Pandémie, gestes barrières, solidarité: le retour de l’hygiénisme?

Billet du 29 avril 2020

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Pandémie, gestes barrières, solidarité: le retour de l’hygiénisme?," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 30/04/2020, https://metavulnera.hypotheses.org/154.

Depuis le début de la crise sanitaire liée au Covid-19, les pouvoirs publics, le corps médical, relayés par les médias, insistent sur l’importance du respect des consignes pour se prémunir et prémunir les autres de toute contamination. Les « gestes barrières » (se laver les mains, porter un masque, rester à distance, rester chez soi… ) sont présentés comme relevant d’un comportement responsable et solidaire: responsable individuellement dans la lutte contre la pandémie, solidaire dans l’organisation collective de cette lutte. Face à l’impuissance, que nous espérons temporaire, en l’absence de traitement préventif ou de vaccins, l’hygiène la plus élémentaire, comme le simple fait de se laver les mains, devient l’arme principale. Les sites internet des sociétés d’hygiène sociale ou médicale1, le site officiel du ministère de la santé, fourmillent d’avis et d’expertises sur les mesures à prendre.

Un mot qui renvoie à un temps que nous estimions révolu, l’hygiène, est redevenu subitement à la mode. Notons d’ailleurs que la question de l’hygiène proprement dite est moins présente aujourd’hui dans le vocabulaire officiel. Le Haut Conseil de la Santé Publique, qui a succédé au Conseil Supérieur d’Hygiène Publique2 après la loi du 9 août 20043 ne reprend pas le mot hygiène dans ses attributions. Dans les différents avis qu’il a émis, le mot hygiène est peu ou pas employé; mais il est cité explicitement lorsqu’il est question d’hygiène des mains, comme si l’hygiène se résumait à ce seul geste. L’Organisation Mondiale de la Santé définit l’hygiène comme un état de complet bien-être physique, mental et social. Dans l’usage courant, ce mot a été dévoyé, renvoyant au papier, au seau ou à la serviette4. Sur le plan juridique, l’hygiène publique ne renvoie d’ailleurs pas directement aux comportements humains, mais plutôt à l’action sur les milieux, tels que l’habitat, le milieu de travail, les transports, le commerce, et se concrétise par des moyens de police administrative5. Alors que nous nous étions habitués à considérer que les conduites à risque concernaient des catégories de personnes déterminées (les toxicomanes, les addictions en tout genre, les exclus…), la pandémie nous rappelle que nous sommes en définitive tous concernés.

Ce que Pierre Rosanvallon appelle « l’Etat hygiéniste »6 a pris sa source dès le 18° siècle, après un 17° siècle, qualifié par nombre d’auteurs de « crasseux », dans lequel l’hygiène consistait plus à changer de linge qu’à se laver. L’hygiène fait ensuite des progrès importants, jusqu’à être reconnue par les conventionnels avec les projets d’organisation de police sanitaire. Le projet de décret présenté à l’Assemblée le 26 septembre 1791 porte sur « l’enseignement et l’exercice de l’art de guérir ». Le titre VIII propose la création d’agences de secours et de salubrité dans les départements, et son article 8 énumère les attributions de l’Agence en matière d’hygiène publique.7. La fin du 18° siècle verra l’isolation de l’oxygène par Lavoisier8 et la découverte du vaccin contre la variole par Jenner9. Les théories hygiénistes et le mouvement du même nom se développent à partir de la seconde moitié du 19°siècle. Georges Vigarello, définit l’hygiénisme comme se basant sur le principe nouveau de rentabilité « combustive », les valeurs données à la nourriture, aux boissons, à l’air respiré, au travail, au repos, à la propreté d’un corps censé laisser pénétrer l’oxygène par la peau10. De nombreuses brochures sur l’hygiène sont éditées à la fin du siècle11 . Elles lient souvent hygiène et principes moraux:

« L »hygiène est la sœur du travail et la mère de la propreté ».

Dr Barthélémy, Brochure populaire « L’hygiène », Paris 1866, p.3, plusieurs rééditions.

L’hygiène est aussi une matière que l’on enseigne aux instituteurs et aux institutrices12 . Les femmes, dans le rôle traditionnel qui leur est alors assigné dans la sphère privée, sont naturellement concernées par l’hygiène, celle du foyer, des membres de la famille, du linge… Le traité élémentaire d’hygiène des Docteurs Duchesne et Michel, constatant que les cours d’hygiène ont été supprimés pour les jeunes gens, insiste sur le rôle des femmes dans l’éducation à l’hygiène:

« C’est par la mère de famille que les notions d’hygiène prendront place au foyer ».

Traité élémentaire d’hygiène, rédigé conformément aux programmes des lycées de jeunes filles. (3e édition considérablement augmentée) / par M. le Dr L. Duchesne,… M. le Dr Ed. Michel. Paris, Octave Doin Éditeur, 1887.

Certains auteurs évoquent pour cette époque une conception genrée de l’hygiène: les femmes ont eu la charge d’éviter que les membres de leur famille ne soient touchés par des infections microbiennes, alors que les hommes ne s’intéressaient guère à la question et ne modifiaient pas, ou peu, leurs habitudes de vie.

Pour autant, il y a encore loin des théories et des discours sur l’hygiène, aux situations concrètes rencontrées, que ce soit dans les villes ou dans les campagnes. Dans un article sur l’hygiène corporelle dans le Nivernais au début du 20° siècle, Guy Thuillier note, comme partout en France l’absence presque totale d’hygiène individuelle13.

Toujours est-il que l’on assiste bien à la montée en puissance progressive d’une politique d’hygiène publique, basée sur la prévention plus que la réparation, et que cette politique est promue par des figures du mouvement républicain, au nom de la solidarité14. La figure de Louis Pasteur (1822-1895) n’est pas étrangère à ce rapprochement entre hygiénisme et solidarisme. Pierre Rosanvallon note que le pasteurisme a contribué à édifier une conception de la société comme système d’interaction et d’interdépendance, plutôt qu’en termes de composition et d’agrégation, propre au modèle individualiste libéral antérieur15. Léon Bourgeois (1851-1925), considéré comme l’un des premiers fondateurs et théoriciens du solidarisme, reconnaît que les recherches scientifiques de Pasteur sur la contagion microbienne sont à l’origine de ses réflexions sur l’interdépendance entre les hommes et les générations. Riches et pauvres sont selon lui exposés de manière identique aux maux biologiques et sociaux, les souffrances endurées par les uns se répercutant inévitablement sur la vie des autres16. Dans son livre « Solidarité », Léon Bourgeois emprunte aux sciences naturelles l’énoncé d’une loi nouvelle opposant la théorie de la lutte pour l’existence, la doctrine de la solidarité des êtres: « Les hommes sont entre eux placés et retenus dans des liens de dépendance réciproque, comme le sont tous les êtres et tous les corps, sur tous les points de l’espace et du temps »17. Au tournant du 20° siècle les fondateurs et promoteurs du solidarisme se réclameront de cette filiation en faisant l’éloge de Pasteur:

« C’est grâce à lui que la notion d’une humanité nouvelle a pu se révéler et a passé dans les esprits. c’est lui qui fait concevoir plus exactement les rapports qui existent entre les hommes; c’est lui qui a prouvé d’une façon définitive l’interdépendance profonde qui existe entre tous les vivants et tous les êtres; c’est lui qui, en formulant d’une façon décisive la doctrine microbienne, a montré combien chacun d’entre nous dépend de l’intelligence et de la moralité de tous les autres ».

Léon Bourgeois, L’association de la science et du sentiment dans l’oeuvre sociale », discours prononcé le 19 décembre 1911 au Musée social, cité par S. Audier, op.cit.

Les mesures d’hygiène prises depuis le début de la crise sanitaire nous sont rappelées quotidiennement dans le cadre du confinement. Avec la perspective du déconfinement, ces mesures seront encore plus indispensables. Elles nous renvoient à notre responsabilité individuelle, à notre comportement solidaire, ce que le premier ministre Edouard Philippe a réexprimé lors de son discours devant l’Assemblé Nationale le 28 avril 2020:

« Aucun plan, aucune mesure, aussi ambitieuse soit-elle, ne permettront d’endiguer cette épidémie si les Français n’y croient pas ou ne les appliquent pas, si la chaîne virale n’est pas remplacée par une chaîne de solidarité « 

Discours de M. Édouard PHILIPPE, Premier ministre Présentation de la stratégie nationale de déconfinement, Assemblée Nationale le 28 avril 2020.

Un peu plus d’un siècle nous séparent des premiers pas de la microbiologie et du pasteurisme. Même si le savant n’a pas été un apôtre de la solidarité ou du solidarisme qu’il n’a eu guère le temps de connaître, son nom reste associé à l’hygiénisme et à travers celui-ci, à l’importance des comportements individuels responsables qui fondent la solidarité, c’est-à-dire, au delà de notre dépendance naturelle, la responsabilité mutuelle qui s’établit entre les hommes. La première des solidarités consiste, avec l’hygiène, à prendre soin les uns des autres. Notre système de santé, basé majoritairement sur la réparation plutôt que sur la prévention, s’est trouvé mis en défaut face à la crise sanitaire en l’absence de traitements réparateurs ou curatifs pertinents. Plus que l’ampleur de la pandémie du Covid 19, au regard d’autres pandémies bien plus mortelles, c’est bien la difficulté à adapter les structures sanitaires, les organisations, le matériel et les ressources humaines qui posent aujourd’hui question. Le système de santé, les femmes et les hommes qui le composent ont su trouver les réponses, mais à quel prix, dans une situation dégradée. Le retour à l’hygiénisme, à la prévention, à l’anticipation des problèmes de santé qui ne manqueront pas de se poser à nouveau au plan mondial, semble être aujourd’hui une stratégie efficace. Elle nécessite de repenser notre modèle de santé publique.

  1. Société française d’Hygiène Hospitalière, Société Française de Santé Publique []
  2. Le Conseil Supérieur d’Hygiène Publique de France a été créé par décret le 10 août 1848, rattaché alors au Ministère de l’Agriculture et du Commerce. Il était lui-même le successeur de différents comités d’hygiène publique et de salubrité, créés au cours du 19° siècle []
  3. Loi n° 2004-806 relative à la politique de santé publique []
  4. Encyclopédie Universalis en ligne, entrée « Hygiène » []
  5. De Forges, Jean-Michel. « L’hygiène publique », Jean-Michel De Forges éd., Le droit de la santé. Presses Universitaires de France, 2012, p.81. []
  6. Pierre Rosanvallon, L’Etat en France de 1789 à nos jours, Seuil 1990 []
  7. Jean-Charles Sournia, L’idée de police sanitaire pendant la révolution, Histoire des sciences médicales, 1988, 22 (3-4), pp. 269-276 []
  8. En fait, l’oxygène a été isolé indépendamment par le chimiste suédois Carl-Wilhelm Scheele (1742-1786) en 1773 et Joseph Priestley (1733-1804) en 1774, année où Lavoisier détermine la composition de l’air, et donne à l’oxygène son nom – source: Société Chimique de France []
  9. Le 14 mai 1796, Jenner, un médecin de campagne, vaccine un jeune garçon afin de le protéger contre la variole []
  10. Georges Vigarello, Le sain et le malsain, Seuil 1999 []
  11. Pour une approche détaillée, voir « Anne Boyer, Alina Cantau, Regards sur quelques journaux éphémères d’hygiène du XIXème siècle conservés à la Bibliothèque nationale de France, Histoire des sciences médicales, tome XLIV n°3, 2010, Société Française d’Histoire de la Médecine, en ligne sur BIU Santé []
  12. Voir par exemple, Docteur H.L. Thoinot, Cours complet d’hygiène, deuxième année, Paris, 1890 []
  13. Guy Thuillier, Pour une histoire de l’hygiène corporelle, un exemple régional, le Nivernais, Revue d’histoire économique et sociale, Vol. 46, No. 2 (1968), pp. 232-253. []
  14. Serge Audier, La pensée solidariste, Aux sources du modèle social républicain PUF Le lien social, 2010, p.41. []
  15. Serge Audier, op. cit. []
  16. Nicolas Delalande, Le solidarisme de Léon Bourgeois, un socialisme libéral? Collège de France, La vie des idées, en ligne []
  17. Léon Bourgeois, Solidarité, 5ème édition, Paris 1906 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.