Covid 19: chronique immédiate de la vulnérabilité ordinaire

Pour citer cet article: Jean-Marie Villela, "Covid 19: chronique immédiate de la vulnérabilité ordinaire," in Les métamorphoses de la vulnérabilité, 20/03/2020, https://metavulnera.hypotheses.org/14.

Un terrible fléau, dû à la colère de l’injuste Junon, qui haïssait la terre portant le nom d’une rivale, s’abattit sur notre peuple. Tant que l’on jugea comme naturel aux humains ce mal, fléau si funeste dont la cause restait cachée, on le combattit avec l’art médical. Mais la catastrophe défiait les secours qui, dépassés, restaient vains.

Ovide, Métamorphoses, Livre IV, La peste d’Egine, 7,523-525.

Le Covid 19 sévit depuis décembre 2019. D’abord dans la province de Hubei, en Chine centrale, puis progressivement, à partir de janvier 2020, dans d’autres pays du continent asiatique, puis rapidement à tous les continents: le 11 mars 2020, l’OMS considère l’épidémie de Covid 19 comme une pandémie. Le 13 mars elle déclare que l’Europe en constitue l’épicentre. La deuxième décennie du 21° siècle commence par une crise sanitaire mondiale, dont nous ne mesurons sans doute encore pas tous les effets immédiats, ni toutes les conséquences à moyen ou long terme. Pour autant, il semble possible de pointer quelques points significatifs.

La vitesse à laquelle le Covid 19 s’est propagé dans le monde entier, à partir d’un foyer localisé dans une province de la Chine, met en évidence, s’il était encore besoin, que nous vivons dans un monde totalement ouvert et totalement interconnecté. A peine quatre mois nous séparent des premiers cas répertoriés et voilà le monde entier confronté au virus. Le monde vraiment? Les moyens technologiques nous permettent de suivre « en direct » l’évolution de la situation sanitaire mondiale, de repérer les pays plus ou moins touchés. Mais ne sommes-nous pas dans une forme de manipulation statistique? Que signifient ces chiffres, alors que les systèmes de détection, de comptabilité, peuvent être sensiblement différents d’un pays à l’autre, alors que la transparence nécessaire à l’analyse objective de la situation sanitaire mondiale n’est pas assurée? Quel paradoxe que celui de pouvoir visualiser, comme dans une sorte de tableau de bord d’indicateurs, les effets de la pandémie, tout en prenant conscience de l’illusion liée à la difficulté à la maîtriser! Les conférences de presse journalières égrènent le nombre de cas confirmés, de décès, de guérison, dans une litanie inquiétante. Les gouvernements réagissent, plutôt qu’anticipent, en mettant en oeuvre des dispositions de confinement, des mesures d’aide économique. Les banques centrales injectent des milliards d’euros ou de dollars pour soutenir l’économie, ou en tout cas, tenter d’en amortir l’effondrement. Les commerces sont dévalisés, les caddies débordent de boîtes de conserve, de paquets de pâtes, de farine, de pack d’eau et des inévitables rouleaux de papier hygiénique. Les contrevenants aux règles d’hygiène sont vilipendés, verbalisés, certaines villes comptent mettre en oeuvre des interdictions de promenade, des couvre-feu, bref, « nous sommes en guerre », et pour filer la métaphore, comme toute guerre, nous avons nos héros, en première ligne desquels nous trouvons le personnel soignant, nos traîtres, qui continuent par leur conduite jugée irresponsable, de risquer de propager le virus, nos collaborateurs, qui profitent de la situation pour s’enrichir dans une sorte de marché noir plus ou moins organisé du masque médical.

Après la prise de conscience de la fragilité de notre monde avec l’émergence de la question climatique, et la probabilité d’une crise quasi immédiate à l’échelle du temps planétaire, nous voilà face à une nouvelle crise, cette fois sanitaire, dont les effets sont également immédiats: d’ici peu, nous pourrions être confrontés, dans notre environnement, à un proche, un parent, un ami, atteint du virus, peut-être, malheureusement, à un décès. Ces deux crises ont en commun le fait qu’elles concernent l’humanité dans son ensemble. Le développement économique du monde occidental depuis les premières révolutions industrielles a eu pour conséquence l’augmentation de la pollution et des effets sur le climat. Nous nous sommes donnés bonne conscience en suggérant que ce progrès économique, au cœur de la conception libérale de la société, conduirait au progrès social général et ruissellerait dans toutes les parties du monde. Force est de constater que, s’il a conduit sans doute à réduire le taux de pauvreté mondial, il a aussi généré et augmenté les inégalités entre les régions du monde, et à l’intérieur de ces régions, entre les catégories de population. Le libéralisme, tout en accroissant les capacités d’initiative et d’autonomie, a aussi généré de nombreuses fragilités, au cœur même de nos sociétés. Avec la crise du Covid 19, nous prenons conscience que, dans une sorte d’effet domino planétaire, le marché de gros de fruits de mer de Huanan n’est pas plus éloigné de nous que notre petit marché local du samedi matin. Alors que notre condition humaine est intrinsèquement constituée de rapports intersubjectifs, nous voilà tenus à l’écart les uns des autres, confrontés au vide, enfermés dans nos murs.1. Nous sommes tenus, dans une sorte d’ambivalence contradictoire du langage, de respecter la distanciation sociale. Nous faisons l’expérience d’une société où nous serions ensemble, mais séparés, chacun dans notre bulle hermétique et sécurisée, notre espace stérile, face à nos écrans, bref, le contraire du « vivre ensemble » pour reprendre une expression commune, avec comme seul contact, celui de notre fragilité au monde.

Nous voilà donc confronté à notre vulnérabilité ordinaire. Non pas celle que nous avions l’habitude de circonscrire, de « confiner », dans des aires géographiques, dans des populations, dans des catégories sociales précaires. Non pas celle des personnes dites dépendantes, les exclus, non pas celle des lieux où la vulnérabilité est enfermée, loin de nos yeux, dans les EHPAD, les prisons, les établissements spécialisés. Cette vulnérabilité là, nous avions pris l’habitude de la considérer « de loin », de la faire prendre en charge par l’Etat providence, ou ce qu’il en reste, par le secteur intermédiaire, par les institutions. Cette crise sanitaire nous fait (re)découvrir notre dépendance et notre fragilité : la vulnérabilité ne concerne pas seulement les personnes fragiles, âgées, dépendantes, précaires, exclues, mais nous met tous sur le même plan, celui d’une humanité fragile interconnectée, globale. Paradoxalement, les mesures prises, qui ont pour objectifs de nous permettre de recouvrer notre autonomie, nous privent en même temps de notre liberté (liberté de circuler, de travailler, de voir nos amis, notre famille…).

  1. Rappelons que le mot confinement, qui renvoie aux limites, à l’enfermement, est également issu de « confiner », dont une des significations est d’être voisin, contigu, proche de l’autre. []

2 réflexions au sujet de « Covid 19: chronique immédiate de la vulnérabilité ordinaire »

  1. Analyse pertinente de ce que nous sommes devenus. La question reste de savoir si nous en tirerons la leçon ou si, la crise passée, nous sombrerons de nouveau dans nos errances

    1. Nous ne sommes en effet pas si sûrs d’en tirer toutes les leçons. Les crises précédentes tendent à nous prouver le contraire. Pour autant, les prises de conscience se multipliant, il est toujours possible de penser que le meilleur de l’humanité est devant nous…
      Il suffirait peut-être pour cela de reconnaître cette vulnérabilité ordinaire comme constitutive des rapports humains. Accepter d’être en société, de faire société, c’est accepter de se découvrir, de baisser la garde, au risque d’être blessé, mais c’est aussi savoir que nous partageons tous ce risque. L’autre est aussi le même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.