Colloque “pauvretés”, les actes en ligne.

Les pauvretés d’hier, d’aujourd’hui, et demain?

Annoncé en 2020 , reporté deux fois en raison de la crise sanitaire, le colloque “les pauvretés d’hier, d’aujourd’hui et demain1 ? s’est déroulé en ligne le 12 janvier 2022 dans la salle des délibérations du Conseil départemental de Meurthe et Moselle. Le colloque, organisé par le CNAHES Grand Est et l’ARHESS Lorraine Champagne Ardennes fait suite aux travaux menés dans le cadre d’un groupe de préparation réunissant des acteurs associatifs, universitaires, institutionnels pendant plusieurs mois, sous le pilotage des deux associations organisatrices. La manifestation a réuni en distanciel une centaine de personnes démontrant l’intérêt porté par les participants et l’importance des questions de pauvreté.

Privilégiant une approche interdisciplinaire, le colloque a permis de conjuguer perspectives historiques, aspects sociologiques, déterminants ou effets de la pauvreté (comme le logement ou les questions alimentaires), témoignages (action communale, nouvelles pauvretés étudiantes) et prospective. Ce colloque contribue ainsi à (re)mettre la question des pauvretés au cœur des préoccupations sociales, dans un monde où les vulnérabilités, jadis plus concentrées sur des populations ou des territoires bien délimités, se diffusent dans toutes les couches de la société.

Les interventions de la journée ont été enregistrées2 et mises en ligne sur la chaîne YouTube du CNAHES.

Ouverture du colloque:

Jacques BERGERET, Délégué régional CNAHES Grand Est et Secrétaire de l’AREHSS:

Jacques BERGERET

Interventions des personnalités et institutions qui soutiennent le colloque:

Chaynesse KHINOURI
Muriel COLOMBO
Déclaration de Jean ROTTNER lue par Jacques BERGERET
Laurence CANTERI
Anoutchka CHABEAU

Les pauvretés d’hier à aujourd’hui:

Etienne THEVENIN
Roger BERTHAUX
François DOSE

Aperçus des pauvretés d’aujourd’hui:

Jacques BERGERET pour Alain MAILFERT
Jean-Marie SCHLERET
Esteban LABARCA pour Marine BONNANS

Et demain? Si les pauvretés ne sont pas une fatalité, comment améliorer la situation?

Jean-Marie VILLELA
Débat en ligne et avec la salle
Jacques BERGERET

Conclusion de la journée:

Alain BENAMOU
Jacques BERGERET
  1. Voir l’article https://metavulnera.hypotheses.org/739, publié dans ce carnet de recherches le 26 février 2021 []
  2. captation et mise en ligne par Films & Digital – Monolithe Studio. []

Vulnérabilité(s), un concept opératoire en histoire?

Cet article est issu d’une communication faite le 25 février 2022 dans le cadre du séminaire de recherche “Vulnérabilité du vivant” organisé par la faculté de théologie de Lille. Celle-ci est disponible dans son intégralité sur le site HAL: Vulnérabilité(s), histoire d’un concept polysémique – Université de Lorraine (univ-lorraine.fr)

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Vulnérabilité(s), un concept opératoire en histoire?," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 05/03/2022, https://metavulnera.hypotheses.org/1358.

Faire l’usage de la notion de vulnérabilité en histoire n’est pas chose facile, tant ce mot peut recouvrir des notions différentes. “Mot valise”, “mot éponge”, en tous cas mot piégé lorsqu’il désarme les catégories précédentes ou les absorbe, la vulnérabilité se présente en effet comme un concept flou, dont l’utilisation de plus en plus fréquente ne constitue pas forcément un gage certain de progrès dans la connaissance. Son utilisation semble risquée en historiographie, tant il peut s’appliquer à plusieurs domaines, plusieurs objets et renvoyer à des significations et des représentations différentes. La vulnérabilité est-elle une manière contemporaine de parler de toutes les fragilités du monde, sans les nommer directement? Est-elle l’héritière de notions dont l’utilisation est plus ancienne, plus spécifique, comme la pauvreté, la précarité, l’exclusion, la marginalisation, qui ont structuré des pans entiers de l’histoire sociale? Ou bien ce terme a-t-il vocation à subsumer tous les accidents de la condition humaine? De la blessure à la maladie ou au handicap, de la petite enfance à la vieillesse, du chômeur en fin de droits au cadre en burn-out, de l’opposant à une dictature au réfugié, la liste est longue des manifestations des vulnérabilités humaines. Prétendre à son utilisation en historiographie demande en premier lieu à engager un travail sur le mot lui-même, “condition minimale de la connaissance historique”1. Les premiers emplois du terme témoignent de son ambivalence. La vulnérabilité recouvre les deux sens de blessure physique et de blessure morale, et contient dès l’origine la notion instantanée d’exposition au risque et celle, plus hypothétique, de potentialité de la blessure. Le développement de l’usage du mot de la moitié du XXe siècle jusqu’à nos jours, de la médecine jusqu’aux sciences sociales, permet d’observer que le terme de vulnérabilité entre en résonance avec d’autres notions comme la fragilité, la précarité, la reconnaissance, la liberté, la dignité, qu’il se positionne en tension entre dépendance et autonomie.

Continuer la lecture de « Vulnérabilité(s), un concept opératoire en histoire? »
  1. Robert KOSELLECK, L’expérience de l’histoire, Points histoire, 1997, p. 136. []