Besoins essentiels, besoins vitaux… et le désir?

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Besoins essentiels, besoins vitaux… et le désir?," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 25/03/2020, https://metavulnera.hypotheses.org/34.

Billet du 25 mars 2020

Le Monde daté du 25 mars s’est fait l’écho des débats entre syndicats, entreprises et politiques sur la question de savoir comment protéger les salariés sans paralyser le pays1. Faut-il privilégier la continuité économique, au risque d’affaiblir l’efficacité des mesures de confinement, ou bien préférer la protection maximale des salariés, au risque de renforcer les conséquences et les difficultés de reprise économique lorsque la crise sanitaire sera maîtrisée? Voilà deux formes de vulnérabilité, vulnérabilité sanitaire et vulnérabilité économique, qui s’opposent dans un débat où l’éthique et la morale sont convoquées au chevet d’un monde fragilisé2. L’article fait état des discussions autour des « besoins essentiels », comme critères d’appréciation de ce qui pourrait ou non rester en activité dans l’industrie et les services. Le terme de « besoins vitaux » est également employé. Besoins vitaux ou besoins essentiels? Ce qui est essentiel est-il forcément vital? Les deux termes sont-ils interchangeables? Tout ceci m’a remis en mémoire la fameuse pyramide des besoins de Maslow, étudiée dans mes (vieilles!) années de maîtrise en économie. Cette théorie de la motivation, développée par l’auteur en 1954, vulgarisée dans les années 70, propose une hiérarchisation des besoins en cinq groupes fondamentaux: les besoins physiologiques (respiration, faim, soif, sommeil, sexualité…), les besoins de sécurité (environnement stable et prévisible, sans anxiété ni crise), les besoins sociaux (appartenance à un groupe, amour, affection des autres), les besoins d’estime (confiance et respect de soi, reconnaissance et appréciation des autres), et enfin, les besoins d’accomplissement ou de réalisation de soi (tant qu’un besoin n’est pas satisfait, il est source de motivation et de récompense et les allers-retours dans la pyramide sont possibles). Cette théorie a depuis montré ses limites (en particulier le fait qu’elle présente un caractère de validité uniquement pour le monde occidental) et d’autres modèles de motivation ont vu le jour, qui ont été également fort critiqués. Mais en lisant cet article du Monde, je me suis demandé de quels besoins nous étions réellement privés aujourd’hui, si la vision des besoins dits essentiels est la même pour tout le monde, si finalement ces besoins essentiels n’étaient pas transverses aux catégories proposés par le modèle. En étant confiné, ne sommes-nous pas privés à la fois de besoins de sécurité, d’amour, d’estime? Même les besoins physiologiques peuvent aussi être touchés, comme le besoin de respirer, ou la sexualité. Ne sont-ils pas tous essentiels à notre accomplissement en tant qu’Homme? Alors, comment choisir les activités essentielles à nos besoins? Et finalement, comment, dans une telle période de crise conserver ce désir ultime de réalisation de soi ? Tiens, voilà le désir qui frappe à la porte de la motivation, et ce désir appelle la volonté. Au delà du besoin, j’ai l’ardent désir de sortir de mon confinement, me promener, voir mes amis, aller au cinéma… mais ma volonté doit être plus forte que ce désir, sous peine de rompre la solidarité nécessaire entre les hommes pour vaincre la pandémie. Je n’ai pas la liberté de faire ce que je veux, mais il me reste la liberté de le vouloir, d’où la distinction importante entre liberté d’action (très réduite en ces temps!) et liberté de la volonté, dans laquelle réside le libre-arbitre3.

  1. « Protéger les salariés sans paralyser le pays, le dilemme du confinement » Le Monde, 25 mars 2020 []
  2. Je compte aussi publier un article sur cette question []
  3. André Comte-Sponville, Traité du désespoir et de la béatitude, PUF Quadrige 2011, p. 390. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.