Vulnérable Eglise

“Cum pueris1

Le 5 octobre dernier, la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Eglise (CIASE), dite commission Sauvé du nom de son président Jean-Marc Sauvé, a rendu son rapport à l’issue de deux ans et demi de travail. Ce rapport de 548 pages, complété par une annexe de témoignages de plus de 200 pages, a fait l’effet d’une bombe aussi bien en France qu’à l’étranger, tant chez les catholiques, laïcs ou clercs, que chez les croyants d’autres traditions ou les non croyants. Le résumé de 48 pages publié en même temps en fait une synthèse fort appréciable. Les témoignages glaçants et bouleversants recueillis et organisés dans l’annexe remplissent d’effroi et de terreur le lecteur, tant ils contextualisent, au delà des mots, les gestes, les lieux, jusqu’aux odeurs du scandale.

Ce travail qui s’étend sur la période allant de 1950 jusqu’à 2020, conduit à estimer à 216000 le nombre de victimes mineures de clercs et de religieux depuis 1950. Si l’on ajoute les personnes agressées par des laïcs travaillant dans des institutions de l’Eglise, ce nombre monte à 330 000. La commission a également estimé le nombre d’agresseurs, prêtres ou religieux, de 2900 à 3200 sur la même période, chiffre qu’elle considère comme une estimation minimale. L’ampleur et la continuité des agressions, associées aux silence ou aux défaillances de l’Eglise catholique face aux actes de pédocriminalité commis en son sein depuis les années 1950 ont conduit la commission à qualifier de systémique ces abus et violences sexuelles. Avec un taux de prévalence de 1,2%2, le milieu ecclésiastique se situe derrière un autre milieu “producteur” de violences sexuelles, celles constituées par les agressions par un membre de la famille (3,7%).

Continuer la lecture de « Vulnérable Eglise »
  1. Expression retenue dans les archives l’Eglise catholique pour qualifier les dossiers d’abus sexuels commis par des prêtres []
  2. Pourcentage de personnes déclarant avoir subi des violences sexuelles avant 18 ans dans les personnes en lien avec l’Eglise. []

Anti-vaccins: mesure et démesure d’une opposition

Il aura suffi de quelques semaines pour que nous passions du bonheur légitime d’une liberté presqu’entièrement retrouvée, à l’angoisse d’une quatrième vague de contamination. Au moment où nous sortons progressivement des mesures de restrictions sanitaires liées à la pandémie de la Covid 19, la propagation du variant “delta”, particulièrement sur les zones de vacances en cet été de relâchement, nous rappelle cruellement à la réalité d’une crise sanitaire toujours présente. La France est de nouveau passée au dessus du seuil d’alerte en fin de semaine dernière, avec un taux d’incidence de plus de 50 sur 100 000 habitants, en augmentation de 80% sur une semaine. Plus d’une trentaine de départements, essentiellement sur les côtes atlantique et méditerranéenne, ont dépassé ce seuil, avec des situations très préoccupantes, en particulier dans le sud-ouest, le sud-est, les Pyrénées orientales et la Haute Corse1. Face à cette situation préoccupante, le gouvernement propose une série de nouvelles mesures anti-covid qui ont fait l’objet de débats parlementaires houleux, puis d’un vote et finalement, d’un texte validé par la Commission Mixte Paritaire le 25 juillet 20212. Ces mesures concernent l’extension du passe sanitaire, l’isolement obligatoire des cas positifs et l’obligation vaccinale de certains professionnels. La grande majorité des français, sans attendre l’adoption de ces nouvelles mesures, ont réinvesti les centres de vaccination, que ce soit sur leur résidence principale ou dans les lieux de villégiature. Dans le même temps, des centres de vaccination ont été vandalisés ou ont subi des actes de malveillance. La question de l’obligation vaccinale est de nouveau posée, que ce soit directement, pour les professions de santé et médicosociales (dont l’article 5 du projet de loi fait l’énumération exhaustive, allant des personnels des établissements et centres de santé aux personnels des transports sanitaires et prestataires de services), ou indirectement, via l’exigence et le contrôle du passe sanitaire sur certains lieux ou dans certaines situations (article premier du projet de loi). Les plateaux de télévision et les studios de radio sont de nouveau investis par les experts de tous poils, souvent les mêmes, dépêchés à la hâte depuis leurs lieux de vacances pour commenter à chaud la situation sanitaire et les mesures envisagées, considérées comme salutaires par les uns, reflet d’une prise en compte raisonnée de la nouvelle donne pandémique, liberticides par les autres, au nom de la défense d’un libre-arbitre supposé responsable face à la la mise en place d’une présumée “dictature sanitaire”. Une nouvelle période anxiogène s’ouvre et, comme à l’accoutumée, cette anxiété, légitime, lorsqu’elle oblige à un débat raisonné et prudent, conduit à la démesure des propos et des actes.

Continuer la lecture de « Anti-vaccins: mesure et démesure d’une opposition »
  1. Covid 19: ces départements désormais au dessus du site d’alerte, Julien CHABROUT, L’Express en ligne, publié le 19 juillet 2021, consulté le 20 juillet 2021 []
  2. Texte nº 4416, adopté par la commission mixte paritaire chargée de proposer un texte les dispositions restant en discussion du projet de loi rétablissant et complétant l’état d’urgence sanitaire. []

De la charité à la bientraitance

Les métamorphoses de la vulnérabilité en France, XIXe – XXIe siècles.

Problèmes et questions

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "De la charité à la bientraitance," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 05/07/2021, https://metavulnera.hypotheses.org/886.

La crise sanitaire que nous vivons encore aujourd’hui avec la pandémie de la Covid 19 débutée le 1er décembre 2019 a mis en avant la grande vulnérabilité sanitaire d’un monde ouvert et interconnecté où les échanges mondiaux véhiculent non seulement les hommes et les biens, mais aussi les virus. Si la situation sanitaire semble en voie d’être maîtrisée dans les pays développés de l’Europe, de l’Amérique du Nord, ou de l’Asie1, elle reste très préoccupante pour la majorité de la population mondiale dans des pays où les systèmes de santé et le contexte politique sont moins favorables, en particulier en Amérique du Sud, en Inde ou sur le continent africain. La pandémie aura sans aucun doute augmenté les inégalités entre les pays pauvres et les pays riches et au sein des pays, entre classes aisées et personnes défavorisées. Les systèmes d’aide et de compensation mis en place notamment en France par le gouvernement ont permis de soutenir une économie et une société malmenées par les contraintes sanitaires. Pour autant, la crise sanitaire a également révélé au grand jour les angles morts d’une société qui laisse sur le côté de la route bon nombre de ses membres. La maladie et la mort ont touché très inégalement les personnes, les catégories de population, les régions2. Les médias ont plus souvent parlé des catégories aisées, des salariés du tertiaire, qui ont pu se protéger en télétravaillant ou en se réfugiant dans une résidence secondaire moins exposée, que des personnes vivant dans des appartements surpeuplés, n’ayant aucune possibilité de travailler à distance soit parce que leur travail ne le permettait pas, soit aussi parce que l’équipement informatique et numérique faisait défaut, ou des étudiants sans ressources, souvent étrangers, livrés à eux-mêmes dans des cités universitaires désertées par les services d’accompagnement. La pandémie a mis de nouveau au devant de la scène, en les amplifiant, les fractures sociale, économique, numérique, qui traversent notre société depuis plusieurs années.

Autre convulsion, cette fois sociale, la mobilisation hors norme des “gilets jaunes” depuis “l’acte 1” du 17 novembre, qualifiée, selon les cas, de crise, de révolte, de jacquerie des temps modernes, ou bien d’insurrection, a déjà fait l’objet de nombreux commentaires. Si le mouvement a été déclenché par des appels à manifester contre l’augmentation des taxes sur les carburants automobiles, il a rapidement aggloméré un ensemble de revendications et de demandes sociales et politiques. Quel que soit le prisme de l’analyse, un élément permanent semble se détacher, celui de l’expression de formes diverses de vulnérabilités. Le gilet jaune réglementaire de nos voitures, symboles de mobilité et d’autonomie, attire l’attention sur notre vulnérabilité, lorsque nous sommes amenés à l’endosser au bord de la route en cas de panne. Il est le moyen d’accroître notre visibilité au regard des risques d’une circulation qui se poursuit, comme un danger permanent, alors que nous sommes contraints à l’immobilité, à l’instar de tous les “laissés pour compte” d’une société productrice d’exclusion.  Il permet de rendre visible ce qui est vulnérable, aux yeux des classes supérieures et dirigeantes surprises par l’ampleur et la durée du mouvement, convaincues encore  de l’efficacité de la supposée “théorie du ruissellement” pourtant elle-même critiquée par un grand nombre d’économistes, en lieu et place de l’action sociale d’un état providence en perte de vitesse. Le “peuple des ronds points3” s’il a aujourd’hui déserté nos routes pour cause de pandémie, et ne fait plus l’actualité médiatique, continue cependant d’exister. Il est d’ailleurs probable qu’une fois les contraintes sanitaires levées, autorisant de nouveau les rassemblements, les gilets jaunes, les mêmes ou d’autres catégories, se retrouvent de nouveau sur les ronds points ou engagent d’autres formes de revendications.

Continuer la lecture de « De la charité à la bientraitance »
  1. Sous réserve de l’impact que pourrait avoir un nouveau variant, comme actuellement le variant “delta” qui pourrait faire craindre une quatrième vague de contamination dès la fin du mois de juillet. []
  2. BRUNNER Anne, Rapport sur les inégalités en France 2021, Introduction p. 3. []
  3. RICHARD Hélène (coord.)Le peuple des ronds points, Manière de voir, n° 168, décembre 2019 – janvier 2020. []

Compter les pauvres, du Moyen-Âge à nos jours – Episode 4

Les vulnérabilités, au risque du dénombrement

Du “comptage” des pauvres à la mesure de la pauvreté: la statistique mondialisée au détriment d’une approche plus humaniste1?

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Compter les pauvres, du Moyen-Âge à nos jours – Episode 4," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 19/05/2021, https://metavulnera.hypotheses.org/865.

Après les luttes politiques de la fin du XIXe siècle, la France du début du XXe siècle apparaît comme solidement ancrée dans une culture politique républicaine largement admise par la majorité de ses citoyens : liberté, égalité, droits de l’homme constituent les fondements de l’organisation de l’État et de la société dans une République porteuse des valeurs de progrès2. La solidarité entre les hommes,  théorisée par Léon Bourgeois dans le solidarisme, veut être une alternative laïque à la charité chrétienne en substituant à la « dette d’amour envers Dieu et le Christ», la dette sociale dont chaque membre de la société est débiteur selon sa position sociale :

L’homme vivant dans la société, et ne pouvant vivre sans elle, est à toute heure un débiteur envers elle. Là est la base de ses devoirs, la charge de sa liberté. L’obéissance au devoir social n’est que l’acceptation d’une charge en échange d’un profit. C’est la reconnaissance d’une dette

Léon BOURGEOIS, Solidarité, Paris, Colin, 1902, p. 101.

La construction de l’État social se réalise dans un réajustement des trois éléments que sont le « collectif de producteurs pour qu’il fasse société, le droit pour qu’il puisse réguler autre chose que des contrats personnels, et la propriété pour qu’elle assure des protections publiques sans contredire aux intérêts privés3». Dans la perspective de ce solidarisme, l’État, garant de la justice sociale, est le gestionnaire de l’intérêt collectif: il donne à ceux qui sont créanciers et fait payer ceux qui sont débiteurs4.

Continuer la lecture de « Compter les pauvres, du Moyen-Âge à nos jours – Episode 4 »
  1. Cette série d’articles a été rédigée dans le cadre de la réflexion animée par le CNAHES Grand Est et l’AREHSS Lorraine Champagne Ardennes « Les pauvretés, hier, aujourd’hui et demain? ». Ils sont également disponible sur le site du CNAHES: https://www.cnahes.org/le-cnahes-en-regions/grand-est/la-delegation-regionale/travaux-en-cours/les-pauvretes-dhier-daujourdhui-et-demain/ []
  2. Serge BERSTEIN, Pierre MILZA, Histoire de la France au XXe siècle, Perrin,2009  tome 1, p. 24. []
  3. Robert CASTEL, Les métamorphoses de la question sociale, Une critique du salariat, Fayard 1995, p. 273. []
  4. Léon BOUGEOIS, op.cit. p. 94. []

Compter les pauvres, du Moyen-Âge à nos jours – Episode 3

Les vulnérabilités, au risque du dénombrement

Du second Empire à la troisième République: les pauvres en tant que classe sociale et l’enjeu de solidarité1

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Compter les pauvres, du Moyen-Âge à nos jours – Episode 3," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 23/04/2021, https://metavulnera.hypotheses.org/837.

Quel regard porter sur la pauvreté dans la France au XIXe siècle ?

Si en ce début de siècle, la France reste, après la Russie, la deuxième puissance d’Europe par son nombre d’habitants malgré les saignées des guerres de la République et de l’Empire2, elle est, après la défaite de Waterloo et la seconde abdication de Napoléon Ier, considérablement affaiblie sur le plan économique. Pour autant, le bilan au tournant du siècle est en demi-teinte. La France présente plusieurs visages : l’industrialisation progresse de façon inégale selon les secteurs, et permet le développement d’une bourgeoisie industrielle. Mais la société reste jusqu’à la moitié du siècle, une société fondamentalement agricole. La propriété foncière continue à être un marqueur essentiel de la richesse. Au début du siècle, le pays est peuplé et peu urbanisé. Il faut attendre les années 1820 pour constater un démarrage tardif, mais encore modeste de l’urbanisation : entre 1821 et 1846, la population des villes augmente de 31%, contre seulement 16,2% pour la population totale, avec un fort déséquilibre entre Paris, dont la population augmente de 47,6%, et les autres villes3. Par comparaison, les campagnes sont surpeuplées, mêlant activités agricoles et activités manufacturières, réalisées souvent à domicile. Il faut attendre les crises de 1846-18514 pour constater une diminution de l’accroissement naturel de la population et une baisse importante de la population rurale au profit des villes : pour plus de la moitié des départements, la population a diminué, et pour les deux-tiers d’entre eux le solde migratoire est négatif5. L’industrialisation croissante entraîne une massification de la pauvreté : le concept de paupérisme est créé à cette époque. Des écrits de penseurs et d’hommes politiques aussi divers que Tocqueville, Marx, le Prince Napoléon Bonaparte, des syndicalistes, examinent les conditions de son extinction.

Dans ce contexte, la condition du pauvre a-t-elle évoluée ? La pauvreté est-elle comparable aux époques précédentes ? L’industrialisation croissante en modifie-t-elle ses caractéristiques ?

Continuer la lecture de « Compter les pauvres, du Moyen-Âge à nos jours – Episode 3 »
  1. Cette série d’articles a été rédigée dans le cadre de la réflexion animée par le CNAHES Grand Est et l’AREHSS Lorraine Champagne Ardennes “Les pauvretés, hier, aujourd’hui et demain?”. Ils sont également disponible sur le site du CNAHES: https://www.cnahes.org/le-cnahes-en-regions/grand-est/la-delegation-regionale/travaux-en-cours/les-pauvretes-dhier-daujourdhui-et-demain/ []
  2. La France, dans ses frontières du Congrès de Vienne, comprend 29,4 millions d’habitants, loin derrière la Russie qui en compte 46,8 millions. []
  3. Dominique BARJOT, Jean-Pierre CHALINE, André ENCREVE, La France au XIX° siècle, PUF Quadriges, 2014, p. 57. []
  4. Crise agricole de 1846-1847, crises financière, industrielle et commerciale de 1847, troubles révolutionnaires de 1848 et dépression économique des années 1848-1851. []
  5. Ibid. p. 61-62. []

Compter les pauvres, du Moyen Âge à nos jours – Episode 2

Les vulnérabilités au risque du dénombrement, communication en quatre épisodes1

Les Lumières et la pauvreté: les débuts d’une clarification?

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Compter les pauvres, du Moyen Âge à nos jours – Episode 2," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 28/03/2021, https://metavulnera.hypotheses.org/787.

Quelle place occupe les pauvres dans la population française après les mesures d’assistance et d’exclusion mises en œuvre tout au long du « grand siècle »? Peut-on distinguer effectivement les pauvres, des vagabonds et des mendiants? Les dernières années du XVII° siècle et le début du XVIII° sont des années marquées par la famine, la désolation. et les épidémies (grande famine des années 1693 – 1694, grande famine de 1709). Les populations sont jetées sur les routes, la mendicité se développe, les miséreux meurent au hasard de leur errance ou affluent dans les villes pour chercher du secours. En 1700, une nouvelle déclaration royale2 « contre les mendians et les vagabonds », constatant que « la plupart ont trouvé tant de douceur à gagner par la mandicité dans une vie libertine et fainéante, beaucoup plus que par le travail le plus rude et le plus continu qu’ils ne pouvaient faire » ordonne de nouveau à toute personne âgée de quinze ans ou plus de travailler aux ouvrages dont ils peuvent être capables, dans les lieux de leur naissance ou dans ceux où ils demeurent depuis plusieurs années, sous peine d’être considérés comme vagabonds et sanctionnés comme tels. Des amendes sont également prévues pour ceux qui secourent les mendiants et vagabonds. Ceux-ci sont classés en deux catégories : ceux qui peuvent travailler, et doivent être affectés aux travaux agricoles ou aux ateliers créés à cet effet, ceux qui ne sont pas en état de travailler, qui doivent rejoindre les hôpitaux généraux pour y être traités comme les pauvres malades, les vieux et les invalides. La situation des enfants mendiants et vagabonds qui ne sont pas en âge de travailler est précisée : ceux-ci doivent être enfermés dans les hôpitaux généraux pour recevoir une instruction jusqu’à ce qu’ils soient en état de gagner leur vie. Des mesures de police et de justices, graduées, selon qu’il y ait récidive ou non, sont prévues.

Continuer la lecture de « Compter les pauvres, du Moyen Âge à nos jours – Episode 2 »
  1. Cette série d’articles a été rédigée dans le cadre de la réflexion animée par le CNAHES Grand Est et l’AREHSS Lorraine Champagne Ardennes “Les pauvretés, hier, aujourd’hui et demain?”. Ils sont également disponible sur le site du CNAHES: https://www.cnahes.org/le-cnahes-en-regions/grand-est/la-delegation-regionale/travaux-en-cours/les-pauvretes-dhier-daujourdhui-et-demain/ []
  2. Déclaration du Roy contre les mandians et les vagabonds, donnée à Versailles le 25 juillet 1700, Paris, François Muguet, 1700. []

Compter les pauvres, du Moyen-Âge à nos jours – Episode 1

Les vulnérabilités, au risque du dénombrement, une “série” en quatre épisodes1

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Compter les pauvres, du Moyen-Âge à nos jours – Episode 1," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 09/03/2021, https://metavulnera.hypotheses.org/763.

L’impossible comptabilité à l’époque moderne: pauvres, mendiants et autres vagabonds

Le mot « démographie » serait apparu pour la première fois sous la plume d’Achille GUILLARD lors de la parution de son ouvrage « Éléments de statistique humaine, ou démographie comparée ». Il la définit comme « l’histoire naturelle et sociale de l’espèce humaine ». Plus loin, il la compare à une « géographie mathématique du genre humain »2. La démographie s’appuie sur plusieurs méthodes statistiques dont celle du recensement. Achille GUILLARD cite dans son ouvrage, le « plus ancien document trouvé sur la population française », un manuscrit du XIV° siècle, faisant le décompte des « paroisses et des feux des baillies et des sénéchaussées de France »3 . Le recensement par feux (réunion des habitants d’une même maison, vivant sous le même toit), plus aisé que le dénombrement individuel permettait l’établissement de la fiscalité dans chaque paroisse et diocèse, le fouage, remplacé par la taille à la fin du XIV° siècle. Il permettait également d’opérer les levées d’hommes nécessaires pour les campagnes militaires4. Ce mode de recensement par feux est ancien. Le «polyptique d’Irminon»5 utilise la même méthode. Organisé sur la base d’un décompte des foyers, ceux qui n’avaient pas de feu, qu’ils soient mendiants, fixés sur un territoire, ou vagabonds sans aveu (sans feu, ni lieu), étaient par construction, exclus de ce type de recensement: « Les vrais pauvres, on ne les mentionne parfois pas ; et c’est logique, puisque, dépourvus de tout, ils ne doivent rien »6 .

Continuer la lecture de « Compter les pauvres, du Moyen-Âge à nos jours – Episode 1 »
  1. Cette série d’articles a été rédigée dans le cadre de la réflexion animée par le CNAHES Grand Est et l’AREHSS Lorraine Champagne Ardennes “Les pauvretés, hier, aujourd’hui et demain?”. Ils sont également disponible sur le site du CNAHES: https://www.cnahes.org/le-cnahes-en-regions/grand-est/la-delegation-regionale/travaux-en-cours/les-pauvretes-dhier-daujourdhui-et-demain/ []
  2. Achille GUILLARD, Éléments de statistique humaine ou démographie comparée, Guillaumin, Paris, 1855, p. XXVI, cité par Jean-Claude CHESNAIS, La démographie, Collection Que sais-je, Presses Universitaires de France, 2010, p 3. []
  3. Achille GUILLARD, op.cit. p 26. []
  4. Émile LEVASSEUR, La population française : histoire de la population française avant 1789 et démographie de la France comparée à celle des autres nations au XIXe siècle, Paris, 1889 – 1892, Livre premier p 156. []
  5. Inventaire de biens rédigé à plusieurs mains vers 823 / 828 sous l’autorité de l’abbé Irminon, abbé de Saint-Germain-des-Prés. []
  6. Michel MOLLAT, La notion de pauvreté au Moyen Âge: position des problèmes, Revue d’histoire de l’Église de France, tome 52, n°149, 1966, p.7. []

Pauvretés d’hier, aujourd’hui et demain?

Un groupe de réflexion sous l’égide du CNAHES Grand Est et de l’ARHESS Lorraine Champagne Ardennes

Les deux associations d’histoire AREHSS (Association Régionale d’Etude de l’Histoire de la Sécurité Sociale) et CNAHES (Centre National d’Histoire de l’Education Spécialisée et de l’Action Sociale) se sont engagées depuis le 15 mars 2017 dans une réflexion commune en fédérant les énergies dans le souhait que la question de la pauvreté et des pauvretés redevienne centrale dans le débat public et citoyen, notamment en organisant une manifestation publique.

Jacques BERGERET, Délégué Régional du CNAHES Grand Est en précise les enjeux:

“Nous ne savions pas alors que la pandémie de la Covid 19 allait aggraver considérablement la situation mondiale. Le silence ou la discrétion sur ces sujets peuvent faire le lit de la résignation, du fatalisme, de l’indifférence et donc de l’aggravation des pauvretés. Pour avancer, nous nous appuyons sur les apports de la méthode historique qui permet d’établir les faits mais aussi de les relier et d’essayer de les comprendre. Telle est l’intuition de l’AREHSS (Association Régionale d’Etude de l’Histoire de la Sécurité Sociale Lorraine-Champagne-Ardennes) et du CNAHES (Centre National d’Histoire de l’Education Spécialisée et de l’Action Sociale) Grand Est – Lorraine qui patronnent le travail d’un groupe impliquant diverses organisations, dans lequel se retrouvent des spécialistes de sciences humaines, des professionnels de l’action sociale, des représentants d’institutions, des associations et des personnes en situation de pauvreté.”

Jacques BERGERET, présentation du Groupe de Réflexion “Pauvretés d’hier, aujourd’hui, et demain?” en ligne sur www.cnahes.org

La réflexion du groupe devait être présentée et prolongée dans le cadre d’une manifestation de type colloque, associée à des travaux d’analyse et de propositions émanant des participants. Le lancement de l’évènement, prévu en juin 2020 a été reporté en décembre, puis à nouveau reporté en raison des conditions sanitaires. Une nouvelle date est espérée pour l’automne 2021. Dans l’attente, le CNAHES et l’ARHES ont mis en place un espace d’échanges sur le site du CNAHES, dont voici l’URL:

www.cnahes.org/le-cnahes-en-regions/grand-est/la-delegation-regionale/travaux-en-cours/les-pauvretes-dhier-daujourdhui-et-demain/

Etienne THEVENIN, Maître de Conférence en Histoire Contemporaine, , Directeur du Département d’Histoire de l’Université de Lorraine, Président du Conseil Scientifique de l’ARHESS, assure la direction scientifique de cette réflexion. Nous reproduisons ici, avec son aimable autorisation, son texte de présentation.

Les pauvretés d’hier, aujourd’hui, et demain?

Nous continuons à travailler l’histoire des pauvretés, d’autant que les vulnérabilités de tous ordres qui les favorisent se sont aggravées dans notre pays et dans le monde justifiant de hisser les pauvretés au cœur des débats publics. Nous souhaitons que la question de la pauvreté et des pauvretés redevienne centrale dans le débat public et citoyen. Le silence ou la discrétion sur ces sujets peuvent faire le lit de la résignation, du fatalisme, de l’indifférence et donc de l’aggravation des pauvretés. Pour avancer, nous nous appuyons sur les apports de la méthode historique qui permet d’établir les faits mais aussi de les relier et d’essayer de les comprendre. Telle est l’intuition de l’AREHSS (Association Régionale d’Étude de l’Histoire de la Sécurité Sociale Lorraine- Champagne-Ardenne) et du CNAHES (Centre National d’Histoire de l’Éducation Spécialisée) Lorraine qui patronnent le travail de notre groupe, dans lequel se retrouvent des spécialistes de sciences humaines, des professionnels de l’action sociale, des représentants d’institutions, des associations et des personnes en situation de pauvreté.

Certains peuvent en toute liberté, faire le choix de la pauvreté par conviction philosophique ou religieuse, pour vivre l’érémitisme. Nous nous intéressons, nous, à la pauvreté non choisie, subie. Celle qui concerne la très grande majorité des personnes vivant une situation de pauvreté.


La pauvreté est aussi vieille que les sociétés humaines. Elle est plus ou moins massive et grave selon les époques mais elle n’a jamais totalement disparu. Elle prend des formes diverses. Il est d’ailleurs plus pertinent de parler des pauvretés que de la pauvreté. L’histoire des pauvretés est une longue histoire. L’étude de cette histoire a intéressé de nombreux chercheurs à la fin du vingtième siècle. Mais dans la France d’aujourd’hui, en histoire contemporaine par exemple, d’autres thématiques sont privilégiées par les financeurs
institutionnels ou privés de chaires d’excellence comme par les commissions universitaires chargées de déterminer les projets de recherche à soutenir en priorité. La démarche que nous en engageons n’en est que plus nécessaire.


Les façons de nommer la pauvreté varient et traduisent aussi une évaluation, une appréciation. Il convient de préciser l’emploi de ces termes. Le terme « paupérisme » a longtemps été utilisé. Il y a différents degrés dans la pauvreté. Misère, indigence et dénuement traduisent les situations les plus extrêmes. Précarité, marginalité, vulnérabilité et fragilité incluent d’autres types de situations. Exclusion sous-entend une analyse du mécanisme ayant conduit à la pauvreté et maintenant dans la pauvreté.


Définir la pauvreté n’est pas simple. On dit qu’à l’échelle du monde elle tend à reculer sensiblement depuis une trentaine d’années, en particulier en Asie. La très grande pauvreté concerne encore des centaines de millions de personnes et le sort de nombre d’entre elles ne s’améliore pas, voire s’aggrave. L’ONU propose des définitions universelles avec des critères quantifiés mais le nombre des personnes considérées aujourd’hui comme pauvres dans un pays comme la France (où deux personnes en moyenne meurent chaque jour dans la rue dans le dénuement absolu) dépasse le nombre de personnes qui correspondent aux critères définis par l’ONU.

Spontanément la pauvreté est opposée à la richesse, ce qui permet de dénoncer les inégalités. On peut être riche en biens matériels de toutes sortes, mener une vie confortable. Cela peut faciliter l’accès à l’éducation scolaire et au savoir, à la culture savante, aux structures de pouvoir, à l’intégration sociale et à une sociabilité large et riche. Mais ce n’est pas toujours le cas. On peut jouir d’une immense fortune et se trouver isolé par la maladie ou les ruptures familiales. A l’inverse on peut disposer de faibles revenus et s’appuyer sur une famille unie et des réseaux de solidarité sûrs.

Il est peut-être plus pertinent d’opposer la pauvreté et ce que la société considère comme la « normalité » avec tous les présupposés que cela comporte. Le manque de ressource financière, l’absence de logement ou un logement insalubre, le handicap ou une mauvaise santé, le manque d’hygiène ou l’apparence vestimentaire négligée, le manque d’instruction ou d’éducation, l’orthographe et la syntaxe très défaillantes, l’absence d’activité socialement reconnue, la mobilité limitée, la difficulté d’accès aux médias et aux nouvelles technologies, la dépendance aux addictions, l’isolement familial, culturel et social, la vulnérabilité aux harcèlements et aux violences proches ou extérieures, l’exposition aux pollutions graves, les comportements sociaux déviants ou inadaptés aux codes établis, l’impossibilité d’avoir une estime de soi et d’envisager un avenir meilleur ou de construire des projets sont autant de façons de vivre une situation de pauvreté, une situation différente de celle que connaissent la majorité des personnes qui composent la société dans laquelle on est amené à vivre. La pauvreté est alors vécue comme une forme d’exclusion, une exclusion dont il est difficile de sortir car les difficultés le plus souvent se cumulent et, derrière les discours humanistes et universalistes des responsables politiques, institutionnels et des médias parfois prompts à se mobiliser pour des causes ponctuelles, les réflexes de méfiance et de protection vis-à-vis des personnes en difficulté prennent souvent le dessus chez la plupart des personnes « correctement intégrées » dans la société globale. Elles craignent, plus ou moins consciemment, en s’intéressant à ce que vivent les personnes en difficulté, d’être à leur tour entraînées dans la précarité et de sortir de la « norme », érigée en référence sociale et quasiment morale.

La famine et la disette, la guerre et les persécutions, les épidémies ont longtemps provoqué les pauvretés de masse dans l’Europe des siècles passés. Elles continuent à les causer dans certaines parties du monde. Pendant les trente glorieuses, et plus particulièrement durant les années soixante et le début des années soixante-dix, dans les sociétés d’Europe occidentale et d’Amérique du Nord, avec les progrès technologiques et la hausse des productions permettant en théorie de produire plus qu’il ne fallait pour répondre aux besoins matériels de chacun, avec aussi une paix durable et la mise en place de systèmes de sécurité sociale ou d’état providence, l’espoir est né que la pauvreté allait progressivement disparaître. Certes René Lenoir alertait sur la situation des « exclus » dans la France de 1970, qui concernait un habitant sur dix selon lui. Certes le Père Joseph Wresinski et l’association ATD Quart Monde expliquaient comment, dans certaines familles, les situations de misère et de grande pauvreté se transmettent de génération en génération. Depuis, la pauvreté s’étend à nouveau.


Le chômage de masse lié aux mutations technologiques et à la mondialisation et la financiarisation de l’économie, la précarisation des contrats de travail et la difficulté d’accès des jeunes au premier emploi, y sont pour beaucoup. Mais la création d’emplois, quoiqu’indispensable pour combattre la pauvreté, ne règle pas tout. Il y a des travailleurs pauvres. Les millions d’emplois créés dans les années quatre-vingts aux États-Unis ont été accompagnés d’une augmentation du nombre des pauvres car beaucoup de personnes aux revenus faibles ont alors connu des ruptures familiales (tensions avec les parents, divorces, situations de monoparentalité) qui les ont précipités dans la pauvreté.

Les causes de la pauvreté sont le plus souvent plurielles. Il n’y a pas une mais des situations de pauvreté qu’il s’agisse d’hier ou d’aujourd’hui. Il y a des pauvretés visibles de tous, celles des mendiants et des SDF et il y a des pauvretés cachées, celles de ceux qui n’osent même plus sortir de leur logement, et qui parfois meurent seuls sans que les voisins s’en aperçoivent. Il y a la pauvreté des villes, très présente dans certains quartiers de banlieue, celle du prolétariat ou des immigrés ou des chômeurs de longue durée, avec aujourd’hui une prise de conscience des problèmes spécifiques rencontrés par les jeunes femmes. Il y a aussi la pauvreté silencieuse et longtemps oubliée des campagnes, dans les villages de plus en plus désertés par les commerces et les services publics. Il y a la pauvreté des personnes mobiles, gens du voyage, SDF, vagabonds, réfugiés. Certaines personnes ou familles sont devenues « asociales ». Et il ne faut pas oublier la pauvreté des personnes emprisonnées ou parquées pour des raisons très diverses, des anciens camps de harkis aux réfugiés, climatiques ou autres, arrivés en Europe dans des conditions souvent dramatiques. Chaque situation exige une approche particulière. De même les grands défis de notre temps ne peuvent pas être relevés par nos démocraties si l’on ne prend pas en compte leur dimension et leurs causes sociales, qu’il s’agisse de la crise environnementale ou des menaces terroristes.

Si certains naissent pauvres et meurent pauvres, on parle de deux millions d’enfants vivant dans la pauvreté dans la France d’aujourd’hui, soit près d’un enfant sur cinq, on peut devenir pauvre à tout âge de la vie. Le déclassement social peut prendre des formes diverses et, comme pour le handicap, nul n’en est à l’abri. Une perte brutale d’emploi ou de revenu, un client ou un locataire défaillant, un accident de santé, un handicap, un décès ou une rupture familiale, un placement hasardeux, une déconvenue immobilière, une addiction dévorante et la dépendance vis-à-vis de « dealers » peuvent entraîner une dégringolade sociale rapide et souvent inattendue. Il sera important d’examiner ces processus. Chacun est donc potentiellement concerné par la question de la pauvreté.

Certaines catégories sont confrontées de nos jours à des situations de plus en plus délicates et avec des perspectives immédiates souvent bien compromises. On a parlé des familles monoparentales mais quantité d’étudiants comme de jeunes en recherche d’emploi (dont un nombre grandissant sont diplômés) ou affectés à des emplois précaires et mal rémunérés sont confrontés à la précarité et à la pauvreté et sans perspective d’avenir encourageante. Comment peuvent-ils même envisager de fonder une famille, de cotiser pour leur retraite ? Que peut représenter pour eux le lien social, le pacte social ? Comment agir ?

Il nous faudra retracer les différentes étapes de la lutte contre la pauvreté, en particulier au cours des deux cent cinquante dernières années. Les solidarités familiales, intergénérationnelles et les solidarités de proximité, entre amis et voisins, sont souvent essentielles. Organisations caritatives et humanitaires, d’inspiration confessionnelles ou laïques, multiplient les initiatives, dans l’urgence comme dans la durée, et livreront leur expérience et leur regard.

Il s’agit pour elles, à terme, non pas d’assister mais de construire avec les personnes concernées (et jamais sans elles) un projet de vie. Municipalités et collectivités territoriales agissent également depuis plusieurs générations. On peut d’ailleurs déplorer que, trop souvent, les relations entre les différents intervenants soient empreintes de défiance. Aucun intervenant ne peut prétendre résoudre à lui seul l’ensemble des problèmes, quelle que soit sa présence avec les personnes en situation de pauvreté. Les systèmes de Sécurité sociale ont dû s’adapter. L’heure n’étant plus au plein emploi il a fallu envisager des approches nouvelles, comme avec la mise en place de la CMU ou du RSA devenus indispensables mais qui ne permettent de régler qu’une partie des problèmes rencontrés par les personnes concernées. L’état, dans la seconde moitié du vingtième siècle s’est davantage impliqué, dans l’esprit insufflé en France par le Conseil National de la Résistance. Au sortir de la seconde guerre mondiale les sociétés d’Europe occidentale font le pari de la solidarité sociale avec la mise en place de puissants systèmes de Sécurité sociale. Le pari d’une plus grande solidarité sociale a précédé la grande croissance économique des Trente Glorieuses, il n’en est pas la conséquence, comme cela avait déjà été le cas dans l’Allemagne de Bismarck de la fin du dix-neuvième siècle qui mettait en place un puissant système de sécurité sociale. Toutefois, on a pu constater, en Europe au début du vingt-et-unième siècle, que des partis conservateurs ou sociaux-démocrates exerçant des responsabilités gouvernementales, gagnés aux idées libérales, se préoccupaient désormais davantage de questions sociétales que sociales, ce qui fut suivi de la désaffection d’une large partie de leur électorat traditionnel, souvent tenté par l’abstention. L’Europe sociale, souvent invoquée lors des élections, reste quant à elle encore largement à construire. La mondialisation financière et les traités de libre échange favorisent des concurrences économiques aux conséquences sociales lourdes pour les plus fragiles et face auxquelles les états semblent impuissants. Les situations de guerre ou de tension politique, les revenus insuffisants et les changements climatiques et environnementaux entraînent en Afrique comme en Asie et en Amérique latine des déplacements de population importants qui bousculent les sociétés occidentales. La paupérisation de certaines sociétés d’Afrique ou du Moyen Orient ou leur déstabilisation pour cause de guerre ou de conflit interne ont ainsi des conséquences presque immédiates en Europe occidentale. Pour comprendre les réalités d’aujourd’hui il faut combiner plusieurs échelles, plusieurs niveaux d’analyse, du micro-local au mondial-global.

Le décalage entre les discours officiels imprégnés de grands principes universalistes et généreux (liberté, égalité, fraternité… Droits de l’homme…) et le résultat des mesures effectivement prises face aux situations de pauvreté crée un malaise de plus en plus visible en Europe. La constitution française proclame le droit de chaque citoyen au travail et à l’emploi. Pourtant le chômage de masse est une réalité depuis quarante-cinq ans. Les droits proclamés ne sont pas des droits effectifs. Certains, qui se croient pragmatiques, pensent même que c’est en se souciant d’abord des plus favorisés qu’ils faciliteront une création de richesse rapide qui à terme pourrait profiter aux pauvres. Ils oublient que c’est souvent en se préoccupant d’abord des soucis quotidiens des plus pauvres que la société a connu des avancées majeures qui ont profité à tous. L’action engagée pour combattre la surmortalité infantile et maternelle chez les plus pauvres dans la Meurthe-et-Moselle du début du vingtième siècle a été à l’origine de politiques de protection maternelle et infantile étendues à l’ensemble de la société en France et dans le monde qui ont permis une baisse sensible de la mortalité des mères et des jeunes enfants, et ce quel que soit le milieu social. Ce n’est là qu’un exemple parmi d’autres.

La mise en place de congés payés a permis l’essor d’un secteur d’activité économique, le tourisme de masse, et l’enrichissement de régions jusqu’alors déshéritées, en montagne ou en bord de mer. Jugées irréalistes au départ, les utopies créatrices construisent une civilisation et des réalités nouvelles. Le discours politique, imprégné d’approches gestionnaires, n’est-il pas en panne d’utopies créatrices?

Mais les responsables politiques sont-ils seuls en cause ? Quelle est l’image des pauvres de nos sociétés ? Au Moyen Age, sous l’influence du christianisme et de François d’Assise et des ordres mendiants, le pauvre fut longtemps perçu positivement, comme étant l’image du Christ souffrant sur la terre. Avec les temps modernes, l’éthique protestante selon Max Weber (mais il faut nuancer) et l’avènement des structures de l’état moderne et des nouvelles formes d’encadrement voire d’enfermement des populations, le pauvre a été de plus en plus perçu comme un oisif, un imprévoyant ou une menace pour la société dont il fallait se protéger ou qu’il fallait corriger pour qu’il sorte de cette pauvreté dont on le tenait au moins en partie responsable. Et aujourd’hui ? Il sera intéressant d’examiner les idées reçues sur les pauvres et la pauvreté, idées reçues parfois bien ancrées dans les esprits mais qui ne résistent pas à une analyse approfondie des situations. Certains mettent en avant des allocations abusivement perçues par certaines personnes mais oublient le nombre plus élevé encore de personnes pauvres qui ne sollicitent pas les aides auxquelles elles ont droit. En Meurthe-et-Moselle entre quinze et vingt pour cent des personnes qui peuvent prétendre au RSA ne le demandent pas. Demander est souvent pour elles une démarche humiliante, une souffrance supplémentaire. Il en va de même pour la plupart des aides sociales. La complexité de certaines procédures et la nécessité d’une bonne connexion à internet en découragent plus d’un. Par ailleurs les personnes pauvres sont souvent davantage que les autres victimes d’actes de délinquance. Les pouvoirs publics et les acteurs sociaux ne sont pourtant pas indifférents à la solidarité. Quarante pour cent environ de la richesse nationale est consacré à des dépenses de solidarité au sens le plus large et certains se désolent que les résultats de ces efforts ne soient pas plus probants. Jusqu’où la société est-elle prête à aller pour combattre la pauvreté ? Certains sont prêts à aider une catégorie de pauvres, « leurs » pauvres, oubliant plus ou moins consciemment les autres formes de pauvreté. Constatant que, malgré l’appui du Président de la République, il n’avait pas pu améliorer comme il le souhaitait les conditions de vie carcérale, Robert Badinter remarquait que la société ne pouvait admettre que la vie du prisonnier le mieux traité soit plus confortable que celle de la personne non incarcérée la plus défavorisée. A l’heure des travailleurs pauvres et des personnes sans domicile fixe, l’aide aux chômeurs et aux migrants suscite des débats passionnés.

Il s’agit aussi d’écouter la parole des personnes en situation de pauvreté. Elles sont la plupart du temps absentes des assemblées, des lieux de pouvoir, des grands médias, des manifestations et des lieux de négociation. La tentation de parler à la place des pauvres est très répandue. Des associations travaillent depuis longtemps à recueillir la parole de ces personnes. Elles peuvent alors exprimer ce que n’indique aucune statistique, aucun rapport officiel, à savoir leur ressenti, leur vécu, leur perception du regard des autres sur elles. La stigmatisation est une réalité douloureuse, qui peut être intérioriser ou au contraire susciter la colère et la révolte. Ces personnes peuvent partager leur expérience, leur expertise. A côté des réalités objectives il y a les réalités ressenties et vécues…. Et des réalités à contextualiser. La pauvreté est plus douloureusement ressentie quand les inégalités augmentent. De 1830 au début des années 1980 les inégalités sociales ont eu tendance à se réduire en Europe occidentale.

Depuis plus d’une trentaine d’années, avec les considérables gains de productivité permis parles mutations technologiques, les productions ont considérablement augmenté et l’argent en circulation également mais les inégalités se sont à nouveau creusées et les perspectives de promotion sociale d’une large partie de la classe moyenne se sont éloignées. Le pacte social s’en trouve remis en cause. Le sentiment de pauvreté ou de risque de pauvreté gagne dans une société aux règles officielles et officieuses de plus en plus nombreuses et complexes. Tenter d’éradiquer la très grande pauvreté est nécessaire mais, dans ce contexte, ne suffira pas pour recréer la confiance du plus grand nombre dans les valeurs proclamées par les responsables politiques et les institutions. La déchirure du lien social n’est pas loin.

La pauvreté est devenue une réalité durable qui touche des millions de personnes et menace de s’étendre si rien n’est fait. Un nombre grandissant de personnes aspire à une authentique sécurité sociale qui leur paraît de plus en plus hypothétique et lointaine. Cette authentique sécurité sociale suppose un revenu minimal garanti permettant de faire face aux dépenses de première nécessité et qui ne nécessite pas de longues formalités, un logement avec accès à l’eau, l’électricité et le chauffage, une alimentation équilibrée, une protection face aux risques de maladie comme face aux risques d’agression, des possibilités de mobilité effectives et des perspectives de projet personnel et d’insertion sociale. Ce projet est-il une priorité ? Peut-il le devenir et comment? Quelles personnes sont-elles susceptibles de le concrétiser sur le terrain? Avec quels moyens? L’efficacité véritable suppose une action qui s’inscrit dans la durée. Est-il possible de prévenir certaines formes de déclassement social en repérant certaines catégories de personnes particulièrement vulnérables ? Comment s’adapter aux différentes formes de pauvretés ? Comment y faire face? De la réponse à ces questions dépend l’avenir de notre cohésion sociale et, plus largement, de notre pacte social.

Etienne THEVENIN, Maître de Conférence HDR en Histoire contemporaine, Université de Lorraine, CRULH (Centre de Recherches Universitaire Lorrain d’Histoire), février 2021.

Photo: Bidonville de Nanterre en 1966 © Manuel Litran/Corbis

Informer et consentir

Le libre arbitre est-il soluble dans la vaccination contre la Covid?

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Informer et consentir," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 22/01/2021, https://metavulnera.hypotheses.org/601.

La campagne de vaccination contre la COVID 19 a démarré en France depuis le 27 décembre 2020. La courbe des vaccinations montre une très faible progression jusqu’au 5 janvier 2021, puis un “décollage” à partir du 6 janvier jusqu’à mi janvier. Au 21 janvier, 823 567 personnes étaient vaccinées1. A cette date, 1,23% des français ont reçu au moins une dose de vaccin, Par ailleurs, le sondage réalisé par Elabe pour BFMTV2 indique que, bien que la part de Français refusant de se faire vacciner reste importante (près d’un français sur deux), elle est en baisse pour la première fois après avoir augmenté de manière constante de la mi-septembre à début décembre (37% à 52%). L’augmentation de l’inquiétude vis à vis de la propagation du virus augmentant3, associée à la propagation des variants, semblent provoquer un effet d’entraînement sur la vaccination, à tel point que l’on assiste, ici ou là, dans ces premiers jours de vaccination, à de l’agacement ou de la colère lorsque le nombre de doses de vaccin disponible est insuffisant.

Continuer la lecture de « Informer et consentir »
  1. Nombre cumulé de personnes ayant reçu au moins une dose de vaccin contre la Covid19 en France au 21 janvier 2021. Source covidtracker.fr, consulté le 22 janvier 2021 []
  2. Etude Elabe réalisée pour BFM TV, sondage réalisé par interrogation par internet les 15 et 16 décembre 2020, auprès d’un échantillon de 1005 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus []
  3. selon Elabe, au 13 janvier 2021, 78 % des français se disent inquiets []

Margaret, Mandy et Mauricette

Les premières vaccinations contre la Covid 19

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Margaret, Mandy et Mauricette," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 28/12/2020, https://metavulnera.hypotheses.org/543.

Depuis le 8 décembre au Royaume Uni, le 14 aux Etats Unis, les premières vaccinations contre la Covid 19 ont débuté, faisant naître autant d’espoir que d’inquiétudes et ravivant les polémiques autour de la “longue histoire de la résistance à la vaccination1. En France, la vaccination a démarré dans deux EHPAD le 27 décembre; on pourra donc dire, et c’est une prouesse médicale, que moins d’une année aura séparé la première contamination constatée sur le sol français, de la première vaccination. Opposition à la Providence divine, pratique contraire à la nature, dangereuse pour la santé, reflet des intérêts financiers des laboratoires, ou influence de certains courants religieux2 , les raisons de s’opposer sont nombreuses, démontrant qu’en ce début du XXI° siècle, comme aux premiers temps de la vaccination à la fin du XVIII° siècle, l’obscurantisme, le complotisme, l’ignorance, la peur, continuent de prospérer à côté (ou à la place?) d’interrogations légitimes sur la balance bénéfices-risques de la vaccination3. Mais que penser d’une vaccination réalisée à l’aide d’une technologie inédite, celle de l’ARN messager?

Continuer la lecture de « Margaret, Mandy et Mauricette »
  1. Titre de l’article sur le site planet-vie.ens.fr, Françoise SALVADORI, publié le 1er avril 2020, consulté le 22 décembre 2020 []
  2. Voir par exemple, l’étude de Lucie GUIMIER La résistance aux vaccinations : d’un défi de santé publique à un enjeu de société, publiée dans le rapport 2016-2017 de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes), Rapport de la Miviludes 2016 et premier trimestre 2017, pp. 115-138 (en ligne sur www.derives-sectes.gouv.fr, consulté le 22 décembre 2020). Cette étude met en évidence une corrélation entre l’implantation de la Fraternité Saint Pie X mouvement traditionnaliste catholique opposé à la vaccination des enfants, et les foyers de rougeole préfigurateurs de l’épidémie qui a sévi en 2008 en France. []
  3. Voir également Hervé BAZIN, Histoire des refus vaccinaux, Bulletin de l’Académie Nationale de Médecine, 2010, 194, nos 4 et 5, pp. 705-718, séance du 11 mai 2010 []

La bientraitance, un avatar de la charité?

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "La bientraitance, un avatar de la charité?," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 02/12/2020, https://metavulnera.hypotheses.org/338.

En 2008, l’ANESM (Agence Nationale de l’Evaluation et de la qualité des Etablissements Sociaux et Médicosociaux) publiait une recommandation de bonnes pratiques professionnelles sur “La bientraitance, définition et repères pour la mise en œuvre1. Cette recommandation avait pour objectifs de “traduire la vision de trois textes de loi porteurs d’un projet de bientraitance envers l’usager2”: la loi 2002-2 du 2 janvier 2002 rénovant l’action sociale et médico-sociale, la loi 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées et la loi 2007-293 du 5 mars 2007 réformant la protection de l’enfance3. En énonçant les principes directeurs d’une “culture de la bientraitance”, la recommandation avait pour ambition de fournir un cadre général à l’ensemble des pratiques professionnelles dans les établissements médicosociaux, de construire une véritable éthique de la sollicitude autour de la prise en charge des personnes. De nombreuses publications spécialisées ont été consacrées depuis quelques années à la bientraitance. Les médias parlent plus volontiers des situations de maltraitance qui peuvent exister dans certains établissements et font l’objet quelques fois de procédures judiciaires et de sanctions4. Il est vrai aussi que la notion de bientraitance est corrélative de celle de maltraitance. L’ANESM associe les deux dans la définition qu’elle donne de la bientraitance: “La bientraitance vise à promouvoir le bien être de l’usager en gardant à l’esprit le risque de maltraitance5”. Cette définition met en évidence la difficulté à saisir la bientraitance sans faire référence à son contraire. Faut-il se contenter d’une définition en creux? Entre néologisme et conceptualisation, quelle place faire à la bientraitance? Le mot est absent des dictionnaires, alors que son contraire, la maltraitance, y est défini. Opposition entre le bien et le mal, parler de bientraitance et de maltraitance traduit, sinon une coloration religieuse, au moins une référence morale: “la bientraitance se pare-t-elle d’attributs neufs pour définir des affaires anciennes, ou s’agit-il d’une notion nouvelle, voire d’un concept?”6.

Autour de la bientraitance, gravite une nébuleuse de termes, d’idées, de concepts, comme le respect, l’écoute, le soin, la sollicitude, la compassion envers des sujets vulnérables7. C’est dire que la bientraitance pourrait être pensée comme un agir universel proche de l’amour de l’autre, si l’on part du principe que nous détenons tous une part de vulnérabilité. Amour, charité, caritas, care, bientraitance, ces différentes notions semblent bien présenter des territoires communs.

Continuer la lecture de « La bientraitance, un avatar de la charité? »
  1. L’ANESM a été intégrée à la Haute Autorité Santé depuis le 1er janvier 2018. Toutes les publications sont depuis cette date accessibles sur le site de l’HAS: http://has-sante.fr []
  2. Recommandation ANESM, texte de présentation []
  3. Un nouveau texte de loi, la loi 2016-297 du 14 mars 2016 a complété le texte de 2007 []
  4. Voir par exemple la condamnation récente à cinq années de prison d’un aide soignant pour maltraitance envers une personne âgée dépendante dans un EHPAD d’Arcueil []
  5. ANESM, recommandation citée, p. 14 []
  6. Nadia PEOC’H, Bientraitance et éthique du care… Similitudes et différences autour d’une recension des écrits scientifiques, Recherche en soins infirmiers, vol. 105, no. 2, 2011, p5 []
  7. ibid. []

Crise sanitaire, crise de culture ou culture de crise?

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Crise sanitaire, crise de culture ou culture de crise?," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 30/10/2020, https://metavulnera.hypotheses.org/477.

Depuis le 17 novembre 2019, date à laquelle le Coronavirus SARS-CoV-2, appelée plus communément Covid 19, a été détecté en Chine centrale à Huan, dans la province de Hubei, nous vivons à l’heure d’une crise sanitaire mondiale sans précédents. Au 29 octobre 20201, au niveau mondial, cette pandémie aurait touché 44 521 522 personnes et causé la mort de 1 174 769 personnes . Par ailleurs, 30 078 002 personnes sont sorties guéries de la maladie2. En nombre de cas confirmés, la France se situerait au 5ème rang, derrière les Etats-Unis, l’Inde, le Brésil et la Russie. Les prévisions d’évolution, que ce soit au niveau mondial ou au niveau national, font redouter une “deuxième vague”, dont les experts estiment qu’elle pourrait être plus importante que la première. En France, la question se pose de la capacité du système de santé à absorber les besoins en lits de réanimation, compte tenu des perspectives d’évolution. Le Président de la République, dans son discours du 28 octobre à 20h, a fait part de la gravité de la situation et indiqué quelles étaient les mesures retenues, dont la mise en place d’un nouveau confinement national pour une période d’au moins quatre semaines.

Continuer la lecture de « Crise sanitaire, crise de culture ou culture de crise? »

  1. données recueillies de plusieurs sources sur le moteur de recherche “bing”, consulté le 29 octobre 2020 []
  2. En France, les chiffres sont respectivement, à la même date, de 1 235 132 cas confirmés, 35 785 décès, 112 716 personnes guéries []

Le prix des otages…

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Le prix des otages…," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 14/10/2020, https://metavulnera.hypotheses.org/438.

Sophie PETRONIN, enlevée le 24 décembre 2016 au Mali, a été libérée, ainsi qu’un prêtre, un jeune italien et un opposant malien, après presque quatre années de captivité. Il n’y a plus, à ce jour, d’otages français et on ne peut que s’en réjouir. Nous avons tous été émus par les retrouvailles de Sophie PETRONIN avec sa famille, ses proches sur le tarmac de Villacoublay. Après ce moment d’émotion, presque en même temps, la question des modalités a été évoquée. Les médias, les réseaux sociaux, les commentateurs, s’interrogent sur les conditions de cette libération ou, devrait-on plutôt dire, la libération sous conditions. Il est question d’un accord qui aurait conduit à la libération, par le gouvernement malien, de prisonniers, entre cent et deux cents selon les sources. Parmi eux, certains étaient déjà condamnés, d’autres en attente de jugement. On parle de djihadistes, sans avoir de visibilité sur les identités réelles des prisonniers libérés. Certaines sources évoquent quelques “gros poissons”. Selon Lemine Ould Mohamed Salem, journaliste mauritanien et spécialiste des questions djihadistes, une somme de dix millions d’euros aurait été également versée au Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (Gsim) pour obtenir la libération des quatre otages qu’il détenait. Ces éléments n’ont fait à ce jour, l’objet d’aucune confirmation, que ce soit du côté malien ou du côté de la présidence française. Les prises d’otage et la pratique des rançons sont, le temps de cet évènement, au cœur des préoccupations et des interrogations. Ce n’est pas l’objet, dans cet article, de donner crédit à une thèse ou une autre. Dans quelques jours, quelques semaines, l’actualité immédiate s’intéressera à d’autres sujets et nous oublierons les zones d’ombre qui semblent subsister. La prise d’otages et la rançon sont inscrites dans la longue durée de l’histoire, de sorte que l’on pourrait les considérer comme une survivance1, au cœur de nos sociétés modernes globalement apaisées et débarbarisées, de phénomènes qui nous éclairent sur les formes changeantes de notre vulnérabilité.

Continuer la lecture de « Le prix des otages… »
  1. Wolfgang KAISER, La rançon, Journées d’études de l’Ecole doctorale, 23 novembre 2005, « Introduction », Hypothèses, vol. 10, no. 1, 2007,p.303 []

Le Président, les Amish et la lampe à l’huile

La technologie contre l’immobilisme?

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Le Président, les Amish et la lampe à l’huile," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 25/09/2020, https://metavulnera.hypotheses.org/405.

Le 14 septembre 2020, le Président de la République, Emmanuel Macron, s’exprimait devant un parterre de start up françaises du secteur des nouvelles technologies dans le cadre des rencontres de la “French tech”. A cette occasion, il a exprimé sa position sur l’éventualité d’un moratoire pour le déploiement de la 5G:

“J’entends beaucoup de voix qui s’élèvent pour nous expliquer qu’il faudrait relever la complexité des problèmes contemporains en revenant à la lampe à huile. Je ne crois pas au modèle amish et je ne crois pas que le modèle amish permette de relever les défis de l’économie contemporaine”

Emmanuel Macron, discours aux acteurs du numérique, 14 septembre 2020, en ligne sur www.elysee.fr

Curieux amalgame entre la lampe à huile et la communauté religieuse des Amish pour défendre la technologie de la 5G! On pourrait en sourire, en renvoyant tout cela à l’anecdote, à la saillie présidentielle, nous rappelant le “pognon de dingue” et autres “sans dents”1, mais on peut aussi s’en inquiéter, ne serait-ce qu’au regard de l’obligation de neutralité de l’Etat et de ses représentants: est-ce bien le rôle du Président d’un Etat laïque, soumis à l’obligation de neutralité dans sa fonction de premier agent public, de caricaturer une communauté religieuse, en l’assimilant à l’obscurantisme et au refus de l’innovation? De la révolution copernicienne à la compréhension de l’univers des théories de l’évolution à l’introspection psychanalytique, de l’interdiction de la dissection jusqu’aux questions d’éthique biomédicale, les rapports entre les religions et le progrès ont toujours été semés d’embûches, générateurs de conflits. Pour autant, les Amish ont-ils refusé tout progrès technique, ont-ils été systématiquement contre toute innovation? Pas si sûr…

Continuer la lecture de « Le Président, les Amish et la lampe à l’huile »
  1. Propos attribués à François Hollande dans le livre de Valérie Trierweiler, Merci pour ce moment, Les Arènes, Paris, 2014. L’ancien Président a reconnu lui-même avoir utilisé cette expression []

L’action sanitaire et sociale au fil du temps – Episode 5

De la libération à nos jours, la structuration progressive du secteur médicosocial

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "L’action sanitaire et sociale au fil du temps – Episode 5," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 10/09/2020, https://metavulnera.hypotheses.org/360.

En matière de protection sociale, la libération n’a été ni l’espace, ni le temps d’un aggiornamento général annulant la législation vichyste, mais plutôt celui d’une révision raisonnée : “Si les solutions corporatives et totalitaires, conséquences de l’application de la Charte du travail, sont fermement rejetées, il est préconisé, pour le reste, de valider la législation existante1. La même attitude a été adoptée pour les questions touchant plus particulièrement à l’organisation sanitaire et sociale, à tel point que cette continuité observée détonne quelque peu de la condamnation formelle, et évidemment indispensable, du régime de Vichy.
Dans le secteur de l’enfance, les ARSEA (Association Régionale Spécialisée d’action sociale d’Éducation et d’Animation), créées en 1946, prennent la suite des Associations Régionales pour le sauvetage de l’Enfance, dont les premières ont été créées à partir de 1943, moyennant quelques modifications de leur statut2. En particulier, la notion de contrôle strict des œuvres privées (et donc des subventions) disparaît. Leur rôle de coordination est maintenu, ainsi que la la gestion de certains organismes. Les ARSEA se développeront de façon inégale selon les régions.
La conjoncture d’après-guerre est marquée par la méfiance, en particulier l’opposition entre résistance et militantisme social et laïc, d’une part, dont l’objectif est la réorganisation globale de l’appareil d’état dans le droit fil du programme du Conseil National de la Résistance, et responsables d’œuvres privées, d’autre part, soucieux de préserver leurs institutions et leurs valeurs spirituelles.

Continuer la lecture de « L’action sanitaire et sociale au fil du temps – Episode 5 »
  1. Philippe-Jean Hesse, Jean-Pierre Le Crom, La protection sociale sous le régime de Vichy, Presses Universitaires de Rennes, 2001, p. 337-354 []
  2. Les ARSEA étaient appelées à coordonner l’ensemble des établissements pour jeunes inadaptés de leur région, mais aussi à canaliser et à réguler les subventions publiques qui pouvaient leur être attribuées. Elles reçurent également mission de créer en amont un centre d’observation et de triage pour ces enfants, avant qu’ils ne soient confiés à telle ou telle institution ainsi qu’un centre de formation pour les différents personnels. Gardet, Mathias, et Alain Vilbrod. « Une décentralisation avant la lettre ? Les coordinations pour l’enfance et l’adolescence inadaptées. Le cas breton 1944-1984 », Revue française des affaires sociales, no. 4, 2004, pp. 173-195 []