Retraites, démocratie et délibération.

Première partie: 1750 – 1850: un siècle de tergiversations pour un résultat limité.

Après vingt jours de “débat” à l’Assemblée Nationale l’examen en première lecture du texte sur la réforme des retraites s’est achevé le 17 février 2023, sans même parvenir à l’article 7 fixant les nouvelles conditions d’âge de départ en retraite. Le projet initial va être transmis le 28 février au Sénat pour un examen de quinze jours. Une commission mixte paritaire se réunira ensuite pour tenter de trouver un accord entre les deux chambres afin de le faire voter avant le 26 mars minuit.

Ces vingt journées dont on retiendra plus les invectives, les insultes, les apostrophes grossières, les rappels au réglement que les échanges sur le fond, ces vingt journées largement reprises par les médias, comme un spectacle continu de mauvaise “téléréalité”, laissent un goût amer, jusqu’à un sentiment de honte, que le député André Chassaigne, président du groupe communiste à l’Assemblée, a repris dans une déclaration largement applaudie par de nombreux députés1. La longue histoire de l’élaboration progressive des dispositifs de retraite depuis plusieurs siècles en France2 jusqu’à notre actuel régime par répartition, ne méritait sans doute pas un tel spectacle. A l’heure où le pays se crispe sur de nombreux sujets de société, un détour par l’histoire de nos régimes de retraite peut nous aider à comprendre ce qui se joue aujourd’hui.

Continuer la lecture de « Retraites, démocratie et délibération. »
  1. Déclaration en ligne sur BFM TV: André Chassaigne (PCF) “choqué” par les propos du député LFI qui a qualifié Olivier Dussopt d’assassin (bfmtv.com) [consultée le 21 février 2023] []
  2. Jean-Marie Thiveaud, La lente construction des systèmes de retraite en France de 1750 à 1945, Revue d’économie financière, n° 40, 1997, pp. 21-54. []

Sobriété, le nouveau mantra du néolibéralisme?

Billet du 21 septembre 2022

Depuis le 24 février 2022, date du déclenchement de la campagne militaire de la Russie en Ukraine, la guerre russo-ukrainienne fait peser sur l’Europe, et plus largement le monde, de graves menaces. Comme dans tout conflit armé, les peuples en sont les premières victimes. Cette guerre reprend les schémas malheureusement habituels: meurtres, tortures, viols, prise en otage des populations civiles, autant de signes d’une barbarie que l’on espérait ne plus voir sur le continent européen. Face à l’attaque de la Russie, les pays occidentaux ont mis en place, avec une rapidité et une efficacité que l’on n’aurait pas immaginé, ne serait-ce que quelques mois auparavant, plusieurs séries de sanctions économiques visant à toucher le coeur du système politico-économique de la Russie. En contrepartie, la Russie a également mis en oeuvre des mesures à l’encontre des pays qui soutiennent l’Ukraine. Sans juger de l’efficacité des sanctions de part et d’autre, le conflit a mis en évidence, avec les menaces sur le gaz provenant de Russie, l’extrême fragilité des pays européens sur le plan énergétique, dans des proportions variables selon les pays. D’un autre côté, il semble bien que les sanctions à l’encontre de la Russie ont des conséquences réelles sur les capacités militaires et pourraient conduire à terme à une pénurie généralisée, en particulier sur les denrées de base. En dépit des avis des nombreux “experts” qui se succèdent sur les plateaux de télévision, en particulier sur la question de l’usage des armes nucléaires, rien ne permet aujourd’hui de faire un pronostic sur l’issue du conflit et ses conséquences à moyen et long terme sur l’équilibre géopolitique mondial. En revanche, il est clair que le seul fait de parler d’une possibilité d’utilisation de l’arme nucléaire montre que nous avons déjà basculé dans un autre monde, dans lequel la dissuasion, base de l’équilibre en place depuis la guerre froide, ne joue plus complètement son rôle. Cette situation n’est pas entièrement nouvelle. Le monde a déjà frôlé l’hiver nucléaire avec la crise des missiles de Cuba en 1962 et plus récemment lors de “l’incident” du 26 septembre 1983 dû à une fausse alerte des systèmes de sécurité soviétiques. Ce qui est nouveau, c’est qu’une telle menace se déroule dans une ère “post guerre froide”, dans laquelle “la disparition de la menace que représentait le bloc de l’Est pour la sécurité européenne semblait rendre possible la gestion autonome de la sécurité européenne par les membres de l’Union européenne1 “. Force est de constater que cette possibilité s’éloigne à grands pas dans un système où deux blocs se sont de facto reconstitués: les Etats Unis et leurs alliés occidentaux, d’une part, l’ensemble russo-asiatique, d’autre part, avec le risque de passage à une nouvelle ère, cette fois ci, de “guerre chaude” à l’échelle de plusieurs pays, plusieurs continents.

Sur un autre plan, la crise climatique s’est rappelée à nous cet été avec les épisodes de grande sécheresse et la succession d’incendies dont certains ont pris une ampleur méconnue jusqu’à présent, particulièrement en France. Des restrictions ont été apportées sur l’usage de l’eau, dont nous avons pu être les témoins directs dans notre vie quotidienne: interdictions d’arroser, douches de plages condamnées, lavages automatiques à l’arrêt… Ces interdictions, bien futiles au regard des problèmes de sécheresse et de la question de l’accès à l’eau dans le monde2, ont joué un rôle certain de déclencheur dans la prise de conscience salutaire de la vulnérabilité et de la finitude de notre monde réel. Subitement, les menaces climatiques dont les plus graves conséquences concernaient la plupart du temps des territoires éloignés, nous ont semblé plus proches, plus dangereuses, nous projetant, après un temps de sidération, dans l’urgence des réponses nécessaires. Conséquence du changement climatique en cours, l’eau constitue l’un des enjeux majeurs des années à venir. Selon l’ONU, “Nous sommes à la croisée des chemins, au sommet d’une ligne de partage des eaux, où nous devons acquérir une nouvelle conscience3”. Plus de 10 millions de personnes ont perdu la vie en raison de sécheresses majeures au siècle dernier. La sécheresse touche l’Afrique plus que tout autre continent, avec plus de 300 “évènements sécheresse” enregistrés depuis une centaine d’années. En Europe, 45 épisodes de sécheresse majeure sont survenus au siècle dernier. Depuis 2000, le nombre et la durée des sécheresses ont augmenté de 29 % dans le monde. En 2022, plus de 2,3 milliards de personnes sont confrontées au stress hydrique, près de 160 millions d’enfants sont exposés à des sécheresses graves et prolongées . Enfin, jusqu’à 216 millions de personnes pourraient être obligées de migrer d’ici 2050, en grande partie en raison de la sécheresse et d’autres facteurs, notamment la pénurie d’eau, la baisse de la productivité des cultures, l’élévation du niveau de la mer et la surpopulation4. Au bilan humain s’ajoute un bilan économique et social d’une ampleur inconnue.

Crise géopolitique, crise climatique, le voile des certitudes se déchire pour mettre à nu la vulnérabilité du monde. Face à cela, nos gouvernants annoncent la fin de l’abondance5 et, à défaut d’une “sobriété heureuse”, à laquelle nous invitait Pierre Rahbi6, ou le Pape François7 une sobriété réduite aux acquets de la question énergétique, certes essentielle, mais insuffisante. Le discours rejoint ici les thèses moralisatrices développées tout au long du XIXe siècle: il faut baisser notre consommation d’énergie, comme autrefois il fallait baisser la consommation d’alcool, manger “qu’à proportion qu’on a faim8”, ou s’exercer dans “l’art de vivre longtemps et en parfaite santé9 “. La sobriété renvoie ainsi à la responsabilité individuelle, à la liberté, et à la vertu par excellence de la philosophie libérale, la prévoyance, qui n’est en première instance que “l’empire exercé sur notre propre sort10”. C’est au fond, revenir à la frugalité d’un libéralisme économique originel, tel que ses premiers théoriciens l’exprimaient, soucieux de dépasser la jouissance d’une consommation au jour le jour, sans contraintes et sans limites, pour “renverser à son profit le rapport de dépendance qui le lie à la nature11”. La sobriété rejoint ainsi son synonyme, la tempérance, une des quatre vertus cardinales de la doctrine morale chrétienne dans laquelle le libéralisme puise sa propre essence. En prenant une dimension collective, elle impose un changement de pratiques, et c’est ce que nous invite à faire le discours ambiant sur la crise énergétique12. La sobriété, vue à l’aune des pays développés qui s’interrogent sur le fait de baisser la température de nos logements d’un degré pour “passer l’hiver sans difficultés”, doit paraître bien dérisoire aux populations qui, dans le monde, souhaiteraient atteindre par le bas un “seuil de sobriété” les mettant à l’abri de la pauvreté ou de la faim.

Au delà des seules pratiques, sans débat de fond sur nos modes de vie, sur la répartition des efforts à accomplir pour une société moins inégalitaire, sur le rééquilibrage entre pays riches et pays pauvres et la contribution des plus riches à l’effort global, le principe de sobriété ne suffira pas. Sans la fraternité nécessaire à la perception d’une maison commune dépassant nos propres frontières physiques mais aussi intellectuelles et spirituelles, le principe de sobriété ne suffira pas.

“Si nous ne parlons plus le langage de la fraternité et de la beauté dans notre relation avec le monde, nos attitudes seront celles du dominateur, du consommateur ou du pur exploiteur de ressources, incapable de fixer des limites à ses intérêts immédiats. En revanche, si nous nous sentons intimement unis à tout ce qui existe, la sobriété et le souci de protection jailliront spontanément”

Pape François, Laudate si, 11.

Il ne suffit pas de scander sur tous les tons l’hymne à la sobriété comme un nouveau mantra paré de toutes les vertus magiques. Il paraît indispensable de trouver les voies et moyens d’entrainer l’humanité vers une nouvelle conception des rapports entre l’homme et la société, entre l’homme et la terre. Il n’est pas sûr que le libéralisme soit le chemin le plus vertueux, s’il conduit, comme il l’a démontré jusqu’à présent, à la sobriété obligée de la majeure partie de l’humanité au bénéfice des peuples et des catégories les plus favorisés.

  1. Zuqian, Zhang. « La politique étrangère de la France entre continuité et ajustements post-guerre froide », Revue internationale et stratégique, vol. 45, no. 1, 2002, pp. 113. []
  2. Selon le dernier rapport commun de l’OMS et de l’UNICEF, une personne sur trois dans le monde n’a pas accès à de l’eau salubre. []
  3. La sécheresse en chiffres, rapport de l’ONU publié le 11 mai 2022 dans le cadre de la COP-15 qui s’est tenue du 9 au 22 mai 2022 à Abidjan. Avant propos p.4. Pour consulter le rapport dans son intégralité: La sécheresse en chiffres, 2022: restaurer afin d’être prêts et résilients – World | ReliefWeb []
  4. Ces données sont extraites du rapport cité. []
  5. Discours d’Emmanuel Macron en introduction du Conseil des Ministres du 24 août 2022. []
  6. Vers la sobriété heureuse, Pierre Rahbi, première édition 2010, Actes Sud 2013. []
  7. Encyclique Laudato si, mai 2015. []
  8. Nouveau Manuel de Santé, ou Recettes pour conserver la santé, la vigueur et la beauté, Lyon, 1836, p.2. []
  9. Luigi Cornaro, L’art de vivre longtemps et en parfaite santé, de la sobriété et de ses avantages, (Discorsi della vita sobria, 1550), Paris 1847. []
  10. T. Duchâtel, De la charité : dans ses rapports avec l’état moral et le bien-être des classes inférieures de la société, Mesnier, Paris, 1829, p. 177. []
  11. François Ewald, Histoire de l’Etat providence, Livre de poche, 1996, p. 36. []
  12. Voir le rapport de l’ADEME, Transitions 2050, choisir maintenant, agir pour le climat, consultable en ligne; ADEME – Transition(s) 2050. Ce rapport identifie quatre scénarios aboutissant à la neutralité carbone en empruntant des chemins différents. L’un des scénarios s’intitule “génération frugale” et suppose des changements importants dans les pratiques de consommation. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search