Le projet

Le projet porte sur les métamorphoses de la vulnérabilité, la façon dont cette notion a été prise en compte par la société française, de la fin du 19°siècle jusqu’à nos jours. Il s’agit, en privilégiant des « moments » de l’histoire contemporaine, de faire l’inventaire des questions soulevées et des réponses institutionnelles qui ont pu être apportées, depuis la charité chrétienne jusqu’à la notion de bientraitance, en passant par la philanthropie et la solidarité. Nous analyserons le mouvement de construction progressive puis de déconstruction/reconstruction des modes d’intervention des différents acteurs concernés.
Nous proposerons d’étudier la question de la porosité grandissante entre espaces public-privé et son influence sur la perception de la vulnérabilité, de la vulnérabilité cachée, enfermée, dans les murs, que ceux-ci soient physiques, (particulièrement ceux des institutions sanitaires, établissements sociaux et médico-sociaux où se concentrent les situations de vulnérabilité), ou psychiques, à la vulnérabilité visible, exposée, socialisée, scénarisée. Nous ouvrirons aussi notre recherche sur des formes plus actuelles de vulnérabilité, comme celle liée à l’urgence climatique, à l’urgence sanitaire (épidémies, pandémie), la vulnérabilité animale et végétale.
Nous compléterons nos investigations par des considérations d’ordre éthique. Comment l’approche éthique de la vulnérabilité s’exprime et se modifie dans le temps, en quoi elle influe sur la prise en compte de la vulnérabilité, le rapport à l’autonomie, à la raison, à la responsabilité, mais aussi, à l’inverse, comment la vulnérabilité peut-elle être « créatrice » d’éthique et d’innovation sociale en « produisant » de la bientraitance.
La proposition principale que nous souhaitons argumenter et soutenir est que, partant de l’idée que la vulnérabilité concerne tous les individus, elle renvoie cependant à des catégories de personnes et d’actions qui relèvent d’un « traitement » sanitaire, social et médico-social, qui s’est construit au fil du temps : les personnes dites vulnérables, en état de dépendance, les moments et les lieux de cette dépendance.
C’est dans ce cadre relativement restreint que les éthiques de la vulnérabilité s’expriment le plus, particulièrement aujourd’hui avec l’approche de la bientraitance et le questionnement éthique qui la nourrit.
Mais si nous sommes d’accord pour dire que tous les individus sont vulnérables, qu’en est-il du reste de la société, comment la vulnérabilité intrinsèque à la condition humaine peut-elle être prise en compte en dehors du strict cadre des institutions et dispositifs dont c’est la mission, quelle éthique pour lui répondre ? Peut-on envisager un modèle universel de société solidaire ? Comment l’éducation peut-elle contribuer à répondre à une telle ambition ?
Face à la multiplicité des figures de la vulnérabilité, il s’agit donc de produire une réflexion par essence inter-disciplinaire, historique bien sûr, mais aussi sociologique, religieuse, théologique, philosophique. Au cœur du problème se trouve la question de la mise en échec de l’indépendance et de l’autonomie du sujet, et in fine celui de la dignité de la personne humaine : peut-on, en définitive, viser une société bientraitante ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.