Solidarités réelles, solidarités virtuelles

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Solidarités réelles, solidarités virtuelles," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 30/03/2020, https://metavulnera.hypotheses.org/91.

Billet du 30 mars 2020

Nous n’avons jamais autant parlé de solidarité! Solidarité entre les hommes et femmes, entre pays, entre métiers… Il n’y a pas un seul discours politique, pas un seul média, pas une seule personnalité, qui ne fait référence à cette grande idée, souvent invoquée, moins souvent mise en oeuvre, qu’est la solidarité. Et il est vrai que l’on ne peut qu’approuver l’élan de solidarité auquel la crise sanitaire du Covid 19 a conduit.

Le mot solidarité, d’abord utilisé en droit1, a pris depuis les Lumières, et surtout à la fin du 19° siècle un sens social. On peut le définir comme « le devoir moral, résultant de la prise de conscience de l’interdépendance sociale étroite existant entre les hommes ou dans des groupes humains, et qui incite les hommes à s’unir, à se porter entraide et assistance réciproque et à coopérer entre eux, en tant que membres d’un même corps social »2. Les médias témoignent quotidiennement des solidarités réelles mises en oeuvre dans ces temps de crise sanitaire: des professions déposent dans les pharmacies des masques qu’elles n’utilisent plus; des restaurateurs préparent et proposent des repas pour les personnels de santé; des associations continuent à prendre en charge des personnes précaires, sans abris… Mis à part quelques comportements, le respect global du confinement est aussi la prise de conscience que nous sommes tous coresponsables de l’évolution de la pandémie. Le langage guerrier utilisé par le pouvoir politique renforce cette ardente obligation de solidarité et d’union nationale face à l’ennemi invisible et pourtant bien réel. Les réseaux sociaux sont également convoqués en mettant en scène d’autres formes de solidarité, celles-là plus virtuelles: des « apéros solidaires », chacun seul devant sa webcam, aux dons en ligne, la crise sanitaire montre les enjeux de ce que l’on peut nommer la « e-solidarité ». Les nouvelles technologies permettent de conserver le lien social entre proches: le quatrième âge découvre les joies de la visioconférence avec les enfants et petits enfants. Toutes ces modalités de solidarité, réelles ou virtuelles, nous permettent de conserver du lien, tout en restant confiné: nous sommes physiquement seuls, mais virtuellement, nous sommes liés les uns aux autres. Avec la crise sanitaire, la distinction traditionnelle entre espace public et espace privé nous semble avoir laissé la place à une dissociation plus subtile, entre espace du confinement, espace de la lutte, espace de la virtualité. Ce dernier entremêle d’ailleurs les deux espaces public et privé.

Mais la solidarité semble avoir ses limites, quand l’espace de lutte, forcément plus exposé, côtoie celui du confinement. Les personnels soignants sont priés de ne pas toucher les poignées de porte ou les boîtes aux lettres dans leur immeuble, voire tout simplement, d’aller habiter ailleurs. Les routiers ont des difficultés à trouver des lieux pour se reposer, se restaurer, se laver. Finalement, nous voulons bien être solidaires, nous porter entraide et assistance réciproque, mais le réflexe panique du « chacun pour soi » n’est pas très éloigné. Nous sommes heureusement bien loin des phénomènes de panique qui ont pu être rapportés dans les grandes épidémies, ni des mesures au delà de la simple humanité, qui avaient pu être retenues, comme, avant le 16° siècle, l’obligation d’enfermement de tous les occupants d’une maison dès qu’un cas de peste y était signalé, jusqu’à ce que mort s’en suive, ou l’édification, hors les murs de la ville, de lazarets provisoires3.

Solidarités réelles et virtuelles sont nécessaires dans une société à la fois matérielle et numérique. Les démonstrations de solidarité faites entre membres d’une communauté, ou vis-à-vis d’un groupe de personnes plus exposées, sont une des manifestations du sentiment d’interdépendance et d’interaction entre les femmes et les hommes. Pour autant, il nous semble qu’il peut y avoir un risque de se donner bonne conscience en affichant sa solidarité virtuelle, au détriment d’une solidarité réelle auprès de ceux qui souffrent, ou qui luttent.

  1. Il y a solidarité de la part des débiteurs, lorsqu’ils sont obligés à une même chose, de manière que chacun puisse être contraint pour la totalité, et que le paiement fait par un seul libère les autres envers le créancier Code Civil article 1200 []
  2. définition proposée par le CNTRL, en ligne, cntrl.fr, consulté le 30 mars 2020 []
  3. Henri Mollaret, Jacqueline Brossolet, Pourquoi la peste ? Le rat, la puce et le bubon, Gallimard  « Découvertes, 1994 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.