Margaret, Mandy et Mauricette

Les premières vaccinations contre la Covid 19

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Margaret, Mandy et Mauricette," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 28/12/2020, https://metavulnera.hypotheses.org/543.

Depuis le 8 décembre au Royaume Uni, le 14 aux Etats Unis, les premières vaccinations contre la Covid 19 ont débuté, faisant naître autant d’espoir que d’inquiétudes et ravivant les polémiques autour de la “longue histoire de la résistance à la vaccination1. En France, la vaccination a démarré dans deux EHPAD le 27 décembre; on pourra donc dire, et c’est une prouesse médicale, que moins d’une année aura séparé la première contamination constatée sur le sol français, de la première vaccination. Opposition à la Providence divine, pratique contraire à la nature, dangereuse pour la santé, reflet des intérêts financiers des laboratoires, ou influence de certains courants religieux2 , les raisons de s’opposer sont nombreuses, démontrant qu’en ce début du XXI° siècle, comme aux premiers temps de la vaccination à la fin du XVIII° siècle, l’obscurantisme, le complotisme, l’ignorance, la peur, continuent de prospérer à côté (ou à la place?) d’interrogations légitimes sur la balance bénéfices-risques de la vaccination3. Mais que penser d’une vaccination réalisée à l’aide d’une technologie inédite, celle de l’ARN messager?

L’étymologie du mot “vaccin” vient du latin vaccinus (de la vache) et renvoie à la lutte et la prévention contre la petite vérole. Le dictionnaire académique de 1839 indique “Matière tirée de certaines pustules qui se forment au pis des vaches, ou de celles qui sont produites par la vaccination, et qu’on inocule pour préserver de la petite vérole“. La définition contemporaine du mot précise, par extension: “Substance préparée en laboratoire à partir de microorganismes (tués, inactifs ou atténués) et qui, inoculée à un être vivant, l’immunise ou l’aide à lutter contre une maladie infectieuse4. En d’autres termes, le vaccin est un procédé consistant à augmenter, par l’injection d’une substance, la capacité d’un organisme, ici l’humain, à se défendre contre une maladie, à créer par la production d’anticorps spécifiques, les conditions de son invulnérabilité. Cette définition trouve toute sa signification dans le procédé employé par un des laboratoires, avec la vaccination par ARN messager, concept émis puis démontré par Jacques MONOD, François JACOB dès les années 60, que la biochimiste Katalin KARIKO a mis au point pour le procédé de vaccination5. Ce nouveau type de vaccin consiste en une molécule d’ARN messager “qui renferme le code génétique de fabrication de l’antigène viral qui sera reconnu par le système immunitaire, lequel protégera l’individu vacciné lors d’un second contact avec l’agent infectieux6 Le but est “d’inciter l’organisme à fabriquer lui-même une fraction inactive du virus, puis les anticorps pour lutter contre ce virus7. Il s’agit donc d’une technique qui se raccroche aux biotechnologies, spécifiquement à la biologie moléculaire, au codage et décodage d’informations moléculaires par l’intermédiaire d’une “machinerie biologique”, l’ARN de transfert ou l’ARN messager8. L’ARN messager peut se comprendre comme un vecteur de l’amélioration de la vie humaine, en fournissant les éléments permettant à l’organisme humain d’augmenter les capacités à se défendre, à écarter la maladie, en instaurant la technique comme nouvel opérateur de la condition humaine9 grâce à la convergence technologique dont l’acronyme NBIC (nanotechnologies, biotechnologies, technologies de l’information, technologies cognitives) résume les parties prenantes10.

Le recours à un vaccin qui envoie un message, un “mode d’emploi” fixés sur un bout d’ARN pour permettre à nos cellules de produire elles-mêmes la protéine du virus et d’entraîner ainsi notre corps à adapter notre système immunitaire a pour finalité de nous rendre invulnérable à ce virus, d’abord individuellement, puis globalement, une fois le seuil d’immunité collective atteint. L’homme rejoint la métaphore du démiurge prométhéen, l’homo-faber, l’homme-artisan, bienfaiteur de l’humanité, qui, grâce au progrès des sciences et des techniques, grâce à la technologie, peut modeler la nature, y compris notre propre nature, sans être pour autant “le” créateur11, c’est-à-dire sans a priori l’hypothèse d’un dessein général, sauf lorsque cette volonté de modeler, voire de dépasser la nature, s’inscrit, tel le transhumanisme, dans un mouvement philosophique de transition vers un stade postérieur d’évolution de l’espèce humaine12.

L’être humain a cherché et cherche en permanence à s’adapter aux évolutions de son milieu, condition du maintien de son intégration à celui-ci. L’équilibre précaire entre vulnérabilité et quête de l’invulnérabilité est au cœur de ce processus13. Le concept d’adaptation est issu des premières théories évolutives du XIX° siècle, remettant en cause la conception d’une vie issue de la création divine et créant une rupture épistémologique à travers la confrontation entre foi, raison et science14. A l’Adam biblique, “rayonnant de beauté et d’intelligence“, se substitue dans l’obscurité des cavernes préhistoriques “un troglodyte microcéphale, aux appétits de brute, sans famille, presque sans langage, condamné pour ne pas périr, à une lutte de tous les instants15 Lamarck développera à partir de ces premières théories, l’idée d’adaptation évolutive, qui sera reprise et développée, après “l’éclipse” darwinienne, par les travaux sur l’adaptation biologique, puis dans la seconde moitié du XX° siècle, par la cybernétique, les théories de l’information et la thermodynamique, jusqu’à nos jours où le concept d’adaptation est d’un usage transdisciplinaire.16.

S’adapter ou périr, voilà l’alternative à laquelle l’humanité est en permanence confrontée. Dans ce combat incessant contre sa propre vulnérabilité, l’être humain a progressivement compté sur d’autres forces que ces seules capacités physiques. Depuis la taille du premier silex, jusqu’à l’exosquelette, l’humain a cherché à accroître ses capacités, à dépasser ses limites naturelles, à se penser, puis se définir, comme un “humain augmenté”, que Marie-Jo Thiel définit comme:

“Un processus complexe conjoignant des savoirs et des pratiques, des produits et des applications, par des moyens naturels ou artificiels, appliqués à un individu ou à l’ensemble de l’humanité, de manière transitoire ou irréversible, en vue d’accroître des capacités et des fonctions, de dépasser des limites naturelles ou pathologiques, voire pour sélectionner des caractéristiques évaluées a priori comme positives pour la personne, sa santé, son bien-être, voire sa nature ou la nature humaine en général”

Marie-JoThiel, art.cit. p. 142.

Les modalités d’amélioration humaine, ou pour reprendre la terminologie anglosaxonne, d’enhancement17 sont multiples. On distingue généralement celles qui interviennent par le biais de substances pharmacologiques, celles qui concernent les implants, enfin les modalités d’amélioration par la “neuro-amélioration”18. La première catégorie pose la question du débat éthique entre la thérapie et l’amélioration, aux frontières de plus en plus perméables. La deuxième renvoie aussi bien aux améliorations “classiques” telles que les prothèses, qu’à celles d’un type nouveau interagissant avec nos propres capacités pour provoquer des réactions que le corps lui-même n’arriverait pas à produire seul. La dernière modalité concerne l’intervention directe sur nos structures cérébrales en vue d’en améliorer les performances et pose ainsi la question de la liberté. Amélioration à visée thérapeutique, la vaccination par ARN messager semble donc relever de la deuxième catégorie dans la mesure où le procédé utilisé consiste à délivrer une instruction à notre corps pour qu’il produise lui-même la réaction nécessaire.

Nous voilà bien loin des premiers tâtonnements et expériences de la vaccine réalisés par Edward Jenner à la fin du XVIII° siècle, même si celui-ci pointait déjà la porosité des barrières entre les espèces comme cause de la propagation des maladies zoonotiques. Il écrivait, en 1798, que “l’homme, en s’éloignant de l’état dans lequel il fut originairement placé par la nature, paraît s’être attiré une foule de maux. L’amour de la magnificence, du luxe et des plaisirs l’a familiarisé avec un grand nombre d’animaux qui n’avaient pas été destinés à lui être associés19. Le pangolin serait-il l’avatar moderne du “loup désarmé occupant le giron de ces dames”?

La variole a été déclarée définitivement vaincue en 1980 par l’Organisation Mondiale de la Santé, soit plus de 285 ans après la première méthode de lutte contre cette pandémie20.

Le 8 mai 1980 est une date historique et un grand jour pour l’humanité: c’est aujourd’hui que nous proclamons le monde enfin libéré de la variole. Cette date ne s’effacera pas de la mémoire de l’homme. En ce jour, l’histoire arrête son cours pour témoigner de la victoire de l’homme sur une maladie qui l’a persécuté et qui a fait son malheur depuis des temps immémoriaux. L’histoire se rappellera cette date avec le respect et l’estime dus à un monument de la collaboration entre les hommes; elle demeurera le symbole de l’amour fraternel et du dévouement à la cause du bonheur de l’humanité.

Déclaration du Président, le docteur Abdul Rahman Abdulla al Awadi le 8 mai 1980 à la huitième séance plénière de la trente-troisième assemblée mondiale de la santé (Genève 5 au 23 mai 1980).

Souhaitons toutes et tous, et heureusement, qu’il faille beaucoup moins de temps pour venir à bout de la Covid 19.

Alors bravo et merci à toutes les Margaret, Mandy et Mauricette du monde!

  1. Titre de l’article sur le site planet-vie.ens.fr, Françoise SALVADORI, publié le 1er avril 2020, consulté le 22 décembre 2020 []
  2. Voir par exemple, l’étude de Lucie GUIMIER La résistance aux vaccinations : d’un défi de santé publique à un enjeu de société, publiée dans le rapport 2016-2017 de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes), Rapport de la Miviludes 2016 et premier trimestre 2017, pp. 115-138 (en ligne sur www.derives-sectes.gouv.fr, consulté le 22 décembre 2020). Cette étude met en évidence une corrélation entre l’implantation de la Fraternité Saint Pie X mouvement traditionnaliste catholique opposé à la vaccination des enfants, et les foyers de rougeole préfigurateurs de l’épidémie qui a sévi en 2008 en France. []
  3. Voir également Hervé BAZIN, Histoire des refus vaccinaux, Bulletin de l’Académie Nationale de Médecine, 2010, 194, nos 4 et 5, pp. 705-718, séance du 11 mai 2010 []
  4. Dictionnaire en ligne du CNTRL, consulté le 22 décembre 2020 []
  5. Sources: Wikipédia, entrée ARN messager et franceinter.fr, article publié le 20 décembre 2020, consulté le 22 décembre 2020 []
  6. Marc GOZLAN, L’aventure scientifique des vaccins à ARN messager, Réalités biomédicales, blog en ligne, consulté le 28 décembre 2020 []
  7. Source: vidéo du magazine “Complément d’enquête”, en ligne sur franceinfo.fr, consulté le 22 décembre 2020 []
  8. Pierre DOUZOU, Gilbert DURAND, et Gérard SICLET. « Les bases fondamentales des biotechnologies », Pierre Douzou éd., Les biotechnologies. Presses Universitaires de France, 2001, pp. 20-21 []
  9. Marie-Jo THIEL, L’homme augmenté aux limites de la condition humaine, in, Marc FEIX et Karsten LEHMKÜHLER (dir) Homme perfectible, homme augmenté? Revue d’Ethique et de Théologie Morale, n° 286, septembre 2015, pp 151 []
  10. ibid. p. 143 []
  11. Alex MAURON, Ethique démiurgique, in Gilbert HOTTOIS, Jean-Noël MISSA, Laurence PERBAL, Encyclopédie du trans/posthumanisme, Librairie philosophique VRIN, Paris, 2015, p. 35 []
  12. Laurent FRIPPIAT, Le transhumanisme, op. cit. p. 163 []
  13. C’est bien cette problématique qui sous-tend, pour des sujets non contaminés, le questionnement autour des risques du vaccin, dans la mesure où il s’agit en l’occurrence de créer sciemment un ou plusieurs risques de vulnérabilité supplémentaire pour obtenir une invulnérabilité, vraisemblablement non permanente []
  14. Si aujourd’hui la plupart des controverses avec les milieux religieux sur l’origine de l’humanité ont cessé, il existe encore dans le monde des foyers très actifs d’obscurantisme. Georges CHAPOUTIER, Evolution, op. cit. p. 289 []
  15. Ludovic CARREAU, Études sur la théorie de l’évolution aux points de vue psychologique, religieux et moral, paris 1879, Introduction p. VIII []
  16. Guillaume SIMONET « Le concept d’adaptation : polysémie interdisciplinaire et implication pour les changements climatiques », Natures Sciences Sociétés, vol. vol. 17, no. 4, 2009, pp. 393-394 []
  17. Il semble aussi que ce terme soit préféré à celui d’amélioration, rendu quelque peu sulfureux par ses anciennes références aux dérives eugénistes []
  18. Alberto BANDOLFI, Comment argumenter à propos de l’amélioration de la condition biologique de la vie humaine, Revue d’éthique et de théologie morale, op. cit. pp. 168-169 []
  19. Edward JENNER, Recherches sur les causes et les effets de la variolae vaccinae, maladie découverte dans plusieurs comtés de l’ouest de l’Angleterre, notamment dans le comté de Gloucester, et connue aujourd’hui sous le nom de vérole de vache, Reyman, Lyon, 1800, p. 1 []
  20. Le texte connu le plus ancien est celui du médecin chinois Zhang Lu, daté de 1695 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search