Vulnérabilité(s), un concept opératoire en histoire?

Cet article est issu d’une communication faite le 25 février 2022 dans le cadre du séminaire de recherche “Vulnérabilité du vivant” organisé par la faculté de théologie de Lille. Celle-ci est disponible dans son intégralité sur le site HAL: Vulnérabilité(s), histoire d’un concept polysémique – Université de Lorraine (univ-lorraine.fr)

Faire l’usage de la notion de vulnérabilité en histoire n’est pas chose facile, tant ce mot peut recouvrir des notions différentes. “Mot valise”, “mot éponge”, en tous cas mot piégé lorsqu’il désarme les catégories précédentes ou les absorbe, la vulnérabilité se présente en effet comme un concept flou, dont l’utilisation de plus en plus fréquente ne constitue pas forcément un gage certain de progrès dans la connaissance. Son utilisation semble risquée en historiographie, tant il peut s’appliquer à plusieurs domaines, plusieurs objets et renvoyer à des significations et des représentations différentes. La vulnérabilité est-elle une manière contemporaine de parler de toutes les fragilités du monde, sans les nommer directement? Est-elle l’héritière de notions dont l’utilisation est plus ancienne, plus spécifique, comme la pauvreté, la précarité, l’exclusion, la marginalisation, qui ont structuré des pans entiers de l’histoire sociale? Ou bien ce terme a-t-il vocation à subsumer tous les accidents de la condition humaine? De la blessure à la maladie ou au handicap, de la petite enfance à la vieillesse, du chômeur en fin de droits au cadre en burn-out, de l’opposant à une dictature au réfugié, la liste est longue des manifestations des vulnérabilités humaines. Prétendre à son utilisation en historiographie demande en premier lieu à engager un travail sur le mot lui-même, “condition minimale de la connaissance historique”1. Les premiers emplois du terme témoignent de son ambivalence. La vulnérabilité recouvre les deux sens de blessure physique et de blessure morale, et contient dès l’origine la notion instantanée d’exposition au risque et celle, plus hypothétique, de potentialité de la blessure. Le développement de l’usage du mot de la moitié du XXe siècle jusqu’à nos jours, de la médecine jusqu’aux sciences sociales, permet d’observer que le terme de vulnérabilité entre en résonance avec d’autres notions comme la fragilité, la précarité, la reconnaissance, la liberté, la dignité, qu’il se positionne en tension entre dépendance et autonomie.

De l’archéologie du mot à son usage contemporain.

Le mot “vulnérable” vient du latin “vulnus“, blessure et “vulnerare“, qui peut être blessé. Etre vulnérable, c’est donc être exposé aux coups, et cela renvoie en premier lieu à la douleur physique, au combat. C’est aussi, au sens figuré, le fait d’être atteint par des paroles, avoir peur d’être froissé. Mais c’est aussi la blessure de l’amour. Ce sens figuré de la blessure morale est en usage dès l’antiquité. Par exemple, Cicéron l’emploie dans les Catilinaires pour évoquer la blessure des paroles2. De même, Virgile utilise le mot vulnus pour parler de la blessure faite par l’amour3. Plus tardivement, Jérôme de Stridon (347-420) utilise le mot “vulnerare”, au sens de “porter atteinte”, dans un commentaire de l’Évangile de Matthieu4.

Les premières références lexicales en français sont mentionnées par le dictionnaire de Frédéric Godefroy5. Il mentionne les termes de “vulneraction“, ou “vulneration” qui signifie blessure. Le dictionnaire cite en particulier un extrait du “Violier des histoires romaines”, traduction anonyme de 151 contes moralisés des “gesta romanorum“, recueil rassemblant des anecdotes et contes rédigés en latin, vraisemblablement compilées vers la fin du XIIIe siècle ou au début du XIXe siècle, dans lequel les deux sens, propre et figuré, de blessure sont employés6. Une autre source lexicale, le dictionnaire d’Edmond Huguet de la langue française du XVIe siècle, retient les mots “vulnerer” (blesser), “vulneration” (blessure), “vulnéreux” (causé par une blessure). Mais il faut attendre la fin du XVIIe siècle pour que le dictionnaire de l’Académie fasse mention de l’adjectif “vulnérable”, qui peut être blessé, en précisant que ce terme n’est pas en usage, contrairement au mot “invulnérable”7. Le mot “vulnérabilité” fait quant à lui son apparition dans la 8ème édition du dictionnaire de l’Académie française (1932-1935). C’est en fait essentiellement au tournant du XXe siècle que l’adjectif vulnérable et le substantif vulnérabilité ont été plus largement utilisés.

VulnérableInvulnérable
XVe siècle2
XVIe siècle42
XVIIe siècle22109
XVIIIe siècle86720
XIXe siècle70248246
XXe siècle219098860
Gallica.fr, interrogation réalisée le 31 janvier 2022

Le tableau ci-contre, réalisé à partir du nombre d’occurrences des mots “vulnérable” et “invulnérable” dans les documents recensés sur le site Gallica, indique seulement 22 occurrences du mot vulnérable pour le XVIIe siècle, alors qu’il en compte 109 pour le mot invulnérable. Les deux occurrences se rejoignent au XIXe siècle. Au XXe siècle, la fréquence d’apparition du mot invulnérable stagne, alors que celle de son antonyme triple: le XXe siècle apparaît donc comme celui de la diffusion du terme “vulnérable” dans les usages lexicaux.

Le grand dictionnaire Larousse universel du XIXe siècle reprend les entrées vulnérabilité, (caractère de ce qui est vulnérable, et, par extension, ce qui peut être attaqué avec succès) et vulnérable, en précisant le sens propre (qui peut être blessé) et le sens figuré (faible, défectueux, sujet à donner prise). Dès l’origine, l’adjectif vulnérable et plus tard, le substantif vulnérabilité, ont revêtu une double signification. Les contextes d’utilisation se sont élargis progressivement, s’appliquant aux sujets militaires, pour qualifier les positions des belligérants, à l’économie ou la géopolitique, pour évaluer les positions des pays, des entreprises, ou la rareté d’une ressource, à l’homme au sens propre de blessure physique et au sens figuré de fragilité humaine, à la planète, pour parler des risques climatiques, jusqu’à nos jours où avec la crise sanitaire, on utilise le mot pour désigner les personnes présentant une fragilité de santé ou de statut pouvant les exposer plus gravement au risque sanitaire. Sur un autre registre, la crise des gilets jaunes a révélé également diverses formes de vulnérabilités qui se sont cristallisées dans un ensemble hétérogène de revendications et de demandes sociales. Cette expansion de l’utilisation du mot ne va pas sans poser problème. Le foisonnement des thématiques qui sanctionnent son emploi dès le XIXe siècle et surtout au XXe siècle, témoignent de l’élargissement des domaines d’application à travers un processus de métaphorisation progressive qui a conduit à une diversification des usages.

De la médecine aux sciences humaines, l’itinéraire du mot.

Le terme de vulnérabilité apparaît donc pouvoir s’appliquer à plusieurs champs de discipline et trouver ainsi une légitimité croissante pour signifier toute situation de faiblesse8. La vulnérabilité est “liée à un manque de ressources ou à un syndrome de faiblesses individuelles ou sociales qui peut surgir dans différentes sphères de vie (familial, travail, santé) et toucher différents types de capitaux (matériel, social, culturel, santé)”. Le concept de vulnérabilité a pénétré la quasi-totalité des disciplines, depuis la physique, associé à la notion de résilience, la gestion des risques, comme critère d’appréciation, la santé et le médico-social, avec les dispositifs de prévention et de protection des personnes les plus vulnérables, jusqu’au droit, comme circonstance aggravant la nature et le poids des peines, comme élément constitutif d’une infraction, ou comme ensemble de règles de protection visant des situations de faiblesse. Selon une étude réalisée sur les résumés d’articles de plus de 10 000 publications dans des revues universitaires et spécialisées en langue anglaise depuis les années 20009, le concept de vulnérabilité est inextricablement lié au développement humain, à l’intersection des domaines biologique, psychologique et social. L’étude montre que si le terme est largement utilisé pour qualifier les étapes de la vie correspondant à l’enfance ou à la vieillesse, il semble moins investir l’âge adulte. Au cœur du concept de vulnérabilité, se trouve la manière dont les individus, les groupes et les populations entières peuvent s’adapter aux circonstances de la vie, surmonter les adversités ou en échapper, en utilisant les ressources dont ils disposent ou qui leur sont accessibles. il comprend à la fois une dimension statique (analyse des vulnérabilités dans un contexte donné) et dynamique (évolution des vulnérabilités et de leurs représentation sur une échelle de temps), ce qui permet d’articuler les deux axes de l’analyse longitudinale et transversale, et se prête ainsi aux possibilités de modélisation.

Cette notion d’une grande fluidité, qui peut s’appliquer à des situations, des milieux et des époques et conditions variées, est d’un usage assez récent en sciences humaines. Axelle Brodiez-Dolino parle d’un “terme des années 2000”10. Une interrogation sur le mot “vulnérabilité” réalisée sur la base de donnée BASE11, confirme cette proposition: le nombre d’occurrences du terme est en croissance quasi constante à partir de l’année 2001 jusqu’en 2016. Pour Hélène Thomas12, le changement de paradigme ayant conduit à préférer le terme de vulnérabilité à tout autre se situe dès le début des années 1980. En se substituant aux termes de pauvreté, précarité, exclusion, etc. pour qualifier les groupes devant faire l’objet de politiques sociales dédiées, ce changement serait le reflet de l’évolution des démocraties des pays développés et des organisations internationales dans les modalités de prise en compte et de traitement des populations sur leur territoire13. L’emploi du terme vulnérabilité serait ainsi l’apanage des société développées, démocrates, pour lesquelles les termes plus classiques de pauvreté, précarité, exclusion, ne permettraient plus de rendre compte de la complexité des rapports sociaux. Les termes de précarité, de vulnérabilité, d’exclusion, vont s’imposer progressivement chez les théoriciens de la nouvelle question sociale au delà de la lecture plus traditionnelle des inégalités économiques et sociales. A partir des années 1980, les notions de vulnérabilité, d’insécurité et de fragilité émergent avec celle de risque dans le champ des sciences humaines et sociales. En même temps, la question de la mesure de la vulnérabilité aux fins d’analyse et de comparaison se pose sur le plan international. Le terme de vulnérabilité est associé à celui de “nouvelle pauvreté”, qui se distingue de l’état durable de pauvreté, par un état d’insécurité et de fragilité (probabilité de devenir pauvre). Deux catégories se pérennisent: les exclus (faisant référence à une situation jugée irréversible) et les précaires, situation qui toucherait les victimes des mutations du système économique et social. l’accent est mis sur la précarité des marges les moins qualifiées du salariat. Les vulnérables, marqués su seau de l’incertitude et de la désaffiliation, deviennent inutiles au monde et surnuméraires14, avant de basculer dans l’inexistence sociale. La sous-catégorie des vulnérables se distingue de celle des exclus pour désigner ceux qui sont à la limite de l’inadaptation sociale mais ne sont pas encore des inadaptés, marginaux et asociaux. La vulnérabilité se comprend alors comme une zone intermédiaire entre intégration et désaffiliation. A partir du milieu des années 1990 en France, la notion de fragilité devient une notion clé dans le secteur médico-social. Elle désigne à la fois un être et un devenir, recouvrant les deux notions de vulnérabilité et de fragilisation, sorte de point de bascule entre la maladie et la bonne santé. Les années 2000 voient le concept de vulnérabilité se diffuser en même temps que celui de résilience, son complément. Ces termes de vulnérabilité, précarité, fragilité, ont connu une diffusion en dehors du champ des experts avec leur réutilisation par les porte-paroles des mouvements sociaux. La précarité constituerait ainsi le nouveau référentiel du débat public, tout comme la vulnérabilité le serait dans les politiques publiques15.

Dans les pratiques sociales, l’utilisation récente du terme “vulnérabilité” reflète les limites des autres termes utilisés jusque là pour expliquer la réalité sociale, tels que pauvreté, exclusion, marginalité, qui renvoient plus à une situation, un état, plutôt qu’à la prise en compte d’un processus dont les racines sont à rechercher dans des situations individuelles ou collectives positionnées plus en amont que l’état lui-même, qui en serait la manifestation résultante. La notion de vulnérabilité présente donc une composante dynamique, qui permettrait de cerner des situations complexes: “La piste conceptuelle de la vulnérabilité permettrait de mieux cerner la situation des individus qui ne sont pas nécessairement à la marge, mais qui ne sont pas non plus au centre en termes d’intégration, de participation, de reconnaissance16”. Il ne s’agit plus seulement de s’intéresser aux populations marginalisées, exclues, de focaliser sur des populations spécifiques, situées au delà d’une frontière sociale, mais de considérer que les tensions sociales concernent l’ensemble des individus dans leur positionnement personnel, face à la capacité intégrative de la société, capacité sur laquelle ils exercent également une influence17. La marginalité est la première étape de la désintégration sociale dans le monde contemporain. Axelle Brodiez-Dolino situe ce “moment de la marginalité” en l’associant à l’inadaptation dans les années 1960-1970, en notant que ce terme traduit autant la difficulté conjoncturelle à traiter de la pauvreté que la volonté de repenser la société en termes de marges18. Le termes utilisés pour désigner les personnes situées en dehors des normes de l’intégration sociale ont évolué au fil du temps: les indigents et pauvres des XIXe et XXe siècles ont laissé la place aux économiquement faibles des années 1940-1950, puis aux précaires des années 1980, les exclus des années 1990, enfin les vulnérables des années 200019. Ces différents termes ne sont pas équivalents. ils recouvrent des réalités multiples, souvent entremêlées. pour autant, la notion de vulnérabilité semble se démarquer des autres termes: son originalité est d’ordre relationnel. elle renvoie à une notion de possibilité ou de probabilité. Elle est donc liée aux conditions de vie et de contexte. Sans déresponsabiliser l’individu par rapport à la situation qu’il vit, aux difficultés qu’il rencontre et qui sont constitutives de sa qualification de vulnérable, il s’agit de rappeler que les difficultés d’intégration rencontrées par les individus sont à rechercher également dans leur environnement. Etre vulnérable n’est pas seulement une question concernant la seule personne, c’est aussi une caractéristique endogène du système social. Parler de vulnérabilité, plutôt que de pauvreté, d’exclusion ou d’inadaptation, c’est “élargir la considération de l’individu et de ses capacités à celle du réseau relationnel dans lequel il s’inscrit et des types de rapports qu’il entretient avec ce qui l’entoure20”.

La philosophie morale et politique apporte également sa contribution à la clarification de la notion de vulnérabilité, en l’articulant avec les situations d’autonomie et de dépendance, deux termes que nous retrouvons dans l’intervention sanitaire et sociale. La vulnérabilité humaine appelle à la sollicitude et à son application dans les théories du care, jusqu’à penser la vulnérabilité en tant que nouvelle catégorie morale21. D’un point de vue méthodologique, deux approches se dégagent. La première, constructiviste, considère la vulnérabilité comme le produit de l’intervention de processus naturels, économiques ou sociaux (vulnérabilité considérée comme l’effet d’une situation, comme un état résultant). Une deuxième approche, essentialiste, considère la vulnérabilité dans l’ordre de la nature, comme un fait, un destin22 (vulnérabilité intrinsèque, inhérente à la condition du sujet, à sa finitude). Cette deuxième approche n’est pas exclusive de la première. Elles coexistent toutes les deux, se nourrissent réciproquement. Dans son livre Protecting the vulnerable23 , Robert Goodin privilégie la dimension relationnelle de la vulnérabilité, entre exposition et dépendance : notre relation à l’autre nous ouvre à la vulnérabilité. Il suggère une position médiane, “entre une conception naturaliste ou individualiste de la vulnérabilité, qui rabattrait cette dernière sur la faiblesse ou l’incapacité, et une conception radicalement constructiviste de la vulnérabilité, qui la réduirait à un effet de contexte indépendant des propriétés internes des individus24 . Cette position médiane serait celle pour laquelle l’environnement relationnel et social deviendrait, au delà d’un “point d’équilibre théorique” entre approche essentialiste et approche constructiviste, le facteur central de l’accroissement ou de la diminution de la vulnérabilité. Mais prendre en compte la vulnérabilité intrinsèque, c’est aussi se reconnaître soi-même comme potentiellement vulnérable, comme pouvant être “exposés à toutes les formes de violence, physique, sociale et psychique”, c’est faire “un pas vers la compréhension de l’exclusion comme une chose commune plutôt que comme la seule affaire des exclus25.

Le discours philosophique sur la vulnérabilité s’appuie notamment sur deux notions antagonistes : la dépendance et l’autonomie. Marie Garrau note que l’usage du terme “vulnérabilité” s’impose en philosophie morale et politique à partir des années 198026 . C’est l’approche essentialiste qui est ici privilégiée. La vulnérabilité humaine désigne un aspect constitutif de l’existence humaine, en vertu duquel les êtres humains sont nécessairement exposés à des atteintes susceptibles de compromettre leur accès à une vie autonome et dotée de sens. Dans cette perspective, la vulnérabilité n’est pas pensée comme apanage d’un groupe social particulier, mais comme une propriété commune à tous les êtres humains et qui appelle des réponses d’ordre éthique et politique27. Dans cette définition, la vulnérabilité s’oppose à l’autonomie. Plus précisément, elle met en évidence qu’une démarche visant à supprimer la vulnérabilité est impossible, dans la mesure où elle reviendrait à nier les interdépendances, d’une part, entre les hommes, d’autre part, entre ceux-ci et l’environnement. Elle renvoie à la condition de dépendance, aux situations, ou aux âges de la vie, au cours desquels cette dépendance est si importante qu’elle peut compromettre définitivement l’autonomie. La vulnérabilité, mobilisée ici en tant que catégorie morale, constitue une critique du courant philosophique libéral dont John Rawls est l’une des figures majeures avec la publication en 1971 de son livre Théorie de la justice28. Le “voile d’ignorance” qui décrit la position originelle des individus a pour objectif d’ignorer les contingences naturelles et sociales, afin de permettre la rationalité et l’impartialité des choix qui conduiront à l’adoption des principes de justice et l’acceptation par tous de ces derniers. Ces principes sont donc déduits d’une conception idéalisée de la personne, décrite comme libre, égale, rationnelle29. Les présupposés de la théorie de la justice conduisent à ignorer toutes les catégories d’individus qui ne sont pas en capacité de se conduire de manière rationnelle ou autonome, comme les personnes atteintes d’un handicap, les personnes âgées dépendantes, les nouveau-nés, etc. Marie Garrau résume ainsi la thèse sur laquelle s’accordent plusieurs philosophes politiques contemporains:

“Parce que nous sommes des êtres fondamentalement vulnérables, dépendants d’autrui et de notre environnement naturel et social et par conséquent exposés à des atteintes en provenance d’autrui et de cet environnement, l’autonomie est pour nous une possibilité fragile, le terme d’un processus complexe qui repose sur des conditions nombreuses et irréductibles à un ensemble de droits et de biens premiers”.

Marie GARRAU, Politiques de la vulnérabilité, Editions du CNRS, 2018, p. 17.

La prise en compte de la vulnérabilité conduit alors à repenser l’action politique dont l’enjeu “n’est pas simplement de protéger l’exercice d’une autonomie toujours déjà présente, mais plutôt de garantir à chacun les conditions de son développement et de son maintien”30. Prendre en compte la vulnérabilité, c’est donc en définitive, poser les bases d’une théorie politique alternative au libéralisme rawlsien : une théorie politique fondée sur la reconnaissance de la vulnérabilité fondamentale des êtres humains et visant à y répondre31. Pour autant, la vulnérabilité, si elle peut être considérée comme une caractéristique primordiale de l’humain, n’est pas une donnée immuable. Être vulnérable se conçoit de manière différente selon les époques, les groupes humains, les conditions d’existence etc. De même, une même personne peut être plus ou moins vulnérable selon les moments et les conditions de sa vie, son âge, sa santé, ses moyens d’existence.

La notion de vulnérabilité est également prise en compte par le droit, qu’il soit national ou communautaire.

Au point de vue du droit communautaire européen, la notion de vulnérabilité est intégrée de manière substantielle dans les directives relatives aux conditions d’accueil32 et à la qualification de réfugié33. Si cette dernière ne définit pas globalement ce qu’il convient d’entendre par “personne vulnérable”, elle en propose une liste, non limitative. La directive 2013/33/UE reprend la même liste dans son article 21. Cette liste vise des “catégories de personnes qui, compte tenu de leur âge, de leur état de santé, de leur situation de famille ou encore de leur vécu peuvent présenter une certaine fragilité, précarité, faiblesse ou dépendance, nécessitant une aide, une attention, des soins spécifiques”. D’autres textes européens abordent, à partir de cette définition, la question des personnes vulnérables. Mais en l’absence de définition exhaustive et de système et procédures de qualification et d’évaluation des besoins, l’imprécision l’emporte, avec le risque d’insécurité juridique qu’elle contient.

Notre droit national reprend également la notion de vulnérabilité. En 2019, François-Xavier oux-Demare note que le terme “vulnérabilité” est présent dans 129 articles de codes ainsi que dans cinq autres textes réglementaires. Le terme “vulnérable” “ est utilisé dans 54 articles de codes et 23 documents d’ordre réglementaire ou consultatifs34. Le code civil ne retient pas la notion de vulnérabilité, alors qu’il aborde la protection des personnes physiques. Pour autant, il y a bien une reconnaissance implicite de la notion au travers des mécanismes mis en œuvre en matière de protection : “Les personnes ne sont pas expressément identifiées par l’utilisation du terme, mais par les règles protectrices particulières édictées par le législateur ou par une appréciation spéciale des magistrats35. C’est notamment le cas de toute la législation relative à la protection des mineurs et des majeurs protégés. C’est donc la référence à l’incapacité qui est à la base de la prise en compte de la vulnérabilité par le droit. En revanche, le code pénal fait largement référence à la personne vulnérable. Les états de vulnérabilité sont clairement identifiés, soit comme condition préalable ou élément constitutif de l’infraction, soit comme circonstance aggravante36. C’est bien la vulnérabilité de la personne qui est retenue, en référence à “son âge, à une maladie, à une infirmité, à une déficience physique ou psychique ou à un état de grossesse, apparente ou connue de l’auteur de l’infraction”, ou en raison de “l’état de sujétion psychologique ou physique résultant de l’exercice de pressions graves ou réitérées ou de techniques propres à altérer son jugement” ou résulter “de la précarité de sa situation économique ou sociale (…) apparente ou connue de leur auteur37. Le droit distingue donc deux types de vulnérabilité : celle, intrinsèque, de la personne, temporaire ou définitive, celle conjoncturelle, “en raison du rapport institué vis-à-vis d’autrui ou par l’effet du contexte dans laquelle elle se trouve”38, ces deux catégories pouvant se cumuler et interagir l’une sur l’autre. Ce deuxième type de vulnérabilité suppose une forme de contrôle, une emprise sur la personne vulnérable. En 2010, la haute juridiction a posé les bases de la reconnaissance d’une nouvelle forme de vulnérabilité de la personne dans une approche probabiliste du risque, sous la dénomination de “préjudice d’anxiété39. Ce préjudice permet de réparer l’ensemble des troubles psychologiques y compris ceux liés au bouleversement dans les conditions d’existence, résultant du risque de déclaration à tout moment d’une maladie liée à l’amiante. Il s’agit donc bien, au travers de cette forme particulière de droit conditionnel, de la prise en compte d’une inquiétude permanente, d’une vulnérabilité ressentie face à un risque de déclaration, à tout moment, de la maladie. Les domaines d’application se sont donc progressivement élargis, illustrant la grande plasticité d’une notion polymorphe, dont la dissémination et la prolifération dans les sciences humaines et sociales, pose de fait la question de sa pertinence. “Le même concept s’applique souvent à des réalités qui bougent sans cesse et qui ne comportent pas d’invariant qui serait le support de leur identité à travers les changements”40.

La vulnérabilité, un concept opératoire en histoire?

La notion de vulnérabilité apparaît elle-même comme “vulnérable”, comme un “concept en expansion”, qui peu ou prou, vient, soit se substituer, sans que l’on puisse réellement qualifier cette substitution, à des termes jugés plus restrictifs ou plus datés, soit “subsumer sous un seul terme des réalités empiriques différentes, mais possédant assez de points communs pour pouvoir être rangées dans une même classe41. Il est alors possible de dresser un “squelette analytique”42 de la vulnérabilité, comme “expérience universelle, celle d’être exposé à une série de facteurs susceptibles d’affecter un acteur, ou plusieurs acteurs, de manière plurielle et plus ou moins en profondeur, et d’être perçue au travers de différentes interprétations ”.  Mais si la vulnérabilité, en tant expérience universelle, concerne tous les acteurs, elle est aussi d’ordre contextuel et relationnel : “elle ne frappe pas tous les acteurs de la même façon selon les sociétés, les périodes historiques, les positions, les identités ou les trajectoires sociales, et elle est soumise à différentes représentations43.

S’il n’y a pas de concepts propres à l’histoire, l’historien emprunte aux autres disciplines tous les concepts disponibles pour répondre à ses propres besoins de conceptualisation. S’agissant du mot vulnérabilité, Axel Brodiez-Dolino estime que:

“Son relatif flou conceptuel a (..) l’avantage de la plasticité qui sied à l’étude historique sur longue période : pouvant désigner aussi bien un état qu’un processus, un individu qu’un groupe social, une situation conjoncturelle que structurelle, le terme permet d’appréhender des réalités mouvantes au fil des lieux et des périodes, mais aussi des autorités qui s‘emparent de la réalité qu’il recouvre, ou des publics qui s’en servent comme stratégie de mobilisation.”

Axelle BRODIEZ-DOLINO, Combattre la pauvreté, Editions du CNRS, 2005, p.28.

Il paraît donc possible de concevoir une « histoire des vulnérabilités” comme histoire des fragilités humaines et comme histoire des fragilités sociales. Cette socio-histoire s’appuie sur une modélisation de la notion à travers une lecture des vulnérabilités humaines et de leurs métamorphoses dans l’histoire de l’action sanitaire et sociale. Le concept de vulnérabilité s’éclaire ainsi à travers les différents usages et applications de la notion, sous différents angles, différents temps d’observation, constituant une « grammaire des vulnérabilités44», que l’on peut organiser et synthétiser en référence à un ensemble de déterminants des vulnérabilités humaines : les représentations des vulnérabilités à travers le discours privé ou public, les idéologies dominantes, d’ordre philosophique, politique, religieux, l’environnement économique et social dans lequel les vulnérabilités prennent racine et se développent, les territoires et réseaux, et leur influence sur la nature des vulnérabilités humaines, le vocabulaire de la vulnérabilité, le positionnement des acteurs privés et publics, leur répertoire d’actions, enfin les institutions publiques et privées et leur rôle dans la prise en charge des vulnérabilités.

Conclusion

Le concept de vulnérabilité, comme toute conceptualisation qui se nourrit de l’expérience humaine accumulée et en devenir, n’est pas figé. Sa définition se fait par approximations successives à partir de sens supposés premiers, tels qu’ils s’expriment dans la genèse du mot vulnérabilité, autour d’un double sens de blessure physique et de blessure morale. A partir d’un processus de métaphorisation engagé dès l’origine, les significations du mot se diversifient, les contextes d’utilisation s’élargissent, les champs de discipline convoqués pour son interprétation et sa justification s’étendent jusqu’à englober aujourd’hui la quasi totalité des domaines de connaissance. Ce n’est finalement que justice pour un concept si intimement lié à notre condition humaine, à notre histoire individuelle et collective.
Ce « terme des années 2000 », semble vouloir contenir d’autres notions comme la pauvreté, la précarité, l’exclusion, la marginalisation, la maladie, le handicap, jusqu’à constituer aujourd’hui une catégorie à part entière de l’action publique. Le terme de vulnérabilité est un « inventé » des législations mises en place en matière sanitaire et sociale depuis 197545 et surtout depuis le début des années 200046.

Significativement, les années 2000 sont aussi celles du renouveau d’un libéralisme de plus en plus exacerbé, comme si l’accroissement de l’utilisation du concept de vulnérabilité dans le domaine sanitaire et social n’était en fait que le reflet inversé d’une société dans laquelle la vulnérabilité n’a plus sa place. Les vulnérabilités sanitaires et sociales ont suscité des modalités de traitement variées selon les époques, allant du secours charitable à la volonté de prise en charge globale et bientraitante en passant par la vertu moralisatrice d’un solidarisme érigé en doctrine d’état. Ces différentes formes d’action, que l’on peut repérer historiquement, sont aussi le reflet de l’articulation, le plus souvent conflictuelle, entre deux notions opposées : la dépendance et l’autonomie. La prise en compte du concept de vulnérabilité comme principe constitutif de la condition humaine permet de dépasser cette opposition. Dans cette hypothèse, la dépendance n’est plus le lieu d’un assujettissement permanent dont l’origine serait la vulnérabilité, mais plutôt le reflet d’une autonomie brisée47 qu’il faut reconquérir sans cesse.



Citer ce billet
Jean-Marie Villela (2022, 5 mars). Vulnérabilité(s), un concept opératoire en histoire? Les métamorphoses de la vulnérabilité. Consulté le 27 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/regw

  1. Robert KOSELLECK, L’expérience de l’histoire, Points histoire, 1997, p. 136. []
  2. “Et moi Consul, je les contemple, je leur demande leur avis; les misérables que devrait percer le fer, ma voix hésite encore à les blesser”. Les Catilinaires, nouvelle traduction française, avec le texte en regard, par Valentin PARISOT, A. Poilleux, Paris, 1836, p. 10-11. []
  3. Cependant la reine, depuis longtemps blessée par un lourd souci, nourrit sa blessure en ses veines, se consule d’un feu secret. Enéide, 4,1. Traduction Anne-Marie BOXUS et Jacques POUCET, Bibliotheca selecta, Université de Louvain, en ligne, consulté le 31 janvier 2022 []
  4. Un hérétique nous frappe-t-il dans une discussion, veut-il porter atteinte (vulnerare) à la droite doctrine, opposons lui un autre témoignage des Ecritures Commentaire sur l’Evangile de Matthieu, livre 1, Mt, 5, 39-40, traduction en ligne Sources chrétiennes, consulté le 30 septembre 2020. []
  5. Frédéric GODEFROY, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous les dialectes du IXe au XVe siècle. F. Vieweg, Paris 1881-1902, tome VIII, p. 318. []
  6. Pierre Gustave BRUNET, Le violier des histoires romaines: ancienne traduction française des Gesta romanorum nouvelle édition revue et annotée, Paris 1858, p. 231. []
  7. Dictionnaire de l’Académie française, 1694, première édition. []
  8. Dario SPINI, Doris HANAPPI, Laura BERNARDI, La vulnérabilité, un concept au carrefour des disciplines, in David JOUSSET, Jean-Michel BOLES, Jean JOUQUAN, Penser l’humain vulnérable, de la philosophie au soin, PUR, 2017, p. 70. []
  9. Doris HANAPPI, Laura BERNADI, Dario SPINI, Vulnerability as a heuristic concept for interdisciplinary  research: assessing the thematic and methodological  structure of empirical life course studies ; avril 2014  Longitudinal and Life Course Studies 2015 Volume 6 Issue 1 pp. 59-87. []
  10. Axelle BRODIEZ-DOLINO, Le concept de vulnérabilité. La vie des idées, 11 février 2016. []
  11. Bielefeld Academic Search Engine, interrogation réalisée le 8 octobre 2020 sur l’entrée “vulnérabilité”. []
  12. Hélène THOMAS, Les vulnérables, la démocratie contre les pauvres, Editions du Croquant 2010. []
  13. Ibid. p. 9. []
  14. Robert CASTEL, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Fayard, 1995 []
  15. Hélène THOMAS, art. cit. []
  16. Martine ZWICK MONNEY, Carolyn GRIMARD, De la marginalité à la vulnérabilité: quels liens entre concepts, réalités et intervention sociale, Nouvelles pratiques sociales 27, n°2 (2015) p.47. []
  17. Ibid. []
  18. Axelle BRODIEZ-DOLINO, Combattre la pauvreté, Editions due CNRS, 2005, p. 23 et note n° 37. []
  19. Ibid. p.22. []
  20. Martine ZWICK MONNEY, Carolyne GRIMARD, art. cit. p. 51. []
  21. Nathalie MAILLARD, La vulnérabilité humaine, une nouvelle catégorie morale, Labor et fides, Le champ éthique, Genève, 2011. []
  22. David JOUSSET et al., Penser l’humain vulnérable, de la philosophie au soin, Presses Universitaires de Rennes, 2017, introduction générale p. 10. []
  23. Robert GOODIN, Protecting the vulnérable, A reanalysis of our special responsabilities, Chicago, The University of Chicago Press, 1985. []
  24. Marie GARRAU, Comment définir la vulnérabilité, l’apport de Robert Goodin, Raison publique, 8 avril 2011, consulté le 9 juin 2021. []
  25. Guillaume LEBLANC, Que faire de notre vulnérabilité? Bayard, Le temps d’une question, 2011, p. 13. []
  26. Marie GARRAU, Politiques de la vulnérabilité, CNRS Editions, 2018, p.9. []
  27. Ibid. []
  28. John RAWLS, Théorie de la justice, Paris, Points Seuil 1997. []
  29. Marie GARRAU, op. cit. p.15. []
  30. Ibid. []
  31. Ibid. []
  32. Directive 2013/33/UE établissant des normes pour l’accueil des personnes demandant la protection internationale (refonte) du 26 juin 2013. []
  33. Directive 2011/95/UE du Parlement européen et du Conseil du 13 décembre 2011 concernant les normes relatives aux conditions que doivent remplir les ressortissants des pays tiers ou les apatrides pour pouvoir bénéficier d’une protection internationale, à un statut uniforme pour les réfugiés ou les personnes. []
  34. François-Xavier ROUX-DEMARE La notion de vulnérabilité, approche juridique d’un concept polymorphe, Les Cahiers de la Justice, vol. 4, no. 4, 2019, pp. 619-630. []
  35. Art. cit. p. 621. []
  36. Ibid. []
  37. Ibid. p. 621-622. []
  38. Ibid. p. 625. []
  39. Arrêt de la Cour de cassation, chambre sociale, audience du 11 mai 2010. L’arrêt de la même cour réunie en assemblée plénière, en date du 5 avril 2019, a étendu le champ d’application. De même, en septembre 2019, la Cour de cassation a étendu la réparation de ce préjudice à toute autre substance nocive ou toxique autre que l’amiante (arrêt du 11 septembre 2019. []
  40. Paul VEYNES, Comment on écrit l’histoire, Seuil, 1971. []
  41. Christian DELACROIX, entrée “Concept”, Historiographies, t II, Concepts et débats, Gallimard 2010, p. 693. []
  42. Danilo MARTUCELLI, La vulnérabilité, un nouveau paradigme ? In Axelle Brodiez-Dolino, Isabelle von Bueltzingsloewen, Benoît Eyraud, Christian Laval et Bertrand Ravon, Vulnérabilités sanitaires et sociales, de l’histoire à la sociologie, PUR, 2014, p.28. []
  43. Ibid. []
  44. Sandra LAUGIER, Marie GAILLE, Grammaires de la vulnérabilité, en ligne sur Raison publique, consulté le 22 février 2022. []
  45. Loi n° 75-535 du 30 juin 1975 relative aux institution sociales et médicosociales. []
  46. Loi n° 2002-2 du 2 janvier 2002 rénovant l’action sociale et médicosociale. []
  47. Corinne PELLUCHON, L’autonomie brisée, PUF Quadrige, 2009. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search