Anti-vaccins: mesure et démesure d’une opposition

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Anti-vaccins: mesure et démesure d’une opposition," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 26/07/2021, https://metavulnera.hypotheses.org/904.

Il aura suffi de quelques semaines pour que nous passions du bonheur légitime d’une liberté presqu’entièrement retrouvée, à l’angoisse d’une quatrième vague de contamination. Au moment où nous sortons progressivement des mesures de restrictions sanitaires liées à la pandémie de la Covid 19, la propagation du variant “delta”, particulièrement sur les zones de vacances en cet été de relâchement, nous rappelle cruellement à la réalité d’une crise sanitaire toujours présente. La France est de nouveau passée au dessus du seuil d’alerte en fin de semaine dernière, avec un taux d’incidence de plus de 50 sur 100 000 habitants, en augmentation de 80% sur une semaine. Plus d’une trentaine de départements, essentiellement sur les côtes atlantique et méditerranéenne, ont dépassé ce seuil, avec des situations très préoccupantes, en particulier dans le sud-ouest, le sud-est, les Pyrénées orientales et la Haute Corse1. Face à cette situation préoccupante, le gouvernement propose une série de nouvelles mesures anti-covid qui ont fait l’objet de débats parlementaires houleux, puis d’un vote et finalement, d’un texte validé par la Commission Mixte Paritaire le 25 juillet 20212. Ces mesures concernent l’extension du passe sanitaire, l’isolement obligatoire des cas positifs et l’obligation vaccinale de certains professionnels. La grande majorité des français, sans attendre l’adoption de ces nouvelles mesures, ont réinvesti les centres de vaccination, que ce soit sur leur résidence principale ou dans les lieux de villégiature. Dans le même temps, des centres de vaccination ont été vandalisés ou ont subi des actes de malveillance. La question de l’obligation vaccinale est de nouveau posée, que ce soit directement, pour les professions de santé et médicosociales (dont l’article 5 du projet de loi fait l’énumération exhaustive, allant des personnels des établissements et centres de santé aux personnels des transports sanitaires et prestataires de services), ou indirectement, via l’exigence et le contrôle du passe sanitaire sur certains lieux ou dans certaines situations (article premier du projet de loi). Les plateaux de télévision et les studios de radio sont de nouveau investis par les experts de tous poils, souvent les mêmes, dépêchés à la hâte depuis leurs lieux de vacances pour commenter à chaud la situation sanitaire et les mesures envisagées, considérées comme salutaires par les uns, reflet d’une prise en compte raisonnée de la nouvelle donne pandémique, liberticides par les autres, au nom de la défense d’un libre-arbitre supposé responsable face à la la mise en place d’une présumée “dictature sanitaire”. Une nouvelle période anxiogène s’ouvre et, comme à l’accoutumée, cette anxiété, légitime, lorsqu’elle oblige à un débat raisonné et prudent, conduit à la démesure des propos et des actes.

Des manifestations “anti vaccin” ont eu lieu le samedi 17 juillet un peu partout en France, rassemblant de l’ordre de 114 000 personnes dans 136 cortèges3. Le samedi 25 juillet, de nouvelles manifestations ont eu lieu, rassemblant de l’ordre de 160 000 personnes à Paris et en province. A Paris, certains manifestants, certes très minoritaires, ont brandi l’étoile jaune, la même que celle que les juifs devaient porter pendant la seconde guerre mondiale, sous l’occupation nazie et le régime de Vichy, pour symboliser leur opposition au vaccin, et ce au moment de la journée nationale de commémoration des victimes des crimes racistes et antisémites de l’État français, et en hommage aux Justes de France4. Le 22 mai dernier déjà, lors d’une manifestation contre le passe sanitaire, “l’humoriste” Jean-Marie BIGARD, avait dit au micro de la radio RT France: “Je compare et il faut absolument mettre un signe distinctif comme on a fait avec les juifs pendant la Seconde Guerre mondiale“. Avant d’insister, quelques instants plus tard, à la tribune : “Et pourquoi ils nous colleraient pas une étoile jaune pour qu’on soit repéré plus facilement ?5. Démesure odieuse des propos, que l’on pourrait, dans le meilleur des cas, mettre sur le compte de l’imbécilité ou l’absence de mémoire de ceux qui les profèrent. De telles injures au passé douloureux et toujours présent de la shoah sont à resituer dans le contexte général de libération sans filtre de la parole, amplifiée par la caisse de résonnance des médias et la couverture des réseaux sociaux. La liberté d’expression est un droit qu’il faut à tous prix respecter et défendre. Pour autant, elle ne saurait justifier les amalgames, les injures ou les inexactitudes. Libérer la parole n’est pas forcément un gage de renforcement des libertés, particulièrement lorsque cette libération vient justement heurter la liberté. De même, parler de “dictature sanitaire”, c’est oublier un peu vite le sens réel du mot dictature, ainsi que les manifestations tangibles de tels régimes dans l’histoire, quelque soit l’époque considérée. La parole portée aux extrêmes permet ainsi de justifier et développer une opposition s’inspirant des théories du complot. Le site “La Dictature Sanitaire – ou le virus de l’esprit (dictature-sanitaire.fr)” dénonce ainsi “le nouveau pacte républicain” fustigeant “les citoyens non conformes (qui) méritent la peine de mort sociale6, et appelle, anonymement bien sûr, à la guerre contre un “gouvernement de lâches, de faibles, plein de pourritures et de mensonges7.

La question posée ici est intemporelle. C’est celle de la confrontation entre l’intérêt collectif, porteur de solidarité, et l’intérêt individuel, reflet de la poursuite de son bien propre. Intérêt général ou particulier, ces deux propositions ont pour point commun la notion d’intérêt, donc de ce qui importe à un individu, un collectif, un état, selon le qualificatif associé, que ce soit dans le domaine moral, social ou matériel8. C’est aussi une question de complémentarité, et non de frontière, entre la liberté individuelle et la liberté sociale. Pierre-Joseph PROUD’HON en propose une définition:

La liberté est de deux sortes : simple, c’est celle du barbare, du civilisé même qui ne reconnaît d’autre loi que celle du Chacun chez soi, chacun pour soi ; composée, lorsqu’elle suppose, pour son existence, le concours de deux ou plusieurs libertés. Au point de vue barbare, liberté est synonyme d’isolement : celui-là est le plus libre dont l’action est la moins limitée par celle des autres ; l’existence d’un seul individu sur toute la face du globe donnerait ainsi l’idée de la plus haute liberté possible. – Au point de vue social, liberté et solidarité sont termes identiques : la liberté de chacun rencontrant dans la liberté d’autrui, non plus une limite, comme dans la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1793mais un auxiliaire, l’homme le plus libre est celui qui a le plus de relations avec ses semblables.

P.-J. Proudhon, Confessions d’un révolutionnaire, Au bureau du journal La voix du peuple, Paris, 1849.

Et de conclure qu’entre les deux, la liberté du barbare et celle de la société, il faut choisir. La liberté individuelle au nom de laquelle les opposants à la vaccination obligatoire s’expriment9 apparaît alors comme une fausse liberté, ou à tout le moins, une liberté paradoxale. La liberté se développe et croît par l’union, c’est-à-dire par le collectif, et l’action collective est aussi, en retour, la garantie de cette liberté10.

Ceux donc qui s’expriment au nom de leur bien personnel ne peuvent ignorer que ce bien personnel est garanti par le bien commun, qui en constitue le principe collectif et la justification de l’action publique. Parmi les biens communs, le plus cher est sans doute celui de la préservation de la vie, la garantie de sûreté pour tout être humain11.

L’opposition à la vaccination n’est pas une nouveauté. Elle s’est manifestée dès la découverte du procédé de vaccination contre la vaccine et le développement des techniques de vaccination. Les arguments employés par les tenants des ligues anti-vaccinales de la fin du XIXe siècle ne sont guère différents de ceux d’aujourd’hui. Ils s’organisent autour de quatre fondements idéologiques: l’argument naturaliste (le laisser-faire de la nature), l’argument religieux (la volonté de Dieu), l’argument alterscientifique (les alternatives médicales à la vaccination), l’argument économico-politique (la question du profit économique et de la collusion entre grands industriels et monde politique)12. Le nationaliste (et antisémite) Edouard DRUMONT publie dans son journal La libre Parole du 18 mai 1894 un article sur la Ligue des anti vaccineurs, qui s’oppose à la vaccination obligatoire qu’elle considère comme une grave atteinte aux libertés individuelles, une mesure tyrannique et dangereuse, et dans lequel on retrouve pêlemêle des raisonnements semblables à ceux exprimés aujourd’hui par les anti vaccins13. Hubert BOENS, Médecin et président de la ligue des anti vaccineurs résume, dans une lettre publiée par le journal Le Rappel le 5 mars 1889, les arguments des opposants à la vaccination contre la variole14. Parmi ces arguments, les opposants indiquent qu’il conviendrait pour éviter la maladie et la vaccination, de simplement respecter et faire respecter une hygiène préventive. L’action de cette ligue fit reculer l’obligation de la vaccination antivariolique en France jusqu’à la loi du 15 février 1902 qui introduit pour la première fois une obligation vaccinale en France.

La Ligue Nationale pour la Liberté des Vaccinations15, créée en 1954, dont le siège est à Paris, Impasse des Miracles (sic), s’inscrit dans le prolongement de la Ligue anti vaccinale. Cette association considère (article 1 de ses statuts) “le caractère obligatoire des vaccinations comme une atteinte à l’intégrité physique et morale de l’individu et à la liberté de conscience” et, affirmant que “le corps humain est la propriété inviolable et sacrée de l’individu” précise que “nul ne peut obliger autrui à subir un traitement préventif ou curatif sans son consentement exprès“. Elle pose également la question du rôle de l’Etat et du pouvoir politique, dans le domaine médical comme dans les autres domaines, en privilégiant la liberté individuelle, tant sur le plan médical que sur celui des croyances ou des opinions politiques. La Ligue réclame ainsi l’abolition de toutes les lois d’obligation vaccinale.

Restriction des libertés individuelles ou acte de protection de la collectivité? Les débats houleux à l’Assemblée et les manifestations des anti vaccins mettent en évidence deux conceptions de l’action de l’Etat. La première, conforme à l’école de la “puissance publique”, voit dans la puissance de l’Etat, la pierre angulaire de l’action publique16. Cette puissance doit être mise en œuvre exclusivement dans la satisfaction de l’intérêt général (dont le service public est l’instrument). De ce point de vue, si l’intérêt général s’entend comme un intérêt propre à la collectivité qui transcende celui de ses membres, la question de l’obligation du passe sanitaire, et indirectement de la vaccination obligatoire devrait être abordée en fonction de l’existence de cet intérêt propre, en l’occurrence, celui de l’atteinte de l’immunité collective. Par conséquent, l’intérêt général peut, dans certains cas, restreindre les libertés individuelles. La deuxième propose une conception de l’action publique réduite à la régulation des intérêts particuliers défini alors comme une somme de droits individuels. Dans cette acception, la subjectivité des positions personnelles peuvent aller contre le principe d’une justice collective. Les droits individuels l’emportent alors sur la notion d’intérêt général, ce à quoi notre société semble être confrontée depuis plusieurs décennies dans de nombreux domaines, oubliant que ceux-là mêmes qui prônent les libertés individuelles associées à de tels droits continuent de bénéficier de la protection collective assurée par l’intérêt général.

  1. Covid 19: ces départements désormais au dessus du site d’alerte, Julien CHABROUT, L’Express en ligne, publié le 19 juillet 2021, consulté le 20 juillet 2021 []
  2. Texte nº 4416, adopté par la commission mixte paritaire chargée de proposer un texte les dispositions restant en discussion du projet de loi rétablissant et complétant l’état d’urgence sanitaire. []
  3. L’indépendant, en ligne le 17 juillet 2021, consulté le 21 juillet 2021. []
  4. La journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l’État français et d’hommage aux Justes de France est fixée le 16 juillet, date anniversaire de la rafle du Vélodrome d’Hiver, si ce jour est un dimanche ou sinon le dimanche suivant. []
  5. Le Point politique en ligne, publié le 26 mai 2021, consulté le 21 juillet 2021. []
  6. consulté le 23 juillet 2021. []
  7. consulté le 23 juillet 2021. []
  8. Définition en ligne du CNTRL, consulté le 23 juillet 2021. []
  9. Selon un sondage du Cevifop pour le Monde en date du 21 mai 2021, 65% des sondés sont vaccinés ou souhaitent le faire. Le pourcentage de “vaccino-sceptiques” recule et s’élève à cette date à 20 % (-10 points). 73 % pensent même que “le bénéfice collectif de la vaccination vaut la peine de se faire vacciner contre le Covid-19”.75 % des personnes interrogées se disent également favorables à une vaccination “sans ordre de priorité” (22 % y sont opposées). Mais 51 % des personnes interrogées seulement sont favorables à la vaccination obligatoire contre la Covid 19. Le Monde en ligne publié le 21 mai 2021, consulté le 23 juillet 2021. []
  10. Édouard JOURDAIN, “Intérêt général, intérêt individuel et raison collective : perspectives à partir de l’œuvre de Proudhon”, Astérion [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 20 novembre 2017, consulté le 23 juillet 2021. []
  11. article 2 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen. []
  12. Voir Françoise SALVADORI, Laurent-Henri VIGNAUD, Antivax. La résistance aux vaccins du XVIIe siècle à nos jours Paris, Vendémiaire, 2019. []
  13. Edouard DRUMONT, La ligue des anti vaccineurs, La libre parole, 18 mai 1894, p.1. []
  14. Le Rappel, 5 mars 1889, p. 3. []
  15. Accueil,Ligue Nationale Pour la Liberté des Vaccinations (infovaccin.fr) []
  16. Dorian GUINARD. « Réflexions actuelles sur la notion de service public », Regards croisés sur l’économie, vol. 2, no. 2, 2007, pp. 37. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.