Vulnérabilités humaines, l’obsession du tri?

Billet du 17 janvier 2022

Le polémiste et candidat à la présidentielle Eric Zemmour a indigné l’ensemble de la classe politique, et au delà bon nombre de citoyens, en raison des propos qu’il a tenus le vendredi 14 janvier 2022 au cours de sa visite auprès d’un groupe d’enseignants dans la commune d’Honnecourt sur Escaut. Evoquant la scolarisation des enfants handicapés, il a dénoncé “l’obsession de l’inclusion”, considérant qu’il s’agissait d’une “mauvaise manière faite aux enfants et à ces enfants là, qui sont, les pauvres, complètement dépassés par les autres enfants, et aux enseignants”. Il a expliqué qu’il faut “effectivement des établissements spécialisés, sauf pour les gens légèrement handicapés évidemment”1. Cette déclaration du candidat de “la reconquête”, relayée par les médias, a au moins le mérite, d’évoquer la question du handicap dans la campagne présidentielle. Mais on peut, au delà de l’indignation légitime, déplorer l’absence de prise de position sur le fond, hormis quelques rares interventions relayées par la presse. Il ne suffit pas de dénoncer la stupidité, l’incompétence ou la brutalité d’un candidat, ou de réclamer qu’il fasse des excuses publiques pour considérer que le sujet est clos. Le monde politique se serait honoré si, au delà de la polémique, il en avait profité pour remettre au centre des préoccupations la situation des personnes en situation de handicap, et parmi elles, la question de la scolarisation.

Cette question n’est pas nouvelle. Elle a rythmé depuis des siècles la façon de reconnaître et traiter des personnes différentes, vulnérables, depuis l’absence de prise en charge spécifique jusqu’à la création d’établissements plus ou moins spécialisés en passant par l’enfermement pur et simple2. Du traitement non différencié des malades, infirmes, vieillards, aliénés, amalgamés sous l’appellation de mendiants et gens sans aveu, une différenciation s’est progressivement mise en place, au cours des siècles, avec des motivations diverses, entre salut de l’âme et contrôle social, entre réelle volonté de secours charitable et isolement des individus les plus dangereux pour la société, sur fond de charité chrétienne, de philanthropie, de solidarité, de providence. L’action sanitaire et sociale s’est progressivement mise en place, puis spécialisée. Les acteurs se sont professionnalisés, les stratégies se sont précisées, et avec elles, la question des modalités de prise en charge et d’accompagnement, “dans les murs” ou “hors les murs” des institutions spécialisées. Inclure ou séparer, deux conceptions de la société qui ne cessent de s’affronter.

Le terme d’inclusion est d’un usage relativement récent dans la terminologie médicosociale. Il apparaît dans les années 2000 et remplace le mot “intégration”. Pour autant, si le mot en lui-même n’est pas utilisé, l’objectif d’inclusion est bien présent dans les déclarations et textes internationaux dès les années 19903. La déclaration de Salamanque sur “les principes, les politiques et les pratiques en matière d’éducation et de besoins éducatifs spéciaux”, adoptée par acclamation le 10 juin 1994 dans la ville de Salamanque, parle d’école intégratrice, “d’école pour tous, c’est-à-dire d’établissements accueillant tous les enfants, exaltant les différences, épaulant les élèves dans leur apprentissage et répondant aux besoins individuels de chacun”4. Cette déclaration fait suite à une résolution adoptée par l’ONU en Assemblée générale le 20 décembre 19935, qui invitait les Etats membres à “reconnaître le principe selon lequel il faut offrir aux enfants, aux jeunes gens et aux adultes handicapés, des chances égales en matière d’enseignement primaire, secondaire et supérieur, dans un cadre intégré” et à “veiller à ce que l’éducation des personnes handicapées fasse partie intégrante du système d’enseignement”6. En Europe, la Charte du Luxembourg, adoptée en novembre 1996, parle “d’école pour tous et pour chacun”, garantissant un enseignement de qualité et offrant un accès identique pour tous et ceci tout au long de la vie7. Si le terme d’inclusion ne renvoie pas exactement à la même signification selon les pays8, il témoigne de la volonté de la communauté internationale pour, au delà du seul domaine éducatif, faire de notre société une société inclusive, c’est-à-dire une société qui envisage les conditions de vie et les exigences de fonctionnement de chacun, de façon à inclure ses différentes composantes et à leur permettre de vivre ensemble, avec les mêmes droits9.

En France, le glissement sémantique de l’intégration vers l’inclusion des personnes en situation de handicap en milieu scolaire dit “ordinaire” date de 2009, avec la transformation des Classes d’Intégration Scolaire en Classe d’Inclusion Scolaire10, remplacée en 2015 par les Unités localisées pour l’inclusion scolaire (Ulis)11. Ces dispositions développent les principes retenus par le législateur dès la loi du 11 février 2005, à savoir la priorité donnée à une scolarisation en milieu dit « ordinaire ». Dans ce cadre, le recours aux établissements ou services médico-sociaux est complémentaire ou, le cas échéant, subsidiaire. Le passage de la notion d’intégration vers celle d’inclusion n’est pas neutre. Si la notion d’intégration poursuit un objectif de formation d’un tout cohérent, proche de la notion d’assimilation, l’inclusion est à la fois plus modeste et plus engageante. Inclure, c’est contenir, c’est considérer la différence comme une richesse, comme une source d’interaction et d’adaptation entre les besoins et les potentialités des personnes handicapées et les acteurs de leur environnement. C’est exactement la différence entre “être côte à côte” (intégration) et “être ensemble” (inclusion)12. L’inclusion, c’est ce supplément d’âme que l’on peut trouver dans la sollicitude et le regard de l’autre, en le reconnaissant comme membre à part entière d’une communauté, ici l’école, et ce faisant, en se reconnaissant soi-même dans l’autre.

Il ne s’agit pas ici de nier les difficultés d’une approche inclusive. Mais après tout, s’il s’agissait de ne reconnaître une dignité humaine totale qu’à celui qui nous ressemble, ne serait-ce pas manquer d’ambition? De nombreux articles dans des revues spécialisées écrits par des éducateurs, des psychologues, des sociologues, etc. mettent en évidence les enjeux et les problèmes propres à l’école inclusive, que ce soit la question de la formation des maîtres, le recrutement des auxiliaires de vie sociale, l’articulation entre la classe et les autres intervenants, l’accompagnement des autres élèves dans l’acceptation de l’autre, etc. sans oublier bien sur la question des moyens. Mais ils témoignent aussi d’une formidable dynamique d’action, de véritables réussites et d’un engagement des différents acteurs.

L’inclusion n’est pas une obsession, c’est un droit fondamental non seulement pour les personnes handicapées, mais pour toutes les vulnérabilités. Inclure, c’est refuser la société du tri, cette société qui discrimine, qui sépare, qui oppose, c’est penser une société où la fraternité prendrait le pas sur l’indifférence ou la tolérance. La seule obsession possible est celle qui consiste à rechercher un avenir commun.



Citer ce billet
Jean-Marie Villela (2022, 17 janvier). Vulnérabilités humaines, l’obsession du tri? Les métamorphoses de la vulnérabilité. Consulté le 27 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/regu

  1. BFM TV, 15 janvier 2022 []
  2. Voir dans ce carnet de recherches, la série d’articles ” Au fil du temps: l’action sanitaire et sociale au secours des plus vulnérables – Les métamorphoses de la vulnérabilité (hypotheses.org) “. []
  3. Pour une approche complète, voir ”Serge EBERSOLD, Autour du mot “Inclusion” Recherche et formation n° 61, 2009, pp. 71-63 []
  4. Frederico Mayor, préface de la déclaration de Salamanque, 10 juin 1994. []
  5. Règles Universelles pour l’Égalisation des Chances des personnes handicapées, ONU, 20 décembre 1993. []
  6. Règle 6 de la résolution: “Education”. []
  7. Charte du Luxembourg, adoptée en novembre 1996 par la Commission Éducation, Formation et Jeunesse de la Communauté Européenne. []
  8. Brigitte BOUQUET, Inclusion, approche socio sémantique, Vie sociale n° 11, 2015, p. 16. []
  9. Jean-René LOUBET, Personnes en situation de handicap : de l’intégration vers l’inclusion ? », actes du colloque « de l’intégration vers l’inclusion des personnes handicapées ? », Tours, 18 octobre 2010, cité par Brigitte BOULET, art. cit. p. 20. []
  10. Circulaire n° 2009-087 du 17 juillet 2009, Scolarisation des élèves handicapés à l’école primaire, actualisation de l’organisation des classes pour l’inclusion scolaire (CLIS). []
  11. Unités localisées pour l’inclusion scolaire (Ulis), dispositifs pour la scolarisation des élèves en situation de handicap dans le premier et le second degrés, Circulaire n° 2015-129 du 21 août 2015. []
  12. Michèle LAPEYRE, L’école inclusive, le grand écart entre ambitions humanistes et réalisations?, Empan, 2020/1 n° 117, p. 42. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search