Anti-vaccins: mesure et démesure d’une opposition

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Anti-vaccins: mesure et démesure d’une opposition," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 26/07/2021, https://metavulnera.hypotheses.org/904.

Il aura suffi de quelques semaines pour que nous passions du bonheur légitime d’une liberté presqu’entièrement retrouvée, à l’angoisse d’une quatrième vague de contamination. Au moment où nous sortons progressivement des mesures de restrictions sanitaires liées à la pandémie de la Covid 19, la propagation du variant “delta”, particulièrement sur les zones de vacances en cet été de relâchement, nous rappelle cruellement à la réalité d’une crise sanitaire toujours présente. La France est de nouveau passée au dessus du seuil d’alerte en fin de semaine dernière, avec un taux d’incidence de plus de 50 sur 100 000 habitants, en augmentation de 80% sur une semaine. Plus d’une trentaine de départements, essentiellement sur les côtes atlantique et méditerranéenne, ont dépassé ce seuil, avec des situations très préoccupantes, en particulier dans le sud-ouest, le sud-est, les Pyrénées orientales et la Haute Corse1. Face à cette situation préoccupante, le gouvernement propose une série de nouvelles mesures anti-covid qui ont fait l’objet de débats parlementaires houleux, puis d’un vote et finalement, d’un texte validé par la Commission Mixte Paritaire le 25 juillet 20212. Ces mesures concernent l’extension du passe sanitaire, l’isolement obligatoire des cas positifs et l’obligation vaccinale de certains professionnels. La grande majorité des français, sans attendre l’adoption de ces nouvelles mesures, ont réinvesti les centres de vaccination, que ce soit sur leur résidence principale ou dans les lieux de villégiature. Dans le même temps, des centres de vaccination ont été vandalisés ou ont subi des actes de malveillance. La question de l’obligation vaccinale est de nouveau posée, que ce soit directement, pour les professions de santé et médicosociales (dont l’article 5 du projet de loi fait l’énumération exhaustive, allant des personnels des établissements et centres de santé aux personnels des transports sanitaires et prestataires de services), ou indirectement, via l’exigence et le contrôle du passe sanitaire sur certains lieux ou dans certaines situations (article premier du projet de loi). Les plateaux de télévision et les studios de radio sont de nouveau investis par les experts de tous poils, souvent les mêmes, dépêchés à la hâte depuis leurs lieux de vacances pour commenter à chaud la situation sanitaire et les mesures envisagées, considérées comme salutaires par les uns, reflet d’une prise en compte raisonnée de la nouvelle donne pandémique, liberticides par les autres, au nom de la défense d’un libre-arbitre supposé responsable face à la la mise en place d’une présumée “dictature sanitaire”. Une nouvelle période anxiogène s’ouvre et, comme à l’accoutumée, cette anxiété, légitime, lorsqu’elle oblige à un débat raisonné et prudent, conduit à la démesure des propos et des actes.

Continuer la lecture de « Anti-vaccins: mesure et démesure d’une opposition »
  1. Covid 19: ces départements désormais au dessus du site d’alerte, Julien CHABROUT, L’Express en ligne, publié le 19 juillet 2021, consulté le 20 juillet 2021 []
  2. Texte nº 4416, adopté par la commission mixte paritaire chargée de proposer un texte les dispositions restant en discussion du projet de loi rétablissant et complétant l’état d’urgence sanitaire. []

De la charité à la bientraitance

Les métamorphoses de la vulnérabilité en France, XIXe – XXIe siècles.

Problèmes et questions

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "De la charité à la bientraitance," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 05/07/2021, https://metavulnera.hypotheses.org/886.

La crise sanitaire que nous vivons encore aujourd’hui avec la pandémie de la Covid 19 débutée le 1er décembre 2019 a mis en avant la grande vulnérabilité sanitaire d’un monde ouvert et interconnecté où les échanges mondiaux véhiculent non seulement les hommes et les biens, mais aussi les virus. Si la situation sanitaire semble en voie d’être maîtrisée dans les pays développés de l’Europe, de l’Amérique du Nord, ou de l’Asie1, elle reste très préoccupante pour la majorité de la population mondiale dans des pays où les systèmes de santé et le contexte politique sont moins favorables, en particulier en Amérique du Sud, en Inde ou sur le continent africain. La pandémie aura sans aucun doute augmenté les inégalités entre les pays pauvres et les pays riches et au sein des pays, entre classes aisées et personnes défavorisées. Les systèmes d’aide et de compensation mis en place notamment en France par le gouvernement ont permis de soutenir une économie et une société malmenées par les contraintes sanitaires. Pour autant, la crise sanitaire a également révélé au grand jour les angles morts d’une société qui laisse sur le côté de la route bon nombre de ses membres. La maladie et la mort ont touché très inégalement les personnes, les catégories de population, les régions2. Les médias ont plus souvent parlé des catégories aisées, des salariés du tertiaire, qui ont pu se protéger en télétravaillant ou en se réfugiant dans une résidence secondaire moins exposée, que des personnes vivant dans des appartements surpeuplés, n’ayant aucune possibilité de travailler à distance soit parce que leur travail ne le permettait pas, soit aussi parce que l’équipement informatique et numérique faisait défaut, ou des étudiants sans ressources, souvent étrangers, livrés à eux-mêmes dans des cités universitaires désertées par les services d’accompagnement. La pandémie a mis de nouveau au devant de la scène, en les amplifiant, les fractures sociale, économique, numérique, qui traversent notre société depuis plusieurs années.

Autre convulsion, cette fois sociale, la mobilisation hors norme des “gilets jaunes” depuis “l’acte 1” du 17 novembre, qualifiée, selon les cas, de crise, de révolte, de jacquerie des temps modernes, ou bien d’insurrection, a déjà fait l’objet de nombreux commentaires. Si le mouvement a été déclenché par des appels à manifester contre l’augmentation des taxes sur les carburants automobiles, il a rapidement aggloméré un ensemble de revendications et de demandes sociales et politiques. Quel que soit le prisme de l’analyse, un élément permanent semble se détacher, celui de l’expression de formes diverses de vulnérabilités. Le gilet jaune réglementaire de nos voitures, symboles de mobilité et d’autonomie, attire l’attention sur notre vulnérabilité, lorsque nous sommes amenés à l’endosser au bord de la route en cas de panne. Il est le moyen d’accroître notre visibilité au regard des risques d’une circulation qui se poursuit, comme un danger permanent, alors que nous sommes contraints à l’immobilité, à l’instar de tous les “laissés pour compte” d’une société productrice d’exclusion.  Il permet de rendre visible ce qui est vulnérable, aux yeux des classes supérieures et dirigeantes surprises par l’ampleur et la durée du mouvement, convaincues encore  de l’efficacité de la supposée “théorie du ruissellement” pourtant elle-même critiquée par un grand nombre d’économistes, en lieu et place de l’action sociale d’un état providence en perte de vitesse. Le “peuple des ronds points3” s’il a aujourd’hui déserté nos routes pour cause de pandémie, et ne fait plus l’actualité médiatique, continue cependant d’exister. Il est d’ailleurs probable qu’une fois les contraintes sanitaires levées, autorisant de nouveau les rassemblements, les gilets jaunes, les mêmes ou d’autres catégories, se retrouvent de nouveau sur les ronds points ou engagent d’autres formes de revendications.

Continuer la lecture de « De la charité à la bientraitance »
  1. Sous réserve de l’impact que pourrait avoir un nouveau variant, comme actuellement le variant “delta” qui pourrait faire craindre une quatrième vague de contamination dès la fin du mois de juillet. []
  2. BRUNNER Anne, Rapport sur les inégalités en France 2021, Introduction p. 3. []
  3. RICHARD Hélène (coord.)Le peuple des ronds points, Manière de voir, n° 168, décembre 2019 – janvier 2020. []