Le prix des otages…

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Le prix des otages…," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 14/10/2020, https://metavulnera.hypotheses.org/438.

Sophie PETRONIN, enlevée le 24 décembre 2016 au Mali, a été libérée, ainsi qu’un prêtre, un jeune italien et un opposant malien, après presque quatre années de captivité. Il n’y a plus, à ce jour, d’otages français et on ne peut que s’en réjouir. Nous avons tous été émus par les retrouvailles de Sophie PETRONIN avec sa famille, ses proches sur le tarmac de Villacoublay. Après ce moment d’émotion, presque en même temps, la question des modalités a été évoquée. Les médias, les réseaux sociaux, les commentateurs, s’interrogent sur les conditions de cette libération ou, devrait-on plutôt dire, la libération sous conditions. Il est question d’un accord qui aurait conduit à la libération, par le gouvernement malien, de prisonniers, entre cent et deux cents selon les sources. Parmi eux, certains étaient déjà condamnés, d’autres en attente de jugement. On parle de djihadistes, sans avoir de visibilité sur les identités réelles des prisonniers libérés. Certaines sources évoquent quelques “gros poissons”. Selon Lemine Ould Mohamed Salem, journaliste mauritanien et spécialiste des questions djihadistes, une somme de dix millions d’euros aurait été également versée au Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (Gsim) pour obtenir la libération des quatre otages qu’il détenait. Ces éléments n’ont fait à ce jour, l’objet d’aucune confirmation, que ce soit du côté malien ou du côté de la présidence française. Les prises d’otage et la pratique des rançons sont, le temps de cet évènement, au cœur des préoccupations et des interrogations. Ce n’est pas l’objet, dans cet article, de donner crédit à une thèse ou une autre. Dans quelques jours, quelques semaines, l’actualité immédiate s’intéressera à d’autres sujets et nous oublierons les zones d’ombre qui semblent subsister. La prise d’otages et la rançon sont inscrites dans la longue durée de l’histoire, de sorte que l’on pourrait les considérer comme une survivance1, au cœur de nos sociétés modernes globalement apaisées et débarbarisées, de phénomènes qui nous éclairent sur les formes changeantes de notre vulnérabilité.

Le mot otage vient du latin obses, obsidis2. Il est employé en ancien français dans le sens de “personnes engagées comme garantie d’un traité3. Le dictionnaire Richelet précise que ce mot se dit “entre gens de guerre et gens de parti contraire qui ont été vaincus, ou qui se sont rendus“, ou qu’il désigne également “la personne que la partie qui s’est rendue ou qui a été vaincue donne pour assurance qu’il tiendra les conditions faites4. Il s’agit donc, sur le plan diplomatique, d’un système de garantie mis en place entre deux parties pour s’assurer que les termes, ou les conditions d’un traité, d’un échange seront bien honorés. La prise d’otage est une pratique ancienne, qui ne visait, dans l’antiquité ou sous l’Ancien Régime, que les membres de la noblesse5. L’otage, le plus souvent remis volontairement, matérialise la bonne foi du prince6. L’otage était choisi avec soin, et sa valeur, pour le parti vaincu devait être suffisamment importante pour que la garantie soit effective. La pratique de l’otage a été également mis en œuvre sur le plan politique dans l’Ancien Régime, pour s’assurer de la soumission des seigneurs, en obligeant un membre de leur famille à résider près du suzerain ou du roi. Pratique codifiée, habituelle et reconnue, ce n’est qu’à la fin du XIX° siècle que la référence à une situation d’ordre diplomatique n’est plus le seul cas d’utilisation du mot: l’otage se dit également “des personnes que l’on arrête et que l’on détient, comme une espèce de gage, pour obtenir ou pour arracher ce que l’on exige7. Gilles FERRAGU note ainsi que c’est pendant les guerres napoléoniennes que la pratique de la prise d’otages civils a été régulièrement mise en œuvre, au point qu’un statut de l’otage a vu le jour en 18118. A partir des deux conflits mondiaux, le recours à la prise d’otages de civils permet de garantir l’ordre dans les zones occupées, de faire pression pour la dénonciation d’une personne, de venger le meurtre d’un occupant. C’est à l’issue de la deuxième guerre mondiale que la prise d’otage sera interdite par la Convention de Genève9 et donc considérée de fait comme un crime de guerre. La prise d’otages est aujourd’hui un instrument de pression ou de défense utilisé par les “états voyou”, le banditisme, les forcenés, le terrorisme. Le terrorisme contemporain ne se soucie guère de l’identité, de la position ou du statut d’une personne prise en otage, de sorte que l’on peut parler d’une forme d’opportunisme, fonction des situations qui s’offrent à eux pour mettre en œuvre leur projet. Cette attitude est renforcée par la montée en puissance des Etats nations, l’affirmation de l’universalité des droits de l’homme qui font de chacun d’entre nous des êtres humains libres et égaux en dignité et en droits10. Chaque citoyen devient ainsi une cible de choix pour le preneur d’otage, qui ne s’intéresse pas à la valeur intrinsèque de l’individu, mais à ce qu’il représente comme membre de la collectivité qu’il combat.

Tout d’abord instrument de la diplomatie, puis pratique de guerre, la prise d’otage est aujourd’hui non seulement condamnée comme crime de guerre, mais aussi considérée comme un affront grave fait à la puissance publique11, dans la mesure où elle met en évidence la vulnérabilité de celle-ci face à un adversaire qui utilise des moyens illégaux pour la combattre et ponctionne, avec l’otage, une part d’elle même. La prise d’otages devient l’arme privilégiée pour les organisations, ou les états, qui ne peuvent combattre frontalement leur ennemi dans le cadre d’une guerre “traditionnelle”, savent pertinemment qu’elles n’en ont pas les moyens, et recherchent des moyens de pression. Les conflits ne mettent plus seulement en présence des forces armées, régulières ou non. Ils se privatisent en incluant le tiers-otage dans le schéma de confrontation et de résolution.

Il s’agit moins, en effet de vaincre l’ennemi par la réduction ou l’annihilation de son potentiel militaire sur le terrain que de le conduire à l’impuissance, l’amener à résipiscence, susciter trouble et contestation dans ses propres rangs en démontrant l’incapacité du chef à protéger “ses gens” en tant qu’individus et en tant que groupe”

Alain CHOUET, Privatisation des conflits et prise d’otages, janvier 2005, en ligne sur http://alain.chouet.free.fr, consulté le 13 octobre 2020.

La prise d’otages moderne renvoie donc à une double vulnérabilité, celle, individuelle, de chaque homme ou femme dans sa prise de conscience de la fragilité du bien, celle collective d’un état, dans sa difficulté à protéger la collectivité dans son ensemble. La réponse des états s’inscrit dans un continuum qui va de la neutralisation prioritaire des preneurs d’otage, quel qu’en soit le prix, pour les états autoritaires, avec les terribles conséquences pour les otages12 à la relative sanctuarisation des otages par les états démocratiques, faisant de celui-ci le centre de la stratégie de lutte antiterroriste13.

Le mot rançon est dérivé du mot latin redemptio, du verbe redimere, c’est-à-dire “le rachat”, “racheter”, et il nous plonge au cœur de la théologie du christianisme14: “C’est ainsi que le Fils de l’homme est venu, non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour beaucoup15. La rédemption est donc un rachat contre une rançon personnalisée dans la personne du Christ16. Le mot rançon renvoie aussi à une transaction guerrière. Le dictionnaire La Curne de Sainte-Palaye retient comme définition, “L’impôt vexatoire“. Le dictionnaire Richelet précise; “ce qu’on donne aux ennemis pour se retirer soi-même quand on est prisonnier, ou pour en retirer quelque autre lorsqu’il est aussi prisonnier“. Le christianisme se démarquera du mot “rançon”, trop connoté, pour retenir dès le XIII° siècle le mot rédemption17. La rançon signifie que la vie humaine a un prix, une valeur marchande, que l’on peut déterminer, négocier, et que cette monétisation de la vie ou de la mort d’un individu s’inscrit de manière ambiguë dans le jeu politique. Wolfang KAISER estime que la rançon peut constituer un principe de régulation des conflits, voire de substitution d’une violence ciblée sur quelques individus à une violence brutale et sans discernement dans la pratique de la guerre18.

Avec la libération d’otages et la question de la rançon, qu’elle soit pécunière ou matérialisée par la libération de prisonniers, les états modernes sont au cœur d’un “conflit pratique” mettant en tension deux principes d’ordre moral, la protection des otages, d’une part, l’intégrité de la nation, d’autre part. Dans ce cas de figure, le conflit pratique se complique, et paradoxalement se résout, par la présence d’un tiers utile et agissant: l’Etat malien, en position d’intermédiation entre les preneurs d’otage et les états concernés. Faut-il ne rien lâcher face à la barbarie du terrorisme, au risque de faire le sacrifice d’un de ses citoyens, ou bien transiger, négocier, au risque de montrer “la preuve évidente d’un état de soumission qu’on accepte et valide par le fait même du paiement” ?19. Officiellement, le pays d’appartenance de l’otage n’a rien négocié ni fait aucun compromis. Il continue à mettre en avant son intransigeance face à la prise d’otages. Dans le cas de Sophie PETRONIN, c’est le Mali qui a mené les négociations et amené à la libération des prisonniers présumés djihadistes, non l’Etat français, et dans l’hypothèse où une rançon a été versée, c’est également au moyen d’un agent tiers. Le premier Ministre Jean CASTEX a d’ailleurs indiqué que la France n’avait pas payé de rançon et que la libération de Sophie PETRONIN relevait d’un “geste humanitaire” des ravisseurs tenant compte de la libération des prisonniers20. Paradoxalement, en renouant avec la pratique de la négociation des otages et des garanties mutuelles, le gouvernement malien a reconnu, de fait, le mouvement djihadiste comme une force politique, une organisation pouvant négocier, à égalité, avec un Etat légalement constitué.

Reste la question de la souffrance d’un ou plusieurs individus face à la tragédie de la prise d’otages. Reste aussi l’interrogation majeure du débat éthique autour de la résolution du conflit entre, d’un coté, le prix de la vie humaine, dont nous devrions dire justement que celle-ci n’a pas de prix et que sa préservation constitue un impératif catégorique, de l’autre, le prix de la souveraineté d’un état dans sa tentative de ne se plier à aucune soumission. Si Kant nous apprend qu’une règle morale ne peut jamais entrer en conflit avec une autre règle morale, nous retrouvons aussi, dans cette réflexion, les constituants d’une tragédie classique où, comme dans Antigone, ce qui est considéré comme juste et bon ne s’évalue qu’à l’aune de ce qui est bon pour la Cité21.

  1. Wolfgang KAISER, La rançon, Journées d’études de l’Ecole doctorale, 23 novembre 2005, « Introduction », Hypothèses, vol. 10, no. 1, 2007,p.303 []
  2. d’ob sedeo, être assis pour, en échange de []
  3. La Curne de Sainte Palaye, dictionnaire de l’ancien français depuis son origine jusqu’au siècle de Louis XIV, en ligne sur Garnier numérique, consulté le 12 octobre 2020 []
  4. Pierre Richelet, Dictionnaire françois : contenant les mots et les choses, plusieurs nouvelles remarques sur la langue françoise, ses expressions propres, figurées et burlesques, la prononciation des mots les plus difficiles, le genre des noms, le régime des verbes, 1680, en ligne sur Garnier numérique, consulté le 12 octobre 2020 []
  5. Arnaud EMERY, L’otage, un choix délicat entre protection et sacrifice, Sécurité et stratégie, n° 22, juin 2016, p. 51 []
  6. interview de Gilles FERRAGU, en ligne sur Retronews, consulté le 12 octobre 2020. Gilles FERRAGU a publié en février 2020 chez Gallimard, Otages, une histoire; de l’antiquité à nos jours []
  7. Dictionnaire de l’Académie, édition de 1879, en ligne sur Garnier numérique, consulté le 12 octobre 2020 []
  8. décret du 4 août 1811: “Les prisonniers de guerre ayant rang d’officier, ainsi que les otages, pourront jouir de la faveur de se rendre librement et sans escorte au lieu qui leur aura été assigné, et d’y résider sans être détenus, après toutefois qu’ils auront donné leur parole de ne point s’écarter de la route qui leur aura été tracée, ni de sortir de leur lieu de résidence“. Journal de l’Empire 12 août 1871 en ligne sur Retronews, consulté le 12 octobre 2020 []
  9. Convention IV de Genève relative à la protection des personnes en temps de guerre, 12 août 1949 []
  10. Déclaration universelle des droits de l’homme, 10 décembre 1948 []
  11. Arnaud EMERY, art. cit. []
  12. comme par exemple, la prise d’otages du palais de Justice de Bogota les 6 et 7 novembre 1985, ou l’armée est intervenue face aux trente-cinq guérilleros du mouvement du 19 avril (M-19), causant la mort de près d’une centaine de personnes, dont trente-trois des trente-cinq guérilleros, ou la réponse russe à la prise d’otages perpétrée en 2002 par les opposants tchétchènes, au théâtre du Nord-Ost de Moscou, où plus de cent-vingt otages parmi les huit cents cinquante spectateurs, trouvèrent la mort []
  13. Arnaud EMERY, art. cit. p.52 à 58 []
  14. Wolfgang KAISER, art. cit. p. 303 []
  15. Mt 20,28. La traduction latine de la Vulgate reprend le mot rédemption: “et dare animam suam redemptionem pro multis []
  16. Wolfgang KAISER, art.cit. p. 303 []
  17. Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales, en ligne, consulté le 11 octobre 2020 []
  18. Wolfgang KAISER, art. cit. p. 305 []
  19. Wolfgang KAISER, art. cit. p. 304 []
  20. interview de Jean CASTEX sur France Info le lundi 12 octobre 2020 []
  21. Martha C. Nussbaum, La fragilité du bien, fortune et éthique dans la tragédie et la philosophie grecques, Editions de l’Eclat, 2016, p. 67-68 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.