L’action sanitaire et sociale au fil du temps – Episode 3

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "L’action sanitaire et sociale au fil du temps – Episode 3," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 06/07/2020, https://metavulnera.hypotheses.org/287.

L’entre-deux guerres: le temps de l’hygiénisme et de la professionnalisation

La période entre les deux guerres mondiales est, du point de vue de l’organisation de l’action sociale, une période de transition. Le premier conflit mondial a renforcé la dimension sanitaire de l’assistance, à tel point que l’on a pu parler d’un processus de « sanitarisation du social » : les hôpitaux se médicalisent pour l’accueil et le soin des blessés, l’accent est mis sur les dispositifs hygiénistes protégeant les soldats des fléaux sociaux1. Après la crise de reconversion de l’économie de guerre en économie de paix à l’issue du premier conflit mondial, le fort développement de la production industrielle, à partir de la fin de l’année 1924, s’effectue dans un contexte de pénurie de main d’œuvre, en particulier après la saignée de la guerre de 1914-1918. L’insuffisance de l’exode rural2 et la régression de l’utilisation de la main d’œuvre féminine conduisent à une immigration massive de travailleurs non qualifiés3. Ce phénomène est accentué par le fait que la « main d’oeuvre nationale »4 rechigne à exécuter les tâches et les emplois les plus exigeants, dangereux ou salissants, et reste sédentarisée par rapport à une demande accrue de mobilité professionnelle. L’Etat délègue une grande partie de la gestion de la main d’œuvre étrangère à une organisation patronale, la Société Générale d’Immigration, créée en 1924, dont le rôle est d’organiser le recrutement et la répartition des migrants selon les besoins des différents secteurs d’activité. De nouvelles questions sociales se posent : confrontation à « l’étranger », sur fond de racisme et de colonialisme, insuffisance et/ou vétusté des logements, problèmes sanitaires…  

Les élections de 1919 aboutissent à la « Chambre bleu horizon », coalition des partis du centre et de la droite. Le Bloc National, composé principalement de la droite conservatrice, avec la Fédération Républicaine, l’Alliance Démocratique et l’Action Libérale, ainsi que de plusieurs partis de la droite radicale, se veut la continuation patriotique de l’Union sacrée, rassemblée autour de la figure de Georges Clemenceau5. La législation sociale de l’entre-deux guerres est conséquente. Elle met l’accent sur les questions hygiénistes, les politiques natalistes et « familialistes » : sept textes principaux traitent de ces questions entre la première guerre mondiale et la veille de la seconde6. C’est également à cette période que l’on assiste aux débuts de la professionnalisation des métiers du social : le décret du 27 juin 1922 institue le brevet de capacité d’infirmières professionnelles7, le décret du 12 janvier 1932, celle d’assistants et d’assistantes de service social, dont la professionnalisation s’organise dans le cadre de structures privées confessionnelles, majoritairement situées à Paris. L’Ecole Libre d’assistance privée, catholique, créée dès 1908, s’éloigne de la conception traditionnelle de la charité chrétienne pour mettre en avant la neutralité religieuse et politique indispensable à la réalisation des œuvres sociales. L’Ecole pratique de service social, d’origine protestante, fondée en 1908, propose de donner une éducation aux femmes et de former des aides sociales. L’Ecole normale sociale, créée en 1911, est un centre féminin catholique d’enseignement théorique et pratique8.  Les congrégations religieuses qui s’étaient reconstituées pendant la grande guerre, sous l’effet notamment de la politique d’Union sacrée, se sont maintenues. Mais le mouvement de sanitarisation du social opéré par le développement des politiques hygiénistes et la professionnalisation des intervenants, conduit à des difficultés de positionnement des structures d’assistance confessionnelles. Les œuvres caritatives, déjà bousculées par les lois d’assistance et la séparation des Eglises et de l’Etat, sont en partie remises en cause par les exigences nouvelles en matière d’hygiène et la concurrence faite sur des terrains qui leur étaient familiers (visite aux pauvres, aide à l’enfance, bénévolat). Cette concurrence concerne surtout la qualité des structures d’accueil et de soins. Le professionnalisme l’emporte sur le militantisme : l’action sociale se définit comme un métier et non plus (uniquement) comme un acte de foi témoignant de la compassion chrétienne à l’égard des plus démunis. Certaines institutions déclineront, d’autres engageront les processus de réforme et de professionnalisation indispensables, notamment à la faveur du développement et de la rationalisation du catholicisme social, dont l’Action Catholique Spécialisée (ACS) constitue le principal élément9. L’expression « action catholique », déjà utilisée au XIXsiècle, s’impose avec Pie X qui écrit, dès 1905 : « L’ensemble de toutes ces œuvres dont les principaux soutiens et promoteurs sont des laïcs catholiques […] constitue précisément ce que l’on a coutume de désigner par un terme spécial et assurément très noble : Action catholique ou action des catholiques », en référence, ajoute-t-il, à l’action catholique définie par Léon XIII comme étant « la solution pratique de la question sociale selon les principes chrétiens »10. Le rôle de l’ACS est capital dans la configuration du social à l’entre-deux guerres, en opposition au développement du socialisme et du communisme : le social se substitue au politique et devient l’alibi pour la ré-évangélisation des terres déchristianisées. 

C’est à cette époque que les différents mouvements de jeunesse sont créés : la Jeunesse Ouvrière Chrétienne (JOC) en 1927, la Jeunesse Agricole Catholique (JAC) en 1929, la Jeunesse Etudiante Chrétienne (JEC) en 1929, la Jeunesse Maritime Catholique (JMC) en 1932, la Jeunesse Indépendante Chrétienne (JIC) en 1936. C’est aux laïcs d’être dorénavant les apôtres dans leur milieu de vie séculier et de participer ainsi à l’apostolat hiérarchique. Pour autant, les ecclésiastiques français mettent en garde contre les risques de la spécialisation de l’action catholique, si celle-ci conduit à l’individualisme, comme le montre cet extrait du Bulletin religieux de l’archidiocèse de Rouen.

L’action catholique spécialisée s’adresse à un milieu de vie. Les cas de conscience que doivent résoudre les ingénieurs ou les médecins, les membres des classes libérales ou ouvrières ne sont pas identiquement ceux que se posent les agriculteurs ou les artisans. Mais, au dessus de toutes ces questions d’espèce, il en est d’autres, nationales, familiales, sociales, qui intéressent la collectivité tout entière. En ces domaines, la « spécialité » est notre auxiliaire, comme ailleurs nous venons à son aide en lui facilitant sa tâche propre. Ce serait tomber dans un individualisme regrettable, bien vite dans une lutte de classes dangereuses et assurément antichrétienne si la LOC, l’UCFA, si la JAC et la JOC, pour ne citer que ces mouvements, s’ignoraient. nous sommes là pour les mettre en contact, les faire collaborer sur le terrain paroissial, sur le terrain du doyenné, sur le terrain du diocèse, les groupant les uns et les autres territorialement – en tant que chrétiens d’action – autour de notre Archevêque, de nos Doyens, de nos Curés

Bulletin religieux de l’Archidiocèse de Rouen, Eglise catholique, Rouen 28 janvier 1939, n°4, p.69.

Dans les années vingt, le besoin de coordination et de collaboration entre l’administration judiciaire, la médecine et l’éducation en faveur des mineurs conduit à la création du Comité national pour la protection des enfants traduits en justice : le temps est au dépassement des querelles entre secteur public et organismes privés, mais sans la participation de l’Eglise catholique, qui crée de son côté en 1928 le Secrétariat national de la charité sociale et de l’hygiène publique, avec la même ambition de coordination des services11.

La période de l’entre-deux guerres est aussi celle de la féminisation des métiers du social. Deux facteurs semblent présider à cette féminisation : d’une part, l’émancipation des femmes du fait des responsabilités qui leur ont incombé alors que les hommes étaient au front, d’autre part, le rapprochement de deux modèles d’intervention différents, celui des infirmières visiteuses et celui des assistantes sociales : pour les responsables de l’époque, le service social ne peut être confié qu’à des femmes12.

L’action des œuvres privées est clairement positionnée à côté, ou à la place de l’action publique. Lors de la première conférence internationale du service social en 1928, le rôle des institutions privées, la collaboration nécessaire entre action publique et privée sont légitimées : « l’initiative privée devance fréquemment les instructions officielles, souvent elle les complète ; plus souple que tout organisme de l’Etat, du Département ou de la Commune, elle en est le précieux collaborateur, remédiant à l’insuffisance, parfois à la sécheresse de l’action officielle13». Les circulaires ministérielles recommandent aux préfets l’appel aux institutions privées pour l’application de certaines lois, décrets, arrêtés. La crise des années 1930 conduit les pouvoirs publics à recentrer les dispositifs d’assistance sur les préoccupations les plus fondamentales. Les associations et institutions d’œuvres privées se substitueront largement, par leur action bénévole, aux carences liées à ce recentrage.

  1. Arnaud Trenta, Aider les pauvres, histoire politique et associative, 16 septembre 2015, http://www.laviedesidees.fr/Aider-les-pauvres-une-histoire-politique-et-associative.html []
  2. La France reste un pays fondamentalement rural: à la fin de la première guerre mondiale, 53,6% de la population vit à la campagne []
  3. De 1911 à 1926, le taux d’accroissement annuel de la population étrangère s’élève à 10% []
  4. Serge Berstein, Pierre Milza, Histoire de la France au 20° siècle, tome 1, p. 393 []
  5. Les radicaux quitteront le gouvernement, et donc l’union, en désaccord avec la politique pro-Vatican du Bloc national, qui refuse d’étendre la séparation des Églises et de l’État à l’Alsace et à la Moselle et rétablit une ambassade au Vatican []
  6. Loi du 15 avril 1916 portant sur la création des dispensaires publics d’hygiène sociale et de préservation antituberculeuse, loi du 7 septembre 1919 instituant des sanatoriums spécialisés dans le traitement de la tuberculose, décret du 27 janvier 1920 portant création d’un Conseil supérieur de la natalité, loi du 31 juillet 1920 relative à la provocation de l’avortement , loi du 18 décembre 1931 sur la vaccination antidiphtérique, loi du 11 mars 1932 sur les allocations familiales, décret du 29 juillet 1939 relatif à la famille et à la natalité française []
  7. En 1928, on recense 86 écoles infirmières de toute spécialité, privées ou dépendantes des hôpitaux []
  8. Emmanuel Jovelin, Brigitte Bouquet, Histoire des métiers du social en France, ASH, 2005, p. 30-31 []
  9. A l’initiative de Pie XI, et en réaction à l’Action Française qu’il condamne, l’action catholique se spécialise, de sorte que l’institution s’organise selon deux plans: d’une part, le territoire traditionnel de la paroisse, d’autre part, la segmentation par milieu professionnel ou social, avec une préoccupation majeure envers les jeunes []
  10. Pie X, Encyclique Il fermo proposito, 1905 []
  11. Sarah Fishman, Délinquance juvénile et justice des mineurs, Presses universitaires de Rennes, 2008, consulté en ligne, le 13 septembre 2017 sur http://books.openedition.org []
  12. Emmanuel Jovelin, Brigitte Bouquet, op. cit. p. 31-33 []
  13. Le service social en France, Rapport de la conférence internationale de service social, Paris, 8 au 13 juillet 1928, volume 1, p. 370. Consulté sur http://gallica.bnf.fr []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.