billet du 21 septembre 2022

Depuis le 24 février 2022, date du déclenchement de la campagne militaire de la Russie en Ukraine, la guerre russo-ukrainienne fait peser sur l’Europe, et plus largement le monde, de graves menaces. Comme dans tout conflit armé, les peuples en sont les premières victimes. Cette guerre reprend les schémas malheureusement habituels: meurtres, tortures, viols, prise en otage des populations civiles, autant de signes d’une barbarie que l’on espérait ne plus voir sur le continent européen. Face à l’attaque de la Russie, les pays occidentaux ont mis en place, avec une rapidité et une efficacité que l’on n’aurait pas immaginé, ne serait-ce que quelques mois auparavant, plusieurs séries de sanctions économiques visant à toucher le coeur du système politico-économique de la Russie. En contrepartie, la Russie a également mis en oeuvre des mesures à l’encontre des pays qui soutiennent l’Ukraine. Sans juger de l’efficacité des sanctions de part et d’autre, le conflit a mis en évidence, avec les menaces sur le gaz provenant de Russie, l’extrême fragilité des pays européens sur le plan énergétique, dans des proportions variables selon les pays. D’un autre côté, il semble bien que les sanctions à l’encontre de la Russie ont des conséquences réelles sur les capacités militaires et pourraient conduire à terme à une pénurie généralisée, en particulier sur les denrées de base. En dépit des avis des nombreux “experts” qui se succèdent sur les plateaux de télévision, en particulier sur la question de l’usage des armes nucléaires, rien ne permet aujourd’hui de faire un pronostic sur l’issue du conflit et ses conséquences à moyen et long terme sur l’équilibre géopolitique mondial. En revanche, il est clair que le seul fait de parler d’une possibilité d’utilisation de l’arme nucléaire montre que nous avons déjà basculé dans un autre monde, dans lequel la dissuasion, base de l’équilibre en place depuis la guerre froide, ne joue plus complètement son rôle. Cette situation n’est pas entièrement nouvelle. Le monde a déjà frôlé l’hiver nucléaire avec la crise des missiles de Cuba en 1962 et plus récemment lors de “l’incident” du 26 septembre 1983 dû à une fausse alerte des systèmes de sécurité soviétiques. Ce qui est nouveau, c’est qu’une telle menace se déroule dans une ère “post guerre froide”, dans laquelle “la disparition de la menace que représentait le bloc de l’Est pour la sécurité européenne semblait rendre possible la gestion autonome de la sécurité européenne par les membres de l’Union européenne1 “. Force est de constater que cette possibilité s’éloigne à grands pas dans un système où deux blocs se sont de facto reconstitués: les Etats Unis et leurs alliés occidentaux, d’une part, l’ensemble russo-asiatique, d’autre part, avec le risque de passage à une nouvelle ère, cette fois ci, de “guerre chaude” à l’échelle de plusieurs pays, plusieurs continents.

Sur un autre plan, la crise climatique s’est rappelée à nous cet été avec les épisodes de grande sécheresse et la succession d’incendies dont certains ont pris une ampleur méconnue jusqu’à présent, particulièrement en France. Des restrictions ont été apportées sur l’usage de l’eau, dont nous avons pu être les témoins directs dans notre vie quotidienne: interdictions d’arroser, douches de plages condamnées, lavages automatiques à l’arrêt… Ces interdictions, bien futiles au regard des problèmes de sécheresse et de la question de l’accès à l’eau dans le monde2, ont joué un rôle certain de déclencheur dans la prise de conscience salutaire de la vulnérabilité et de la finitude de notre monde réel. Subitement, les menaces climatiques dont les plus graves conséquences concernaient la plupart du temps des territoires éloignés, nous ont semblé plus proches, plus dangereuses, nous projetant, après un temps de sidération, dans l’urgence des réponses nécessaires. Conséquence du changement climatique en cours, l’eau constitue l’un des enjeux majeurs des années à venir. Selon l’ONU, “Nous sommes à la croisée des chemins, au sommet d’une ligne de partage des eaux, où nous devons acquérir une nouvelle conscience3”. Plus de 10 millions de personnes ont perdu la vie en raison de sécheresses majeures au siècle dernier. La sécheresse touche l’Afrique plus que tout autre continent, avec plus de 300 “évènements sécheresse” enregistrés depuis une centaine d’années. En Europe, 45 épisodes de sécheresse majeure sont survenus au siècle dernier. Depuis 2000, le nombre et la durée des sécheresses ont augmenté de 29 % dans le monde. En 2022, plus de 2,3 milliards de personnes sont confrontées au stress hydrique, près de 160 millions d’enfants sont exposés à des sécheresses graves et prolongées . Enfin, jusqu’à 216 millions de personnes pourraient être obligées de migrer d’ici 2050, en grande partie en raison de la sécheresse et d’autres facteurs, notamment la pénurie d’eau, la baisse de la productivité des cultures, l’élévation du niveau de la mer et la surpopulation4. Au bilan humain s’ajoute un bilan économique et social d’une ampleur inconnue.

Crise géopolitique, crise climatique, le voile des certitudes se déchire pour mettre à nu la vulnérabilité du monde. Face à cela, nos gouvernants annoncent la fin de l’abondance5 et, à défaut d’une “sobriété heureuse”, à laquelle nous invitait Pierre Rahbi6, ou le Pape François7 une sobriété réduite aux acquets de la question énergétique, certes essentielle, mais insuffisante. Le discours rejoint ici les thèses moralisatrices développées tout au long du XIXe siècle: il faut baisser notre consommation d’énergie, comme autrefois il fallait baisser la consommation d’alcool, manger “qu’à proportion qu’on a faim8”, ou s’exercer dans “l’art de vivre longtemps et en parfaite santé9 “. La sobriété renvoie ainsi à la responsabilité individuelle, à la liberté, et à la vertu par excellence de la philosophie libérale, la prévoyance, qui n’est en première instance que “l’empire exercé sur notre propre sort10”. C’est au fond, revenir à la frugalité d’un libéralisme économique originel, tel que ses premiers théoriciens l’exprimaient, soucieux de dépasser la jouissance d’une consommation au jour le jour, sans contraintes et sans limites, pour “renverser à son profit le rapport de dépendance qui le lie à la nature11”. La sobriété rejoint ainsi son synonyme, la tempérance, une des quatre vertus cardinales de la doctrine morale chrétienne dans laquelle le libéralisme puise sa propre essence. En prenant une dimension collective, elle impose un changement de pratiques, et c’est ce que nous invite à faire le discours ambiant sur la crise énergétique12. La sobriété, vue à l’aune des pays développés qui s’interrogent sur le fait de baisser la température de nos logements d’un degré pour “passer l’hiver sans difficultés”, doit paraître bien dérisoire aux populations qui, dans le monde, souhaiteraient atteindre par le bas un “seuil de sobriété” les mettant à l’abri de la pauvreté ou de la faim.

Au delà des seules pratiques, sans débat de fond sur nos modes de vie, sur la répartition des efforts à accomplir pour une société moins inégalitaire, sur le rééquilibrage entre pays riches et pays pauvres et la contribution des plus riches à l’effort global, le principe de sobriété ne suffira pas. Sans la fraternité nécessaire à la perception d’une maison commune dépassant nos propres frontières physiques mais aussi intellectuelles et spirituelles, le principe de sobriété ne suffira pas.

“Si nous ne parlons plus le langage de la fraternité et de la beauté dans notre relation avec le monde, nos attitudes seront celles du dominateur, du consommateur ou du pur exploiteur de ressources, incapable de fixer des limites à ses intérêts immédiats. En revanche, si nous nous sentons intimement unis à tout ce qui existe, la sobriété et le souci de protection jailliront spontanément”

Pape François, Laudate si, 11.

Il ne suffit pas de scander sur tous les tons l’hymne à la sobriété comme un nouveau mantra paré de toutes les vertus magiques. Il paraît indispensable de trouver les voies et moyens d’entrainer l’humanité vers une nouvelle conception des rapports entre l’homme et la société, entre l’homme et la terre. Il n’est pas sûr que le libéralisme soit le chemin le plus vertueux, s’il conduit, comme il l’a démontré jusqu’à présent, à la sobriété obligée de la majeure partie de l’humanité au bénéfice des peuples et des catégories les plus favorisés.

  1. Zuqian, Zhang. « La politique étrangère de la France entre continuité et ajustements post-guerre froide », Revue internationale et stratégique, vol. 45, no. 1, 2002, pp. 113. []
  2. Selon le dernier rapport commun de l’OMS et de l’UNICEF, une personne sur trois dans le monde n’a pas accès à de l’eau salubre. []
  3. La sécheresse en chiffres, rapport de l’ONU publié le 11 mai 2022 dans le cadre de la COP-15 qui s’est tenue du 9 au 22 mai 2022 à Abidjan. Avant propos p.4. Pour consulter le rapport dans son intégralité: La sécheresse en chiffres, 2022: restaurer afin d’être prêts et résilients – World | ReliefWeb []
  4. Ces données sont extraites du rapport cité. []
  5. Discours d’Emmanuel Macron en introduction du Conseil des Ministres du 24 août 2022. []
  6. Vers la sobriété heureuse, Pierre Rahbi, première édition 2010, Actes Sud 2013. []
  7. Encyclique Laudato si, mai 2015. []
  8. Nouveau Manuel de Santé, ou Recettes pour conserver la santé, la vigueur et la beauté, Lyon, 1836, p.2. []
  9. Luigi Cornaro, L’art de vivre longtemps et en parfaite santé, de la sobriété et de ses avantages, (Discorsi della vita sobria, 1550), Paris 1847. []
  10. T. Duchâtel, De la charité : dans ses rapports avec l’état moral et le bien-être des classes inférieures de la société, Mesnier, Paris, 1829, p. 177. []
  11. François Ewald, Histoire de l’Etat providence, Livre de poche, 1996, p. 36. []
  12. Voir le rapport de l’ADEME, Transitions 2050, choisir maintenant, agir pour le climat, consultable en ligne; ADEME – Transition(s) 2050. Ce rapport identifie quatre scénarios aboutissant à la neutralité carbone en empruntant des chemins différents. L’un des scénarios s’intitule “génération frugale” et suppose des changements importants dans les pratiques de consommation. []

Jeunes aidant-e-s, vieux problèmes

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Jeunes aidant-e-s, vieux problèmes," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 30/08/2022, https://metavulnera.hypotheses.org/2139.

On vit tous au rythme de mon père. […] Je l’aide tant que je peux. Indirectement, c’est ma mère que je soutiens. Elle ne fait jamais rien pour elle, mon père occupe tout son temps. Si elle s’écroule, c’est catastrophique. […] Je suis un peu l’aidant de l’aidante. » Martin, 15 ans, dont le père est en situation de handicap suite à un accident1.

Quand on est adolescent, on se sent invincible, on part en guerre (…). Mais le problème, c’est qu’on est bouffé par tous les obstacles qu’on rencontre en permanence, du coup on n’a pas le temps d’être avec nos parents, et nos parents angoissent, ils deviennent plus malades, et on rajoute de la souffrance à la souffrance2.

Ces deux témoignages illustrent à leur manière les difficultés auxquelles les jeunes aidant-e-s3 sont confronté-e-s dans leur quotidien auprès d’un parent malade, âgé ou handicapé. Leur parole est rare, leur situation peu médiatisée, mais leur vulnérabilité bien réelle, au point qu’elle s’ajoute à celle de la personne aidée. Double vulnérabilité dont ils supportent la charge, le plus souvent sans possibilités suffisamment accessibles de répit. La problématique des jeunes aidants est connue, mais relativement peu documentée en langue française. La base de données académique BASE4 donne 118 résultats parmi plus de 300 000 documents dont la majeure partie publiée dans les dix dernières années. Pour autant, cette thématique suscite l’intérêt des cliniciens et des chercheurs depuis la fin des années 1980, comme le montre une interrogation à partir de l’application Google Ngram Viewer sur le terme “Young carers“. La revue en ligne Pratiques Psychologiques a publié en juillet 2020 une revue de littérature internationale sur le sujet5. Les études recensées ont principalement cherché à estimer la prévalence de cette population, exploré les domaines dans lesquels les jeunes aidants apportent de l’aide, plus particulièrement dans les activités de soins, ainsi que les conséquences positives et négatives de l’expérience d’aide sur les plans social, scolaire, physique et psychologique. La revue note que plus d’une centaine d’articles ont été publiés sur le sujet principalement dans les pays anglophones, en particulier à l’initiative du professeur Saul Becker, considéré comme un expert international. D’après les auteurs, aucune étude scientifique n’aurait été menée en France. Néanmoins, des études et des évaluations diverses ont été publiées depuis une dizaine d’années6, sans qu’il soit réellement possible d’en dégager des données suffisamment générales. Depuis 2017, un projet de recherche sur les jeunes aidants a été créé dans le but de développer la recherche en France7. Il présente un certain nombre d’études et d’articles de vulgarisation ainsi qu’une base de sites “ressource”.

Continuer la lecture de « Jeunes aidant-e-s, vieux problèmes »
  1. Cité par Bourgeois, Amarantha. « Jeunes aidants, un temps de répit », VST – Vie sociale et traitements, vol. 148, no. 4, 2020, p. 61″. []
  2. Témoignage de Laure, en ligne sur agevillage.com, publié le 16 octobre 2017, consulté le 11 juillet 2022. []
  3. Dans la suite du document, et par simplification, nous utiliserons l’expression “jeune aidant”, sans distinction de sexe []
  4. www.base-search.net, entrée mot exact “jeunes aidants”, consultée le 12 juillet 2022. []
  5. E. Jarrige, G. Dorard, A. Untas, Revue de la littérature sur les jeunes aidants : qui sont-ils et comment les aider ? Pratiques Psychologiques, Volume 26, Issue 3, 2020, consulté le 12 juillet 2022, Revue de la littérature sur les jeunes aidants : qui sont-ils et comment les aider ? – ScienceDirect []
  6. Enquête “handicap santé de la DREES en 2008, panel BVA-Fondation Novartis de 2008-2010, enqête du Collectif inter Associatif de Soutien aux Aidants (CASA) en partenariat avec l’université de Bordeaux en 2013, panel BVA-Fondation April depuis 2015, enquête Novartis-IPSOS de 2017. []
  7. Projet JAID, créé par les Professeur Aurélie Untas et Géraldine Dorard, Maître de Conférences au sein du Laboratoire de Psychopathologie et Processus de Santé (LPPS, EA 4057) d’Université Paris Cité en ligne sur Recherche sur les jeunes aidants | Université Paris Cité (parisdescartes.fr), consiulté le 12 juillet 2022. []

Minima sociaux, revenu universel et justice sociale

Une brève histoire des dispositifs contemporains de lutte contre la pauvreté

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Minima sociaux, revenu universel et justice sociale," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 18/05/2022, https://metavulnera.hypotheses.org/1510.

Sans aucun doute, le besoin de protection que ressent l’humanité est aussi ancien que la conscience de sa vulnérabilité potentielle et des risques que celle-ci peut faire courir sur sa santé, son intégrité, sa matérialité. Les besoins physiologiques et de sécurité constituent la base des besoins fondamentaux de l’humanité1. La protection sociale a pour objectif, à travers les mécanismes de prévoyance collective, de permettre aux individus ou aux ménages de faire face financièrement aux conséquences des risques sociaux. Pour le dire simplement, la protection sociale est fondée sur la garantie donnée par l’Etat aux personnes d’être à l’abri des dangers en matière de santé, ou sur le plan matériel.

Continuer la lecture de « Minima sociaux, revenu universel et justice sociale »
  1. Voir la pyramide des besoins fondamentaux d’Abraham Maslow. Voir également les quatorze besoins fondamentaux de Virginia Henderson, en particulier le “besoin d’éviter les dangers : nécessité pour chaque individu, de se protéger contre toute agression externe, réelle ou imaginaire et de promouvoir l’intégrité physique, l’équilibre mental et l’identité sociale”. []

Colloque “pauvretés”, les actes en ligne.

Les pauvretés d’hier, d’aujourd’hui, et demain?

Annoncé en 2020 , reporté deux fois en raison de la crise sanitaire, le colloque “les pauvretés d’hier, d’aujourd’hui et demain1 ? s’est déroulé en ligne le 12 janvier 2022 dans la salle des délibérations du Conseil départemental de Meurthe et Moselle. Le colloque, organisé par le CNAHES Grand Est et l’ARHESS Lorraine Champagne Ardennes fait suite aux travaux menés dans le cadre d’un groupe de préparation réunissant des acteurs associatifs, universitaires, institutionnels pendant plusieurs mois, sous le pilotage des deux associations organisatrices. La manifestation a réuni en distanciel une centaine de personnes démontrant l’intérêt porté par les participants et l’importance des questions de pauvreté.

Privilégiant une approche interdisciplinaire, le colloque a permis de conjuguer perspectives historiques, aspects sociologiques, déterminants ou effets de la pauvreté (comme le logement ou les questions alimentaires), témoignages (action communale, nouvelles pauvretés étudiantes) et prospective. Ce colloque contribue ainsi à (re)mettre la question des pauvretés au cœur des préoccupations sociales, dans un monde où les vulnérabilités, jadis plus concentrées sur des populations ou des territoires bien délimités, se diffusent dans toutes les couches de la société.

Les interventions de la journée ont été enregistrées2 et mises en ligne sur la chaîne YouTube du CNAHES.

Ouverture du colloque:

Jacques BERGERET, Délégué régional CNAHES Grand Est et Secrétaire de l’AREHSS:

Jacques BERGERET

Interventions des personnalités et institutions qui soutiennent le colloque:

Chaynesse KHINOURI
Muriel COLOMBO
Déclaration de Jean ROTTNER lue par Jacques BERGERET
Laurence CANTERI
Anoutchka CHABEAU

Les pauvretés d’hier à aujourd’hui:

Etienne THEVENIN
Roger BERTHAUX
François DOSE

Aperçus des pauvretés d’aujourd’hui:

Jacques BERGERET pour Alain MAILFERT
Jean-Marie SCHLERET
Esteban LABARCA pour Marine BONNANS

Et demain? Si les pauvretés ne sont pas une fatalité, comment améliorer la situation?

Jean-Marie VILLELA
Débat en ligne et avec la salle
Jacques BERGERET

Conclusion de la journée:

Alain BENAMOU
Jacques BERGERET
  1. Voir l’article https://metavulnera.hypotheses.org/739, publié dans ce carnet de recherches le 26 février 2021 []
  2. captation et mise en ligne par Films & Digital – Monolithe Studio. []

Vulnérabilité(s), un concept opératoire en histoire?

Cet article est issu d’une communication faite le 25 février 2022 dans le cadre du séminaire de recherche “Vulnérabilité du vivant” organisé par la faculté de théologie de Lille. Celle-ci est disponible dans son intégralité sur le site HAL: Vulnérabilité(s), histoire d’un concept polysémique – Université de Lorraine (univ-lorraine.fr)

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Vulnérabilité(s), un concept opératoire en histoire?," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 05/03/2022, https://metavulnera.hypotheses.org/1358.

Faire l’usage de la notion de vulnérabilité en histoire n’est pas chose facile, tant ce mot peut recouvrir des notions différentes. “Mot valise”, “mot éponge”, en tous cas mot piégé lorsqu’il désarme les catégories précédentes ou les absorbe, la vulnérabilité se présente en effet comme un concept flou, dont l’utilisation de plus en plus fréquente ne constitue pas forcément un gage certain de progrès dans la connaissance. Son utilisation semble risquée en historiographie, tant il peut s’appliquer à plusieurs domaines, plusieurs objets et renvoyer à des significations et des représentations différentes. La vulnérabilité est-elle une manière contemporaine de parler de toutes les fragilités du monde, sans les nommer directement? Est-elle l’héritière de notions dont l’utilisation est plus ancienne, plus spécifique, comme la pauvreté, la précarité, l’exclusion, la marginalisation, qui ont structuré des pans entiers de l’histoire sociale? Ou bien ce terme a-t-il vocation à subsumer tous les accidents de la condition humaine? De la blessure à la maladie ou au handicap, de la petite enfance à la vieillesse, du chômeur en fin de droits au cadre en burn-out, de l’opposant à une dictature au réfugié, la liste est longue des manifestations des vulnérabilités humaines. Prétendre à son utilisation en historiographie demande en premier lieu à engager un travail sur le mot lui-même, “condition minimale de la connaissance historique”1. Les premiers emplois du terme témoignent de son ambivalence. La vulnérabilité recouvre les deux sens de blessure physique et de blessure morale, et contient dès l’origine la notion instantanée d’exposition au risque et celle, plus hypothétique, de potentialité de la blessure. Le développement de l’usage du mot de la moitié du XXe siècle jusqu’à nos jours, de la médecine jusqu’aux sciences sociales, permet d’observer que le terme de vulnérabilité entre en résonance avec d’autres notions comme la fragilité, la précarité, la reconnaissance, la liberté, la dignité, qu’il se positionne en tension entre dépendance et autonomie.

Continuer la lecture de « Vulnérabilité(s), un concept opératoire en histoire? »
  1. Robert KOSELLECK, L’expérience de l’histoire, Points histoire, 1997, p. 136. []

La pauvreté a-t-elle de l’avenir ?

Réalités d’aujourd’hui, utopies pour demain

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "La pauvreté a-t-elle de l’avenir ?," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 21/12/2021, https://metavulnera.hypotheses.org/1115.

Poser la question de l’avenir de la pauvreté1, c’est en quelque sorte, postuler que nos sociétés ne parviendront pas, contrairement à ce que suggèrent les programmes ou plans de lutte contre la pauvreté, à “éradiquer” celle-ci. Les formules employées sont significatives : l’Organisation Internationale du Travail parle d’initiative pour l’éradication de la pauvreté à l’horizon 2030 ; le programme de développement durable des Nations Unies (PNED) propose, à la même échéance, deux objectifs : d’une part, éliminer complètement l’extrême pauvreté dans le monde entier, d’autre part, réduire de moitié au moins la proportion d’hommes, de femmes et d’enfants de tous âges souffrant d’une forme ou l’autre de pauvreté, telle que définie par chaque pays. En France, le Président Emmanuel Macron a fixé l’objectif d’élimination de la grande pauvreté en une génération lors de la présentation du plan de lutte contre la pauvreté en septembre 2018. De même, le Conseil Economique Social et Environnemental (CESE) a publié en 2019 un avis intitulé “Éradiquer la grande pauvreté à l’horizon 20302”. En creux, ces formules semblent suggérer que, si l’élimination de l’extrême pauvreté est une exigence de nature humanitaire peu contestable, il semble plus difficile, voire impossible, de se projeter dans un monde où la pauvreté aurait complètement disparu.

Les termes de pauvreté et d’extrême pauvreté, suggèrent une gradation, un passage de l’une à l’autre, une frontière dont on pressent qu’elle peut être franchie. Il est donc possible d’invoquer une “cinétique” de la pauvreté.  Pauvreté et extrême pauvreté renvoient aussi à une dimension spatiale, une frontière, non plus seulement lexicale, mais aussi physique, une partition entre les pays, les territoires, où pauvreté et extrême pauvreté produisent des vulnérabilités plus ou moins importantes, souvent au sein des mêmes nations, des mêmes villes, des mêmes quartiers. On parle alors de “socio-géographie” de la pauvreté. La pauvreté et l’extrême pauvreté s’inscrivent enfin dans le temps de l’histoire, temps long des tendances de fond, temps court des inflexions infra-séculaires, temps présent de la pauvreté immédiate, de sorte qu’il est possible de parler d’une historiographie de la pauvreté. Qu’est-ce qu’être pauvre aujourd’hui? Que signifiait être pauvre hier ? Peut-on imaginer la pauvreté demain ? Le mot revêt-il le même sens à des époques différentes, dans des lieux différents, dans des histoires différentes ? Tenter de répondre à ces questions nécessiterait de longs développements, tant la polysémie du mot “pauvreté” est grande. Notre intention est ici plus modeste.

Continuer la lecture de « La pauvreté a-t-elle de l’avenir ? »
  1. Ce texte est le support d’une communication au colloque “Les pauvretés, d’hier, d’aujourd’hui, et demain?” organisé par le CNAHES Grand Est et l’ARHESS Lorraine Champagne Ardennes le 12 janvier 2022 à Nancy. Toutes les informations sur https://www.cnahes.org/le-cnahes-en-regions/grand-est/la-delegation-regionale/travaux-en-cours/les-pauvretes-dhier-daujourdhui-et-demain []
  2. Éradiquer la grande pauvreté à l’horizon 2030, avis du CESE, JO du 26 juin 2019 []

Mutuellisme et solidarité ouvrière dans la première moitié du XIXe siècle

Des sociétés de secours mutuels à la naissance du syndicalisme

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Mutuellisme et solidarité ouvrière dans la première moitié du XIXe siècle," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 09/06/2022, https://metavulnera.hypotheses.org/1846.

La Sécurité Sociale, instaurée en France à l’issue du deuxième conflit mondial1 constitue aujourd’hui encore le socle de la protection sociale. Mais l’idée de protection sociale organisée sur la base d’une éthique de la solidarité est en fait bien antérieure: “elle a un passé beaucoup plus long dans lequel l’initiative individuelle exercée en dehors de l’État a eu une place prédominante2”. C’est en particulier en France, le cas du secteur mutualiste. Ainsi, selon les dernières données disponibles de l’Enquête santé européenne – Enquête santé et protection sociale (EHIS-ESPS)3, 95% des français étaient couverts par une complémentaire santé en 2014 (dont 7 % par le biais de la couverture maladie universelle complémentaire CMU-C). Si l’on peut se réjouir d’un tel niveau, il signifie également “en creux” que 5 % des français ne bénéficient d’aucune complémentaire santé, cette situation s’aggravant pour les personnes à faibles ressources financières ou d’un milieu social défavorisé.

Continuer la lecture de « Mutuellisme et solidarité ouvrière dans la première moitié du XIXe siècle »
  1. Ordonnance du 19 octobre 1945. []
  2. Dreyfus, Michel. “La protection sociale libre et volontaire, notamment mutualiste, jusqu’aux années 1930“, Vie sociale, vol. 10, no. 2, 2015, pp. 17. []
  3. DREES, Etudes et résultats n° 1048, janvier 2018. []

Vénérables vieillards, vulnérables vieillards

A propos de la maltraitance envers les personnes âgées

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Vénérables vieillards, vulnérables vieillards," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 11/02/2022, https://metavulnera.hypotheses.org/1193.

La publication du livre “Les fossoyeurs” du journaliste indépendant Victor Castanet fin janvier 2022 1 a jeté un nouveau pavé dans la mare déjà nauséabonde de la maltraitance des personnes âgées en France. L’auteur précise dans une note en début d’ouvrage qu’il n’est pas question pour lui “de se livrer à un “ehpad bashing” ni de mettre en cause l’ensemble d’un secteur au sein duquel de nombreux groupes et des dizaines de milliers de personnes accomplissent, avec humanité et professionnalisme, une mission essentielle à notre société : la prise en charge des personnes âgées les plus vulnérables2. Cette précision était indispensable. L’enquête, réalisée entre février 2019 et décembre 2021, porte sur les établissements du groupe mondial privé ORPEA3 dont “il s’agit de mettre en lumière les pratiques douteuses“, mais aussi “de pointer les responsabilités du système de santé français et tout particulièrement des autorités de contrôle” et de “dépasser la question de la maltraitance institutionnelle“, terme utilisé depuis peu pour désigner pudiquement la faillite d’un système qui ne répond plus à son objectif premier de prise en charge bienveillante des personnes âgées dépendantes. Depuis, les témoignages et signalements de maltraitance de personnes âgées en EHPAD se sont multipliés: selon le président de la fédération 3977 4 Pierre Czernichow, l’affaire ORPEA a déclenché une forte augmentation des signalements auprès de la plateforme nationale et des relais territoriaux, passant de 20 à 30 signalements quotidiens il y a quinze jours à 50 aujourd’hui5.

Continuer la lecture de « Vénérables vieillards, vulnérables vieillards »
  1. Victor Castanet, Les fossoyeurs, Fayard 2022. []
  2. op. cit. []
  3. ORPEA est un groupe d’origine française, créée en 1989 par le docteur Jean-Claude Marian, devenu en une dizaine d’années un leader mondial du secteur, présent dans plus de vingt pays et dont plus de la moitié du réseau se situe aujourd’hui hors de France. Jean-Claude Marian, “exploitant de maisons de retraites” a passé la main à la tête du groupe en 2017, laissant derrière lui, selon le site Le revenu, un “bilan exceptionnel”. []
  4. La Fédération 3977 contre les maltraitances est un dispositif associatif d’alerte et de prévention des maltraitances envers les personnes en situation de vulnérabilité (notamment âgées ou en situation de handicap) en France, dont la création remonte à l’année 2008. []
  5. La Voix du Nord, EHPAD : les appels au 3977, pour signaler les maltraitances, «montent en flèche», en ligne le 5 février 2022. []

Vulnérabilités humaines, l’obsession du tri?

Billet du 17 janvier 2022

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Vulnérabilités humaines, l’obsession du tri?," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 17/01/2022, https://metavulnera.hypotheses.org/1166.

Le polémiste et candidat à la présidentielle Eric Zemmour a indigné l’ensemble de la classe politique, et au delà bon nombre de citoyens, en raison des propos qu’il a tenus le vendredi 14 janvier 2022 au cours de sa visite auprès d’un groupe d’enseignants dans la commune d’Honnecourt sur Escaut. Evoquant la scolarisation des enfants handicapés, il a dénoncé “l’obsession de l’inclusion”, considérant qu’il s’agissait d’une “mauvaise manière faite aux enfants et à ces enfants là, qui sont, les pauvres, complètement dépassés par les autres enfants, et aux enseignants”. Il a expliqué qu’il faut “effectivement des établissements spécialisés, sauf pour les gens légèrement handicapés évidemment”1. Cette déclaration du candidat de “la reconquête”, relayée par les médias, a au moins le mérite, d’évoquer la question du handicap dans la campagne présidentielle. Mais on peut, au delà de l’indignation légitime, déplorer l’absence de prise de position sur le fond, hormis quelques rares interventions relayées par la presse. Il ne suffit pas de dénoncer la stupidité, l’incompétence ou la brutalité d’un candidat, ou de réclamer qu’il fasse des excuses publiques pour considérer que le sujet est clos. Le monde politique se serait honoré si, au delà de la polémique, il en avait profité pour remettre au centre des préoccupations la situation des personnes en situation de handicap, et parmi elles, la question de la scolarisation.

Continuer la lecture de « Vulnérabilités humaines, l’obsession du tri? »
  1. BFM TV, 15 janvier 2022 []

Réparer la vulnérabilité: charité privée, cause publique et éthique: l’exemple du téléthon.

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Réparer la vulnérabilité: charité privée, cause publique et éthique: l’exemple du téléthon.," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 03/12/2021, https://metavulnera.hypotheses.org/1035.

Les 3 et 4 décembre 2021, se déroule la trente cinquième édition du téléthon. Cette grande manifestation caritative télévisuelle organisée sur les chaînes publiques par l’AFM-telethon1 en faveur de la lutte contre les myopathies mobilise tous les ans de nombreux acteurs, bénévoles, professionnels de santé, personnalités, sportifs, médias, spectateurs, etc. En une trentaine d’année, l’exemple du téléthon met en évidence le rôle et la place des associations de malades dans le système de santé2, reflet d’une tendance générale à la pénétration de la recherche académique et publique (recherche universitaire sous contrôle de l’Etat) par des acteurs externes qui revendiquent un droit de regard et un pouvoir d’influence sur celle-ci3. Au total, c’est de l’ordre de 5 millions de français qui, à un moment ou un autre, participent à plus de trente heures d’émission, de défis et de retransmissions. Chaque année, un parrain est élu pour être le porte-parole des causes défendues par l’association. Il “prête sa voix, use de son temps et de son influence”4, mais plus que cela, il s’investit en amont de la manifestation en rencontrant les différentes parties prenantes, visitant les laboratoires, s’informant sur les avancées de la recherche, donnant de la visibilité à la cause des maladies rares auprès du public. Après le chanteur, acteur et danseur français Matt Pokora en 2020, c’est au tour du rappeur Soprano d’assurer ce rôle pour 2021. Depuis le premier téléthon organisé en 1987 avec Jerry Lewis comme parrain, c’est au total plus de deux milliards d’euros qui ont été collecté5. Le téléthon demeure ainsi, et de loin, la plus grosse collecte caritative au monde6. En 2019, les recettes provenant du téléthon ont représenté 79% des recettes de l’AFM-téléthon7, mettant en évidence l’importance pour le financement des actions de recherche et de soutien aux enfants et aux familles, mais aussi la possible fragilité d’une source de financement liée quasi exclusivement à la solidarité privée. Près de 40 % des recettes du téléthon proviennent des animations de terrain, ce que les organisateurs appelle la “force T”.

Continuer la lecture de « Réparer la vulnérabilité: charité privée, cause publique et éthique: l’exemple du téléthon. »
  1. En 1958, “une poignée de parents révoltés contre l’ignorance et l’impuissance de la médecine et de la science face aux maladies neuromusculaires qui touchent leurs enfants, décident de se lancer dans le combat et créent l’Association française pour la myopathie (AFM). Yolaine de Kepper, mère de sept enfants, dont quatre atteints par la myopathie de Duchenne, est la fondatrice et la première présidente de l’Association Source afm-telethon.fr [consulté le 27 novembre 2021]. []
  2. S’agissant des amyotrophies spinales infantiles, il existe en France deux autres associations de parents: ECLAS (ensemble contre l’amyotrophie spinale de type 1) créée en 2013 et FSMA France ( Familles SMA France, fondée en 2015). Le site care.togetherinsma.fr met en évidence les interactions et les relations dans la “communauté SMA” internationale entre associations et regroupement d’associations, fondations, laboratoires. []
  3. Bernard Kahane, Charity business et politiques de recherche sur la santé : comment l’AFM mobilise la recherche publique, Sociologie du travail, vol. 42 n°1, Les acteurs de la santé publique et les réformes (janvier-mars 2000), p.114. []
  4. Mathilde Dousset, Le rôle des stars lors du Téléthon en tant que parrain/marraine, publié en ligne sur telestar.fr le 2 novembre 2021 sur [consulté le 23 novembre 2021]. []
  5. Exactement 2 083 798 825 €, selon le site du téléthon 2921 [evenement.telethon.fr/2021, consulté le 23 novembre 2021]. []
  6. Clément Lesaffre, Europe 1 en ligne le 2 décembre 2016 [consulté le 23 novembre 2021] []
  7. Rapport annuel de l’AFM 2019, p. 19. []

Vulnérable Eglise

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Vulnérable Eglise," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 28/10/2021, https://metavulnera.hypotheses.org/943.

“Cum pueris1

Le 5 octobre dernier, la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Eglise (CIASE), dite commission Sauvé du nom de son président Jean-Marc Sauvé, a rendu son rapport à l’issue de deux ans et demi de travail. Ce rapport de 548 pages, complété par une annexe de témoignages de plus de 200 pages, a fait l’effet d’une bombe aussi bien en France qu’à l’étranger, tant chez les catholiques, laïcs ou clercs, que chez les croyants d’autres traditions ou les non croyants. Le résumé de 48 pages publié en même temps en fait une synthèse fort appréciable. Les témoignages glaçants et bouleversants recueillis et organisés dans l’annexe remplissent d’effroi et de terreur le lecteur, tant ils contextualisent, au delà des mots, les gestes, les lieux, jusqu’aux odeurs du scandale.

Ce travail qui s’étend sur la période allant de 1950 jusqu’à 2020, conduit à estimer à 216000 le nombre de victimes mineures de clercs et de religieux depuis 1950. Si l’on ajoute les personnes agressées par des laïcs travaillant dans des institutions de l’Eglise, ce nombre monte à 330 000. La commission a également estimé le nombre d’agresseurs, prêtres ou religieux, de 2900 à 3200 sur la même période, chiffre qu’elle considère comme une estimation minimale. L’ampleur et la continuité des agressions, associées aux silence ou aux défaillances de l’Eglise catholique face aux actes de pédocriminalité commis en son sein depuis les années 1950 ont conduit la commission à qualifier de systémique ces abus et violences sexuelles. Avec un taux de prévalence de 1,2%2, le milieu ecclésiastique se situe derrière un autre milieu “producteur” de violences sexuelles, celles constituées par les agressions par un membre de la famille (3,7%).

Continuer la lecture de « Vulnérable Eglise »
  1. Expression retenue dans les archives l’Eglise catholique pour qualifier les dossiers d’abus sexuels commis par des prêtres []
  2. Pourcentage de personnes déclarant avoir subi des violences sexuelles avant 18 ans dans les personnes en lien avec l’Eglise. []

Anti-vaccins: mesure et démesure d’une opposition

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Anti-vaccins: mesure et démesure d’une opposition," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 26/07/2021, https://metavulnera.hypotheses.org/904.

Il aura suffi de quelques semaines pour que nous passions du bonheur légitime d’une liberté presqu’entièrement retrouvée, à l’angoisse d’une quatrième vague de contamination. Au moment où nous sortons progressivement des mesures de restrictions sanitaires liées à la pandémie de la Covid 19, la propagation du variant “delta”, particulièrement sur les zones de vacances en cet été de relâchement, nous rappelle cruellement à la réalité d’une crise sanitaire toujours présente. La France est de nouveau passée au dessus du seuil d’alerte en fin de semaine dernière, avec un taux d’incidence de plus de 50 sur 100 000 habitants, en augmentation de 80% sur une semaine. Plus d’une trentaine de départements, essentiellement sur les côtes atlantique et méditerranéenne, ont dépassé ce seuil, avec des situations très préoccupantes, en particulier dans le sud-ouest, le sud-est, les Pyrénées orientales et la Haute Corse1. Face à cette situation préoccupante, le gouvernement propose une série de nouvelles mesures anti-covid qui ont fait l’objet de débats parlementaires houleux, puis d’un vote et finalement, d’un texte validé par la Commission Mixte Paritaire le 25 juillet 20212. Ces mesures concernent l’extension du passe sanitaire, l’isolement obligatoire des cas positifs et l’obligation vaccinale de certains professionnels. La grande majorité des français, sans attendre l’adoption de ces nouvelles mesures, ont réinvesti les centres de vaccination, que ce soit sur leur résidence principale ou dans les lieux de villégiature. Dans le même temps, des centres de vaccination ont été vandalisés ou ont subi des actes de malveillance. La question de l’obligation vaccinale est de nouveau posée, que ce soit directement, pour les professions de santé et médicosociales (dont l’article 5 du projet de loi fait l’énumération exhaustive, allant des personnels des établissements et centres de santé aux personnels des transports sanitaires et prestataires de services), ou indirectement, via l’exigence et le contrôle du passe sanitaire sur certains lieux ou dans certaines situations (article premier du projet de loi). Les plateaux de télévision et les studios de radio sont de nouveau investis par les experts de tous poils, souvent les mêmes, dépêchés à la hâte depuis leurs lieux de vacances pour commenter à chaud la situation sanitaire et les mesures envisagées, considérées comme salutaires par les uns, reflet d’une prise en compte raisonnée de la nouvelle donne pandémique, liberticides par les autres, au nom de la défense d’un libre-arbitre supposé responsable face à la la mise en place d’une présumée “dictature sanitaire”. Une nouvelle période anxiogène s’ouvre et, comme à l’accoutumée, cette anxiété, légitime, lorsqu’elle oblige à un débat raisonné et prudent, conduit à la démesure des propos et des actes.

Continuer la lecture de « Anti-vaccins: mesure et démesure d’une opposition »
  1. Covid 19: ces départements désormais au dessus du site d’alerte, Julien CHABROUT, L’Express en ligne, publié le 19 juillet 2021, consulté le 20 juillet 2021 []
  2. Texte nº 4416, adopté par la commission mixte paritaire chargée de proposer un texte les dispositions restant en discussion du projet de loi rétablissant et complétant l’état d’urgence sanitaire. []

De la charité à la bientraitance

Les métamorphoses de la vulnérabilité en France, XIXe – XXIe siècles.

Problèmes et questions

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "De la charité à la bientraitance," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 05/07/2021, https://metavulnera.hypotheses.org/886.

La crise sanitaire que nous vivons encore aujourd’hui avec la pandémie de la Covid 19 débutée le 1er décembre 2019 a mis en avant la grande vulnérabilité sanitaire d’un monde ouvert et interconnecté où les échanges mondiaux véhiculent non seulement les hommes et les biens, mais aussi les virus. Si la situation sanitaire semble en voie d’être maîtrisée dans les pays développés de l’Europe, de l’Amérique du Nord, ou de l’Asie1, elle reste très préoccupante pour la majorité de la population mondiale dans des pays où les systèmes de santé et le contexte politique sont moins favorables, en particulier en Amérique du Sud, en Inde ou sur le continent africain. La pandémie aura sans aucun doute augmenté les inégalités entre les pays pauvres et les pays riches et au sein des pays, entre classes aisées et personnes défavorisées. Les systèmes d’aide et de compensation mis en place notamment en France par le gouvernement ont permis de soutenir une économie et une société malmenées par les contraintes sanitaires. Pour autant, la crise sanitaire a également révélé au grand jour les angles morts d’une société qui laisse sur le côté de la route bon nombre de ses membres. La maladie et la mort ont touché très inégalement les personnes, les catégories de population, les régions2. Les médias ont plus souvent parlé des catégories aisées, des salariés du tertiaire, qui ont pu se protéger en télétravaillant ou en se réfugiant dans une résidence secondaire moins exposée, que des personnes vivant dans des appartements surpeuplés, n’ayant aucune possibilité de travailler à distance soit parce que leur travail ne le permettait pas, soit aussi parce que l’équipement informatique et numérique faisait défaut, ou des étudiants sans ressources, souvent étrangers, livrés à eux-mêmes dans des cités universitaires désertées par les services d’accompagnement. La pandémie a mis de nouveau au devant de la scène, en les amplifiant, les fractures sociale, économique, numérique, qui traversent notre société depuis plusieurs années.

Autre convulsion, cette fois sociale, la mobilisation hors norme des “gilets jaunes” depuis “l’acte 1” du 17 novembre, qualifiée, selon les cas, de crise, de révolte, de jacquerie des temps modernes, ou bien d’insurrection, a déjà fait l’objet de nombreux commentaires. Si le mouvement a été déclenché par des appels à manifester contre l’augmentation des taxes sur les carburants automobiles, il a rapidement aggloméré un ensemble de revendications et de demandes sociales et politiques. Quel que soit le prisme de l’analyse, un élément permanent semble se détacher, celui de l’expression de formes diverses de vulnérabilités. Le gilet jaune réglementaire de nos voitures, symboles de mobilité et d’autonomie, attire l’attention sur notre vulnérabilité, lorsque nous sommes amenés à l’endosser au bord de la route en cas de panne. Il est le moyen d’accroître notre visibilité au regard des risques d’une circulation qui se poursuit, comme un danger permanent, alors que nous sommes contraints à l’immobilité, à l’instar de tous les “laissés pour compte” d’une société productrice d’exclusion.  Il permet de rendre visible ce qui est vulnérable, aux yeux des classes supérieures et dirigeantes surprises par l’ampleur et la durée du mouvement, convaincues encore  de l’efficacité de la supposée “théorie du ruissellement” pourtant elle-même critiquée par un grand nombre d’économistes, en lieu et place de l’action sociale d’un état providence en perte de vitesse. Le “peuple des ronds points3” s’il a aujourd’hui déserté nos routes pour cause de pandémie, et ne fait plus l’actualité médiatique, continue cependant d’exister. Il est d’ailleurs probable qu’une fois les contraintes sanitaires levées, autorisant de nouveau les rassemblements, les gilets jaunes, les mêmes ou d’autres catégories, se retrouvent de nouveau sur les ronds points ou engagent d’autres formes de revendications.

Continuer la lecture de « De la charité à la bientraitance »
  1. Sous réserve de l’impact que pourrait avoir un nouveau variant, comme actuellement le variant “delta” qui pourrait faire craindre une quatrième vague de contamination dès la fin du mois de juillet. []
  2. BRUNNER Anne, Rapport sur les inégalités en France 2021, Introduction p. 3. []
  3. RICHARD Hélène (coord.)Le peuple des ronds points, Manière de voir, n° 168, décembre 2019 – janvier 2020. []

Compter les pauvres, du Moyen-Âge à nos jours – Episode 4

Les vulnérabilités, au risque du dénombrement

Du “comptage” des pauvres à la mesure de la pauvreté: la statistique mondialisée au détriment d’une approche plus humaniste1?

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Compter les pauvres, du Moyen-Âge à nos jours – Episode 4," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 19/05/2021, https://metavulnera.hypotheses.org/865.

Après les luttes politiques de la fin du XIXe siècle, la France du début du XXe siècle apparaît comme solidement ancrée dans une culture politique républicaine largement admise par la majorité de ses citoyens : liberté, égalité, droits de l’homme constituent les fondements de l’organisation de l’État et de la société dans une République porteuse des valeurs de progrès2. La solidarité entre les hommes,  théorisée par Léon Bourgeois dans le solidarisme, veut être une alternative laïque à la charité chrétienne en substituant à la « dette d’amour envers Dieu et le Christ», la dette sociale dont chaque membre de la société est débiteur selon sa position sociale :

L’homme vivant dans la société, et ne pouvant vivre sans elle, est à toute heure un débiteur envers elle. Là est la base de ses devoirs, la charge de sa liberté. L’obéissance au devoir social n’est que l’acceptation d’une charge en échange d’un profit. C’est la reconnaissance d’une dette

Léon BOURGEOIS, Solidarité, Paris, Colin, 1902, p. 101.

La construction de l’État social se réalise dans un réajustement des trois éléments que sont le « collectif de producteurs pour qu’il fasse société, le droit pour qu’il puisse réguler autre chose que des contrats personnels, et la propriété pour qu’elle assure des protections publiques sans contredire aux intérêts privés3». Dans la perspective de ce solidarisme, l’État, garant de la justice sociale, est le gestionnaire de l’intérêt collectif: il donne à ceux qui sont créanciers et fait payer ceux qui sont débiteurs4.

Continuer la lecture de « Compter les pauvres, du Moyen-Âge à nos jours – Episode 4 »
  1. Cette série d’articles a été rédigée dans le cadre de la réflexion animée par le CNAHES Grand Est et l’AREHSS Lorraine Champagne Ardennes « Les pauvretés, hier, aujourd’hui et demain? ». Ils sont également disponible sur le site du CNAHES: https://www.cnahes.org/le-cnahes-en-regions/grand-est/la-delegation-regionale/travaux-en-cours/les-pauvretes-dhier-daujourdhui-et-demain/ []
  2. Serge BERSTEIN, Pierre MILZA, Histoire de la France au XXe siècle, Perrin,2009  tome 1, p. 24. []
  3. Robert CASTEL, Les métamorphoses de la question sociale, Une critique du salariat, Fayard 1995, p. 273. []
  4. Léon BOUGEOIS, op.cit. p. 94. []

Compter les pauvres, du Moyen-Âge à nos jours – Episode 3

Les vulnérabilités, au risque du dénombrement

Du second Empire à la troisième République: les pauvres en tant que classe sociale et l’enjeu de solidarité1

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Compter les pauvres, du Moyen-Âge à nos jours – Episode 3," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 23/04/2021, https://metavulnera.hypotheses.org/837.

Quel regard porter sur la pauvreté dans la France au XIXe siècle ?

Si en ce début de siècle, la France reste, après la Russie, la deuxième puissance d’Europe par son nombre d’habitants malgré les saignées des guerres de la République et de l’Empire2, elle est, après la défaite de Waterloo et la seconde abdication de Napoléon Ier, considérablement affaiblie sur le plan économique. Pour autant, le bilan au tournant du siècle est en demi-teinte. La France présente plusieurs visages : l’industrialisation progresse de façon inégale selon les secteurs, et permet le développement d’une bourgeoisie industrielle. Mais la société reste jusqu’à la moitié du siècle, une société fondamentalement agricole. La propriété foncière continue à être un marqueur essentiel de la richesse. Au début du siècle, le pays est peuplé et peu urbanisé. Il faut attendre les années 1820 pour constater un démarrage tardif, mais encore modeste de l’urbanisation : entre 1821 et 1846, la population des villes augmente de 31%, contre seulement 16,2% pour la population totale, avec un fort déséquilibre entre Paris, dont la population augmente de 47,6%, et les autres villes3. Par comparaison, les campagnes sont surpeuplées, mêlant activités agricoles et activités manufacturières, réalisées souvent à domicile. Il faut attendre les crises de 1846-18514 pour constater une diminution de l’accroissement naturel de la population et une baisse importante de la population rurale au profit des villes : pour plus de la moitié des départements, la population a diminué, et pour les deux-tiers d’entre eux le solde migratoire est négatif5. L’industrialisation croissante entraîne une massification de la pauvreté : le concept de paupérisme est créé à cette époque. Des écrits de penseurs et d’hommes politiques aussi divers que Tocqueville, Marx, le Prince Napoléon Bonaparte, des syndicalistes, examinent les conditions de son extinction.

Dans ce contexte, la condition du pauvre a-t-elle évoluée ? La pauvreté est-elle comparable aux époques précédentes ? L’industrialisation croissante en modifie-t-elle ses caractéristiques ?

Continuer la lecture de « Compter les pauvres, du Moyen-Âge à nos jours – Episode 3 »
  1. Cette série d’articles a été rédigée dans le cadre de la réflexion animée par le CNAHES Grand Est et l’AREHSS Lorraine Champagne Ardennes “Les pauvretés, hier, aujourd’hui et demain?”. Ils sont également disponible sur le site du CNAHES: https://www.cnahes.org/le-cnahes-en-regions/grand-est/la-delegation-regionale/travaux-en-cours/les-pauvretes-dhier-daujourdhui-et-demain/ []
  2. La France, dans ses frontières du Congrès de Vienne, comprend 29,4 millions d’habitants, loin derrière la Russie qui en compte 46,8 millions. []
  3. Dominique BARJOT, Jean-Pierre CHALINE, André ENCREVE, La France au XIX° siècle, PUF Quadriges, 2014, p. 57. []
  4. Crise agricole de 1846-1847, crises financière, industrielle et commerciale de 1847, troubles révolutionnaires de 1848 et dépression économique des années 1848-1851. []
  5. Ibid. p. 61-62. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search