La pauvreté a-t-elle de l’avenir ?

Réalités d’aujourd’hui, utopies pour demain

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "La pauvreté a-t-elle de l’avenir ?," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 21/12/2021, https://metavulnera.hypotheses.org/1115.

Poser la question de l’avenir de la pauvreté1, c’est en quelque sorte, postuler que nos sociétés ne parviendront pas, contrairement à ce que suggèrent les programmes ou plans de lutte contre la pauvreté, à “éradiquer” celle-ci. Les formules employées sont significatives : l’Organisation Internationale du Travail parle d’initiative pour l’éradication de la pauvreté à l’horizon 2030 ; le programme de développement durable des Nations Unies (PNED) propose, à la même échéance, deux objectifs : d’une part, éliminer complètement l’extrême pauvreté dans le monde entier, d’autre part, réduire de moitié au moins la proportion d’hommes, de femmes et d’enfants de tous âges souffrant d’une forme ou l’autre de pauvreté, telle que définie par chaque pays. En France, le Président Emmanuel Macron a fixé l’objectif d’élimination de la grande pauvreté en une génération lors de la présentation du plan de lutte contre la pauvreté en septembre 2018. De même, le Conseil Economique Social et Environnemental (CESE) a publié en 2019 un avis intitulé “Éradiquer la grande pauvreté à l’horizon 20302”. En creux, ces formules semblent suggérer que, si l’élimination de l’extrême pauvreté est une exigence de nature humanitaire peu contestable, il semble plus difficile, voire impossible, de se projeter dans un monde où la pauvreté aurait complètement disparu.

Les termes de pauvreté et d’extrême pauvreté, suggèrent une gradation, un passage de l’une à l’autre, une frontière dont on pressent qu’elle peut être franchie. Il est donc possible d’invoquer une “cinétique” de la pauvreté.  Pauvreté et extrême pauvreté renvoient aussi à une dimension spatiale, une frontière, non plus seulement lexicale, mais aussi physique, une partition entre les pays, les territoires, où pauvreté et extrême pauvreté produisent des vulnérabilités plus ou moins importantes, souvent au sein des mêmes nations, des mêmes villes, des mêmes quartiers. On parle alors de “socio-géographie” de la pauvreté. La pauvreté et l’extrême pauvreté s’inscrivent enfin dans le temps de l’histoire, temps long des tendances de fond, temps court des inflexions infra-séculaires, temps présent de la pauvreté immédiate, de sorte qu’il est possible de parler d’une historiographie de la pauvreté. Qu’est-ce qu’être pauvre aujourd’hui? Que signifiait être pauvre hier ? Peut-on imaginer la pauvreté demain ? Le mot revêt-il le même sens à des époques différentes, dans des lieux différents, dans des histoires différentes ? Tenter de répondre à ces questions nécessiterait de longs développements, tant la polysémie du mot “pauvreté” est grande. Notre intention est ici plus modeste.

Continuer la lecture de « La pauvreté a-t-elle de l’avenir ? »
  1. Ce texte est le support d’une communication au colloque “Les pauvretés, d’hier, d’aujourd’hui, et demain?” organisé par le CNAHES Grand Est et l’ARHESS Lorraine Champagne Ardennes le 12 janvier 2022 à Nancy. Toutes les informations sur https://www.cnahes.org/le-cnahes-en-regions/grand-est/la-delegation-regionale/travaux-en-cours/les-pauvretes-dhier-daujourdhui-et-demain []
  2. Éradiquer la grande pauvreté à l’horizon 2030, avis du CESE, JO du 26 juin 2019 []

Réparer la vulnérabilité: charité privée, cause publique et éthique: l’exemple du téléthon.

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Réparer la vulnérabilité: charité privée, cause publique et éthique: l’exemple du téléthon.," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 03/12/2021, https://metavulnera.hypotheses.org/1035.

Les 3 et 4 décembre 2021, se déroule la trente cinquième édition du téléthon. Cette grande manifestation caritative télévisuelle organisée sur les chaînes publiques par l’AFM-telethon1 en faveur de la lutte contre les myopathies mobilise tous les ans de nombreux acteurs, bénévoles, professionnels de santé, personnalités, sportifs, médias, spectateurs, etc. En une trentaine d’année, l’exemple du téléthon met en évidence le rôle et la place des associations de malades dans le système de santé2, reflet d’une tendance générale à la pénétration de la recherche académique et publique (recherche universitaire sous contrôle de l’Etat) par des acteurs externes qui revendiquent un droit de regard et un pouvoir d’influence sur celle-ci3. Au total, c’est de l’ordre de 5 millions de français qui, à un moment ou un autre, participent à plus de trente heures d’émission, de défis et de retransmissions. Chaque année, un parrain est élu pour être le porte-parole des causes défendues par l’association. Il “prête sa voix, use de son temps et de son influence”4, mais plus que cela, il s’investit en amont de la manifestation en rencontrant les différentes parties prenantes, visitant les laboratoires, s’informant sur les avancées de la recherche, donnant de la visibilité à la cause des maladies rares auprès du public. Après le chanteur, acteur et danseur français Matt Pokora en 2020, c’est au tour du rappeur Soprano d’assurer ce rôle pour 2021. Depuis le premier téléthon organisé en 1987 avec Jerry Lewis comme parrain, c’est au total plus de deux milliards d’euros qui ont été collecté5. Le téléthon demeure ainsi, et de loin, la plus grosse collecte caritative au monde6. En 2019, les recettes provenant du téléthon ont représenté 79% des recettes de l’AFM-téléthon7, mettant en évidence l’importance pour le financement des actions de recherche et de soutien aux enfants et aux familles, mais aussi la possible fragilité d’une source de financement liée quasi exclusivement à la solidarité privée. Près de 40 % des recettes du téléthon proviennent des animations de terrain, ce que les organisateurs appelle la “force T”.

Continuer la lecture de « Réparer la vulnérabilité: charité privée, cause publique et éthique: l’exemple du téléthon. »
  1. En 1958, “une poignée de parents révoltés contre l’ignorance et l’impuissance de la médecine et de la science face aux maladies neuromusculaires qui touchent leurs enfants, décident de se lancer dans le combat et créent l’Association française pour la myopathie (AFM). Yolaine de Kepper, mère de sept enfants, dont quatre atteints par la myopathie de Duchenne, est la fondatrice et la première présidente de l’Association Source afm-telethon.fr [consulté le 27 novembre 2021]. []
  2. S’agissant des amyotrophies spinales infantiles, il existe en France deux autres associations de parents: ECLAS (ensemble contre l’amyotrophie spinale de type 1) créée en 2013 et FSMA France ( Familles SMA France, fondée en 2015). Le site care.togetherinsma.fr met en évidence les interactions et les relations dans la “communauté SMA” internationale entre associations et regroupement d’associations, fondations, laboratoires. []
  3. Bernard Kahane, Charity business et politiques de recherche sur la santé : comment l’AFM mobilise la recherche publique, Sociologie du travail, vol. 42 n°1, Les acteurs de la santé publique et les réformes (janvier-mars 2000), p.114. []
  4. Mathilde Dousset, Le rôle des stars lors du Téléthon en tant que parrain/marraine, publié en ligne sur telestar.fr le 2 novembre 2021 sur [consulté le 23 novembre 2021]. []
  5. Exactement 2 083 798 825 €, selon le site du téléthon 2921 [evenement.telethon.fr/2021, consulté le 23 novembre 2021]. []
  6. Clément Lesaffre, Europe 1 en ligne le 2 décembre 2016 [consulté le 23 novembre 2021] []
  7. Rapport annuel de l’AFM 2019, p. 19. []