Brève histoire de l’enfance handicapée XIXe-XXIe siècles (2)

De Vichy aux années 1960, l’invention de l’enfance inadaptée.

“Inadaptés”, il n’y a pas que les enfants qui sont concernés au sortir du premier conflit mondial. Nombre de militaires démobilisés sont porteurs de pathologies ou d’altérations physiques et mentales qui renvoient aussi à l’anormalité, la monstruosité. Mais celle-ci n’est plus seulement à mettre au compte de l’hérédité, de la tare morale, de la perversité, mais à celui des nations qui sont entrées dans un conflit destructeur. L’infirmité, le handicap, se détache de la condition première de la pauvreté, de la misère et du vagabondage, pour atteindre toutes les classes sociales à travers les mutilations physiques et psychologiques de la guerre. Ce regard véhiculé par “l’infirme de guerre” va conduire à modifier, au-delà des termes utilisés, le rapport à la normalité. Il ne s’agira plus alors de redresser, mais plutôt d’adapter ou de réadapter, mais toujours sans remise en cause d’une société normalisée et normalisante à laquelle tout le monde doit souscrire et se conformer.

Si l’expression “enfance inadaptée” est officialisée sous le gouvernement Vichy, elle est repérable dès les années 1920-1930 dans le monde médical1. Au plan juridique, le juriste Roger Albernhe parle « d’enfants inadaptés » dans sa thèse de droit  soutenue en 1938 à propos du rôle des maisons d’accueil2. L’avocat et militant communiste Paul Vienney fait également référence à l’expression à propos de la mort d’Abel Roger, victime des bagnes d’enfants3. Dans ces deux cas, comme dans d’autres, la notion d’inadaptation est liée au danger de la délinquance. Dans le même temps, on trouve l’expression “enfant déficient”, utilisée dans la sphère médicale4, nouveau concept dont l’utilisation remonte aux années 1920. En 1937, le Docteur Henriette Hoffer5 définit l’enfant déficient comme “un être dont le développement ne s’effectue pas à la cadence normale et dont l’éducation ne peut être réalisée par des moyens ordinaires, dans la famille ou dans l’école”. Le qualificatif “déficient” vient se substituer à l’anormal ou à l’arriéré, termes qui rejettent l’enfant hors de la société soit du fait de sa monstruosité, de son anormalité, et lui retire ainsi tout espoir de promotion dans l’échelle de la société6. Les déficiences peuvent être sensorielles, intellectuelles, localisées, globales, mentales, motrices… D’autres auteurs distinguent l’enfance délinquante de l’enfance malheureuse, l’enfant déficient ressortissant à cette deuxième catégorie7: la corrélation, voire la causalité entre déficience et délinquance n’est plus la seule cause mise en avant.

La courte période du Front Populaire est importante du point de vue du traitement de l’enfance déficiente. La présence au sein du premier gouvernement Blum de Suzanne Lacore8 et de Cécile Brunschwig9 n’est pas étrangère à cette prise en compte. Si les résultats concrets sont en deçà des objectifs (les ambitions n’iront pas au-delà des projets de loi), ils témoignent cependant des intentions du gouvernement d’envisager une approche plus globale, en lien avec l’objectif d’amélioration des conditions sociales des classes les moins favorisées. Le numéro de Marianne du 21 avril 1937 ( journal politique et littéraire orienté à gauche) consacre ainsi deux pages à la question de l’enfance déficiente10, dans lesquelles s’expriment les deux sous-secrétaires d’état, ainsi que Marc Rucart, Garde des sceaux, ministre de la Justice, Jean Zay, ministre de l’Éducation nationale, ainsi que le docteur De Parrel, Président de l’Œuvre de la réadaptation de l’enfant. Pour Marc Rucart, la société a un devoir social vis-à-vis de l’enfance délinquante. Il s’agit de “prendre un enfant coupable et qui n’est jamais très responsable – car c’est un enfant qui a poussé tout de travers – et lui donner un milieu où il puisse non seulement être instruit, mais rééduqué avec le plus de chances de succès”. Pour le docteur De Parrel,” il ne faut laisser improductif aucun capital humain” même ceux, “trainards de la colonne humaine, (…) qui sont entravés dans leur développement par un déficit ou une perturbation de leurs facultés intellectuelles, de leurs sens, de leur motricité ou de leur caractère”. Il s’agit d’opérer ainsi une véritable réadaptation sociale. Pour Jean Zay, il faut rendre obligatoire la création d’établissements nécessaires d’éducation et d’enseignement. Pour Cécile Brunschwicg, il faut “s’efforcer de prendre le peu d’intelligence que possèdent ces enfants pour en tirer le maximum ; ne pas en faire des savants, mais leur apprendre à lire, à écrire, et leur permettre, par une éducation professionnelle appropriée à chacun, de gagner leur vie dans un métier très simple” Enfin, Suzanne Lacore demande la mise en place d’un plan de protection national, avec un service de l’enfance déficiente organisé nationalement, un dispositif de protection de l’enfance malheureuse, sans oublier la question des loisirs de l’enfance.

En avril 1940, le docteur G. De Parrel11 publie, en collaboration avec son épouse Louise Matha, un livre intitulé “Enfants dans la brume12”, avec comme sous-titre “Pour sauver la race”. Le livre pose le problème de “l’enfance entravée” et de la réadaptation. Sous l’appellation de “trainards de l’enfance” et “d’éclopés de l’école13”, il liste les malentendants, les mal parlants, les insuffisants respiratoires, les maladroits de l’intelligence, les instables, les débiles de la motricité, les malvoyants. L’enfant est” entravé dans son essor ou arrêté dans son développement, soit qu’il n’entende pas ou qu’il entende mal, soit qu’il ne parle pas ou parle mal, soit qu’il n’y voie pas ou qu’il voie mal, soit qu’il ne comprenne pas ou qu’il comprenne mal, soit qu’il se comporte mal du point de vue du caractère, de l’affectivité, de l’émotivité, du sens moral, soit qu’il respire mal, soit qu’il présente des troubles de la motilité : perturbation, retard, incoordination14”.

Vaste inventaire de la déficience qui semble ne laisser aucun enfant de côté. L’auteur part du principe qu’il est possible d’améliorer la situation des enfants entravés ou retardés dans leur essor par une déficience quelconque, jusqu’à pouvoir “récupérer totalement certains d’entre eux15”. Il faut donc réadapter, et cette “récupération” est un devoir à la fois pour l’enfant et son devenir familial, professionnel ou social, mais aussi pour l’État, qui dans la négative, se priverait pour l’avenir d’un important revenu-travail et grèverait son budget d’assistance de lourdes charges16. Le regard porté sur l’enfant s’articule autour de l’enjeu de la réadaptation médicosociale, condition de la réhabilitation au sein de la société pour permettre à l’enfant de rejoindre plus tard les forces productives et participer ainsi à “la vie laborieuse de la nation”.

A part l’ouvrage déjà cité de Michel Chauvière, la période du régime de Vichy est peu explorée par les historiens sur le champ du médicosocial. L’impasse est faite sur une période pourtant riche en réflexion et en législation sur la question de l’enfance inadaptée17. A commencer par l’utilisation de l’expression en elle-même, dont l’adoption remonte à la première commission du “Conseil technique de l’enfance déficiente et en danger moral” mis en place en juillet 194318 à l’initiative du docteur Georges Heuyer et du procureur Jean Chazal de Mauriac19. Le conseil a pour mission “d’établir le statut de l’enfance déficiente et en danger moral et de fournir dans toutes les circonstances où l’enfant déficient aura besoin d’être assisté, les techniques et les méthodes qui permettent d’assurer son dépistage, son observation et son reclassement dans la vie sociale20”.

Composé majoritairement de médecins, la première commission créée par le comité concerne la question (encore une fois) de la nomenclature. Il s’agit d’établir des définitions de valeur internationale et de parvenir à une standardisation. Le critère essentiel à prendre en compte est celui de l’adaptabilité, “c’est-à-dire le critérium social qui permettra le reclassement des enfants dans la société21”. Car le principal enjeu est là : le reclassement. La question de l’enfance inadaptée et de la délinquance des mineurs devient extrêmement préoccupante après la débâcle, pour ces enfants qui ont ajouté à leur traumatisme psychique ou physique, le traumatisme de la guerre22. Avec plusieurs années de recul, il semble bien que l’expression “enfance inadaptée” terminologie générale retenue par la commission de la nomenclature, a été à la base de la construction du secteur de l’enfance inadaptée23. La nomenclature établie par le docteur Daniel Lagache paraît en 1944 dans trois numéros de la revue Sauvegarde. Elle  définit ainsi l’enfant inadapté24:

Est inadapté un enfant, un adolescent ou plus généralement un jeune de moins de vingt et un ans que l’insuffisance de ses aptitudes ou les défauts de son caractère  mettent en conflit prolongé avec la réalité et les exigences de l’entourage conformes à l’âge et au milieu social du jeunes.

Cette nomenclature, largement répandue, consacre la prééminence de l’analyse médicopsychologique faite au plan clinique et descriptif, qui prime sur la classification  médicopédagogique faite du point de vue de l’assistance et du traitement. La nomenclature repousse ainsi les frontières de l’inadaptation en englobant les malades, les déficients, les caractériels.

L ’enfance inadaptée est l’un des grands sujets sur lequel le gouvernement de Vichy a modifié les principes et l’organisation du secteur en profondeur, à tel point que ce nouveau système a fonctionné pendant près de cinquante ans. La loi du 26 août 1942 sanctionne une véritable reprise en main de l’administration vichyssoise sur les questions touchant l’enfance. L’article 1er pose le principe de « la coordination entre les différentes administrations ayant dans leurs attributions des questions concernant l’enfance déficiente ou en danger moral25». Le pouvoir de coordination sera confié par Laval au Docteur Grasset, secrétaire d’État à la famille et à la santé. La stratégie des Associations Régionales de Sauvegarde de l’Enfance et de l’Adolescence (ARSEA) est inaugurée en 1943. Elles ont en charge trois missions : coordination régionale, gestion d’un “centre d’observation et de triage” et d’une école de cadres, aide et contrôle des œuvres privées26. Souvent oublié dans la plupart des analyses historico-sociologiques du secteur sanitaire et social, et particulièrement de la composante médicosociale autour de la protection de l’enfance, le régime de Vichy n’en constitue pas moins un moment charnière, “entre ordre moral et raison experte27”. Dans cet environnement radicalement différent de celui de l’entre deux guerres, le regard sur l’enfance vulnérable s’est modifié. L’enfant inadapté est d’abord une ressource qu’il faut réhabiliter pour des raisons d’ordre moral, mais aussi pour des raisons économiques, un enfant “redressé” redevient productif pour le développement de la nation. L’expression “enfant inadapté” continuera à être largement utilisée jusqu’au années 197028, période à partir de laquelle elle laissera progressivement la place à celle « d’enfant handicapé ».

A la libération, jusqu’aux années 1960, la croissance des effectifs d’enfants à scolariser est l’enjeu principal. De 400 000 élèves entre 1930 et 1940, les effectifs des écoles maternelles s’élèvent à 800 000 en 1958, pour atteindre 1 344 000 en 1968 et 1 860 000 dix ans plus tard en 1978. Entre 1945 et 1980, le nombre d’enfants scolarisés dans les écoles maternelles est multiplié par 4,65.
La période après la seconde guerre mondiale est aussi celle de l’évolution du système éducatif. Il faut effacer les années noires de la guerre, de l’occupation et du régime de Vichy. L’éducation doit être nouvelle. Le plan Langevin-Wallon propose un projet global de réforme de l’enseignement et du système éducatif français, conformément au programme de gouvernement du Conseil National de la Résistance. Remis en juin 1947, il ne sera pas appliqué, même s’il a fait référence dans les réflexions sur l’évolution du système éducatif français. Les principes généraux précisent que:

Tous les enfants, quelles que soient leurs origines familiales, sociales, ethniques, ont un droit égal au développement maximum que leur personnalité comporte. Ils ne doivent trouver d’autre limitation que celle de leurs aptitudes. L’enseignement doit donc offrir à tous d’égales possibilités de développement, ouvrir à tous l’accès à la culture, se démocratiser moins par une sélection qui éloigne du peuple les plus doués que par une élévation continue du niveau culturel de l’ensemble de la nation.

Idéal d’égalité sociale aussitôt tempéré par le titre II du plan : « sauf infirmités assez graves pour lui interdire toute activité culturelle ou professionnelle, tout enfant a droit à l’enseignement ». L’appendice au plan prévoit des dispositions spécifiques pour les enfants en difficulté (méthodes pédagogiques adaptées), les déficients intellectuels (sections de perfectionnement) : “Un cas extrême est celui des enfants intellectuellement déficients, c’est-à-dire qui sont véritablement et définitivement incapables d’assimiler le programme commun, mais pour lesquels il y a des possibilités d’adaptation sociale et professionnelle et qui doivent, par conséquent, être mis en état de se suffire un jour à eux-mêmes”.

Comme par le passé, le droit à l’instruction pour ces enfants doit permettre d’éviter qu’ils restent “une charge sans compensation dans une société qui a tant besoin de main-d’œuvre”. Les méthodes doivent donc être adaptées et “dans bien des cas, il faudra se résigner à un dressage par l’habitude et par la mémoire”. Il faut donc étendre rapidement l’enseignement spécial, seul moyen “d’arracher à une oisiveté nocive pour eux-mêmes et pour la société des enfants que leurs insuccès scolaires obligent à éliminer de l’école ; de soulager les classes normales du poids qui résulte pour elles d’un nombre parfois important d’élèves incapables d’y faire aucun progrès”.

Pour les déficients sensoriels, le plan prévoit le contrôle et la charge de tous les établissements existant par l’Éducation nationale et la coordination de l’enseignement selon des buts et avec des méthodes bien étudiés. Enfin pour “les enfants que leur conduite irrégulière ou leurs délits mettent en conflit avec la société”, il faut mettre en place des “centres d’observation et de triage” permettant de déterminer le régime qu’il conviendra à chacun, des sections spécialisées dans les asiles pour “ceux jugés comme d’intelligence trop déficiente ou de perversité trop essentielle pour être jamais récupérables”, aux “établissements de passage où ils seront mis en état de tenter leur chance, toutes leurs chances selon leurs aptitudes et leur mérite”. Les grands thèmes d’avant guerre sur l’enfance anormale ou en danger moral restent présents, même si le discours semble plus modéré.

Face à l’isolement et à l’insuffisance des moyens consacrés, le mouvement associatif des parents d’enfants handicapés se met en place dès 1948 avec la création à Lyon de  l’Association lyonnaise des amis et parents d’enfants inadaptés par l’avocat André Perret-Gayet. D’autres associations se  créent et se développent sur l’ensemble du territoire, puis se fédèrent au niveau national, pour être entendus et obtenir des avancées collectives. En 1960, naît l’Union Nationale des Parents d’Enfants Inadaptés (UNAPEI), dont le premier conseil d’administration est majoritairement composé de parents d’enfants handicapés mentaux. Il s’agit de rechercher les solutions éducatives, médicales et sociales pour offrir un meilleur avenir aux enfants29 et de constituer une force d’influence auprès du pouvoir politique et de l’administration. Elle sera reconnue d’utilité publique en 1963.

La décennie 1960-1970 est encore marquée par la volonté de redéfinir la notion générique d’enfant inadapté. En effet, la terminologie utilisée pour désigner et catégoriser les enfants concernés depuis l’invention de “l’expression métaphorique30” d’enfant inadapté présente elle aussi des signes d’usure : elle ne désigne plus une hypothétique cause commune aux troubles concernés. Comme les expressions utilisées précédemment, elle renvoie à un statut social dévalorisé et acquiert par la même des connotations péjoratives.  

Le docteur Jean-Louis Lang publie en 1962 un ouvrage intitulé simplement  “L’enfance inadaptée31”, dans lequel, s’appuyant sur les classifications symptomatiques généralement admises, il insiste sur le milieu, “la manière dont l’inadaptation s’est faite jour, dont elle a été accueillie par l’entourage32”. Dans une longue deuxième partie, l’ouvrage énumère les différentes catégories d’inadaptés regroupées en trois chapitres : enfants déficients et handicapés physiques, enfants inadaptés mentaux, autres catégories d’inadaptés. Le terme « handicapé » est ici réservé à l’infirmité physique, pour laquelle la question de l’inadaptation se pose d’abord de façon pratique, comme “un problème d’adaptativité” et non comme un symptôme d’une inadaptation liée à un trouble primaire médico-psychologique ou psychosocial33.

La remise en cause des modalités d’approche et de prise en compte des questions concernant l’enfance inadaptée, déficiente, malheureuse se profile dès le début des années 1960. Le terme handicapé n’est pas encore utilisé officiellement dans le cas des enfants. Pour autant, il est déjà présent dans la loi du 23 novembre 1957 sur le reclassement des travailleurs handicapés. L’article 1er en donne la définition suivante :

Est considéré comme travailleur handicapé pour bénéficier des dispositions de la présente loi, toute personne dont les possibilités d’acquérir ou de conserver un emploi sont effectivement réduites par suite d’une insuffisance ou d’une diminution de ses capacités physiques ou mentales

Loi n° 57-1223 du 23 novembre 1957 sur le reclassement des travailleurs handicapés. JORF du 24 novembre 1957, p. 10858.

La définition est utilitariste. Le handicap est considéré au regard de la question de l’employabilité. La question est abordée dans le cadre des travaux des Ve plan (1966-1970) et VIe plan (1971-1975) sur les trois composantes : éducation nationale, justice, santé. Le VIe plan comprend un chapitre dédié à l’action en faveur des handicapés et des inadaptés34. Il s’agit “d’assurer aux individus, dans toute la mesure du possible, l’usage de leur autonomie, grâce à la prévention du handicap et inadaptations d’une part, à la réinsertion dans la vie professionnelle et sociale d’autre part35”. C’est la question de l’autonomie de la personne handicapée qui est ici mise en avant, comme objectif ultime des politiques sociales en la matière.

La période de prospérité que connaît alors la France est sans doute propice à la réflexion sur la refonte d’un système marqué par une grande hétérogénéité et un manque de cohérence d’ensemble, réflexion favorisée par la possibilité de dégager des moyens supplémentaires. C’est cette demande de cohérence qui va présider, fin 1970, à la création du Comité interministériel aux personnes handicapées dirigé par la secrétaire d’État auprès du ministre de la Santé publique Marie-Madeleine Dienesch. Le comité préparera le projet de loi d’orientation en faveur des personnes handicapées, qui donnera lieu à la loi du même nom en juin 1975.

Prochain épisode: 1975 : l’enfant handicapé, au sortir d’un demi-siècle d’inadaptation.



Citer ce billet
Jean-Marie Villela (2023, 13 mai). Brève histoire de l’enfance handicapée XIXe-XXIe siècles (2). Les métamorphoses de la vulnérabilité. Consulté le 27 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/reh5

  1. Jacqueline Roca, De la ségrégation à l’intégration, L’éducation des enfants inadaptés de 1909 à 1975. Publications du CTNERHI, 1992. []
  2. Roger Albernhe, La Nécessité d’un personnel spécialisé pour s’occuper des enfants en justice, Montpellier, Imprimerie du progrès, 1938, p.35. []
  3. Paul Vienney, L’enfance martyre, La mort d’Abel Roger, victime des bagnes d’enfants, Éditions du Secours populaire, 1937, p. 16. Abel Roger est décédé le 31 mars 1937. []
  4. Une interrogation du site en ligne de la BNF, Gallica, sur l’expression “enfant déficient” relève 171 publications, s’étageant de 1921 à 2000. []
  5. Henriette Hoffer, L’enfance déficiente, Éditions Vautrain, 1937, p.14. Elle ouvre en 1935 avec le Docteur de Parrel  un Centre social de rééducation pour les déficients de l’ouïe, de la parole, de la respiration et pour les retardés scolaires. []
  6. Michel Chauvière propose un tableau chronologique de l’évolution des termes employés pour désigner “l’enfance inassimilable” de 1928 à 1943, de l’enfant en danger moral jusqu’à l’enfant inadapté. Michel Chauvière, Enfance inadaptée l’héritage de Vichy, Paris, Éditions ouvrières, 1980 et 1987, p.99. []
  7. Céline Lhotte et Elisabeth Dupeyrat, Le jardin flétri : enfance délinquante et malheureuse, Bloud et Gay, Paris, 1938. Toutes deux sont assistantes sociales. []
  8. Sous-secrétaire d’État à la Santé publique, chargée de la protection de l’enfance du 4 juin 1936 au 21 juin 1937. []
  9. Sous-secrétaire d’État à l’Éducation nationale du 4 juin 1936 au 21 juin 1937. []
  10. Vers le statut de l’enfance déficiente tel que le conçoit le gouvernement, Marianne, 21 avril 1937, pp. 22-23. []
  11. Gérard Fabre de Parrel (1883-1956), Président de l’œuvre de la réadaptation de l’enfant. []
  12. Gérard Fabre de Parrel, Louise Matha, Enfants dans la brume, Hachette, 1940. []
  13. Titre du premier chapitre, p. 13. []
  14. Ibid.p.33. []
  15. Ibid. p. 40. []
  16. Ibid. pp. 60-61. []
  17. Christian Rossignol cite l’ouvrage de Francine Muel-Dreyfus, Le métier d’éducateur, qui dans un chapitre consacré à l’histoire de la rééducation, saute allègrement la période 1940-1945. Christian Rossignol, Quelques éléments pour l’histoire du “Conseil technique de l’enfance déficiente et en danger moral” de 1943, Revue d’histoire de l’enfance irrégulière, 1 | 1998, 21. []
  18. Arrêt du Secrétaire d’État à la santé et à la famille, Raymond Grasset, 25 juillet 1943. Il faut rappeler qu’avant la mise en place du Conseil technique, un plan, dit plan Plaquevent du nom d’un de ses principaux promoteurs (l’abbé Jean Plaquevent, aumônier du Bon Pasteur de Pau en 1929, fondera l’École de rééducateurs de Toulouse en 1942) se développe entre la fin de l’année 1940 et le début de l’année 1942. []
  19. Jacqueline Roca, op.cit. pp. 91 et s. []
  20. Cité par Jacqueline Roca, op.cit. p.92. []
  21. Cité par Jacqueline Roca, op. cit. p. 94. []
  22. D’un peu plus de 20 000 mineurs déférés devant la justice en 1938, on passe à près de 53 000 en 1942. Le chiffre de 1938 ne sera réatteint qu’en 1950 (Vincent Peyre, Brèves considérations sur les chiffres de la délinquance juvénile, Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 3 | 2000, 79-87. []
  23. Michel Chauvière, op. cit. p. 96. []
  24. Cité par Michel Chauvière, op.cit. p.98 et annexe p. 263. []
  25. Loi n° 815 du 26 août 1942, JO du 29 août 1942 p. 2954. []
  26. Michel Chauvière, L’inscription historique du travail social, l’exemple du secteur de l’enfance inadaptée. []
  27. David Niget, La jeunesse déviante entre ordre moral et raison expertale. Production du droit et politiques publiques de protection de la jeunesse sous le régime de Vichy », Droit et société 2011/3 (n° 79), p. 573-590. []
  28. Voir Jacqueline Roca, Le grand boom de l’enfance inadaptée, op. cit. pp. 225-254. []
  29. Paul Vernon, revue Nos enfants inadaptés, éditorial du premier numéro 1er janvier 1962. En ligne sur le site de l’UNAPEI, consulté le 15 mars 2023. []
  30. Christian Rossignol, La classification internationale des handicapés ? Présupposés et enjeux politiques d’un choix de traduction : approche sociolinguistique et historique. Langage et société, n° 62, 1992, p.97. []
  31. Jean-Louis Lang, L’enfance inadaptée, PUF, Collection SUP, 1ère édition 3ème trimestre 1962. []
  32. Ibid. p. 25. []
  33. Ibid. p. 31. []
  34. Loi n° 71-567 du 15 juillet 1971 portant approbation du VIème plan de développement économique et social, rapport général, chapitre VI, paragraphe 5, pp.92-93. []
  35. Ibid. annexe C12 pp. 303. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search