La pauvreté a-t-elle de l’avenir ?

Réalités d’aujourd’hui, utopies pour demain

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "La pauvreté a-t-elle de l’avenir ?," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 21/12/2021, https://metavulnera.hypotheses.org/1115.

Poser la question de l’avenir de la pauvreté1, c’est en quelque sorte, postuler que nos sociétés ne parviendront pas, contrairement à ce que suggèrent les programmes ou plans de lutte contre la pauvreté, à “éradiquer” celle-ci. Les formules employées sont significatives : l’Organisation Internationale du Travail parle d’initiative pour l’éradication de la pauvreté à l’horizon 2030 ; le programme de développement durable des Nations Unies (PNED) propose, à la même échéance, deux objectifs : d’une part, éliminer complètement l’extrême pauvreté dans le monde entier, d’autre part, réduire de moitié au moins la proportion d’hommes, de femmes et d’enfants de tous âges souffrant d’une forme ou l’autre de pauvreté, telle que définie par chaque pays. En France, le Président Emmanuel Macron a fixé l’objectif d’élimination de la grande pauvreté en une génération lors de la présentation du plan de lutte contre la pauvreté en septembre 2018. De même, le Conseil Economique Social et Environnemental (CESE) a publié en 2019 un avis intitulé “Éradiquer la grande pauvreté à l’horizon 20302”. En creux, ces formules semblent suggérer que, si l’élimination de l’extrême pauvreté est une exigence de nature humanitaire peu contestable, il semble plus difficile, voire impossible, de se projeter dans un monde où la pauvreté aurait complètement disparu.

Les termes de pauvreté et d’extrême pauvreté, suggèrent une gradation, un passage de l’une à l’autre, une frontière dont on pressent qu’elle peut être franchie. Il est donc possible d’invoquer une “cinétique” de la pauvreté.  Pauvreté et extrême pauvreté renvoient aussi à une dimension spatiale, une frontière, non plus seulement lexicale, mais aussi physique, une partition entre les pays, les territoires, où pauvreté et extrême pauvreté produisent des vulnérabilités plus ou moins importantes, souvent au sein des mêmes nations, des mêmes villes, des mêmes quartiers. On parle alors de “socio-géographie” de la pauvreté. La pauvreté et l’extrême pauvreté s’inscrivent enfin dans le temps de l’histoire, temps long des tendances de fond, temps court des inflexions infra-séculaires, temps présent de la pauvreté immédiate, de sorte qu’il est possible de parler d’une historiographie de la pauvreté. Qu’est-ce qu’être pauvre aujourd’hui? Que signifiait être pauvre hier ? Peut-on imaginer la pauvreté demain ? Le mot revêt-il le même sens à des époques différentes, dans des lieux différents, dans des histoires différentes ? Tenter de répondre à ces questions nécessiterait de longs développements, tant la polysémie du mot “pauvreté” est grande. Notre intention est ici plus modeste.

Continuer la lecture de « La pauvreté a-t-elle de l’avenir ? »
  1. Ce texte est le support d’une communication au colloque “Les pauvretés, d’hier, d’aujourd’hui, et demain?” organisé par le CNAHES Grand Est et l’ARHESS Lorraine Champagne Ardennes le 12 janvier 2022 à Nancy. Toutes les informations sur https://www.cnahes.org/le-cnahes-en-regions/grand-est/la-delegation-regionale/travaux-en-cours/les-pauvretes-dhier-daujourdhui-et-demain []
  2. Éradiquer la grande pauvreté à l’horizon 2030, avis du CESE, JO du 26 juin 2019 []