Le Président, les Amish et la lampe à l’huile

La technologie contre l’immobilisme?

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Le Président, les Amish et la lampe à l’huile," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 25/09/2020, https://metavulnera.hypotheses.org/405.

Le 14 septembre 2020, le Président de la République, Emmanuel Macron, s’exprimait devant un parterre de start up françaises du secteur des nouvelles technologies dans le cadre des rencontres de la « French tech ». A cette occasion, il a exprimé sa position sur l’éventualité d’un moratoire pour le déploiement de la 5G:

« J’entends beaucoup de voix qui s’élèvent pour nous expliquer qu’il faudrait relever la complexité des problèmes contemporains en revenant à la lampe à huile. Je ne crois pas au modèle amish et je ne crois pas que le modèle amish permette de relever les défis de l’économie contemporaine »

Emmanuel Macron, discours aux acteurs du numérique, 14 septembre 2020, en ligne sur www.elysee.fr

Curieux amalgame entre la lampe à huile et la communauté religieuse des Amish pour défendre la technologie de la 5G! On pourrait en sourire, en renvoyant tout cela à l’anecdote, à la saillie présidentielle, nous rappelant le « pognon de dingue » et autres « sans dents »1, mais on peut aussi s’en inquiéter, ne serait-ce qu’au regard de l’obligation de neutralité de l’Etat et de ses représentants: est-ce bien le rôle du Président d’un Etat laïque, soumis à l’obligation de neutralité dans sa fonction de premier agent public, de caricaturer une communauté religieuse, en l’assimilant à l’obscurantisme et au refus de l’innovation? De la révolution copernicienne à la compréhension de l’univers des théories de l’évolution à l’introspection psychanalytique, de l’interdiction de la dissection jusqu’aux questions d’éthique biomédicale, les rapports entre les religions et le progrès ont toujours été semés d’embûches, générateurs de conflits. Pour autant, les Amish ont-ils refusé tout progrès technique, ont-ils été systématiquement contre toute innovation? Pas si sûr…

Continuer la lecture de Le Président, les Amish et la lampe à l’huile
  1. Propos attribués à François Hollande dans le livre de Valérie Trierweiler, Merci pour ce moment, Les Arènes, Paris, 2014. L’ancien Président a reconnu lui-même avoir utilisé cette expression []

L’action sanitaire et sociale au fil du temps – Episode 5

De la libération à nos jours, la structuration progressive du secteur médicosocial

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "L’action sanitaire et sociale au fil du temps – Episode 5," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 10/09/2020, https://metavulnera.hypotheses.org/360.

En matière de protection sociale, la libération n’a été ni l’espace, ni le temps d’un aggiornamento général annulant la législation vichyste, mais plutôt celui d’une révision raisonnée : « Si les solutions corporatives et totalitaires, conséquences de l’application de la Charte du travail, sont fermement rejetées, il est préconisé, pour le reste, de valider la législation existante »1. La même attitude a été adoptée pour les questions touchant plus particulièrement à l’organisation sanitaire et sociale, à tel point que cette continuité observée détonne quelque peu de la condamnation formelle, et évidemment indispensable, du régime de Vichy.
Dans le secteur de l’enfance, les ARSEA (Association Régionale Spécialisée d’action sociale d’Éducation et d’Animation), créées en 1946, prennent la suite des Associations Régionales pour le sauvetage de l’Enfance, dont les premières ont été créées à partir de 1943, moyennant quelques modifications de leur statut2. En particulier, la notion de contrôle strict des œuvres privées (et donc des subventions) disparaît. Leur rôle de coordination est maintenu, ainsi que la la gestion de certains organismes. Les ARSEA se développeront de façon inégale selon les régions.
La conjoncture d’après-guerre est marquée par la méfiance, en particulier l’opposition entre résistance et militantisme social et laïc, d’une part, dont l’objectif est la réorganisation globale de l’appareil d’état dans le droit fil du programme du Conseil National de la Résistance, et responsables d’œuvres privées, d’autre part, soucieux de préserver leurs institutions et leurs valeurs spirituelles.

Continuer la lecture de L’action sanitaire et sociale au fil du temps – Episode 5
  1. Philippe-Jean Hesse, Jean-Pierre Le Crom, La protection sociale sous le régime de Vichy, Presses Universitaires de Rennes, 2001, p. 337-354 []
  2. Les ARSEA étaient appelées à coordonner l’ensemble des établissements pour jeunes inadaptés de leur région, mais aussi à canaliser et à réguler les subventions publiques qui pouvaient leur être attribuées. Elles reçurent également mission de créer en amont un centre d’observation et de triage pour ces enfants, avant qu’ils ne soient confiés à telle ou telle institution ainsi qu’un centre de formation pour les différents personnels. Gardet, Mathias, et Alain Vilbrod. « Une décentralisation avant la lettre ? Les coordinations pour l’enfance et l’adolescence inadaptées. Le cas breton 1944-1984 », Revue française des affaires sociales, no. 4, 2004, pp. 173-195 []