Crise sanitaire, crise de culture ou culture de crise?

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Crise sanitaire, crise de culture ou culture de crise?," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 30/10/2020, https://metavulnera.hypotheses.org/477.

Depuis le 17 novembre 2019, date à laquelle le Coronavirus SARS-CoV-2, appelée plus communément Covid 19, a été détecté en Chine centrale à Huan, dans la province de Hubei, nous vivons à l’heure d’une crise sanitaire mondiale sans précédents. Au 29 octobre 20201, au niveau mondial, cette pandémie aurait touché 44 521 522 personnes et causé la mort de 1 174 769 personnes . Par ailleurs, 30 078 002 personnes sont sorties guéries de la maladie2. En nombre de cas confirmés, la France se situerait au 5ème rang, derrière les Etats-Unis, l’Inde, le Brésil et la Russie. Les prévisions d’évolution, que ce soit au niveau mondial ou au niveau national, font redouter une “deuxième vague”, dont les experts estiment qu’elle pourrait être plus importante que la première. En France, la question se pose de la capacité du système de santé à absorber les besoins en lits de réanimation, compte tenu des perspectives d’évolution. Le Président de la République, dans son discours du 28 octobre à 20h, a fait part de la gravité de la situation et indiqué quelles étaient les mesures retenues, dont la mise en place d’un nouveau confinement national pour une période d’au moins quatre semaines.

Après le déconfinement libérateur, sans doute marqué par un certain relâchement, et quelques semaines de relative accalmie, où d’aucuns imaginaient une situation sanitaire en voie d’amélioration et commençaient à espérer en l’arrivée rapide et salvatrice d’un ou plusieurs vaccins, nous renouons avec les courbes exponentielles, l’égrenage quotidien du nombre de cas de contaminations, de décès, les points quotidiens mortifères, avec un sentiment diffus de résignation face à l’adversité de la pandémie. Comme dans de pareilles situations, il faut trouver des coupables, sorte de boucs émissaires modernes de notre incapacité à juguler la pandémie. On a invoqué pêlemêle les rassemblements étudiants, les réunions de famille, les visites chez les grands parents, les concentrations de clients dans les bars, la reprise du travail dans les entreprises, bref la vie elle-même, jusqu’à en oublier une cause simplement mécanique, liée à la fin de l’été et au retour d’un mode de vie collectif “intra-muros”, dans lequel le virus semble se complaire.

Pour freiner l’augmentation des contaminations et éviter ainsi un nombre trop important de malades gravement atteints ou de décès et une asphyxie des établissements de santé, les mesures annoncées conduisent à une restriction des libertés individuelles que ce soit dans les déplacements, les sorties, les conditions d’activité professionnelle. Le confinement, comme à l’époque des grandes pestes, constitue le moyen le plus efficace de lutte contre la pandémie. Seuls les commerces dits de “première nécessité” restent accessibles pour subvenir aux besoins considérés comme essentiels : l’alimentation, la santé, les tabacs-presse, etc. Outre le fait que l’on peut s’interroger sur ce qui relève de la première nécessité dans les choix faits par le gouvernement, ou sur le risque de créer des biais dangereux lorsque ces choix favorisent la distribution de masse et les sites de vente en ligne, il apparaît que la culture, après avoir été fortement ébranlée par la crise économique3 serait cette fois sacrifiée sur l’autel du confinement: les lieux de culture, que ce soit les musées, les salles de théâtre, de concert, les spectacles vivants, les librairies, resteront fermés.

Personne ne conteste aujourd’hui (en tous cas dans les démocraties modernes) le rôle de la culture dans l’émancipation des femmes et des hommes, dans l’éducation, la santé, la réhabilitation sociale, les territoires. Si certains auteurs pointent à juste titre les effets pervers et l’échec d’une culture dont on ne sait plus définir les contours et qui investit toutes les formes d’action possibles pour la rendre accessible au plus grand nombre4, elle constitue encore l’un des socles des sociétés modernes. C’est au travers elle que l’individu se socialise, que se forge les identités collectives, c’est à travers elle qu’une société peut construire les repères qui la rende moins vulnérable, individuellement et collectivement, c’est à travers elle que la modernité peut se nourrir de la mémoire et se renforcer. Au delà, ou en plus des conséquences économiques que va entraîner l’arrêt d’une grande partie du secteur de la culture, alors que celui-ci présente déjà de grandes faiblesses5, nous pointons les risques liés à l’instauration d’une culture de crise propre à réduire les espaces de liberté et d’expression dont la culture constitue l’un des principaux lieux.

Certes, la violence de la crise sanitaire actuelle et ses conséquences sur la santé de la population mondiale nécessite de prendre des mesures contraignantes. Faut-il pour autant fermer les lieux de culture? Faut-il négliger l’apprentissage que les structures culturelles ont pu faire dans la mise en place des mesures sanitaires permettant de poursuivre leurs activités? Dispose-t-on de statistiques sur les cas de contamination provenant de la fréquentation d’une librairie, d’un musée, d’un théâtre, de nature à en déduire une surcontamination? Et que dire des universités, lieux par excellence de la culture, qui resteront fermées pour les activités réalisées en présentiel, alors que c’est bien au travers du dialogue et de la controverse que se forme l’esprit? Reste la culture numérique, qui ne connaît ni le virus, ni la crise, et dont la diffusion massive au tournant du siècle a conforté les tendances à l’œuvre au cours des décennies précédentes6. Cette avancée significative dans les modes de diffusion de la culture, est au cœur de nos sociétés modernes. Il permet l’accès au plus grand nombre dans des modes de relation où le “spectateur” internaute est aussi contributeur de la culture. Mais il a également brouillé les cartes en accentuant notamment la porosité entre culture et distraction, entre le monde de l’art et celui du divertissement et de la communication. Par ailleurs, l’absence du médiateur dans la relation public-contenu favorise par le biais des moteurs de recherche et des algorithmes, la construction d’une “culture” individuelle, sans régulation humaine, sans réel dialogue, sans critique, dont les effets les plus graves sont visibles dans les excès allant de la fake-news au terrorisme en passant par les adeptes des théories complotistes. Interdire tout un pan traditionnel de l’expression culturelle en raison de la crise sanitaire, c’est peut-être aussi favoriser le développement d’une crise plus large, sur le terreau du déterminisme numérique.

Il y a de grandes chances que la diffusion numérique sorte vainqueur de cette crise. Il est moins sûr que l’on puisse associer la culture à cette victoire.

 

  1. données recueillies de plusieurs sources sur le moteur de recherche “bing”, consulté le 29 octobre 2020 []
  2. En France, les chiffres sont respectivement, à la même date, de 1 235 132 cas confirmés, 35 785 décès, 112 716 personnes guéries []
  3. Selon le groupe de réflexion de la Fondation Jean Jaurès, le budget de la culture a régulièrement baissé en France depuis 10 ans. Source: Jean-Marc Lauret, La vérité sur le budget culture communication de l’Etat, 19 décembre 2019, en ligne sur jean-jaures.org, consulté le 30 octobre 2020 []
  4. voir l’essai de Renaud Camus, La grande déculturation, Éditions Fayard, Paris, 2008 []
  5. En 2016, le poids économique direct de la culture, c’est-à-dire la valeur ajoutée de l’ensemble des branches culturelles, est de 44,5 milliards d’euros. La part de la culture dans l’ensemble de l’économie (2,2 %) est en baisse continue depuis 2003 Source: Tristan PICARD, Le poids économique de la culture en 2016, Ministère de la culture et de la communication, 2018, téléchargeable sur www.culture.gouv.fr, consulté le 30 octobre 2020 []
  6. Les nouveaux modes d’accès à la culture, en ligne sur www.culture.gouv.fr, consulté le 30 octobre 2020 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.