Sobriété, le nouveau mantra du néolibéralisme?

Billet du 21 septembre 2022

Depuis le 24 février 2022, date du déclenchement de la campagne militaire de la Russie en Ukraine, la guerre russo-ukrainienne fait peser sur l’Europe, et plus largement le monde, de graves menaces. Comme dans tout conflit armé, les peuples en sont les premières victimes. Cette guerre reprend les schémas malheureusement habituels: meurtres, tortures, viols, prise en otage des populations civiles, autant de signes d’une barbarie que l’on espérait ne plus voir sur le continent européen. Face à l’attaque de la Russie, les pays occidentaux ont mis en place, avec une rapidité et une efficacité que l’on n’aurait pas immaginé, ne serait-ce que quelques mois auparavant, plusieurs séries de sanctions économiques visant à toucher le coeur du système politico-économique de la Russie. En contrepartie, la Russie a également mis en oeuvre des mesures à l’encontre des pays qui soutiennent l’Ukraine. Sans juger de l’efficacité des sanctions de part et d’autre, le conflit a mis en évidence, avec les menaces sur le gaz provenant de Russie, l’extrême fragilité des pays européens sur le plan énergétique, dans des proportions variables selon les pays. D’un autre côté, il semble bien que les sanctions à l’encontre de la Russie ont des conséquences réelles sur les capacités militaires et pourraient conduire à terme à une pénurie généralisée, en particulier sur les denrées de base. En dépit des avis des nombreux “experts” qui se succèdent sur les plateaux de télévision, en particulier sur la question de l’usage des armes nucléaires, rien ne permet aujourd’hui de faire un pronostic sur l’issue du conflit et ses conséquences à moyen et long terme sur l’équilibre géopolitique mondial. En revanche, il est clair que le seul fait de parler d’une possibilité d’utilisation de l’arme nucléaire montre que nous avons déjà basculé dans un autre monde, dans lequel la dissuasion, base de l’équilibre en place depuis la guerre froide, ne joue plus complètement son rôle. Cette situation n’est pas entièrement nouvelle. Le monde a déjà frôlé l’hiver nucléaire avec la crise des missiles de Cuba en 1962 et plus récemment lors de “l’incident” du 26 septembre 1983 dû à une fausse alerte des systèmes de sécurité soviétiques. Ce qui est nouveau, c’est qu’une telle menace se déroule dans une ère “post guerre froide”, dans laquelle “la disparition de la menace que représentait le bloc de l’Est pour la sécurité européenne semblait rendre possible la gestion autonome de la sécurité européenne par les membres de l’Union européenne1 “. Force est de constater que cette possibilité s’éloigne à grands pas dans un système où deux blocs se sont de facto reconstitués: les Etats Unis et leurs alliés occidentaux, d’une part, l’ensemble russo-asiatique, d’autre part, avec le risque de passage à une nouvelle ère, cette fois ci, de “guerre chaude” à l’échelle de plusieurs pays, plusieurs continents.

Sur un autre plan, la crise climatique s’est rappelée à nous cet été avec les épisodes de grande sécheresse et la succession d’incendies dont certains ont pris une ampleur méconnue jusqu’à présent, particulièrement en France. Des restrictions ont été apportées sur l’usage de l’eau, dont nous avons pu être les témoins directs dans notre vie quotidienne: interdictions d’arroser, douches de plages condamnées, lavages automatiques à l’arrêt… Ces interdictions, bien futiles au regard des problèmes de sécheresse et de la question de l’accès à l’eau dans le monde2, ont joué un rôle certain de déclencheur dans la prise de conscience salutaire de la vulnérabilité et de la finitude de notre monde réel. Subitement, les menaces climatiques dont les plus graves conséquences concernaient la plupart du temps des territoires éloignés, nous ont semblé plus proches, plus dangereuses, nous projetant, après un temps de sidération, dans l’urgence des réponses nécessaires. Conséquence du changement climatique en cours, l’eau constitue l’un des enjeux majeurs des années à venir. Selon l’ONU, “Nous sommes à la croisée des chemins, au sommet d’une ligne de partage des eaux, où nous devons acquérir une nouvelle conscience3”. Plus de 10 millions de personnes ont perdu la vie en raison de sécheresses majeures au siècle dernier. La sécheresse touche l’Afrique plus que tout autre continent, avec plus de 300 “évènements sécheresse” enregistrés depuis une centaine d’années. En Europe, 45 épisodes de sécheresse majeure sont survenus au siècle dernier. Depuis 2000, le nombre et la durée des sécheresses ont augmenté de 29 % dans le monde. En 2022, plus de 2,3 milliards de personnes sont confrontées au stress hydrique, près de 160 millions d’enfants sont exposés à des sécheresses graves et prolongées . Enfin, jusqu’à 216 millions de personnes pourraient être obligées de migrer d’ici 2050, en grande partie en raison de la sécheresse et d’autres facteurs, notamment la pénurie d’eau, la baisse de la productivité des cultures, l’élévation du niveau de la mer et la surpopulation4. Au bilan humain s’ajoute un bilan économique et social d’une ampleur inconnue.

Crise géopolitique, crise climatique, le voile des certitudes se déchire pour mettre à nu la vulnérabilité du monde. Face à cela, nos gouvernants annoncent la fin de l’abondance5 et, à défaut d’une “sobriété heureuse”, à laquelle nous invitait Pierre Rahbi6, ou le Pape François7 une sobriété réduite aux acquets de la question énergétique, certes essentielle, mais insuffisante. Le discours rejoint ici les thèses moralisatrices développées tout au long du XIXe siècle: il faut baisser notre consommation d’énergie, comme autrefois il fallait baisser la consommation d’alcool, manger “qu’à proportion qu’on a faim8”, ou s’exercer dans “l’art de vivre longtemps et en parfaite santé9 “. La sobriété renvoie ainsi à la responsabilité individuelle, à la liberté, et à la vertu par excellence de la philosophie libérale, la prévoyance, qui n’est en première instance que “l’empire exercé sur notre propre sort10”. C’est au fond, revenir à la frugalité d’un libéralisme économique originel, tel que ses premiers théoriciens l’exprimaient, soucieux de dépasser la jouissance d’une consommation au jour le jour, sans contraintes et sans limites, pour “renverser à son profit le rapport de dépendance qui le lie à la nature11”. La sobriété rejoint ainsi son synonyme, la tempérance, une des quatre vertus cardinales de la doctrine morale chrétienne dans laquelle le libéralisme puise sa propre essence. En prenant une dimension collective, elle impose un changement de pratiques, et c’est ce que nous invite à faire le discours ambiant sur la crise énergétique12. La sobriété, vue à l’aune des pays développés qui s’interrogent sur le fait de baisser la température de nos logements d’un degré pour “passer l’hiver sans difficultés”, doit paraître bien dérisoire aux populations qui, dans le monde, souhaiteraient atteindre par le bas un “seuil de sobriété” les mettant à l’abri de la pauvreté ou de la faim.

Au delà des seules pratiques, sans débat de fond sur nos modes de vie, sur la répartition des efforts à accomplir pour une société moins inégalitaire, sur le rééquilibrage entre pays riches et pays pauvres et la contribution des plus riches à l’effort global, le principe de sobriété ne suffira pas. Sans la fraternité nécessaire à la perception d’une maison commune dépassant nos propres frontières physiques mais aussi intellectuelles et spirituelles, le principe de sobriété ne suffira pas.

“Si nous ne parlons plus le langage de la fraternité et de la beauté dans notre relation avec le monde, nos attitudes seront celles du dominateur, du consommateur ou du pur exploiteur de ressources, incapable de fixer des limites à ses intérêts immédiats. En revanche, si nous nous sentons intimement unis à tout ce qui existe, la sobriété et le souci de protection jailliront spontanément”

Pape François, Laudate si, 11.

Il ne suffit pas de scander sur tous les tons l’hymne à la sobriété comme un nouveau mantra paré de toutes les vertus magiques. Il paraît indispensable de trouver les voies et moyens d’entrainer l’humanité vers une nouvelle conception des rapports entre l’homme et la société, entre l’homme et la terre. Il n’est pas sûr que le libéralisme soit le chemin le plus vertueux, s’il conduit, comme il l’a démontré jusqu’à présent, à la sobriété obligée de la majeure partie de l’humanité au bénéfice des peuples et des catégories les plus favorisés.

  1. Zuqian, Zhang. « La politique étrangère de la France entre continuité et ajustements post-guerre froide », Revue internationale et stratégique, vol. 45, no. 1, 2002, pp. 113. []
  2. Selon le dernier rapport commun de l’OMS et de l’UNICEF, une personne sur trois dans le monde n’a pas accès à de l’eau salubre. []
  3. La sécheresse en chiffres, rapport de l’ONU publié le 11 mai 2022 dans le cadre de la COP-15 qui s’est tenue du 9 au 22 mai 2022 à Abidjan. Avant propos p.4. Pour consulter le rapport dans son intégralité: La sécheresse en chiffres, 2022: restaurer afin d’être prêts et résilients – World | ReliefWeb []
  4. Ces données sont extraites du rapport cité. []
  5. Discours d’Emmanuel Macron en introduction du Conseil des Ministres du 24 août 2022. []
  6. Vers la sobriété heureuse, Pierre Rahbi, première édition 2010, Actes Sud 2013. []
  7. Encyclique Laudato si, mai 2015. []
  8. Nouveau Manuel de Santé, ou Recettes pour conserver la santé, la vigueur et la beauté, Lyon, 1836, p.2. []
  9. Luigi Cornaro, L’art de vivre longtemps et en parfaite santé, de la sobriété et de ses avantages, (Discorsi della vita sobria, 1550), Paris 1847. []
  10. T. Duchâtel, De la charité : dans ses rapports avec l’état moral et le bien-être des classes inférieures de la société, Mesnier, Paris, 1829, p. 177. []
  11. François Ewald, Histoire de l’Etat providence, Livre de poche, 1996, p. 36. []
  12. Voir le rapport de l’ADEME, Transitions 2050, choisir maintenant, agir pour le climat, consultable en ligne; ADEME – Transition(s) 2050. Ce rapport identifie quatre scénarios aboutissant à la neutralité carbone en empruntant des chemins différents. L’un des scénarios s’intitule “génération frugale” et suppose des changements importants dans les pratiques de consommation. []

Jeunes aidant-e-s, vieux problèmes

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Jeunes aidant-e-s, vieux problèmes," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 30/08/2022, https://metavulnera.hypotheses.org/2139.

On vit tous au rythme de mon père. […] Je l’aide tant que je peux. Indirectement, c’est ma mère que je soutiens. Elle ne fait jamais rien pour elle, mon père occupe tout son temps. Si elle s’écroule, c’est catastrophique. […] Je suis un peu l’aidant de l’aidante. » Martin, 15 ans, dont le père est en situation de handicap suite à un accident1.

Quand on est adolescent, on se sent invincible, on part en guerre (…). Mais le problème, c’est qu’on est bouffé par tous les obstacles qu’on rencontre en permanence, du coup on n’a pas le temps d’être avec nos parents, et nos parents angoissent, ils deviennent plus malades, et on rajoute de la souffrance à la souffrance2.

Ces deux témoignages illustrent à leur manière les difficultés auxquelles les jeunes aidant-e-s3 sont confronté-e-s dans leur quotidien auprès d’un parent malade, âgé ou handicapé. Leur parole est rare, leur situation peu médiatisée, mais leur vulnérabilité bien réelle, au point qu’elle s’ajoute à celle de la personne aidée. Double vulnérabilité dont ils supportent la charge, le plus souvent sans possibilités suffisamment accessibles de répit. La problématique des jeunes aidants est connue, mais relativement peu documentée en langue française. La base de données académique BASE4 donne 118 résultats parmi plus de 300 000 documents dont la majeure partie publiée dans les dix dernières années. Pour autant, cette thématique suscite l’intérêt des cliniciens et des chercheurs depuis la fin des années 1980, comme le montre une interrogation à partir de l’application Google Ngram Viewer sur le terme “Young carers“. La revue en ligne Pratiques Psychologiques a publié en juillet 2020 une revue de littérature internationale sur le sujet5. Les études recensées ont principalement cherché à estimer la prévalence de cette population, exploré les domaines dans lesquels les jeunes aidants apportent de l’aide, plus particulièrement dans les activités de soins, ainsi que les conséquences positives et négatives de l’expérience d’aide sur les plans social, scolaire, physique et psychologique. La revue note que plus d’une centaine d’articles ont été publiés sur le sujet principalement dans les pays anglophones, en particulier à l’initiative du professeur Saul Becker, considéré comme un expert international. D’après les auteurs, aucune étude scientifique n’aurait été menée en France. Néanmoins, des études et des évaluations diverses ont été publiées depuis une dizaine d’années6, sans qu’il soit réellement possible d’en dégager des données suffisamment générales. Depuis 2017, un projet de recherche sur les jeunes aidants a été créé dans le but de développer la recherche en France7. Il présente un certain nombre d’études et d’articles de vulgarisation ainsi qu’une base de sites “ressource”.

Continuer la lecture de « Jeunes aidant-e-s, vieux problèmes »
  1. Cité par Bourgeois, Amarantha. « Jeunes aidants, un temps de répit », VST – Vie sociale et traitements, vol. 148, no. 4, 2020, p. 61″. []
  2. Témoignage de Laure, en ligne sur agevillage.com, publié le 16 octobre 2017, consulté le 11 juillet 2022. []
  3. Dans la suite du document, et par simplification, nous utiliserons l’expression “jeune aidant”, sans distinction de sexe []
  4. www.base-search.net, entrée mot exact “jeunes aidants”, consultée le 12 juillet 2022. []
  5. E. Jarrige, G. Dorard, A. Untas, Revue de la littérature sur les jeunes aidants : qui sont-ils et comment les aider ? Pratiques Psychologiques, Volume 26, Issue 3, 2020, consulté le 12 juillet 2022, Revue de la littérature sur les jeunes aidants : qui sont-ils et comment les aider ? – ScienceDirect []
  6. Enquête “handicap santé de la DREES en 2008, panel BVA-Fondation Novartis de 2008-2010, enqête du Collectif inter Associatif de Soutien aux Aidants (CASA) en partenariat avec l’université de Bordeaux en 2013, panel BVA-Fondation April depuis 2015, enquête Novartis-IPSOS de 2017. []
  7. Projet JAID, créé par les Professeur Aurélie Untas et Géraldine Dorard, Maître de Conférences au sein du Laboratoire de Psychopathologie et Processus de Santé (LPPS, EA 4057) d’Université Paris Cité en ligne sur Recherche sur les jeunes aidants | Université Paris Cité (parisdescartes.fr), consiulté le 12 juillet 2022. []

Mutuellisme et solidarité ouvrière dans la première moitié du XIXe siècle

Des sociétés de secours mutuels à la naissance du syndicalisme

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Mutuellisme et solidarité ouvrière dans la première moitié du XIXe siècle," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 09/06/2022, https://metavulnera.hypotheses.org/1846.

La Sécurité Sociale, instaurée en France à l’issue du deuxième conflit mondial1 constitue aujourd’hui encore le socle de la protection sociale. Mais l’idée de protection sociale organisée sur la base d’une éthique de la solidarité est en fait bien antérieure: “elle a un passé beaucoup plus long dans lequel l’initiative individuelle exercée en dehors de l’État a eu une place prédominante2”. C’est en particulier en France, le cas du secteur mutualiste. Ainsi, selon les dernières données disponibles de l’Enquête santé européenne – Enquête santé et protection sociale (EHIS-ESPS)3, 95% des français étaient couverts par une complémentaire santé en 2014 (dont 7 % par le biais de la couverture maladie universelle complémentaire CMU-C). Si l’on peut se réjouir d’un tel niveau, il signifie également “en creux” que 5 % des français ne bénéficient d’aucune complémentaire santé, cette situation s’aggravant pour les personnes à faibles ressources financières ou d’un milieu social défavorisé.

Continuer la lecture de « Mutuellisme et solidarité ouvrière dans la première moitié du XIXe siècle »
  1. Ordonnance du 19 octobre 1945. []
  2. Dreyfus, Michel. “La protection sociale libre et volontaire, notamment mutualiste, jusqu’aux années 1930“, Vie sociale, vol. 10, no. 2, 2015, pp. 17. []
  3. DREES, Etudes et résultats n° 1048, janvier 2018. []

Minima sociaux, revenu universel et justice sociale

Une brève histoire des dispositifs contemporains de lutte contre la pauvreté

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Minima sociaux, revenu universel et justice sociale," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 18/05/2022, https://metavulnera.hypotheses.org/1510.

Sans aucun doute, le besoin de protection que ressent l’humanité est aussi ancien que la conscience de sa vulnérabilité potentielle et des risques que celle-ci peut faire courir sur sa santé, son intégrité, sa matérialité. Les besoins physiologiques et de sécurité constituent la base des besoins fondamentaux de l’humanité1. La protection sociale a pour objectif, à travers les mécanismes de prévoyance collective, de permettre aux individus ou aux ménages de faire face financièrement aux conséquences des risques sociaux. Pour le dire simplement, la protection sociale est fondée sur la garantie donnée par l’Etat aux personnes d’être à l’abri des dangers en matière de santé, ou sur le plan matériel.

Continuer la lecture de « Minima sociaux, revenu universel et justice sociale »
  1. Voir la pyramide des besoins fondamentaux d’Abraham Maslow. Voir également les quatorze besoins fondamentaux de Virginia Henderson, en particulier le “besoin d’éviter les dangers : nécessité pour chaque individu, de se protéger contre toute agression externe, réelle ou imaginaire et de promouvoir l’intégrité physique, l’équilibre mental et l’identité sociale”. []

L’action sanitaire et sociale au fil du temps – Episode 5

De la libération à nos jours, la structuration progressive du secteur médicosocial

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "L’action sanitaire et sociale au fil du temps – Episode 5," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 10/09/2020, https://metavulnera.hypotheses.org/360.

En matière de protection sociale, la libération n’a été ni l’espace, ni le temps d’un aggiornamento général annulant la législation vichyste, mais plutôt celui d’une révision raisonnée : “Si les solutions corporatives et totalitaires, conséquences de l’application de la Charte du travail, sont fermement rejetées, il est préconisé, pour le reste, de valider la législation existante1. La même attitude a été adoptée pour les questions touchant plus particulièrement à l’organisation sanitaire et sociale, à tel point que cette continuité observée détonne quelque peu de la condamnation formelle, et évidemment indispensable, du régime de Vichy.
Dans le secteur de l’enfance, les ARSEA (Association Régionale Spécialisée d’action sociale d’Éducation et d’Animation), créées en 1946, prennent la suite des Associations Régionales pour le sauvetage de l’Enfance, dont les premières ont été créées à partir de 1943, moyennant quelques modifications de leur statut2. En particulier, la notion de contrôle strict des œuvres privées (et donc des subventions) disparaît. Leur rôle de coordination est maintenu, ainsi que la la gestion de certains organismes. Les ARSEA se développeront de façon inégale selon les régions.
La conjoncture d’après-guerre est marquée par la méfiance, en particulier l’opposition entre résistance et militantisme social et laïc, d’une part, dont l’objectif est la réorganisation globale de l’appareil d’état dans le droit fil du programme du Conseil National de la Résistance, et responsables d’œuvres privées, d’autre part, soucieux de préserver leurs institutions et leurs valeurs spirituelles.

Continuer la lecture de « L’action sanitaire et sociale au fil du temps – Episode 5 »
  1. Philippe-Jean Hesse, Jean-Pierre Le Crom, La protection sociale sous le régime de Vichy, Presses Universitaires de Rennes, 2001, p. 337-354 []
  2. Les ARSEA étaient appelées à coordonner l’ensemble des établissements pour jeunes inadaptés de leur région, mais aussi à canaliser et à réguler les subventions publiques qui pouvaient leur être attribuées. Elles reçurent également mission de créer en amont un centre d’observation et de triage pour ces enfants, avant qu’ils ne soient confiés à telle ou telle institution ainsi qu’un centre de formation pour les différents personnels. Gardet, Mathias, et Alain Vilbrod. « Une décentralisation avant la lettre ? Les coordinations pour l’enfance et l’adolescence inadaptées. Le cas breton 1944-1984 », Revue française des affaires sociales, no. 4, 2004, pp. 173-195 []

L’action sanitaire et sociale au fil du temps – Episode 4

L’action sanitaire et sociale sous le gouvernement de Vichy: un héritage ambigu

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "L’action sanitaire et sociale au fil du temps – Episode 4," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 11/08/2020, https://metavulnera.hypotheses.org/308.

Le régime de Vichy constitue sans nul doute un trouble, mais incontournable héritage pour la compréhension de l’histoire du secteur médico-social en France. Si Vichy ne remet pas directement en cause la séparation de l’Eglise et de l’Etat, il en propose une lecture sensiblement différente qui prépare une profonde modification des relations de l’Eglise et de l’Etat, sur fond de révolution nationale. L’avènement du régime de Vichy sonne, pour les responsables catholiques, comme « une revanche sur plusieurs décennies de construction républicaine »1. Mais cette revanche était déjà bien entamée, dans la mesure où c’est la IIIème République elle-même qui appelle l’Eglise à la rescousse. En effet, dès les premiers revers, l’Etat laïc demande à l’Eglise catholique d’intercéder pour que Dieu protège la France… et oriente l’issue des batailles. Certes, ce n’est pas la première fois : une alliance objective et de circonstance avait déjà été scellée lors du premier conflit mondial. Mais la situation est radicalement différente : alors qu’en 1914, c’est une République sûre d’elle qui cherche en l’Eglise, une alliée de poids pour emporter l’ensemble du peuple dans la mobilisation et la guerre, en 1940, il s’agit plus d’une réelle demande d’intercession, presque d’une prière, des responsables politiques pour le secours de la France. L’Eglise ne s’y est pas trompée, et il faut reconnaître que celle-ci a su globalement tenir son rôle auprès des populations en détresse lors de la déroute, alors que la grande majorité des élites et responsables administratifs fuyaient l’avancée des troupes ennemies . Les évêques et les cardinaux apporteront leur appui moral au régime de Vichy dès son avènement, et au-delà des responsables catholiques, c’est bien « le peuple chrétien qui emboîtera, sans états d’âme, le pas à ses pasteurs sur la route pétainiste »2. Ce constat mérite d’être nuancé. Il faut citer les prêtres et chanoines qui émettront des doutes, dès le début, sur le bien fondé de la révolution nationale entreprise par le régime de Vichy. Si l’Eglise a été, à cette époque, majoritairement légaliste et pétainiste, il serait faux d’en tirer la conclusion q’elle aurait été aussi majoritairement collaborationniste. Dès le 25 juillet 1941, l’assemblée des cardinaux et archevêques exprimait une certaine distance afin de préserver l’avenir, tout en se déclarant loyale au nouveau pouvoir3.En fait, les deux seules institutions qui ne céderont pas à la déroute et organiseront les secours sont les municipalités et l’Eglise. Force est de constater que le catholicisme français se reconnaîtra bien mieux dans l’Etat français que dans la République laïque.

Continuer la lecture de « L’action sanitaire et sociale au fil du temps – Episode 4 »
  1. Martine Cerf et Marc Horwitz (sous la direction de), Dictionnaire de la laïcité, entrée « Vichy », p. 327, Armand Colin 2016 []
  2. Michèle Cointet, « L’Eglise sous Vichy, la repentance en question », Perrin, Vérités et légendes, 1998, p. 9-15. []
  3. Etienne Fouilloux, Eglise catholique et seconde guerre mondiale, Vingtième siècle, revue d’histoire 2002/1 (n°73), p. 114 []

L’action sanitaire et sociale au fil du temps – Episode 3

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "L’action sanitaire et sociale au fil du temps – Episode 3," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 06/07/2020, https://metavulnera.hypotheses.org/287.

L’entre-deux guerres: le temps de l’hygiénisme et de la professionnalisation

La période entre les deux guerres mondiales est, du point de vue de l’organisation de l’action sociale, une période de transition. Le premier conflit mondial a renforcé la dimension sanitaire de l’assistance, à tel point que l’on a pu parler d’un processus de « sanitarisation du social » : les hôpitaux se médicalisent pour l’accueil et le soin des blessés, l’accent est mis sur les dispositifs hygiénistes protégeant les soldats des fléaux sociaux1. Après la crise de reconversion de l’économie de guerre en économie de paix à l’issue du premier conflit mondial, le fort développement de la production industrielle, à partir de la fin de l’année 1924, s’effectue dans un contexte de pénurie de main d’œuvre, en particulier après la saignée de la guerre de 1914-1918. L’insuffisance de l’exode rural2 et la régression de l’utilisation de la main d’œuvre féminine conduisent à une immigration massive de travailleurs non qualifiés3. Ce phénomène est accentué par le fait que la “main d’oeuvre nationale”4 rechigne à exécuter les tâches et les emplois les plus exigeants, dangereux ou salissants, et reste sédentarisée par rapport à une demande accrue de mobilité professionnelle. L’Etat délègue une grande partie de la gestion de la main d’œuvre étrangère à une organisation patronale, la Société Générale d’Immigration, créée en 1924, dont le rôle est d’organiser le recrutement et la répartition des migrants selon les besoins des différents secteurs d’activité. De nouvelles questions sociales se posent : confrontation à « l’étranger », sur fond de racisme et de colonialisme, insuffisance et/ou vétusté des logements, problèmes sanitaires…  

Continuer la lecture de « L’action sanitaire et sociale au fil du temps – Episode 3 »
  1. Arnaud Trenta, Aider les pauvres, histoire politique et associative, 16 septembre 2015, http://www.laviedesidees.fr/Aider-les-pauvres-une-histoire-politique-et-associative.html []
  2. La France reste un pays fondamentalement rural: à la fin de la première guerre mondiale, 53,6% de la population vit à la campagne []
  3. De 1911 à 1926, le taux d’accroissement annuel de la population étrangère s’élève à 10% []
  4. Serge Berstein, Pierre Milza, Histoire de la France au 20° siècle, tome 1, p. 393 []

L’action sanitaire et sociale au fil du temps – Episode 2

Des Lumières à la première guerre mondiale, entre dogmatisme et accomodements

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "L’action sanitaire et sociale au fil du temps – Episode 2," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 07/06/2020, https://metavulnera.hypotheses.org/267.

Avec l’esprit des Lumières, la révolution française poursuit les grands idéaux marqués du sceau de l’humanisme et de la solidarité fraternelle. L’Assemblée Constituante hésite à reprendre les propositions des Etats Généraux : la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen votée par cette assemblée le 26 août 1789 ne comprend aucune référence au droit à l’assistance1. Il faudra attendre la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen du 24 juin 1793 pour voir apparaître ce droit. En effet, l’article 21 précise que « les secours publics sont une dette sacrée. La société doit la subsistance aux citoyens malheureux, soit en leur procurant du travail, soit en assurant les moyens d’exister à ceux qui sont hors d’état de travailler… ». Le 12 juillet 1790, à Paris, l’Assemblée Constituante adopte la constitution civile du clergé. Pris sans en référer, et pour cause, au Vatican, ce décret bouleverse profondément la vie religieuse de la France en rompant les liens historiques avec le Saint-Siège2. C’est le triomphe du gallicanisme.

Continuer la lecture de « L’action sanitaire et sociale au fil du temps – Episode 2 »
  1. Mais la situation des mendiants reste préoccupante, au moins pour des questions d’ordre public et de sécurité. Le décret du 13 juin 1790 se propose d’y remédier avec l’ouverture des ateliers de secours. Cette mesure se soldera par un échec. []
  2. Jacqueline LALOUETTE, La séparation des Eglises et de l’Etat. Genèse et développement d’une idée (1789-1905) Editions du Seuil, avril 2005 []

L’action sanitaire et sociale au fil du temps – Episode 1

L’Ancien Régime, entre protection des plus défavorisés et maintien de l’ordre public

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "L’action sanitaire et sociale au fil du temps – Episode 1," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 22/05/2020, https://metavulnera.hypotheses.org/215.

Si l’histoire de la médecine peut être tracée dès le cinquième millénaire avant JC, avec les formes de médecine observables dans les trois civilisations antiques que sont l’Egypte des Pharaons, la Mésopotamie antique et la Chine, l’histoire de la protection sociale, comme son nom, est bien plus récente. Le terme de protection sociale aurait été utilisé en France pour la première fois en 1864 par Emile Ollivier, homme politique du second Empire, puis plus largement répandu avec les assurances sociales mises en place par le chancelier allemand Otto Von Bismarck à la fin du XIX° siècle et avec les propositions de Lord Beveridge dans son rapport de 1942 sur l’assurance sociale et les services connexes1. La majeure partie des publications sur l’histoire de la protection sociale concerne la période allant du début du XIX° siècle à nos jours. La protection sociale serait donc une conception récente, liée à la révolution industrielle, à l’apparition et la paupérisation de la classe ouvrière2? Pour autant, l’histoire de la protection sociale semble débuter réellement à l’époque moderne. Elle est indissociable de deux idées majeures : d’une part, celle du développement de la pauvreté et de son cortège de souffrance, d’autre part, celle de la protection, non seulement la protection des pauvres eux-mêmes3, mais aussi, la protection de la société contre les risques que cette pauvreté peut lui faire encourir. Cette histoire est marquée par l’intervention de deux acteurs, les clercs et les laïcs, deux institutions, l’Eglise et la monarchie. Dans une société sur le chemin de la sécularisation, la perte d’influence de l’Eglise est déjà sensible : l’intervention divine ne constitue plus la seule explication possible à tous les maux ou les bienfaits : Dieu ne pourvoit (déjà!) plus à tout.

Continuer la lecture de « L’action sanitaire et sociale au fil du temps – Episode 1 »
  1. Euzéby, C. & Reysz, J. (2014). Chapitre 1. Caractéristiques et définitions de la protection sociale. Dans : , C. Euzéby & J. Reysz (Dir), La dynamique de la protection sociale en Europe (pp. 13-25). Grenoble, France: Presses universitaires de Grenoble. []
  2. Voir par exemple les articles publiés dans la Revue d’histoire de la protection sociale: Protection sociale en Italie fin XIX°-XX°siècles (2019/1 n°12), De la philanthropie à la protection sociale en Europe centrale et du sud-est, fin du XIX° siècle à l’entre-deux guerres (2018/1 n°11), Grande guerre et protection sociale (2016/1 n°9 []
  3. La notion de « pauvre » est vague et comprend des catégories bien diverses : du malade sans ressources, au vagabond, en passant par les chômeurs, mendiants, enfants perdus, femmes seules, vieillards… []

Charité et solidarité: la dette en partage?

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Charité et solidarité: la dette en partage?," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 23/03/2020, https://metavulnera.hypotheses.org/28.

Érigée en vertu théologale1, la charité conserve dans nos sociétés une forte connotation religieuse, souvent péjorative, en lien avec les critiques qui ont pu être formulées à l’égard de l’organisation de la charité ecclésiastique dès le 18° siècle2. Au tournant du 20° siècle, la société sécularisée et laïcisée retiendra, dans une sorte de “transfert de ciel à terre”, la notion de solidarité, en substitution d’une charité jugée trop chrétienne. Avec cette substitution, s’est opéré un escamotage, celui de la référence à l’amour de Dieu, comme source de l’amour entre les hommes3. Reste la solidarité entre les hommes, au nom d’un principe moral universel.

Continuer la lecture de « Charité et solidarité: la dette en partage? »
  1. “L’Eglise a exprimé cette réalité sublime en enseignant que la charité est une vertu théologale, c’est-à-dire une vertu qui se réfère directement à Dieu et fait entrer les créatures humaines dans le circuit de l’amour trinitaire” Jean-Paul II, audience générale, mercredi 13 octobre 1999. []
  2. Jean-Pierre Gutton, Guide du chercheur en histoire de la protection sociale, volume 1, Association pour l’Etude de l’Histoire de la Sécurité Sociale, 1994, p.29. []
  3. “Si quelque’un dit: J’aime Dieu, et qu’il hait son frère, c’est un menteur. Celui qui aime Dieu, qu’il aime aussi son frère” 1 Jn 4,20-21. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search