L’action sanitaire et sociale au fil du temps – Episode 1

L’Ancien Régime, entre protection des plus défavorisés et maintien de l’ordre public

Si l’histoire de la médecine peut être tracée dès le cinquième millénaire avant JC, avec les formes de médecine observables dans les trois civilisations antiques que sont l’Egypte des Pharaons, la Mésopotamie antique et la Chine, l’histoire de la protection sociale, comme son nom, est bien plus récente. Le terme de protection sociale aurait été utilisé en France pour la première fois en 1864 par Emile Ollivier, homme politique du second Empire, puis plus largement répandu avec les assurances sociales mises en place par le chancelier allemand Otto Von Bismarck à la fin du XIX° siècle et avec les propositions de Lord Beveridge dans son rapport de 1942 sur l’assurance sociale et les services connexes1. La majeure partie des publications sur l’histoire de la protection sociale concerne la période allant du début du XIX° siècle à nos jours. La protection sociale serait donc une conception récente, liée à la révolution industrielle, à l’apparition et la paupérisation de la classe ouvrière2? Pour autant, l’histoire de la protection sociale semble débuter réellement à l’époque moderne. Elle est indissociable de deux idées majeures : d’une part, celle du développement de la pauvreté et de son cortège de souffrance, d’autre part, celle de la protection, non seulement la protection des pauvres eux-mêmes3, mais aussi, la protection de la société contre les risques que cette pauvreté peut lui faire encourir. Cette histoire est marquée par l’intervention de deux acteurs, les clercs et les laïcs, deux institutions, l’Eglise et la monarchie. Dans une société sur le chemin de la sécularisation, la perte d’influence de l’Eglise est déjà sensible : l’intervention divine ne constitue plus la seule explication possible à tous les maux ou les bienfaits : Dieu ne pourvoit (déjà!) plus à tout.

Continuer la lecture de « L’action sanitaire et sociale au fil du temps – Episode 1 »
  1. Euzéby, C. & Reysz, J. (2014). Chapitre 1. Caractéristiques et définitions de la protection sociale. Dans : , C. Euzéby & J. Reysz (Dir), La dynamique de la protection sociale en Europe (pp. 13-25). Grenoble, France: Presses universitaires de Grenoble. []
  2. Voir par exemple les articles publiés dans la Revue d’histoire de la protection sociale: Protection sociale en Italie fin XIX°-XX°siècles (2019/1 n°12), De la philanthropie à la protection sociale en Europe centrale et du sud-est, fin du XIX° siècle à l’entre-deux guerres (2018/1 n°11), Grande guerre et protection sociale (2016/1 n°9 []
  3. La notion de « pauvre » est vague et comprend des catégories bien diverses : du malade sans ressources, au vagabond, en passant par les chômeurs, mendiants, enfants perdus, femmes seules, vieillards… []

Pandémie, gestes barrières, solidarité: le retour de l’hygiénisme?

Billet du 29 avril 2020

Depuis le début de la crise sanitaire liée au Covid-19, les pouvoirs publics, le corps médical, relayés par les médias, insistent sur l’importance du respect des consignes pour se prémunir et prémunir les autres de toute contamination. Les “gestes barrières” (se laver les mains, porter un masque, rester à distance, rester chez soi… ) sont présentés comme relevant d’un comportement responsable et solidaire: responsable individuellement dans la lutte contre la pandémie, solidaire dans l’organisation collective de cette lutte. Face à l’impuissance, que nous espérons temporaire, en l’absence de traitement préventif ou de vaccins, l’hygiène la plus élémentaire, comme le simple fait de se laver les mains, devient l’arme principale. Les sites internet des sociétés d’hygiène sociale ou médicale1, le site officiel du ministère de la santé, fourmillent d’avis et d’expertises sur les mesures à prendre.

Continuer la lecture de « Pandémie, gestes barrières, solidarité: le retour de l’hygiénisme? »
  1. Société française d’Hygiène Hospitalière, Société Française de Santé Publique []

Covid 19: chronique immédiate de la vulnérabilité ordinaire

Un terrible fléau, dû à la colère de l’injuste Junon, qui haïssait la terre portant le nom d’une rivale, s’abattit sur notre peuple. Tant que l’on jugea comme naturel aux humains ce mal, fléau si funeste dont la cause restait cachée, on le combattit avec l’art médical. Mais la catastrophe défiait les secours qui, dépassés, restaient vains.

Ovide, Métamorphoses, Livre IV, La peste d’Egine, 7,523-525.

Le Covid 19 sévit depuis décembre 2019. D’abord dans la province de Hubei, en Chine centrale, puis progressivement, à partir de janvier 2020, dans d’autres pays du continent asiatique, puis rapidement à tous les continents: le 11 mars 2020, l’OMS considère l’épidémie de Covid 19 comme une pandémie. Le 13 mars elle déclare que l’Europe en constitue l’épicentre. La deuxième décennie du 21° siècle commence par une crise sanitaire mondiale, dont nous ne mesurons sans doute encore pas tous les effets immédiats, ni toutes les conséquences à moyen ou long terme. Pour autant, il semble possible de pointer quelques points significatifs.

Continuer la lecture de « Covid 19: chronique immédiate de la vulnérabilité ordinaire »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search