La bientraitance, un avatar de la charité?

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "La bientraitance, un avatar de la charité?," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 02/12/2020, https://metavulnera.hypotheses.org/338.

En 2008, l’ANESM (Agence Nationale de l’Evaluation et de la qualité des Etablissements Sociaux et Médicosociaux) publiait une recommandation de bonnes pratiques professionnelles sur “La bientraitance, définition et repères pour la mise en œuvre1. Cette recommandation avait pour objectifs de “traduire la vision de trois textes de loi porteurs d’un projet de bientraitance envers l’usager2”: la loi 2002-2 du 2 janvier 2002 rénovant l’action sociale et médico-sociale, la loi 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées et la loi 2007-293 du 5 mars 2007 réformant la protection de l’enfance3. En énonçant les principes directeurs d’une “culture de la bientraitance”, la recommandation avait pour ambition de fournir un cadre général à l’ensemble des pratiques professionnelles dans les établissements médicosociaux, de construire une véritable éthique de la sollicitude autour de la prise en charge des personnes. De nombreuses publications spécialisées ont été consacrées depuis quelques années à la bientraitance. Les médias parlent plus volontiers des situations de maltraitance qui peuvent exister dans certains établissements et font l’objet quelques fois de procédures judiciaires et de sanctions4. Il est vrai aussi que la notion de bientraitance est corrélative de celle de maltraitance. L’ANESM associe les deux dans la définition qu’elle donne de la bientraitance: “La bientraitance vise à promouvoir le bien être de l’usager en gardant à l’esprit le risque de maltraitance5”. Cette définition met en évidence la difficulté à saisir la bientraitance sans faire référence à son contraire. Faut-il se contenter d’une définition en creux? Entre néologisme et conceptualisation, quelle place faire à la bientraitance? Le mot est absent des dictionnaires, alors que son contraire, la maltraitance, y est défini. Opposition entre le bien et le mal, parler de bientraitance et de maltraitance traduit, sinon une coloration religieuse, au moins une référence morale: “la bientraitance se pare-t-elle d’attributs neufs pour définir des affaires anciennes, ou s’agit-il d’une notion nouvelle, voire d’un concept?”6.

Autour de la bientraitance, gravite une nébuleuse de termes, d’idées, de concepts, comme le respect, l’écoute, le soin, la sollicitude, la compassion envers des sujets vulnérables7. C’est dire que la bientraitance pourrait être pensée comme un agir universel proche de l’amour de l’autre, si l’on part du principe que nous détenons tous une part de vulnérabilité. Amour, charité, caritas, care, bientraitance, ces différentes notions semblent bien présenter des territoires communs.

Continuer la lecture de « La bientraitance, un avatar de la charité? »
  1. L’ANESM a été intégrée à la Haute Autorité Santé depuis le 1er janvier 2018. Toutes les publications sont depuis cette date accessibles sur le site de l’HAS: http://has-sante.fr []
  2. Recommandation ANESM, texte de présentation []
  3. Un nouveau texte de loi, la loi 2016-297 du 14 mars 2016 a complété le texte de 2007 []
  4. Voir par exemple la condamnation récente à cinq années de prison d’un aide soignant pour maltraitance envers une personne âgée dépendante dans un EHPAD d’Arcueil []
  5. ANESM, recommandation citée, p. 14 []
  6. Nadia PEOC’H, Bientraitance et éthique du care… Similitudes et différences autour d’une recension des écrits scientifiques, Recherche en soins infirmiers, vol. 105, no. 2, 2011, p5 []
  7. ibid. []