Compter les pauvres, du Moyen-Âge à nos jours – Episode 3

Les vulnérabilités, au risque du dénombrement

Du second Empire à la troisième République: les pauvres en tant que classe sociale et l’enjeu de solidarité1

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Compter les pauvres, du Moyen-Âge à nos jours – Episode 3," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 23/04/2021, https://metavulnera.hypotheses.org/837.

Quel regard porter sur la pauvreté dans la France au XIXe siècle ?

Si en ce début de siècle, la France reste, après la Russie, la deuxième puissance d’Europe par son nombre d’habitants malgré les saignées des guerres de la République et de l’Empire2, elle est, après la défaite de Waterloo et la seconde abdication de Napoléon Ier, considérablement affaiblie sur le plan économique. Pour autant, le bilan au tournant du siècle est en demi-teinte. La France présente plusieurs visages : l’industrialisation progresse de façon inégale selon les secteurs, et permet le développement d’une bourgeoisie industrielle. Mais la société reste jusqu’à la moitié du siècle, une société fondamentalement agricole. La propriété foncière continue à être un marqueur essentiel de la richesse. Au début du siècle, le pays est peuplé et peu urbanisé. Il faut attendre les années 1820 pour constater un démarrage tardif, mais encore modeste de l’urbanisation : entre 1821 et 1846, la population des villes augmente de 31%, contre seulement 16,2% pour la population totale, avec un fort déséquilibre entre Paris, dont la population augmente de 47,6%, et les autres villes3. Par comparaison, les campagnes sont surpeuplées, mêlant activités agricoles et activités manufacturières, réalisées souvent à domicile. Il faut attendre les crises de 1846-18514 pour constater une diminution de l’accroissement naturel de la population et une baisse importante de la population rurale au profit des villes : pour plus de la moitié des départements, la population a diminué, et pour les deux-tiers d’entre eux le solde migratoire est négatif5. L’industrialisation croissante entraîne une massification de la pauvreté : le concept de paupérisme est créé à cette époque. Des écrits de penseurs et d’hommes politiques aussi divers que Tocqueville, Marx, le Prince Napoléon Bonaparte, des syndicalistes, examinent les conditions de son extinction.

Dans ce contexte, la condition du pauvre a-t-elle évoluée ? La pauvreté est-elle comparable aux époques précédentes ? L’industrialisation croissante en modifie-t-elle ses caractéristiques ?

Continuer la lecture de « Compter les pauvres, du Moyen-Âge à nos jours – Episode 3 »
  1. Cette série d’articles a été rédigée dans le cadre de la réflexion animée par le CNAHES Grand Est et l’AREHSS Lorraine Champagne Ardennes “Les pauvretés, hier, aujourd’hui et demain?”. Ils sont également disponible sur le site du CNAHES: https://www.cnahes.org/le-cnahes-en-regions/grand-est/la-delegation-regionale/travaux-en-cours/les-pauvretes-dhier-daujourdhui-et-demain/ []
  2. La France, dans ses frontières du Congrès de Vienne, comprend 29,4 millions d’habitants, loin derrière la Russie qui en compte 46,8 millions. []
  3. Dominique BARJOT, Jean-Pierre CHALINE, André ENCREVE, La France au XIX° siècle, PUF Quadriges, 2014, p. 57. []
  4. Crise agricole de 1846-1847, crises financière, industrielle et commerciale de 1847, troubles révolutionnaires de 1848 et dépression économique des années 1848-1851. []
  5. Ibid. p. 61-62. []