Le prix des otages…

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Le prix des otages…," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 14/10/2020, https://metavulnera.hypotheses.org/438.

Sophie PETRONIN, enlevée le 24 décembre 2016 au Mali, a été libérée, ainsi qu’un prêtre, un jeune italien et un opposant malien, après presque quatre années de captivité. Il n’y a plus, à ce jour, d’otages français et on ne peut que s’en réjouir. Nous avons tous été émus par les retrouvailles de Sophie PETRONIN avec sa famille, ses proches sur le tarmac de Villacoublay. Après ce moment d’émotion, presque en même temps, la question des modalités a été évoquée. Les médias, les réseaux sociaux, les commentateurs, s’interrogent sur les conditions de cette libération ou, devrait-on plutôt dire, la libération sous conditions. Il est question d’un accord qui aurait conduit à la libération, par le gouvernement malien, de prisonniers, entre cent et deux cents selon les sources. Parmi eux, certains étaient déjà condamnés, d’autres en attente de jugement. On parle de djihadistes, sans avoir de visibilité sur les identités réelles des prisonniers libérés. Certaines sources évoquent quelques “gros poissons”. Selon Lemine Ould Mohamed Salem, journaliste mauritanien et spécialiste des questions djihadistes, une somme de dix millions d’euros aurait été également versée au Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (Gsim) pour obtenir la libération des quatre otages qu’il détenait. Ces éléments n’ont fait à ce jour, l’objet d’aucune confirmation, que ce soit du côté malien ou du côté de la présidence française. Les prises d’otage et la pratique des rançons sont, le temps de cet évènement, au cœur des préoccupations et des interrogations. Ce n’est pas l’objet, dans cet article, de donner crédit à une thèse ou une autre. Dans quelques jours, quelques semaines, l’actualité immédiate s’intéressera à d’autres sujets et nous oublierons les zones d’ombre qui semblent subsister. La prise d’otages et la rançon sont inscrites dans la longue durée de l’histoire, de sorte que l’on pourrait les considérer comme une survivance1, au cœur de nos sociétés modernes globalement apaisées et débarbarisées, de phénomènes qui nous éclairent sur les formes changeantes de notre vulnérabilité.

Continuer la lecture de « Le prix des otages… »
  1. Wolfgang KAISER, La rançon, Journées d’études de l’Ecole doctorale, 23 novembre 2005, « Introduction », Hypothèses, vol. 10, no. 1, 2007,p.303 []