L’action sanitaire et sociale au fil du temps – Episode 3

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "L’action sanitaire et sociale au fil du temps – Episode 3," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 06/07/2020, https://metavulnera.hypotheses.org/287.

L’entre-deux guerres: le temps de l’hygiénisme et de la professionnalisation

La période entre les deux guerres mondiales est, du point de vue de l’organisation de l’action sociale, une période de transition. Le premier conflit mondial a renforcé la dimension sanitaire de l’assistance, à tel point que l’on a pu parler d’un processus de « sanitarisation du social » : les hôpitaux se médicalisent pour l’accueil et le soin des blessés, l’accent est mis sur les dispositifs hygiénistes protégeant les soldats des fléaux sociaux1. Après la crise de reconversion de l’économie de guerre en économie de paix à l’issue du premier conflit mondial, le fort développement de la production industrielle, à partir de la fin de l’année 1924, s’effectue dans un contexte de pénurie de main d’œuvre, en particulier après la saignée de la guerre de 1914-1918. L’insuffisance de l’exode rural2 et la régression de l’utilisation de la main d’œuvre féminine conduisent à une immigration massive de travailleurs non qualifiés3. Ce phénomène est accentué par le fait que la « main d’oeuvre nationale »4 rechigne à exécuter les tâches et les emplois les plus exigeants, dangereux ou salissants, et reste sédentarisée par rapport à une demande accrue de mobilité professionnelle. L’Etat délègue une grande partie de la gestion de la main d’œuvre étrangère à une organisation patronale, la Société Générale d’Immigration, créée en 1924, dont le rôle est d’organiser le recrutement et la répartition des migrants selon les besoins des différents secteurs d’activité. De nouvelles questions sociales se posent : confrontation à « l’étranger », sur fond de racisme et de colonialisme, insuffisance et/ou vétusté des logements, problèmes sanitaires…  

Continuer la lecture de L’action sanitaire et sociale au fil du temps – Episode 3
  1. Arnaud Trenta, Aider les pauvres, histoire politique et associative, 16 septembre 2015, http://www.laviedesidees.fr/Aider-les-pauvres-une-histoire-politique-et-associative.html []
  2. La France reste un pays fondamentalement rural: à la fin de la première guerre mondiale, 53,6% de la population vit à la campagne []
  3. De 1911 à 1926, le taux d’accroissement annuel de la population étrangère s’élève à 10% []
  4. Serge Berstein, Pierre Milza, Histoire de la France au 20° siècle, tome 1, p. 393 []