De la charité à la bientraitance

Les métamorphoses de la vulnérabilité en France, XIXe – XXIe siècles.

Problèmes et questions

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "De la charité à la bientraitance," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 05/07/2021, https://metavulnera.hypotheses.org/886.

La crise sanitaire que nous vivons encore aujourd’hui avec la pandémie de la Covid 19 débutée le 1er décembre 2019 a mis en avant la grande vulnérabilité sanitaire d’un monde ouvert et interconnecté où les échanges mondiaux véhiculent non seulement les hommes et les biens, mais aussi les virus. Si la situation sanitaire semble en voie d’être maîtrisée dans les pays développés de l’Europe, de l’Amérique du Nord, ou de l’Asie1, elle reste très préoccupante pour la majorité de la population mondiale dans des pays où les systèmes de santé et le contexte politique sont moins favorables, en particulier en Amérique du Sud, en Inde ou sur le continent africain. La pandémie aura sans aucun doute augmenté les inégalités entre les pays pauvres et les pays riches et au sein des pays, entre classes aisées et personnes défavorisées. Les systèmes d’aide et de compensation mis en place notamment en France par le gouvernement ont permis de soutenir une économie et une société malmenées par les contraintes sanitaires. Pour autant, la crise sanitaire a également révélé au grand jour les angles morts d’une société qui laisse sur le côté de la route bon nombre de ses membres. La maladie et la mort ont touché très inégalement les personnes, les catégories de population, les régions2. Les médias ont plus souvent parlé des catégories aisées, des salariés du tertiaire, qui ont pu se protéger en télétravaillant ou en se réfugiant dans une résidence secondaire moins exposée, que des personnes vivant dans des appartements surpeuplés, n’ayant aucune possibilité de travailler à distance soit parce que leur travail ne le permettait pas, soit aussi parce que l’équipement informatique et numérique faisait défaut, ou des étudiants sans ressources, souvent étrangers, livrés à eux-mêmes dans des cités universitaires désertées par les services d’accompagnement. La pandémie a mis de nouveau au devant de la scène, en les amplifiant, les fractures sociale, économique, numérique, qui traversent notre société depuis plusieurs années.

Autre convulsion, cette fois sociale, la mobilisation hors norme des “gilets jaunes” depuis “l’acte 1” du 17 novembre, qualifiée, selon les cas, de crise, de révolte, de jacquerie des temps modernes, ou bien d’insurrection, a déjà fait l’objet de nombreux commentaires. Si le mouvement a été déclenché par des appels à manifester contre l’augmentation des taxes sur les carburants automobiles, il a rapidement aggloméré un ensemble de revendications et de demandes sociales et politiques. Quel que soit le prisme de l’analyse, un élément permanent semble se détacher, celui de l’expression de formes diverses de vulnérabilités. Le gilet jaune réglementaire de nos voitures, symboles de mobilité et d’autonomie, attire l’attention sur notre vulnérabilité, lorsque nous sommes amenés à l’endosser au bord de la route en cas de panne. Il est le moyen d’accroître notre visibilité au regard des risques d’une circulation qui se poursuit, comme un danger permanent, alors que nous sommes contraints à l’immobilité, à l’instar de tous les “laissés pour compte” d’une société productrice d’exclusion.  Il permet de rendre visible ce qui est vulnérable, aux yeux des classes supérieures et dirigeantes surprises par l’ampleur et la durée du mouvement, convaincues encore  de l’efficacité de la supposée “théorie du ruissellement” pourtant elle-même critiquée par un grand nombre d’économistes, en lieu et place de l’action sociale d’un état providence en perte de vitesse. Le “peuple des ronds points3” s’il a aujourd’hui déserté nos routes pour cause de pandémie, et ne fait plus l’actualité médiatique, continue cependant d’exister. Il est d’ailleurs probable qu’une fois les contraintes sanitaires levées, autorisant de nouveau les rassemblements, les gilets jaunes, les mêmes ou d’autres catégories, se retrouvent de nouveau sur les ronds points ou engagent d’autres formes de revendications.

Continuer la lecture de « De la charité à la bientraitance »
  1. Sous réserve de l’impact que pourrait avoir un nouveau variant, comme actuellement le variant “delta” qui pourrait faire craindre une quatrième vague de contamination dès la fin du mois de juillet. []
  2. BRUNNER Anne, Rapport sur les inégalités en France 2021, Introduction p. 3. []
  3. RICHARD Hélène (coord.)Le peuple des ronds points, Manière de voir, n° 168, décembre 2019 – janvier 2020. []

Le projet

Le projet porte sur les métamorphoses de la vulnérabilité, la façon dont cette notion a été prise en compte par la société française, de la fin du 19°siècle jusqu’à nos jours. Il s’agit, en privilégiant des “moments” de l’histoire contemporaine, de faire l’inventaire des questions soulevées et des réponses institutionnelles qui ont pu être apportées, depuis la charité chrétienne jusqu’à la notion de bientraitance, en passant par la philanthropie et la solidarité. Nous analyserons le mouvement de construction progressive puis de déconstruction/reconstruction des modes d’intervention des différents acteurs concernés.
Nous proposerons d’étudier la question de la porosité grandissante entre espaces public-privé et son influence sur la perception de la vulnérabilité, de la vulnérabilité cachée, enfermée, dans les murs, que ceux-ci soient physiques, (particulièrement ceux des institutions sanitaires, établissements sociaux et médico-sociaux où se concentrent les situations de vulnérabilité), ou psychiques, à la vulnérabilité visible, exposée, socialisée, scénarisée. Nous ouvrirons aussi notre recherche sur des formes plus actuelles de vulnérabilité, comme celle liée à l’urgence climatique, à l’urgence sanitaire (épidémies, pandémie), la vulnérabilité animale et végétale.
Nous compléterons nos investigations par des considérations d’ordre éthique. Comment l’approche éthique de la vulnérabilité s’exprime et se modifie dans le temps, en quoi elle influe sur la prise en compte de la vulnérabilité, le rapport à l’autonomie, à la raison, à la responsabilité, mais aussi, à l’inverse, comment la vulnérabilité peut-elle être « créatrice » d’éthique et d’innovation sociale en « produisant » de la bientraitance.
La proposition principale que nous souhaitons argumenter et soutenir est que, partant de l’idée que la vulnérabilité concerne tous les individus, elle renvoie cependant à des catégories de personnes et d’actions qui relèvent d’un « traitement » sanitaire, social et médico-social, qui s’est construit au fil du temps : les personnes dites vulnérables, en état de dépendance, les moments et les lieux de cette dépendance.
C’est dans ce cadre relativement restreint que les éthiques de la vulnérabilité s’expriment le plus, particulièrement aujourd’hui avec l’approche de la bientraitance et le questionnement éthique qui la nourrit.
Mais si nous sommes d’accord pour dire que tous les individus sont vulnérables, qu’en est-il du reste de la société, comment la vulnérabilité intrinsèque à la condition humaine peut-elle être prise en compte en dehors du strict cadre des institutions et dispositifs dont c’est la mission, quelle éthique pour lui répondre ? Peut-on envisager un modèle universel de société solidaire ? Comment l’éducation peut-elle contribuer à répondre à une telle ambition ?
Face à la multiplicité des figures de la vulnérabilité, il s’agit donc de produire une réflexion par essence inter-disciplinaire, historique bien sûr, mais aussi sociologique, religieuse, théologique, philosophique. Au cœur du problème se trouve la question de la mise en échec de l’indépendance et de l’autonomie du sujet, et in fine celui de la dignité de la personne humaine : peut-on, en définitive, viser une société bientraitante ?