Brève histoire de l’enfance handicapée, XIXe-XXIe siècle (Fin)

Du modèle médico-psychologique au modèle social.

Au début des années 1970, l’Organisation Mondiale de la Santé lance les travaux préparatoires à la 9ème révision de la classification internationale des maladies. Cette classification, adoptée en 1976 et publiée en 1980, est complétée par une classification des conséquences des maladies1. Trois axes sont retenus dans cette classification : la déficience (ou infirmité), l’incapacité, le handicap. La traduction française faite par l’INSERM, publiée en 1988, retient le terme “désavantage” pour traduire le mot anglais “handicap”. Selon cette traduction, le désavantage “résulte d’une déficience ou d’une incapacité qui limite ou interdit l’accomplissement d’un rôle normal (en rapport avec l’âge, le sexe, les facteurs sociaux et culturels). Le désavantage est donc caractérisé par une discordance entre l’activité de l’individu, ou son statut, et ce que son groupe d’appartenance attend de lui (…). C’est donc un phénomène social, décrivant les conséquences sociales et environnementales ayant pour origine les déficiences et incapacités d’un individu2”.

Continuer la lecture de « Brève histoire de l’enfance handicapée, XIXe-XXIe siècle (Fin) »
  1. International Classification of Impairments, Disabilities, and Handicaps. A manual of classification relating to the consequences aif disease, published in accordance with resolution WHA29.35 of the Twenty-ninth World Health Assembly, May 1976. OMS, Genève 1980. Publiée en français par le CTNERHI – INSERM en 1988. []
  2. Ibid. traduction française, p. 26. []

Brève histoire de l’enfance handicapée XIXe-XXIe siècles (3)

1975 : l’enfant handicapé, au sortir d’un demi-siècle d’inadaptation

En 1966, la revue Esprit consacre un numéro spécial à “l’enfance handicapée”, avec comme sous-titre, que n’auraient pas reniées des publications plus anciennes : “Études et témoignages sur les enfants débiles mentaux, paralysés, aveugles, sourds1”. L’introduction de la revue précise :

“Les progrès de la médecine entrainent, par contrecoup, un accroissement du nombre des enfants dits anormaux, arriérés, inadaptés, puisque, s’ils assurent leur survie, ils sont encore impuissants à prévenir ou à réparer les séquelles des atteintes ou des tares initiales ; d’autre part, l’élévation du seuil des exigences sociales et professionnelles, la vie urbaine en appartements, toute l’évolution des mœurs, rendent plus difficiles le maintien de ces enfants dans un cadre familial et social stable.”

Continuer la lecture de « Brève histoire de l’enfance handicapée XIXe-XXIe siècles (3) »
  1. L’enfance handicapée, Esprit, nouvelle série, numéro spécial, 33ème année, n° 363, novembre 1965. []

Brève histoire de l’enfance handicapée XIXe-XXIe siècles (2)

De Vichy aux années 1960, l’invention de l’enfance inadaptée.

“Inadaptés”, il n’y a pas que les enfants qui sont concernés au sortir du premier conflit mondial. Nombre de militaires démobilisés sont porteurs de pathologies ou d’altérations physiques et mentales qui renvoient aussi à l’anormalité, la monstruosité. Mais celle-ci n’est plus seulement à mettre au compte de l’hérédité, de la tare morale, de la perversité, mais à celui des nations qui sont entrées dans un conflit destructeur. L’infirmité, le handicap, se détache de la condition première de la pauvreté, de la misère et du vagabondage, pour atteindre toutes les classes sociales à travers les mutilations physiques et psychologiques de la guerre. Ce regard véhiculé par “l’infirme de guerre” va conduire à modifier, au-delà des termes utilisés, le rapport à la normalité. Il ne s’agira plus alors de redresser, mais plutôt d’adapter ou de réadapter, mais toujours sans remise en cause d’une société normalisée et normalisante à laquelle tout le monde doit souscrire et se conformer.

Continuer la lecture de « Brève histoire de l’enfance handicapée XIXe-XXIe siècles (2) »

Brève histoire de l’enfance handicapée, XIXe – XXIe siècles.

Introduction

Selon l’UNICEF, près de 240 millions d’enfants dans le monde souffrent aujourd’hui d’une forme de handicap, soit de l’ordre d’un enfant sur dix1. Le pourcentage d’enfants de 0 à 17 ans souffrant d’un handicap varie fortement selon la zone géographique, allant de 6% pour l’Europe et l’Asie centrale à 15% pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale. Le rapport insiste sur le cumul des facteurs aggravant la situation des enfants handicapés, comme les troubles connexes de santé, les formes de discrimination et d’exclusion, les retards de croissance ou l’influence du milieu socio-économique. En France, la situation concernant les enfants handicapés peut être approchée par les données de scolarisation : plus de 432 000 enfants en situation de handicap ont été accueillis dans les établissements scolaires à la rentrée 20222, chiffre auquel il faut ajouter les quelques 170 000 enfants et adolescents handicapés accompagnées dans des structures dédiées3, soit au total, de l’ordre de 600 000 enfants (soit un peu plus de 5% de la population totale des enfants de moins de 15 ans)4.

Continuer la lecture de « Brève histoire de l’enfance handicapée, XIXe – XXIe siècles. »
  1. UNICEF, Seen, counted, included, Using data to shed light on the well-being of children with disabilities, novembre 2021. Résumé analytique en français, p. 3. L’estimation proposée dans le rapport de l’UNICEF  est basée sur une « compréhension plus approfondie et plus inclusive du handicap, qui prend en compte plusieurs domaines fonctionnels, notamment ceux liés au bien-être psychosocial ». Cette estimation est supérieure aux évaluations, la plupart du temps spéculatives, qui étaient jusque là disponibles. Une évaluation datant de 2004, fréquemment utilisée, estimait le nombre d’enfants handicapés dans le monde à environ 93 millions d’enfants; UNICEF, La situation des enfants dans le monde, les enfants handicapés, rapport de 2013, p. 3. []
  2. Communiqué du ministère des Solidarités, de l’autonomie et des personnes handicapées, « Rentrée 2022 : une école inclusive pour accompagner le parcours de chacun », en ligne sur handicap.gouv.fr [consulté le 26 janvier 2023]. []
  3. Drees, Études et résultats n° 1231, mai 2022. []
  4. A ce total, il conviendrait d’ajouter, selon les sources, entre 8000 et 11000 enfants peu ou pas scolarisés. []

Jeunes aidant-e-s, vieux problèmes

On vit tous au rythme de mon père. […] Je l’aide tant que je peux. Indirectement, c’est ma mère que je soutiens. Elle ne fait jamais rien pour elle, mon père occupe tout son temps. Si elle s’écroule, c’est catastrophique. […] Je suis un peu l’aidant de l’aidante. » Martin, 15 ans, dont le père est en situation de handicap suite à un accident1.

Quand on est adolescent, on se sent invincible, on part en guerre (…). Mais le problème, c’est qu’on est bouffé par tous les obstacles qu’on rencontre en permanence, du coup on n’a pas le temps d’être avec nos parents, et nos parents angoissent, ils deviennent plus malades, et on rajoute de la souffrance à la souffrance2.

Ces deux témoignages illustrent à leur manière les difficultés auxquelles les jeunes aidant-e-s3 sont confronté-e-s dans leur quotidien auprès d’un parent malade, âgé ou handicapé. Leur parole est rare, leur situation peu médiatisée, mais leur vulnérabilité bien réelle, au point qu’elle s’ajoute à celle de la personne aidée. Double vulnérabilité dont ils supportent la charge, le plus souvent sans possibilités suffisamment accessibles de répit. La problématique des jeunes aidants est connue, mais relativement peu documentée en langue française. La base de données académique BASE4 donne 118 résultats parmi plus de 300 000 documents dont la majeure partie publiée dans les dix dernières années. Pour autant, cette thématique suscite l’intérêt des cliniciens et des chercheurs depuis la fin des années 1980, comme le montre une interrogation à partir de l’application Google Ngram Viewer sur le terme “Young carers“. La revue en ligne Pratiques Psychologiques a publié en juillet 2020 une revue de littérature internationale sur le sujet5. Les études recensées ont principalement cherché à estimer la prévalence de cette population, exploré les domaines dans lesquels les jeunes aidants apportent de l’aide, plus particulièrement dans les activités de soins, ainsi que les conséquences positives et négatives de l’expérience d’aide sur les plans social, scolaire, physique et psychologique. La revue note que plus d’une centaine d’articles ont été publiés sur le sujet principalement dans les pays anglophones, en particulier à l’initiative du professeur Saul Becker, considéré comme un expert international. D’après les auteurs, aucune étude scientifique n’aurait été menée en France. Néanmoins, des études et des évaluations diverses ont été publiées depuis une dizaine d’années6, sans qu’il soit réellement possible d’en dégager des données suffisamment générales. Depuis 2017, un projet de recherche sur les jeunes aidants a été créé dans le but de développer la recherche en France7. Il présente un certain nombre d’études et d’articles de vulgarisation ainsi qu’une base de sites “ressource”.

Continuer la lecture de « Jeunes aidant-e-s, vieux problèmes »
  1. Cité par Bourgeois, Amarantha. « Jeunes aidants, un temps de répit », VST – Vie sociale et traitements, vol. 148, no. 4, 2020, p. 61″. []
  2. Témoignage de Laure, en ligne sur agevillage.com, publié le 16 octobre 2017, consulté le 11 juillet 2022. []
  3. Dans la suite du document, et par simplification, nous utiliserons l’expression “jeune aidant”, sans distinction de sexe []
  4. www.base-search.net, entrée mot exact “jeunes aidants”, consultée le 12 juillet 2022. []
  5. E. Jarrige, G. Dorard, A. Untas, Revue de la littérature sur les jeunes aidants : qui sont-ils et comment les aider ? Pratiques Psychologiques, Volume 26, Issue 3, 2020, consulté le 12 juillet 2022, Revue de la littérature sur les jeunes aidants : qui sont-ils et comment les aider ? – ScienceDirect []
  6. Enquête “handicap santé de la DREES en 2008, panel BVA-Fondation Novartis de 2008-2010, enqête du Collectif inter Associatif de Soutien aux Aidants (CASA) en partenariat avec l’université de Bordeaux en 2013, panel BVA-Fondation April depuis 2015, enquête Novartis-IPSOS de 2017. []
  7. Projet JAID, créé par les Professeur Aurélie Untas et Géraldine Dorard, Maître de Conférences au sein du Laboratoire de Psychopathologie et Processus de Santé (LPPS, EA 4057) d’Université Paris Cité en ligne sur Recherche sur les jeunes aidants | Université Paris Cité (parisdescartes.fr), consiulté le 12 juillet 2022. []

Vénérables vieillards, vulnérables vieillards

A propos de la maltraitance envers les personnes âgées

La publication du livre “Les fossoyeurs” du journaliste indépendant Victor Castanet fin janvier 2022 1 a jeté un nouveau pavé dans la mare déjà nauséabonde de la maltraitance des personnes âgées en France. L’auteur précise dans une note en début d’ouvrage qu’il n’est pas question pour lui “de se livrer à un “ehpad bashing” ni de mettre en cause l’ensemble d’un secteur au sein duquel de nombreux groupes et des dizaines de milliers de personnes accomplissent, avec humanité et professionnalisme, une mission essentielle à notre société : la prise en charge des personnes âgées les plus vulnérables2. Cette précision était indispensable. L’enquête, réalisée entre février 2019 et décembre 2021, porte sur les établissements du groupe mondial privé ORPEA3 dont “il s’agit de mettre en lumière les pratiques douteuses“, mais aussi “de pointer les responsabilités du système de santé français et tout particulièrement des autorités de contrôle” et de “dépasser la question de la maltraitance institutionnelle“, terme utilisé depuis peu pour désigner pudiquement la faillite d’un système qui ne répond plus à son objectif premier de prise en charge bienveillante des personnes âgées dépendantes. Depuis, les témoignages et signalements de maltraitance de personnes âgées en EHPAD se sont multipliés: selon le président de la fédération 3977 4 Pierre Czernichow, l’affaire ORPEA a déclenché une forte augmentation des signalements auprès de la plateforme nationale et des relais territoriaux, passant de 20 à 30 signalements quotidiens il y a quinze jours à 50 aujourd’hui5.

Continuer la lecture de « Vénérables vieillards, vulnérables vieillards »
  1. Victor Castanet, Les fossoyeurs, Fayard 2022. []
  2. op. cit. []
  3. ORPEA est un groupe d’origine française, créée en 1989 par le docteur Jean-Claude Marian, devenu en une dizaine d’années un leader mondial du secteur, présent dans plus de vingt pays et dont plus de la moitié du réseau se situe aujourd’hui hors de France. Jean-Claude Marian, “exploitant de maisons de retraites” a passé la main à la tête du groupe en 2017, laissant derrière lui, selon le site Le revenu, un “bilan exceptionnel”. []
  4. La Fédération 3977 contre les maltraitances est un dispositif associatif d’alerte et de prévention des maltraitances envers les personnes en situation de vulnérabilité (notamment âgées ou en situation de handicap) en France, dont la création remonte à l’année 2008. []
  5. La Voix du Nord, EHPAD : les appels au 3977, pour signaler les maltraitances, «montent en flèche», en ligne le 5 février 2022. []

Vulnérabilités humaines, l’obsession du tri?

Billet du 17 janvier 2022

Le polémiste et candidat à la présidentielle Eric Zemmour a indigné l’ensemble de la classe politique, et au delà bon nombre de citoyens, en raison des propos qu’il a tenus le vendredi 14 janvier 2022 au cours de sa visite auprès d’un groupe d’enseignants dans la commune d’Honnecourt sur Escaut. Evoquant la scolarisation des enfants handicapés, il a dénoncé “l’obsession de l’inclusion”, considérant qu’il s’agissait d’une “mauvaise manière faite aux enfants et à ces enfants là, qui sont, les pauvres, complètement dépassés par les autres enfants, et aux enseignants”. Il a expliqué qu’il faut “effectivement des établissements spécialisés, sauf pour les gens légèrement handicapés évidemment”1. Cette déclaration du candidat de “la reconquête”, relayée par les médias, a au moins le mérite, d’évoquer la question du handicap dans la campagne présidentielle. Mais on peut, au delà de l’indignation légitime, déplorer l’absence de prise de position sur le fond, hormis quelques rares interventions relayées par la presse. Il ne suffit pas de dénoncer la stupidité, l’incompétence ou la brutalité d’un candidat, ou de réclamer qu’il fasse des excuses publiques pour considérer que le sujet est clos. Le monde politique se serait honoré si, au delà de la polémique, il en avait profité pour remettre au centre des préoccupations la situation des personnes en situation de handicap, et parmi elles, la question de la scolarisation.

Continuer la lecture de « Vulnérabilités humaines, l’obsession du tri? »
  1. BFM TV, 15 janvier 2022 []

Réparer la vulnérabilité: charité privée, cause publique et éthique: l’exemple du téléthon.

Les 3 et 4 décembre 2021, se déroule la trente cinquième édition du téléthon. Cette grande manifestation caritative télévisuelle organisée sur les chaînes publiques par l’AFM-telethon1 en faveur de la lutte contre les myopathies mobilise tous les ans de nombreux acteurs, bénévoles, professionnels de santé, personnalités, sportifs, médias, spectateurs, etc. En une trentaine d’année, l’exemple du téléthon met en évidence le rôle et la place des associations de malades dans le système de santé2, reflet d’une tendance générale à la pénétration de la recherche académique et publique (recherche universitaire sous contrôle de l’Etat) par des acteurs externes qui revendiquent un droit de regard et un pouvoir d’influence sur celle-ci3. Au total, c’est de l’ordre de 5 millions de français qui, à un moment ou un autre, participent à plus de trente heures d’émission, de défis et de retransmissions. Chaque année, un parrain est élu pour être le porte-parole des causes défendues par l’association. Il “prête sa voix, use de son temps et de son influence”4, mais plus que cela, il s’investit en amont de la manifestation en rencontrant les différentes parties prenantes, visitant les laboratoires, s’informant sur les avancées de la recherche, donnant de la visibilité à la cause des maladies rares auprès du public. Après le chanteur, acteur et danseur français Matt Pokora en 2020, c’est au tour du rappeur Soprano d’assurer ce rôle pour 2021. Depuis le premier téléthon organisé en 1987 avec Jerry Lewis comme parrain, c’est au total plus de deux milliards d’euros qui ont été collecté5. Le téléthon demeure ainsi, et de loin, la plus grosse collecte caritative au monde6. En 2019, les recettes provenant du téléthon ont représenté 79% des recettes de l’AFM-téléthon7, mettant en évidence l’importance pour le financement des actions de recherche et de soutien aux enfants et aux familles, mais aussi la possible fragilité d’une source de financement liée quasi exclusivement à la solidarité privée. Près de 40 % des recettes du téléthon proviennent des animations de terrain, ce que les organisateurs appelle la “force T”.

Continuer la lecture de « Réparer la vulnérabilité: charité privée, cause publique et éthique: l’exemple du téléthon. »
  1. En 1958, “une poignée de parents révoltés contre l’ignorance et l’impuissance de la médecine et de la science face aux maladies neuromusculaires qui touchent leurs enfants, décident de se lancer dans le combat et créent l’Association française pour la myopathie (AFM). Yolaine de Kepper, mère de sept enfants, dont quatre atteints par la myopathie de Duchenne, est la fondatrice et la première présidente de l’Association Source afm-telethon.fr [consulté le 27 novembre 2021]. []
  2. S’agissant des amyotrophies spinales infantiles, il existe en France deux autres associations de parents: ECLAS (ensemble contre l’amyotrophie spinale de type 1) créée en 2013 et FSMA France ( Familles SMA France, fondée en 2015). Le site care.togetherinsma.fr met en évidence les interactions et les relations dans la “communauté SMA” internationale entre associations et regroupement d’associations, fondations, laboratoires. []
  3. Bernard Kahane, Charity business et politiques de recherche sur la santé : comment l’AFM mobilise la recherche publique, Sociologie du travail, vol. 42 n°1, Les acteurs de la santé publique et les réformes (janvier-mars 2000), p.114. []
  4. Mathilde Dousset, Le rôle des stars lors du Téléthon en tant que parrain/marraine, publié en ligne sur telestar.fr le 2 novembre 2021 sur [consulté le 23 novembre 2021]. []
  5. Exactement 2 083 798 825 €, selon le site du téléthon 2921 [evenement.telethon.fr/2021, consulté le 23 novembre 2021]. []
  6. Clément Lesaffre, Europe 1 en ligne le 2 décembre 2016 [consulté le 23 novembre 2021] []
  7. Rapport annuel de l’AFM 2019, p. 19. []

Anti-vaccins: mesure et démesure d’une opposition

Il aura suffi de quelques semaines pour que nous passions du bonheur légitime d’une liberté presqu’entièrement retrouvée, à l’angoisse d’une quatrième vague de contamination. Au moment où nous sortons progressivement des mesures de restrictions sanitaires liées à la pandémie de la Covid 19, la propagation du variant “delta”, particulièrement sur les zones de vacances en cet été de relâchement, nous rappelle cruellement à la réalité d’une crise sanitaire toujours présente. La France est de nouveau passée au dessus du seuil d’alerte en fin de semaine dernière, avec un taux d’incidence de plus de 50 sur 100 000 habitants, en augmentation de 80% sur une semaine. Plus d’une trentaine de départements, essentiellement sur les côtes atlantique et méditerranéenne, ont dépassé ce seuil, avec des situations très préoccupantes, en particulier dans le sud-ouest, le sud-est, les Pyrénées orientales et la Haute Corse1. Face à cette situation préoccupante, le gouvernement propose une série de nouvelles mesures anti-covid qui ont fait l’objet de débats parlementaires houleux, puis d’un vote et finalement, d’un texte validé par la Commission Mixte Paritaire le 25 juillet 20212. Ces mesures concernent l’extension du passe sanitaire, l’isolement obligatoire des cas positifs et l’obligation vaccinale de certains professionnels. La grande majorité des français, sans attendre l’adoption de ces nouvelles mesures, ont réinvesti les centres de vaccination, que ce soit sur leur résidence principale ou dans les lieux de villégiature. Dans le même temps, des centres de vaccination ont été vandalisés ou ont subi des actes de malveillance. La question de l’obligation vaccinale est de nouveau posée, que ce soit directement, pour les professions de santé et médicosociales (dont l’article 5 du projet de loi fait l’énumération exhaustive, allant des personnels des établissements et centres de santé aux personnels des transports sanitaires et prestataires de services), ou indirectement, via l’exigence et le contrôle du passe sanitaire sur certains lieux ou dans certaines situations (article premier du projet de loi). Les plateaux de télévision et les studios de radio sont de nouveau investis par les experts de tous poils, souvent les mêmes, dépêchés à la hâte depuis leurs lieux de vacances pour commenter à chaud la situation sanitaire et les mesures envisagées, considérées comme salutaires par les uns, reflet d’une prise en compte raisonnée de la nouvelle donne pandémique, liberticides par les autres, au nom de la défense d’un libre-arbitre supposé responsable face à la la mise en place d’une présumée “dictature sanitaire”. Une nouvelle période anxiogène s’ouvre et, comme à l’accoutumée, cette anxiété, légitime, lorsqu’elle oblige à un débat raisonné et prudent, conduit à la démesure des propos et des actes.

Continuer la lecture de « Anti-vaccins: mesure et démesure d’une opposition »
  1. Covid 19: ces départements désormais au dessus du site d’alerte, Julien CHABROUT, L’Express en ligne, publié le 19 juillet 2021, consulté le 20 juillet 2021 []
  2. Texte nº 4416, adopté par la commission mixte paritaire chargée de proposer un texte les dispositions restant en discussion du projet de loi rétablissant et complétant l’état d’urgence sanitaire. []

Informer et consentir

Le libre arbitre est-il soluble dans la vaccination contre la Covid?

La campagne de vaccination contre la COVID 19 a démarré en France depuis le 27 décembre 2020. La courbe des vaccinations montre une très faible progression jusqu’au 5 janvier 2021, puis un “décollage” à partir du 6 janvier jusqu’à mi janvier. Au 21 janvier, 823 567 personnes étaient vaccinées1. A cette date, 1,23% des français ont reçu au moins une dose de vaccin, Par ailleurs, le sondage réalisé par Elabe pour BFMTV2 indique que, bien que la part de Français refusant de se faire vacciner reste importante (près d’un français sur deux), elle est en baisse pour la première fois après avoir augmenté de manière constante de la mi-septembre à début décembre (37% à 52%). L’augmentation de l’inquiétude vis à vis de la propagation du virus augmentant3, associée à la propagation des variants, semblent provoquer un effet d’entraînement sur la vaccination, à tel point que l’on assiste, ici ou là, dans ces premiers jours de vaccination, à de l’agacement ou de la colère lorsque le nombre de doses de vaccin disponible est insuffisant.

Continuer la lecture de « Informer et consentir »
  1. Nombre cumulé de personnes ayant reçu au moins une dose de vaccin contre la Covid19 en France au 21 janvier 2021. Source covidtracker.fr, consulté le 22 janvier 2021 []
  2. Etude Elabe réalisée pour BFM TV, sondage réalisé par interrogation par internet les 15 et 16 décembre 2020, auprès d’un échantillon de 1005 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus []
  3. selon Elabe, au 13 janvier 2021, 78 % des français se disent inquiets []

Margaret, Mandy et Mauricette

Les premières vaccinations contre la Covid 19

Depuis le 8 décembre au Royaume Uni, le 14 aux Etats Unis, les premières vaccinations contre la Covid 19 ont débuté, faisant naître autant d’espoir que d’inquiétudes et ravivant les polémiques autour de la “longue histoire de la résistance à la vaccination1. En France, la vaccination a démarré dans deux EHPAD le 27 décembre; on pourra donc dire, et c’est une prouesse médicale, que moins d’une année aura séparé la première contamination constatée sur le sol français, de la première vaccination. Opposition à la Providence divine, pratique contraire à la nature, dangereuse pour la santé, reflet des intérêts financiers des laboratoires, ou influence de certains courants religieux2 , les raisons de s’opposer sont nombreuses, démontrant qu’en ce début du XXI° siècle, comme aux premiers temps de la vaccination à la fin du XVIII° siècle, l’obscurantisme, le complotisme, l’ignorance, la peur, continuent de prospérer à côté (ou à la place?) d’interrogations légitimes sur la balance bénéfices-risques de la vaccination3. Mais que penser d’une vaccination réalisée à l’aide d’une technologie inédite, celle de l’ARN messager?

Continuer la lecture de « Margaret, Mandy et Mauricette »
  1. Titre de l’article sur le site planet-vie.ens.fr, Françoise SALVADORI, publié le 1er avril 2020, consulté le 22 décembre 2020 []
  2. Voir par exemple, l’étude de Lucie GUIMIER La résistance aux vaccinations : d’un défi de santé publique à un enjeu de société, publiée dans le rapport 2016-2017 de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes), Rapport de la Miviludes 2016 et premier trimestre 2017, pp. 115-138 (en ligne sur www.derives-sectes.gouv.fr, consulté le 22 décembre 2020). Cette étude met en évidence une corrélation entre l’implantation de la Fraternité Saint Pie X mouvement traditionnaliste catholique opposé à la vaccination des enfants, et les foyers de rougeole préfigurateurs de l’épidémie qui a sévi en 2008 en France. []
  3. Voir également Hervé BAZIN, Histoire des refus vaccinaux, Bulletin de l’Académie Nationale de Médecine, 2010, 194, nos 4 et 5, pp. 705-718, séance du 11 mai 2010 []

L’action sanitaire et sociale au fil du temps – Episode 5

De la libération à nos jours, la structuration progressive du secteur médicosocial

En matière de protection sociale, la libération n’a été ni l’espace, ni le temps d’un aggiornamento général annulant la législation vichyste, mais plutôt celui d’une révision raisonnée : “Si les solutions corporatives et totalitaires, conséquences de l’application de la Charte du travail, sont fermement rejetées, il est préconisé, pour le reste, de valider la législation existante1. La même attitude a été adoptée pour les questions touchant plus particulièrement à l’organisation sanitaire et sociale, à tel point que cette continuité observée détonne quelque peu de la condamnation formelle, et évidemment indispensable, du régime de Vichy.
Dans le secteur de l’enfance, les ARSEA (Association Régionale Spécialisée d’action sociale d’Éducation et d’Animation), créées en 1946, prennent la suite des Associations Régionales pour le sauvetage de l’Enfance, dont les premières ont été créées à partir de 1943, moyennant quelques modifications de leur statut2. En particulier, la notion de contrôle strict des œuvres privées (et donc des subventions) disparaît. Leur rôle de coordination est maintenu, ainsi que la la gestion de certains organismes. Les ARSEA se développeront de façon inégale selon les régions.
La conjoncture d’après-guerre est marquée par la méfiance, en particulier l’opposition entre résistance et militantisme social et laïc, d’une part, dont l’objectif est la réorganisation globale de l’appareil d’état dans le droit fil du programme du Conseil National de la Résistance, et responsables d’œuvres privées, d’autre part, soucieux de préserver leurs institutions et leurs valeurs spirituelles.

Continuer la lecture de « L’action sanitaire et sociale au fil du temps – Episode 5 »
  1. Philippe-Jean Hesse, Jean-Pierre Le Crom, La protection sociale sous le régime de Vichy, Presses Universitaires de Rennes, 2001, p. 337-354 []
  2. Les ARSEA étaient appelées à coordonner l’ensemble des établissements pour jeunes inadaptés de leur région, mais aussi à canaliser et à réguler les subventions publiques qui pouvaient leur être attribuées. Elles reçurent également mission de créer en amont un centre d’observation et de triage pour ces enfants, avant qu’ils ne soient confiés à telle ou telle institution ainsi qu’un centre de formation pour les différents personnels. Gardet, Mathias, et Alain Vilbrod. « Une décentralisation avant la lettre ? Les coordinations pour l’enfance et l’adolescence inadaptées. Le cas breton 1944-1984 », Revue française des affaires sociales, no. 4, 2004, pp. 173-195 []

L’action sanitaire et sociale au fil du temps – Episode 4

L’action sanitaire et sociale sous le gouvernement de Vichy: un héritage ambigu

Le régime de Vichy constitue sans nul doute un trouble, mais incontournable héritage pour la compréhension de l’histoire du secteur médico-social en France. Si Vichy ne remet pas directement en cause la séparation de l’Eglise et de l’Etat, il en propose une lecture sensiblement différente qui prépare une profonde modification des relations de l’Eglise et de l’Etat, sur fond de révolution nationale. L’avènement du régime de Vichy sonne, pour les responsables catholiques, comme « une revanche sur plusieurs décennies de construction républicaine »1. Mais cette revanche était déjà bien entamée, dans la mesure où c’est la IIIème République elle-même qui appelle l’Eglise à la rescousse. En effet, dès les premiers revers, l’Etat laïc demande à l’Eglise catholique d’intercéder pour que Dieu protège la France… et oriente l’issue des batailles. Certes, ce n’est pas la première fois : une alliance objective et de circonstance avait déjà été scellée lors du premier conflit mondial. Mais la situation est radicalement différente : alors qu’en 1914, c’est une République sûre d’elle qui cherche en l’Eglise, une alliée de poids pour emporter l’ensemble du peuple dans la mobilisation et la guerre, en 1940, il s’agit plus d’une réelle demande d’intercession, presque d’une prière, des responsables politiques pour le secours de la France. L’Eglise ne s’y est pas trompée, et il faut reconnaître que celle-ci a su globalement tenir son rôle auprès des populations en détresse lors de la déroute, alors que la grande majorité des élites et responsables administratifs fuyaient l’avancée des troupes ennemies . Les évêques et les cardinaux apporteront leur appui moral au régime de Vichy dès son avènement, et au-delà des responsables catholiques, c’est bien « le peuple chrétien qui emboîtera, sans états d’âme, le pas à ses pasteurs sur la route pétainiste »2. Ce constat mérite d’être nuancé. Il faut citer les prêtres et chanoines qui émettront des doutes, dès le début, sur le bien fondé de la révolution nationale entreprise par le régime de Vichy. Si l’Eglise a été, à cette époque, majoritairement légaliste et pétainiste, il serait faux d’en tirer la conclusion q’elle aurait été aussi majoritairement collaborationniste. Dès le 25 juillet 1941, l’assemblée des cardinaux et archevêques exprimait une certaine distance afin de préserver l’avenir, tout en se déclarant loyale au nouveau pouvoir3.En fait, les deux seules institutions qui ne céderont pas à la déroute et organiseront les secours sont les municipalités et l’Eglise. Force est de constater que le catholicisme français se reconnaîtra bien mieux dans l’Etat français que dans la République laïque.

Continuer la lecture de « L’action sanitaire et sociale au fil du temps – Episode 4 »
  1. Martine Cerf et Marc Horwitz (sous la direction de), Dictionnaire de la laïcité, entrée « Vichy », p. 327, Armand Colin 2016 []
  2. Michèle Cointet, « L’Eglise sous Vichy, la repentance en question », Perrin, Vérités et légendes, 1998, p. 9-15. []
  3. Etienne Fouilloux, Eglise catholique et seconde guerre mondiale, Vingtième siècle, revue d’histoire 2002/1 (n°73), p. 114 []

L’action sanitaire et sociale au fil du temps – Episode 3

L’entre-deux guerres: le temps de l’hygiénisme et de la professionnalisation

La période entre les deux guerres mondiales est, du point de vue de l’organisation de l’action sociale, une période de transition. Le premier conflit mondial a renforcé la dimension sanitaire de l’assistance, à tel point que l’on a pu parler d’un processus de « sanitarisation du social » : les hôpitaux se médicalisent pour l’accueil et le soin des blessés, l’accent est mis sur les dispositifs hygiénistes protégeant les soldats des fléaux sociaux1. Après la crise de reconversion de l’économie de guerre en économie de paix à l’issue du premier conflit mondial, le fort développement de la production industrielle, à partir de la fin de l’année 1924, s’effectue dans un contexte de pénurie de main d’œuvre, en particulier après la saignée de la guerre de 1914-1918. L’insuffisance de l’exode rural2 et la régression de l’utilisation de la main d’œuvre féminine conduisent à une immigration massive de travailleurs non qualifiés3. Ce phénomène est accentué par le fait que la “main d’oeuvre nationale”4 rechigne à exécuter les tâches et les emplois les plus exigeants, dangereux ou salissants, et reste sédentarisée par rapport à une demande accrue de mobilité professionnelle. L’Etat délègue une grande partie de la gestion de la main d’œuvre étrangère à une organisation patronale, la Société Générale d’Immigration, créée en 1924, dont le rôle est d’organiser le recrutement et la répartition des migrants selon les besoins des différents secteurs d’activité. De nouvelles questions sociales se posent : confrontation à « l’étranger », sur fond de racisme et de colonialisme, insuffisance et/ou vétusté des logements, problèmes sanitaires…  

Continuer la lecture de « L’action sanitaire et sociale au fil du temps – Episode 3 »
  1. Arnaud Trenta, Aider les pauvres, histoire politique et associative, 16 septembre 2015, http://www.laviedesidees.fr/Aider-les-pauvres-une-histoire-politique-et-associative.html []
  2. La France reste un pays fondamentalement rural: à la fin de la première guerre mondiale, 53,6% de la population vit à la campagne []
  3. De 1911 à 1926, le taux d’accroissement annuel de la population étrangère s’élève à 10% []
  4. Serge Berstein, Pierre Milza, Histoire de la France au 20° siècle, tome 1, p. 393 []

L’action sanitaire et sociale au fil du temps – Episode 2

Des Lumières à la première guerre mondiale, entre dogmatisme et accomodements

Avec l’esprit des Lumières, la révolution française poursuit les grands idéaux marqués du sceau de l’humanisme et de la solidarité fraternelle. L’Assemblée Constituante hésite à reprendre les propositions des Etats Généraux : la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen votée par cette assemblée le 26 août 1789 ne comprend aucune référence au droit à l’assistance1. Il faudra attendre la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen du 24 juin 1793 pour voir apparaître ce droit. En effet, l’article 21 précise que « les secours publics sont une dette sacrée. La société doit la subsistance aux citoyens malheureux, soit en leur procurant du travail, soit en assurant les moyens d’exister à ceux qui sont hors d’état de travailler… ». Le 12 juillet 1790, à Paris, l’Assemblée Constituante adopte la constitution civile du clergé. Pris sans en référer, et pour cause, au Vatican, ce décret bouleverse profondément la vie religieuse de la France en rompant les liens historiques avec le Saint-Siège2. C’est le triomphe du gallicanisme.

Continuer la lecture de « L’action sanitaire et sociale au fil du temps – Episode 2 »
  1. Mais la situation des mendiants reste préoccupante, au moins pour des questions d’ordre public et de sécurité. Le décret du 13 juin 1790 se propose d’y remédier avec l’ouverture des ateliers de secours. Cette mesure se soldera par un échec. []
  2. Jacqueline LALOUETTE, La séparation des Eglises et de l’Etat. Genèse et développement d’une idée (1789-1905) Editions du Seuil, avril 2005 []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search